Rimatara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rimatara
Vue satellite de la NASA
Vue satellite de la NASA
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Îles Australes
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 22° 39′ S 152° 48′ O / -22.65, -152.8 ()22° 39′ S 152° 48′ O / -22.65, -152.8 ()  
Superficie 9 km2
Point culminant Mont Uahu (83 m)
Administration
Collectivité d'outre-mer Polynésie française
Démographie
Population 873 hab. (2012)
Densité 97 hab./km2
Autres informations
Fuseau horaire UTC-10

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

(Voir situation sur carte : Polynésie française)
Rimatara
Rimatara
Îles de France

Rimatara est l'île la plus occidentale de l'archipel des Australes en Polynésie française. Celle-ci est le chef-lieu de la commune de Rimatara.

Géographie[modifier | modifier le code]

Rimatara sur la carte des Australes.

Rimatara est une île circulaire issue d'un plateau volcanique et d'une superficie de 8,6 km2. Elle est relativement peu élevée, le mont Uhau culmine seulement à 83 m. Son lagon est quasi inexistant, le récif étant très proche de la côte et coupée d'une seule passe. Elle est située à 550 km au sud de Tahiti.

Rimatara possède trois villages : Amaru le chef-lieu, Anapoto, et Mutuaura. Depuis 2006 un petit aérodrome a été construit. La langue qui y est parlée est une variante des langues australes, le reo rimatara.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention de l'île est faite par le capitaine Samuel Pinder Henry en 1811. En 1821, deux missionnaires protestants établissent une mission sur l'île. La France institue son protectorat 1889 puis l'annexe en 1900.

En avril 2007, 27 perruches de Rimatara (nom sc. Vini kuhlii)[1] furent généreusement offertes par les habitants de Rimatara à ceux d'Atiu afin d'y être réintroduites. Cet oiseau prisé pour ses plumes rouges qui servait à Atiu à la confection des "pare kura" (coiffes d'Ariki) avait disparu de cette île il y a bien longtemps. Pour fêter cet événement, les gens d'Atiu reconnaissants ont composé pour l'occasion et comme le veut la tradition polynésienne, toute une série de chants et de danses rappelant les liens désormais indéfectibles entre Atiu et Rimatara[2],[3].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 'ura en tahitien et kura en māori des îles Cook, terme signifiant également rouge dans les deux langues)
  2. Pour en savoir plus sur le programme de réintroduction, voir McCormack, Gerald (2006) Rimatara Lorikeet Reintroduction Programme. Cook Islands Natural Heritage Trust, Rarotonga [1]
  3. Reportage sur la réintroduction des perruches, Tagata Pasifika (TV1-Nouvelle-Zélande) du 17 janvier 2008 Part 1, Part 2, Part 3