Service des essences des armées

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
insigne du SEA

Le service des essences des armées (SEA) est un service interarmées de l'armée française dépendant du chef d'état-major des armées.

Historique[modifier | modifier le code]

C’est pendant la Première Guerre mondiale, avec la généralisation de l’emploi des moyens mécanisés, que se fait sentir la nécessité de mettre en place une nouvelle chaîne d’approvisionnement « carburant ». Elle se compose alors du service de l’intendance qui approvisionne et stocke le carburant et du service automobile qui le transporte. Dans le même temps, au grand quartier général, un service des essences, pétroles et huiles est créé. Après la guerre, le 12 juillet 1920 c’est le service des poudres qui reprend les attributions de l’intendance, et l’artillerie le rôle de distributeur. Mais, c’est le 25 novembre 1940 (sous le régime de Vichy) que sont confiées à un seul organisme l’ensemble des responsabilités : il reçoit le nom de service des essences des armées (SEA), nom qu’il porte encore aujourd’hui. L’ordonnance du 17 mars 1945 définit le SEA comme un service commun chargé de ravitailler en tous lieux l’ensemble des forces armées. Le décret n° 91-686 du 14 juillet 1991 précise cette mission. Le service doit «  assurer en tout temps, en tous lieux et en toutes circonstances le soutien pétrolier des forces armées, tout en jouant le rôle de conseiller technique pétrolier auprès des états-majors ».

Le SEA assume aujourd'hui l'approvisionnement, le stockage, la distribution et la qualité des carburants et lubrifiants au profit des véhicules terrestres, des aéronefs et des navires des différentes armées françaises et de la gendarmerie nationale. L' armée de terre est soutenue en totalité depuis la reprise du soutien de l'ALAT entre 2007 et 2008; depuis 2009, les carburants de soute de la marine ont rejoint les missions du SEA. De plus, les spécialistes du SEA conseille les commandements dans le domaine pétrolier.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le directeur central du SEA est directement responsable devant le ministre de la défense de l’administration du service. Dans les autres domaines, il relève du ministre par l’intermédiaire du chef d’état-major des armées.

Le Service est composé:

  • d’une direction centrale à Malakoff (DCSEA);
  • d'une base pétrolière interarmées (BPIA) à Chalon-sur-Saône dont les missions principales sont la formation, l'entraînement, le soutien des exercices et la mise sur pied des détachements opérationnels pour les opérations extérieures;
  • d'un laboratoire, à Marseille (LSEA) dont les missions principales sont le contrôle qualité, le développement et l’expertise des produits pétroliers;
  • d'une direction de l'exploitation et de la logistique pétrolières interarmées à Nancy (DELPIA) dont les missions sont la passation et le suivi des marchés, la conception, la réalisation et l'entretien des infrastructures et équipements pétroliers, et l'exploitation des dépôts pétroliers métropolitains;
  • de détachements en outre-mer et à l'étranger pour le soutien pétrolier des Forces;
  • des détachements de liaison auprès de tous les grands états-majors.

Le SEA est aussi constitué de 10 dépôts d’infrastructures, 30 dépôts auprès des bases (aérienne, aéronavale, navale et aviation légère de l'armée de terre) et 8 dépôts outre-mer. Il dispose de 190 wagons citernes, 340 camions citernes et 330 camions avitailleurs (pour les avions). Il distribue 1,2 à 1,3 million de m3 de carburant chaque année et 5 000 tonnes de lubrifiant et produits divers.

Depuis le 1er août 2013, la direction du SEA est assurée par :

  • le directeur central : Ingénieur général de 2e classe Jean-Luc Volpi
  • le directeur central adjoint : Ingénieur général de 2e classe Hervé Gorget

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]