Elorrio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Elorrio
Blason de Elorrio
Héraldique
Arche située au centre d'Elorrio
Arche située au centre d'Elorrio
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Pays basque Pays basque
Province Biscaye Biscaye
Comarque Durangaldea
District judic. (Udal / Municipio)
Maire Niko Moreno (ANV)
Code postal 48230
Démographie
Gentilé Elorriotarra
Population 7 294 hab. (2013)
Densité 196 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 08′ 00″ N 2° 32′ 00″ O / 43.133333, -2.533333 ()43° 08′ 00″ Nord 2° 32′ 00″ Ouest / 43.133333, -2.533333 ()  
Superficie 3 730 ha = 37,30 km2
Localisation
Localisation de Elorrio

Géolocalisation sur la carte : Pays basque

Voir sur la carte administrative du Pays basque
City locator 14.svg
Elorrio

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Elorrio

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Elorrio
Liens
Site web www.elorrio.net

Elorrio est une commune de Biscaye dans la communauté autonome du Pays basque en Espagne.

Cette ville a été fondée, en 1359 par l'infant Don Tello, XXe Seigneur de Biscaye et I de Aguilar de Campoo, dans des terrains de l'elizate de San Agustín d'Echevarría, qui avait siège et vote dans les assemblées de Guendiaga de la Merindad de Durango. En 1630 la ville d'Elorrio annexa l'elizate de San Agustín d'Echevarría raison pour laquelle celle-ci est sortie de la merindad et on a constitué l'actuelle municipalité d'Elorrio. Elorrio avait le siège au nombre de 13 dans les Juntes de Guernica.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En basque on appelle elorrio le fruit rouge de l'aubépine. Une des hypothèses les plus habituelles est de considérer que le nom de ville est un phytonyme dérivée du mot basque elorri, aubépine. Démonstration claire de cette association d'idées (qui vient de l'antiquité) est que le blason de la ville montrant une aubépine.

En basque, le nom coloquial[1] donné à la localité est Elorrixo (prononcer elorricho).

Situation[modifier | modifier le code]

Située dans l'extrémité Sud-Ouest du territoire historique de Biscaye dans la limite avec le Guipuscoa et la partie la plus occidentale de la comarque du Durangaldea, la municipalité se trouve dans la partie supérieure de la vallée de l'Ibaizabal. Au pied de la montagne Udalaitz (1 092 m) et de ses terres, celles de l'ancienne elizate de San Agustín, s'étendent dans les montagnes limitrophes vers le Guipuscoa.

La tête régionale, Durango distante de 9 km, et Bilbao, capitale de la province à 39 km.

La municipalité d'Elorrio est composée de nombreux quartiers ruraux. Outre le noyau urbain et du petit noyau de l'ancienne elizate de San Agustín, la ville est formée par les quartiers suivants: Aldape, Arabio, Arauneta, Berrio, Berriozabaleta, Gasteeta, Gazeta, Iguria, Leániz, Miota, Lekerika, Mendraka, Urkizuaran et Zenita.

Elorrio est limitée avec les municipalités suivantes: Berriz et Zaldibar au nord, Mondragon (Guipuscoa) et Aramaio (Alava) au sud, Elgeta et Bergara (Guipuscoa) à l'est et Axpe Atxondo et Abadiño à l'ouest.

Communications[modifier | modifier le code]

Les moyens de communications sont centrées la route BI-634 que traberse la municipalité et relie Durango avec Arrasate, cette route fait partie de l'axe Beasain (Guipuscoa) - Durango. À Durango elle rejoint la N-634 et l'autoroute AP-8 qui unissent les capitales de Biscaye et du Guipuscoa et à Arrasate/Mondragón avec l'AP-1 qui unit celle d'Alava et dessert tout le bassin du fleuve Deba. Les routes, BI-2632 vers Elgeta et Bergara et la BI-3321 vers Berriz se divisent à Elorrio.

Jusqu'à la moitié du XXe siècle, Elorrio a disposé d'une gare de chemin de fer mais celle-ci a été démontée durant les années 1960.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La principale rivière de la municipalité est le Zumelegi qui naît dans les "extrivaciones" de l'Udalaitz. Cette rivière rejoint l'Arrazola à Atxondo donnant naissance à l'Ibaizabal. Des montagnes qui entourent la vallée descendent d'autres petits affluents se jetant sur la rivière principale, comme Intxorta, Larrarte, Mendraka

Orographie[modifier | modifier le code]

Située à la fin de la vallée, les plis calcaires de la montagne d'Anboto sont éloignées des terres d'Elorrio. Contrairement aux plis calcaires de l'Udalaitz qui, séparés de ses frères, est soulevé, imposant avec ses 1 117 mètres, sur la municipalité. Encerclant le village de petites élévations couvertes de végétation, celui-ci est protégé. Des montagnes comme Intxorta (797 m), Memaia (669 m), Amitar, Santa Mañazar (679 m) et Erdella (660 m) font valoir aux nombreux noyaux de fermes, baserriak en basque, qui forment la municipalité. Dans le territoire d'Elorrio on trouve le point où se rejoignent les trois herrialdeak en basque-provincias en espagnol (provinces) qui composent la Communauté autonome du Pays basque. Ce lieu est appelé Besaide.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de ville est basée sur le secteur industriel. En dépit de l'activité agricole et surtout d'élevage, elle a une importance significative dans l'économie municipale.

Le secteur primaire: les exploitations rurales, pour la plupart de petite taille, complètent, dans la majorité des cas, les recettes principales de l'activité industrielle. Il y a des exploitations d'élevage significatives consacrées à la viande et à la production laitière. L'exploitation forestière, de pin insignis est aussi une importante activité.

Le secteur secondaire: comme il a été déjà dit, est le plus important. Il y a des industries de transformation de tout types, de fonderie, aciérie et machine-outil.

Le secteur des services: est petit pour couvrir les nécessités quotidiennes de la population et influencé par la proximité de Durango et Arrasate où s'effectuent les achats plus spécifiques.

La Coopérative de consommation et distribution Eroski a son siège dans le quartier de San Agustín. Celle-ci appartient au Mondragón Corporación Cooperativa.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'actuelle municipalité d'Elorrio est formée par la ville d'Elorrio et l'elizate de San Agustín d'Etxevarria. La ville a été fondée par le Seigneur de Biscaye Tello XX en 1356 et l'a fait dans des terrains de l'elizate. Les deux histoires ont été parallèles jusqu'en 1635 quand l'elizate est incorporé à la ville. Jusqu'alors à ville d'Elorrio avait siège et vote dans les Juntes de Guernica, au nombre de 13 et l'elizate de San Agustín était, elle dans les Juntes de Guerediaga, appartenant à la Merindad de Durango, au nombre de 3, mais à partir de l'annexion l'elizate perd sa représentation et s'intègre à la ville.

Comme dans toutes les elizates, on ne connaît pas la fondation de de cette dernière. L'origine est rattachée avec l'histoire de la Lur Laua[2] de Biscaye. Dans les municipalités voisines il y a des restes archéologiques qui témoignent de l'occupation de ces terres par les hommes depuis des temps antérieurs au néolithique.

Dans la comarque appartenant à l'actuelle municipalité d'Elorrio ont été trouvées plusieurs stèles funéraires et sépultures. Certaines d'elles se sont concentrées à Argiñeta, donnant lieu à la nécropole d'Argiñeta avec des éléments datés de 893, juste dans les débuts du christianisme dans cette zone. Les stèles, antérieures aux sarcophages, sont pré-chrétiennes.

Le 11 février 1053 on fonde le monastère de San Agustín d'Echevarría, qui subit plusieurs modifications, une au XIIe siècle (roman) et une autre au XVIe siècle (gothique) qui est celle qui nous est parvenue.

La fondation de la ville en 1356, est effectuée avec la double intention d'établir un pouvoir qui résiste à celui des nobles et à celui de défendre la Seigneurie des voisins guipuzcoans. La guerre des Bandes[3] a eu une de ses principales batailles à Elorrio. Cette bataille, connue comme la Bataille d'Elorrio, s'est déroulée en 1468 et a opposé les maisons d'Ibarra (oñacinos) et les Marzana (gamboínos).

Les XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles composent l'ère moderne de la ville. La participation de familles locales dans le commerce avec le Nouveau Monde est très active et fait qu'arrivent d'importantes richesses à la ville qui sont investies dans des bâtiments remarquables. L'origine de la multitude de châteaux et palais (plus de 20 palais et plus de 69 blasons) qui sont aujourd'hui le témoignage de ces faits. On construit l'église (entre les années 1459 et 1506) qui est la plus grande de Biscaye, on construit des fontaines publiques, croix de tailles significatives, richement façonnées. Tout cela reflète la richesse qui arrivait à la ville qui en ces temps incorpore l'elizate.

Au XIXe siècle la ville se trouve enrichie, avec une société agricole qui s'ouvre à la façon des stations thermales, dont la ville possède certains qui lui ont donné une certaine réputation, avec une noblesse qui utilise la ville pour passer ses saisons estivales.

Après la guerre civile, avec la mode balnéaire déjà passée, s'ajoute l'industrialisation du pays et de la comarque du Durangaldea. La situation de différentes industries fait augmenter sa population qui atteint près des 8000 habitants durant les années 1980.

L'ensemble des monuments a été déclaré Conjunto Histórico-Artístico en 1964 et ouvre les portes à une nouvelle activité touristique.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Necrópolis Argiñeta: ensemble de tombes et stèles funéraires qui sont réunis dans ce lieu des ermitages qui entourent la ville, dans certaines d'elles il y a encore des tombes semblables. Est composé de 23 sarcophages, un double, qui date du IXe siècle et trois stèles précédents cette date, de culte pré-chrétiens.
  • Vestibule de Don Tello: seul vestige de la muraille qui entourait la ville. Couronnée d'un canon.
  • Source de Berriozabaleta: superbe exemplaire d'œuvre publique de style Renaissance qui conjugue le service d'eau potable avec celui de blanchisserie publique en créant un secteur de rencontre agréable invitant à la relation humaine. La commande de l’oidor[4] au Pérou Manuel de Berriozabaleta pour sa femme qui était d'origine Inca, disent que la source rappelle aux œuvres de cette culture.[pas clair]
  • Palace de Estéibar - Arauna.
  • Palace de Arabio.
  • Palace de Arezpakoetxea.
  • Palace de Olazabal.
  • Palace de Laríz.
  • Palace de Urkizu.
  • Maison consistoriale.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église de San Agustín: gothique basque, l'actuel début du XVe siècle mais sa fondation remonte à 1053.
  • Basilique de la Purísima Concepción: du XVe siècle, de style gothique décadent et Renaissance. À une tour baroque superbe, la deuxième en hauteur de Biscaye (53,34 mètres). À l'intérieur se trouve la tombe de San Valentin de Berriochoa[5], martyrise au Japon, raison pour laquelle on a érigé un retable de type exotique, bien que plus asiatique que proprement japonais.
  • Croix de Gurutzeaga, gothique.
  • Croix de Santa Ana, Renaissance.
  • Croix de Gurutzeberri, plateresque.

Outre celles-ci il y a d'autres croix plus petites ainsi qu'un bon nombre d'ermitages et le monastère de Santa Ana.

Ermitages:

  • San Joan Bataiatzailea
  • San Jorge
  • Santiago
  • Santa Eugenia
  • Santa Eufemia
   
  • San Esteban
  • San Urbano
  • Santa Katalina
  • San Martin Tours-ekoa
  • Andra Mari Gazetakoa
   
  • Santa Katalina
  • Santa Luzia
  • San Lorentzo
  • San Tomas
  • San Bartolome
   
  • San Antonio
  • San Jose
  • San Roke
  • San Adrian
  • San Fausto: rue San Fausto

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]


Vue d'Elorrio

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'utilisation coloquiale est l'emploi du langage, d'une certaine manière, dans un contexte informel, familial et distendu, avec des mots caractérisés par son utilisation municipalité, fréquente et directe qui s'éloignent de tout type de rhétorique et, dans une certaine mesure, de la norme cultivée, il est aussi appelé connotation.
  2. La Lur Laua (Terre De niveau) est une ancienne dénomination administrative de Biscaye, en Pays basque (Espagne), qui du temps de la Seigneurie groupait les territoires et les populations qui étaient régies, juridiquement, par le for (fuero) de Biscaye. La législation traditionnelle de la Seigneurie était composée des elizates organisées dans des merindades. Ils restaient hors de la Lur Laua, avec des juridictions différentes, la Ville et les villas, le Durangaldea et les Enkarterri.
  3. La guerre des bandes opposait les partisans de deux familles: les Oñas et les Gamboins. Les Oñaciens étaient des partisans de la lignée guipuscoane des Oñas. Elle était menée par la famille Mendoza, avec comme alliés les Beaumontais et la couronne de Castille. Les Gamboins étaient les partisans de la lignée guipuscoane des Gamboa. Ils étaient alliés aux Agramontais (qui apparaissent pour la première fois au début du XIIe siècle avec Sanche VII le Fort) et le Royaume de Navarre.
  4. Oidor était la dénomination des juges membres des Reales Audiencias ou Chancillerías, tribunaux associés originaires de Castille, qui se sont transformés en organes de justice dans l'Empire espagnol. Son nom provient de son obligation d'écouter (oir) les parties dans un processus judiciaire, particulièrement pendant la phase d'Allégation.
  5. San Valentin de Berriochoa, deuxième patron de Biscaye et martyr du Vietnam, (1827-1861)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]