Busturia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Busturia
Blason de Busturia
Héraldique
Drapeau de Busturia
Drapeau
Maison-tour Malariaga
Maison-tour Malariaga
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Pays basque Pays basque
Province Biscaye Biscaye
Comarque Busturialdea
District judic. (Udal / Municipio)
Maire Fito Lartitegi (Eusko Alkartasuna)
Code postal 48350
Démographie
Gentilé busturiarra
busturiano[1]
Population 1 717 hab. (2013)
Densité 87 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 22′ 58″ N 2° 41′ 48″ O / 43.382778, -2.69666743° 22′ 58″ Nord 2° 41′ 48″ Ouest / 43.382778, -2.696667  
Altitude 20 m
Superficie 1 963 ha = 19,63 km2
Localisation
Localisation de Busturia

Géolocalisation sur la carte : Pays basque

Voir sur la carte administrative du Pays basque
City locator 14.svg
Busturia

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Busturia

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Busturia
Liens
Site web www.busturia.org

Busturia est une commune de Biscaye dans la communauté autonome du Pays basque en Espagne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

On ne connait pas avec exactitude quelle est l'origine l'étymologie de Busturia. Il faut en outre tenir compte que le toponyme Busturia nommait anciennement tant une elizate (actuelle municipalité de Busturia) qu'une merindad (actuelle comarque de Busturialdea), sans savoir si le nom de la merindad dérivait de celui de l'elizate ou vice versa. L'elizate de Busturia était la tête de la merindad homonyme.

L'elizate avait le nom complet de Santa María de Axpe de Busturia et était appelé de manière simplifiée Axpe Busturia ou de Busturia. Santa María était le nom de l'invocation religieuse de la paroisse, car anciennement il était de coutume d'utiliser le nom de l'invocation des paroisses dans le nom des elizates. Axpe est le nom du quartier principal.

Entre les diverses hypothèses existantes sur l'origine du toponyme celle proposée par, entre autres, celle de Koldo Mitxelena[2] affirmant que le nom de l'elizate pourrait venir de l'expression basque (dialecte biscayen) bost uri (cinq villes ou populations). Le -a à la fin est l'article en basque.

Selon la version de Mitxelena, le toponyme Busturia ferait référence aux cinq quartiers qui formaient l'elizate, ce pourquoi le toponyme serait traduisible comme le (elizate) des 5 peuples. De l'elizate, le nom a été transféré à la merindad dont elle était la tête. C'est une hypothèse suggestive, puisque si quelque chose a caractérisé Busturia est la forte personnalité et la différenciation de ses quartiers, qui est arrivée jusqu'à nos jours. Le problème que pose cette hypothèse est que les quartiers historiques de la municipalité que nous connaissons aujourd'hui sont au nombre de quatre (et non cinq), en ce temps-là Axpe, San Bartolome, San Cristóbal et Altamira. Pour valider cette hypothèse il faut trouver un cinquième quartier à Busturia, existant dans les origines de l'elizate, mais qui disparaîtra, il aurait perdu de l'importance ou il aurait été absorbé par un autre des quartiers. Selon l'avis de Joseba Agirrezkuenaga, le cinquième quartier pourrait être Paresi, un petit quartier rural de la municipalité. María Victoria Gondra y Oraa maintient que celui-là est l'origine du toponyme et affirme que l'héraldique existante à Busturia soutient cette hypothèse.

Une autre possibilité est que Busturia signifie les 5 villages ou Villas[3] et ferait mention à l'origine à la merindad et qu'on ait postérieurement transféré le nom à l'elizate qui était la tête de cette dernière, mais la Merindad de Busturia était composée 27 elizates et dans leur territoire on trouvait 6 Villas (juridiquement séparées de cette dernière), ce qui ne permet pas non plus d'avoir le nombre à priori.

Juan Ramón de Iturriza dans son Historia General de Vizcaya, a commenté que le nom de Busturia dérivait de l'expression sous le rocher, puisque dans les documents du XIe siècle il est mentionné comme subtus penna. Cette affirmation, toutefois, se réfère probablement au toponyme Axpe, qui est le quartier principal de la municipalité. Axpe est facilement reconstituable comme dérivé de haitz (rocher en basque) et de pe (sous) en dialecte biscayen. Il existe la possibilité que Axpe ait été le nom originel de toute la elizate (non seulement de son principal noyau) et busturia aurait ajouté plus tard en tant que capitale de cette merindad. L'elizate était généralement appelé Axpe de Busturia, nom qui sert aussi de le distinguer d'Axpe Marzana, une autre localité biscaïenne homonyme.

Il existe d'autres nombreuses théories qui essayent d'expliquer le nom de la municipalité à travers diverses expressions en langue basque : selon María Rosa Lida[4] bost ur (cinq eaux en basque) il pourrait faire référence à cinq rivières existantes dans la Merindad et ce nom aurait été postérieurement transféré à l'elizate. Selon l'auteur Jacinto Gómez Tejedor Busturia viendrait de buztin uria (le village de l'argile en basque), puisque Busturia se trouve dans une zone avec de grandes accumulations d'argile et il existe une tradition de travail de ce matériau. Jaime Querejeta inclut dans son Diccionario onomástico y heráldico vasco que Busturia vient de ustu uria (le village de l'avoine).

Selon l'Euskaltzaindia, le nom basque de la localité est Busturia (-a), c'est-à-dire avec le -a à fin est un article et doit être traité comme tel, pouvant se perdre dans certaines phrases.

Le gentilé[5] est busturiano/-a en castillan et busturiarra en basque.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé en espagnol selon: Celdrán Gomáriz, Pancracio: Diccionario de topónimos españoles y sus gentilicios. Espasa Calpe, 2002. ISBN 84-670-0146-1.
  2. Koldo Mitxelena Elissalt (Errenteria, 1915- Saint-Sébastien, 1987), aussi connu comme Luis Michelena ou Koldobika Mitxelena, est un linguiste basque espagnol. En 1959, docteur en philosophie et des lettres. En 1958, il a occupé la chaire des langues et de la littérature basques à l'université de Salamanque (première chaire de cette langue dans une université espagnole) et en 1968 il fut professeur de linguistique indo-européenne. En 1978 il prit à sa charge la Faculté de Philologie de l'Université du Pays Basque. Membre de l'Académie de la langue basque (Euskaltzaindia), il est considéré comme étant une personne éminente des études basques et fut un des artisans de l'unification de cette langue, le batua.
  3. Une villa est une population rurale de taille intermédiaire entre une aldea et une ciudad. Le terme «villa» dérive du latin villa, domaine rural.
  4. María Rosa Lida de Malkiel (Buenos Aires, 7 novembre 1910 - Oakland, Californie, 25 septembre 1962), philologue, médiéviste et classiciste argentine, sœur cadette du philologue Raimundo Lida (1908-1979).
  5. Gentilé en castillan selon: Celdrán Gomáriz, Pancracio: Diccionario de topónimos españoles y sus gentilicios. Espasa Calpe, 2002. ISBN 84-670-0146-1.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]