Karrantza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karrantza Harana
Valle de Carranza
Blason de Karrantza Harana
Héraldique
Drapeau de Karrantza Harana
Drapeau
San Esteban
San Esteban
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Pays basque Pays basque
Province Biscaye Biscaye
Comarque Enkarterri
District judic. (Udal / Municipio)
Maire José María Martín Iparragirre (Parti national basque (EAJ-PNV))
Code postal 48891
Démographie
Gentilé karrantzarra
Population 2 775 hab. (2013)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 13′ 31″ N 3° 21′ 34″ O / 43.22527778, -3.35944444 ()43° 13′ 31″ Nord 3° 21′ 34″ Ouest / 43.22527778, -3.35944444 ()  
Superficie 13 766 ha = 137,66 km2
Localisation
Localisation de Karrantza Harana

Géolocalisation sur la carte : Pays basque

Voir sur la carte administrative du Pays basque
City locator 14.svg
Karrantza Harana

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Karrantza Harana

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Karrantza Harana
Liens
Site web www.karrantza.org

Karrantza[1] ou officiellement Karrantza Harana / Valle de Carranza[2] est une commune de Biscaye dans la communauté autonome du Pays basque en Espagne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention écrite de « Carranza » apparaît dans la Crónica d'Alphonse III (Xe siècle), où elle mentionnée comme « Carrantia ». Selon ce texte, Carranza a été un des lieux peuplés pendant le règne d'Alphonse I (VIIIe siècle) par le roi asturien. La signification étymologique ou l'origine du toponyme Carrantia est inconnue. Certains le considèrent comme un toponyme d'origine indo-européenne, d'autres basque (par exemple har handia, grande roche en basque).

Le toponyme a subi une évolution phonétique tout au long des siècles : CarrantiaCarrançaCarranza. Carranza a été la façon habituelle et officielle d'appeler la vallée dans les derniers siècles.

Le nom basque de la vallée Karrantza est phonétiquement similaire à l'ancienne façon de prononcer le toponyme Carrança en castillan, mais adapté aux règles orthographiques modernes du basque (euskara). Cette manière ancienne de prononciation a été conservée dans les zones bascophones de Biscaye.

En 2001 la mairie a adopté l'actuelle dénomination officielle bilingue de Karrantza Harana / Valle de Carranza.

Démographie[modifier | modifier le code]

Karrantza a subi une diminution dans sa population à partir de la dernière moitié du XXe siècle. L'évolution de son recensement a été la suivante :

Évolution démographique entre 1900 et 2004
1900 1910 1920 1930 1940 1950 1960 1970 1981 1991 2001 2004
4 237 4 463 4 506 4 458 4 479 4 687 4 490 3 953 3 392 3 149 2 887 2 884
Source: Karrantza

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans la vallée de Karrantza, on trouve une multitude de monuments mégalithiques comme des dolmens ou tumulus. En 1904, ont été découvertes les gravures dans la grotte de Ventalaperra, dans le quartier de Molinar, ainsi que quelques artéfacts archéologiques. Ce même environnement avait été étudié au début du XXe siècle par José Miguel de Barandiarán[3].

Karrantza est déjà été nommé « Carrantia » dans la Crónica d'Alphonse III[4] comme lieu pendant le règne d'Alphonse Ier (VIIIe siècle).

Dans plusieurs anciens documents, Karrantza sera appelé Carrantia ainsi que Carrandia. Bien que le terme paraisse clairement d'origine latine, il n'existe pas de consensus sur sa signification.

Tout au long du dernier millénaire les historiens ont rassemblé différentes lignées dans la vallée, dont les noms survivent encore dans des toponymes de quartiers et dans des noms de famille actuels, comme Ahedo, Bringas, Concha, Aldeacueva, Gil ou Negrete.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Karrantza est une commune éminemment rurale, avec une grande importance du secteur primaire et spécialement de l'élevage, bien que les derniers temps elle a eu une importance particulière pour le tourisme et l'industrie en rapport avec le premier secteur (élevage).

Dans les galets de Ranero on trouve la grotte de Pozalagua, qui abrite la seconde plus grande concentration de stalactites excentriques du monde, derrière la Cueva cántabra (grotte cantabre) du Soplao. Dans ses environs se situe la Torca du Carlista, qui est le plus grand gouffre d'Europe et la seconde du monde. Cette torca est uniquement accessible par les spéléologues. Le quartier de Biáñez fait valoir un parc thématique du monde animal appelé Karpin Abentura, qui dispose d'un Parc avec des reproductions de dinosaures appelé Terrasauro[5], et un parc écologique avec des animaux ibériens connus comme Animalia Karpin.

D'autres lieux d'intérêt sont :

  • le Musée de l'église San Andres de Biáñez
  • l'ermitage du Santo
  • le Palace de Villapaterna
  • le Palace Trevilla (connu aussi comme palais de Prieto d'Ahedo)
  • le Palace Vicario, ou l'ancienne maison-tour Elkano.

Ressources naturelles[modifier | modifier le code]

Parmi les ressources naturelles les plus remarquables de la Vallée de Carranza on trouve l'environnement de Ranero et d'Armañón, déclaré Parc Naturel en septembre 2006.

D'autre part, les montagnes d'Ordunte ont été cataloguées comme Lieu d'intérêt Communautaire et récemment inclus dans la Réseau Natura 2000. Les montagnes d'Ordunte sont reconnues pour leur richesse naturelle, et pour loger un écosystème aux caractéristiques particulières, avec les sols humides et une multitude d'espèces animales et végétales protégées. À souligner la présence de la Droséra, une Plante carnivore.

Pendant la sixième législature, le Département de l'Industrie du Gouvernement basque a proposé la cordillère d'Ordunte comme placement pour un Parc éolien. Les mouvements sociaux et les groupements écologistes, dirigés par la plate-forme des citoyens Karrantza Naturala, ont conduit une opposition au projet du parc éolien qui a été prolongé pendant trois années, jusqu'à ce que la Députation de Biscaye d'abord, le Département de l'Environnement du Gouvernement basque finalement rejettent le cadre industriel d'Ordunte pour le considérer incompatible avec la préservation des valeurs naturelles de la zone.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alfonso Ahedo Arriola : Así es el Valle de Carranza
  • Eugenio Altazubiaga Aguirre : Rutas por el Valle de Carranza. Ressources touristiques
  • Miguel Sabino Díaz García :
    • Los hornos y el pan en el Valle de Karrantza
    • Calendario Popular de Euskalerria. Fiestas de cuestación. Karrantza
    • Ritos de pasaje: la muerte en el Valle de Carranza
    • Molinos hidráulicos en el Valle de Carranza
    • La ganadería a lo largo del siglo XX en el Valle de Carranza
    • La cultura pastoril en el Valle de Karrantza
  • Francisco Fernández Ortega et Mª del Carmen Valls Uriol : Pozalagua. Patrimonio Subterráneo de Karrantza
  • Manuel López Gil : Valle de Carranza
  • Maite Paliza Monduate : La arquitectura residencial en Carranza desde finales del siglo XIX hasta mediados del siglo XX
  • Maite Paliza Monduate : Guía de la arquitectura indiana en Karrantza y Lanestosa
  • Luis Manuel Peña Cerro :
    • Medicina popular en el Valle de Carranza
    • La apicultura en el Valle de Carranza
    • La crianza de ganado y la cuadra en el Valle de Carranza
    • Juegos infantiles en Carranza
    • Ritos del nacimiento al matrimonio en el Valle de Carranza
    • Creencias y supersticiones en el Valle de Carranza
  • Aranzazu Saratxaga Garai : Carranza: estudio histórico-artístico, Diputación Foral de Bizkaia
  • Nicolás Vicario de la Peña : El Noble y Leal Valle de Carranza

Photos de Karrantza[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Toponymie de Karrantza: Que el nombre euskérico del municipio que figura con el número 181 en el Nomenclator de los Municipios del País Vasco -realizado y editado por esta Real Academia y conocido en su forma oficial romance como Carranza- es Karrantza.
  2. Noms officiels des comarques et municipalités de la région autonome de Biscaye dans le Boletín Oficial del País Vasco - BOPV ou Euskal Herriko Aldizkari Ofizial - EHAO publié le lundi 21 Mars 2005.
  3. José Miguel Barandiarán Ayerbe, appelé également Joxemiel Barandiaran ou aita Barandiaran (Père Barandiaran) est un prêtre, chercheur et scientifique né le 31 décembre 1889 à Ataun au Guipuscoa, au Pays basque espagnol et mort en 1991. Auteur de nombreuses recherches en anthropologie, en linguistique, en archéologie et en ethnologie, il est considéré comme le patriarche de la culture basque.
  4. Alphonse III des Asturies, dit le grand, Roi des Asturies de 866 à 910. Fils de Ordoño Ier d'Oviedo, il naît vers 848. Il se marie avec Doña Jimena (en s’assurant ainsi l’appui du Royaume de Navarre dont elle est issue).
  5. Le ptérodactyle (le genre Pterodactylus) est un reptile volant du Jurassique qui fut découvert dans le calcaire de Solnhofen en Bavière (le même qui contenait les fossiles d'archéoptéryx). Il avait environ 70 cm d'envergure et vivait il y a 150 millions d'années. Récemment, on a découvert qu'il possédait une crête fibreuse sur la tête.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]