Gizaburuaga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gizaburuaga
Blason de Gizaburuaga
Héraldique
Église Sainte Catherine de Gizaburuaga
Église Sainte Catherine de Gizaburuaga
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Pays basque Pays basque
Province Biscaye Biscaye
Comarque Lea-Artibai
District judic. (Udal / Municipio)
Maire María Ángeles Aldekogaray Alastra ((Indep.))
Code postal 48289
Démographie
Gentilé Gizaburuagarra
Population 215 hab. (2013)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 19′ 56″ N 2° 32′ 10″ O / 43.33222222, -2.5361111143° 19′ 56″ Nord 2° 32′ 10″ Ouest / 43.33222222, -2.53611111  
Superficie 632 ha = 6,32 km2
Localisation
Localisation de Gizaburuaga

Géolocalisation sur la carte : Pays basque

Voir sur la carte administrative du Pays basque
City locator 14.svg
Gizaburuaga

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Gizaburuaga

Géolocalisation sur la carte : Espagne

Voir la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Gizaburuaga

Gizaburuaga en basque ou Guizaburuaga en espagnol est une commune de Biscaye dans la communauté autonome du Pays basque en Espagne.
Le nom officiel de la ville est Gizaburuaga.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'étymologie de Guizaburuaga paraît a priori claire. On peut décomposer le nom dans les mots suivants provenant de du basque : giza (homme), buru (tête) et le suffixe locatif -aga. Sa traduction serait emplacement de têtes humaines.

Juan Ramón Iturriza, dans son Historia General de Vizcaya (1885), a repris une supposée tradition orale qui expliquerait l'origine d'un nom tellement énigmatique. Selon Iturriza l'ancien nom de Guizaburuaga était Ibaibaso (littéralement forêt de la rivière), jusqu'à ce qu'au Xe siècle, ce soient produits de sanglants combats dans ce lieu entre des Français et Biscaïens. À partir d'alors le lieu est devenu connu comme Guizaburuaga, qui signifierait l'homme sans tête (sic.).

Le toponyme a été écrit traditionnellement comme Guizaburuaga, qui est considéré comme nom formel de la localité en castillan. En accord avec les règles orthographiques modernes du basque (euskara), on doit écrire « Gizaburuaga » dans cette langue (la prononciation serait semblable à guisaburuaga). Durant l'année 2000, la mairie a officiellement adopté « Gizaburuaga » comme dénomination officielle de la commune.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique entre 1857 et 2006
1857 1877 1887 1900 1910 1920 1930 1940 1950 1960 1970 1980 1991 2001 2006
274 326 367 386 408 379 321 330 336 313 177 150 128 144 179
Source: Gizaburuaga (version basque)

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y a une absence documentaire absolue sur Gizaburuaga jusqu'au XVIe siècle, époque à laquelle elle sera mentionnée pour la première fois par rapport aux procès existants entre Lekeitio et les populations rurales qui l'entouraient. Les églises d'Ispaster, d'Amoroto, de Mendexa et de Gizaburuaga dépendaient alors de l'église paroissiale de Santa Maria de Lekeitio, en tant que temples filiaux de celle-ci. Cette situation n'était pas du gout de ces populations, qui ont refusé parfois de payer la dîme à l'église de Lekeitio. Le procès a fini en 1519 quand le Pape Léon X a émis une bulle[1] permettant aux églises de Gizaburuaga, Ispaster, Amoroto et de Mendexa d'être érigé en paroisses indépendantes avec capacité d'administrer tous les sacrements. Ce fait a aussi impliqué l'indépendance administrative de Gizaburuaga, puisque dans la Tierra Llana[2] de la Biscaye du XVIe siècle, paroisse et elizate administrative étaient des termes presque analogues.

Industrie[modifier | modifier le code]

Dans le territoire municipal de Gizaburuaga on trouve le Polígono Industrial d'Okamika (zone industrielle), inauguré en 1987. Il a été créé à l'initiative des municipalités de la vallée du Lea, qui jusque la, manquait pratiquement d'industrie, ce qui supposait un sérieux problème de manque de travail pour les jeunes de la comarque. Gizaburuaga, bien qu'étant la localité la plus petite de la vallée, a été choisie pour la localisation du polygone pour être dans une zone centrale dans la vallée du Lea et par sa tradition proto-industrial.

20 ans après la création du polygone, environ les 30 entreprises que reçoit Okamika offrent quelque 400 postes de travail, devenant le principal moteur de l'économie locale, ainsi que d'un des principaux moteurs économiques de cette comarque.

Il faut souligner l'implantation d'usines de transformation du caoutchouc avec plusieurs entreprises de ce sous-secteur situées dans la commune (« Armearri Kautxoak », « Eluark-Lan Indar », « Hodikautxo », « Kautxo Tiuna Injection », « Kautxo Tiuna »). Toutes ces entreprises travaillent principalement en sous-traitance pour l'entreprise Cikautxo et sont apparues à grâce à celle-ci. La plus grande partie de l'emploi du polygone (environ 65 %) se concentre sur ces 5 entreprises.

Le reste des entreprises implantées dans le polygone sont diversifiées. Il y a une usine de lampes (« B.Lux-Herriola ») et une d'articles de quincaillerie (Manufactura Urcal), qui emploie 20 ouvriers. Les autres entreprises sont plus petites.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans la religion catholique une bulle est une lettre ouverte d'intérêt général portant le sceau du pape, elle est adressée à tous les chrétiens.
  2. La « Tierra Llana » ou « Lur Laua » (Terre De niveau) est une ancienne dénomination administrative de Biscaye, en Pays basque (Espagne), qui du temps de la Seigneurie groupait les territoires et les populations qui étaient régies, juridiquement, par le for (fuero) de Biscaye. La législation traditionnelle de la Seigneurie était composée des elizates organisées dans des merindades. Ils restaient hors de la Lur Laua, avec des juridictions différentes, la Ville et les villas, le Durangaldea et les Enkarterri.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]