Nino Bourdjanadze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nino Bourdjanadze
ნინო ბურჯანაძე
Image illustrative de l'article Nino Bourdjanadze
Fonctions
Présidente de Géorgie
(interim)
25 novembre 200720 janvier 2008
(1 mois et 26 jours)
Prédécesseur Mikheil Saakachvili
Successeur Mikheil Saakachvili
23 novembre 200325 janvier 2004
(2 mois et 2 jours)
Prédécesseur Edouard Chevardnadze
Successeur Mikheil Saakachvili
Présidente du Parlement géorgien
1er novembre 20017 juin 2008
(6 ans, 7 mois et 6 jours)
Prédécesseur Zourab Jvania
Successeur David Bakradze
Biographie
Date de naissance 16 juillet 1964 (50 ans)
Lieu de naissance Koutaïssi, RSS de Géorgie
Nationalité géorgienne
Parti politique Mouvement national uni (MNU)
Conjoint Badri Bitsadze
Diplômé de Université d'État de Tbilissi
Université d'État de Moscou

Nino Bourdjanadze
Présidents de Géorgie

Nino Anzoris assouli Bourdjanadze (en géorgien : ნინო ანზორის ასული ბურჯანაძე), née le 16 juillet 1964 à Koutaïssi, en RSS de Géorgie, (URSS), est une juriste et femme politique géorgienne, présidente du Parlement de 2001 à 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

En tant que présidente du Parlement, elle devient présidente par intérim de la Géorgie du 23 novembre 2003 au 25 janvier 2004 après le renversement d'Edouard Chevardnadze suite à la Révolution des Roses. Elle adhère au bloc démocratique, parti d'opposition, qui s'allie avec l'Union des citoyens de Zurab Jvania, qui deviendra Premier ministre.

Après l'élection de Mikheil Saakachvili au poste de président, Bourdjanadze demeurela présidence du Parlement géorgien.

Le 25 novembre 2007, afin de provoquer une élection présidentielle anticipée à laquelle il sera candidat, le président Saakachvili démissionne. En sa qualité de présidente du Parlement, Nino Bourdjanadze redevient présidente par intérim jusqu'au 20 janvier 2008.

En janvier 2008, juste avant les législatives qui voient le parti au pouvoir remporter une large majorité, elle démissionne de son poste de présidente du parlement.

Après l'échec de la guerre menée en août 2008 en Ossétie du Sud, et qui aboutit à l'occupation partielle par la Russie, elle se montre critique sur la gestion du conflit par le président Mikheil Saakachvili. On lui prête alors des ambitions présidentielles. Elle est ainsi candidate à l'élection présidentielle du 27 octobre 2013, mais n'arrive qu'en troisième position avec 10,18 % des voix. La victoire revient à Guiorgui Margvelachvili, présenté par Rêve géorgien, la coalition du Premier ministre Bidzina Ivanichvili[1].

Sources[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Géorgie : le protégé du Premier ministre remporte la présidentielle saluée par l'OSCE », in ladepeche.fr, 27 octobre 2013.

Lien externe[modifier | modifier le code]