Kmara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kmara est un mouvement de résistance civique né en Géorgie avec l'aide de l'Open Society Institute[1], qui a contribué a déstabiliser le gouvernement d'Édouard Chevardnadzé. Après que des observateurs internationaux condamnent l'attitude de ce gouvernement pendant les élections de novembre 2003, Kmara prit la tête de la contestation qui précipita la chute de ce gouvernement, lors de ce qu'on appela la Révolution des Roses.

Son origine date de l'année 2000, lorsqu'un groupe de 2500 étudiants de Tbilissi commença à contester la corruption du pays dans les universités. L'ONG de défense des droits de l'homme Liberty Institute, fournit de l'aide organisationnelle et logistique à ce groupe qui devint Kmara en 2003[2],[3]. De ces cours naîtra l'organisation cruciale de la contestation géorgienne, Kmara, qui choisira le même emblème que Otpor, le poing fermé.

Son action se base notamment sur l'utilisation de symboles et de slogans[4] marquant l'opinion, comme expliqué dans le livre de Gene Sharp, 198 Methods of Nonviolent Action[5]

Avec l'arrivée au pouvoir de Mikheil Saakachvili, Kmara réorienta son action contre lui[6], puis par la suite soutint la réintégration de l'Adjarie à la Géorgie[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ukraine : L’internationale secrète qui ébranle les dictatures de l’Est. En Géorgie, en 2003, l’Open Society Institute (OSI) du financier George Soros a pareillement pris en charge la formation des militants de Kmara.
  2. Révolution, mode d'emploi. En novembre 2002, à l'initiative du National Democratic Institute for International Affairs et de la Fondation Soros, trois activistes serbes sont envoyés en mission d'évaluation à Tbilissi... Alors les Serbes concentrent leurs efforts sur la « Fair elections society »... Les « élèves » géorgiens, par groupes de 150, apprennent à utiliser les médias pour une communication déstabilisatrice du pouvoir, à manifester dans l'ordre, à poser des affiches.
  3. Les dessous du coup d’État en Géorgie. Selon Édouard Chevardnadzé : « C’est George Soros qui a créé les groupes de jeunes Kmara contre le pouvoir. Ils prenaient de tout jeunes, à 15 ans, et les formaient en deux mois ... L’American National Democratic Institute s’est comporté de la même manière »
  4. Actualités du CECE : OTPOR - KMARA - PORA : DES MOTS LOURDS DE SENS. Que s’est-il passé en Géorgie, lors des élections de novembre 2003 ? Nos ONG non violentes ont utilisé l’article 7 du texte (slogans et symboles). Le slogan était « ASSEZ (KMARA) », l’article 8 (bannières, communications visuelles), des fanions blancs avec « ASSEZ » écrit en noir étaient portés par des jeunes garçons dans des camions ouverts, qui paradaient à travers la ville.
  5. [1]. Communications with a Wider Audience : Slogans, caricatures, and symbols.
  6. Saakachvili, le mauvais cheval (1).
  7. Respect des engagements et des obligations : la situation en Géorgie. L'état d'urgence a été imposé dans la région (Adjarie) en novembre 2003 et plusieurs activistes de l'opposition du mouvement « Kmara » qui avaient entamé une campagne anti-Abachidze en Adjarie, ainsi que des journalistes, ont été arrêtés...En outre, on a empêché des journalistes des médias géorgiens Rustavi 2 et Imedi TV de filmer les manifestations organisées par Kmara.