Insurrection dans la vallée du Pankissi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Insurrection dans la vallée du Pankissi
Localisation de la région de Kakhétie en Géorgie où se trouve la vallée du Pankissi.
Localisation de la région de Kakhétie en Géorgie où se trouve la vallée du Pankissi.
Informations générales
Date 17 février 2002-septembre 2003
(fin officielle de l'OEF Pankisi Gorge en 2004)
Lieu Vallée du Pankissi, Kakhétie (Géorgie)
Issue Victoire géorgienne
Belligérants
Drapeau de la Géorgie Géorgie
Soutenue par :
Drapeau des États-Unis États-Unis
Flag of Chechen Republic of Ichkeria.svg Rebelles tchétchènes
Flag of al-Qaeda in Iraq.svg Al-Qaida
Commandants
Drapeau de la Géorgie Edouard Chevardnadze Flag of Jihad.svg Abou Atiya
Flag of Chechen Republic of Ichkeria.svg Ibn al-Khattab
Forces en présence
2 400 soldats (2002)
1 000 policiers et soldats (2003)
~4 000 combattants
Guerre contre le terrorisme

L’insurrection dans la vallée du Pankissi est un engagement militaire majeur impliquant les forces armées géorgiennes en 2003. La Russie et les États-Unis firent pression sur le gouvernement géorgien afin de réprimer les menaces terroristes posées par Al Qaïda dans la vallée du Pankissi. 2 400 soldats géorgiens, soutenus par les Américains, furent déployés dans la région.

La crise du ricine[modifier | modifier le code]

Les islamistes de Abou Moussab al-Zarqaoui s'installent dans la vallée de Pankissi en 1999, proche de la frontière de Tchétchénie, où la présence d'Al-Qaïda est importante[1]. Dans le cadre des préparatifs de la guerre d'Irak début 2003, des dizaines de Nord-Africains (Algériens principalement) suspectés de préparer des armes chimiques et biologiques (ricine entre autres) sont arrêtés au Royaume-Uni, en France et en Espagne. Le secrétaire d'État des États-Unis, Colin Powell, indique que ceux-ci travaillaient pour le réseau terroriste de Zarqaoui implanté dans la vallée du Pankissi ainsi que pour le groupe islamiste Ansar al-Islam actif au Kurdistan irakien.

En mai 2000, lors de la fin de la seconde guerre de Tchétchénie, 1 500 combattants tchétchènes et 3 000 mercenaires arabes djihadistes fuient le sol tchétchène pour se réfugier dans les montagnes géorgiennes. Les Russes déployèrent par conséquent 1 500 soldats des forces spéciales afin de sécuriser la frontière[2].

Les opérations militaires géorgiennes[modifier | modifier le code]

Entraînement des forces géorgiennes en octobre 2002.

Le 20 octobre 2002, l'armée géorgienne neutralise une douzaine d'islamistes d'origine arabe[3]. Une voiture transportant des combattants tchétchènes est également interceptée par les Géorgiens après avoir tué le chauffeur du véhicule.

Les Géorgiens et les Américains mènent de vastes opérations dans la région, capturant plusieurs djihadistes. Le 3 septembre 2003, le président géorgien Edouard Chevardnadze affirme que les forces de sécurité géorgiennes ont repris le contrôle de vallée du Pankissi. 1 000 officiers de police et d'autres forces de sécurité sont envoyées sur place en octobre 2003 afin de mettre sur pied des checkpoints et maintenir l'ordre et la stabilité de la vallée[4].

Les officiels géorgiens annoncent également le déploiement de gardes-frontière près de l'Ingouchie et de la Tchétchénie, républiques russes. Peu de temps après, la Russie accuse la Géorgie de permettre aux combattants tchétchènes d'organiser des raids à travers la frontière russe. Le 15 juin 2003, 15 indépendantistes tchétchènes s'étaient infiltrés dans la zone et implantés dans une maison qui était devenue l'un de leurs centres de commandement[5].

Le 14 mai 2004, deux Algériens sont arrêtés en France accusés de préparer des armes chimiques et biologiques[6].

Le programme d'entraînement des forces géorgiennes (Georgia Train and Equip Program), initié le 17 février 2002 dans le cadre de l'Opération Enduring Freedom - Pankisi Gorge, s'est terminé en 2007 avec le retrait des 200 hommes des forces spéciales de l'armée américaine[7].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ricin Fever: Abu Musab al-Zarqawi in the Pankisi Gorge, The Jamestown Foundation, 5 mai 2005
  2. (en) Chronology for Adzhars in Georgia, consulté le 10 février 2013
  3. (en) Al-Qaeda Alive and Ticking, TIME Magazine, 20 octobre 2002
  4. (en) World Briefing Europe Georgia Region Under Control, The New York Times, 3 septembre 2003
  5. (en) U.S. Entangled in Mystery of Georgia's Islamic Fighters, The New York Times, 15 juin 2003
  6. (en) French Seize 2 Algerians in Terrorist Inquiry, The New York Times, 15 mai 2004
  7. (en) Georgia Train and Equip Program (GTEP), GlobalSecurity.org, consulté le 10 février 2013