Cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cimetière russe
Image illustrative de l'article Cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Ville Sainte-Geneviève-des-Bois
Religion(s) orthodoxie russe
Nombre de tombes 5 220
Nombre de personnes 15 000
Mise en service 1927
Coordonnées 48° 37′ 53″ N 2° 20′ 43″ E / 48.631389, 2.34527848° 37′ 53″ Nord 2° 20′ 43″ Est / 48.631389, 2.345278  

Géolocalisation sur la carte : Essonne

(Voir situation sur carte : Essonne)
Cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois

Le cimetière russe se trouve rue Léo-Lagrange à Sainte-Geneviève-des-Bois (dans le département de l’Essonne), en Île-de-France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le cimetière devant l’église Notre-Dame-de-la-Dormition

Le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois est un cimetière communal. Le 8 février 1879, le Conseil municipal décide de créer un nouveau cimetière. Depuis cette date ce cimetière est resté communal. La princesse Véra Mechtchersky (1876-1949) grâce à l’aide de Dorothy Paget crée La Maison russe dans les bâtiments du château de la Cossonerie. En 1927 la première personne pensionnaire de la Maison russe est inhumée dans ce qu’on appelle maintenant le « cimetière russe ». Cette partie du cimetière ne se distingue pas du cimetière communal et en fait partie administrativement[1].

Le président Vladimir Poutine et son épouse s’y sont rendus en 2000, et ont fleuri certaines tombes, dont celle de la princesse Obolensky (1911-1944), martyre de la Résistance[2], et d’Ivan Bounine, prix Nobel de littérature. La Fédération de Russie participe à l’entretien du cimetière.

L’aménagement est à la russe (cadre pastoral, avec des abiétacées, des pins, et des grands bouleaux). Environ 15 000 Russes ou Français d’origine russe y sont inhumés dans 5 220 tombes. L’église Notre-Dame-de-la-Dormition fait partie intégrante de ce cadre typiquement russe.

Personnalités inhumées[modifier | modifier le code]

Danseurs et chorégraphes[modifier | modifier le code]

Le tombeau de Noureev

Cinéastes et acteurs[modifier | modifier le code]

Peintres et sculpteurs[modifier | modifier le code]

Écrivains[modifier | modifier le code]

Tombe de Bounine

Architecte[modifier | modifier le code]

Membres de la noblesse[modifier | modifier le code]

Vladimir Poutine sur la tombe de Véra Obolensky en 2000
Tombe de la famille Youssoupov

Hommes politiques[modifier | modifier le code]

Officiers et militaires[modifier | modifier le code]

Carré de la division de Drozdovski, 2008

On y trouve aussi des monuments funéraires et carrés militaires, avec entre autres :

Autres[modifier | modifier le code]

  • le violoniste Yoska Nemeth (1921-1965)
  • Alexandre Petrovitch Fabergé (1877–1952), troisième fils du célèbre joaillier du tsar, Pierre-Karl Fabergé
  • Sofia Fiodorovna Koltchak, née Omirova (1876-1956) épouse de l’amiral Koltchak, chef des armées blanches en 1917 et régent de Russie.
  • Rostislav Alexandrovitch Koltchak (1910-1965), leur fils
  • Alexis Medvedkov, Saint Alexis d'Ugine, prêtre orthodoxe canonisé en 2004, qui repose dans la crypte du cimetière
  • un carré des chauffeurs de taxis
  • Sergueï Prokoudine-Gorski (1863-1944), photographe

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Société historique de Sainte-Geneviève-des-bois, Sainte Geneviève des bois. Le XXe siècle, 1992 (ISBN 2-9506431-0-8)
  2. Née Véra Apollonovna Makarovna et princesse Obolensky par son mariage, elle fera partie de la résistance française. Elle mourut en déportation et fut guillotinée le 4 août 1944 à la prison de Plötzensee de Berlin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]