Alexeï Remizov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alexeï Remizov

Alexeï Remizov est un écrivain russe né à Moscou en 1877 et mort à Paris en 1957). Il s'est établi en France en 1923.

Ses Œuvres en huit volumes (1910-1912) comprennent des romans modernistes (L'étang, Sœurs en croix), des contes et légendes finement ouvrés, des miracles et des diableries. Il élabore ensuite une composition en mosaïque qui lui permet de préserver des pans de passé, soit historique (documents anciens dans La Russie dans ses écrits), soit intime (souvenirs de sa femme d'abord : Sur champ d'azur, Olia, De rose auréolée). Il mêlera ensuite les deux en introduisant un narrateur-témoin, avatar ambigu de l'auteur, qui lui permet de donner valeur épique au passé récent (La Russie dans le tourbillon, 1927, où la juxtaposition parfois discordante de rythmes et registres différents donne à sentir le "tourbillon" des années 1916-1921) ou de le décaler vers le merveilleux, le narrateur devenant le double ironique d'un héros de conte (Sur les corniches 1929, Le maître de musique 1983, La flûte aux souris 1953). Il entame dans les années 1930 une réflexion poétique sur la littérature russe (Le feu des choses 1954) et une vaste autobiographie lyrique au "passé lointain" (Les yeux tondus 1951, Le casson 1986, La ravine de Pétersbourg 1981) articulée autour de thèmes du roman d'éducation et d'initiation qui coïncident avec des archétypes du conte (perte, départ, errance, interventions bénéfiques, acquisition d'une famille nouvelle - littéraire et culturelle pour Remizov - remplaçant la famille biologique…). L'écrivain y affirme sur le mode tantôt plaisant tantôt grave que face à tous les bouleversements c'est la mémoire, personnelle et culturelle, qui fonde la dignité de l'homme. Remizov a par ailleurs pratiqué des genres très divers: légendes stylisées, parfois émaillées d'anachronismes (Les trois serpes 1927), contes paillards (Contes secrets 1920), recueils de rêves kaléidoscopiques (Martyn Zadeka 1954), hommages littéraires (Kukkha 1923, hommage à Vassili Rozanov). Les dessins, collages et albums calligraphiés complètent une œuvre d'une grande variété, qui a exercé une influence profonde sur la prose russe, notamment dans les années 1920, et qui connaît actuellement un regain d'intérêt en Russie même.

Il est enterré au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, près de Paris.

Œuvres en français (traductions)[modifier | modifier le code]

  • Sur champ d'azur, traduction de V pole blakitnom par Jean Fontenoy, Paris, Plon, 1927.
  • Sentiers vers l'invisible, traduction et préface de Jean Chuzeville et de S. Dovgello-Remizov, Paris, les Éditions du chêne, 1945.
  • La Maison Bourkov (Sœurs en croix), traduction de Krestovye sëstry par Robert et Zénitta Vivier, Paris, Éd. du Pavois1946.
  • Où finit l'escalier, récits de la quatrième dimension, contes et légende, traduit par Gilbert Lely, Jean Chuzeville, Denis Roche, Boris de Schloezer, Georges et Ludmilla Pitoëff, Jeanne Bucher, Paris, Éd. du Pavois, 1947 ; réédition Ombres, 1991
  • Les Yeux tondus, traduit par Nathalie Reznikoff, éd. Gallimard, Paris 1958.
  • Savva Groudzine, traduit par Armand Robin, éd. Ubacs, 1986.
  • Sœurs en croix, traduit par Robert Vivier, ed. Ombres, 1986.
  • Macaronis et autres contes, traduit par Bernard Kreise, illustrations de Vassily Kandinsky, éd. Memo, 1998.
  • La Russie dans la tourmente, traduit par Anne-Marie Tatsis-Botton, éd. L'Âge d'Homme, 2000.
  • La Flûte aux souris, traduit par Anne-Marie Tatsis-Botton, éd. Anatolia (le Rocher), 2006.
  • Le Décafardiseur, traduit par Anne-Marie Tatsis-Botton, éd. Interférences (2011).

Études[modifier | modifier le code]

  • Bibliographie des œuvres d'Alexis Remizov, H. Sinany, Paris 1978
  • (en) Russian Literature Triquarterly no 19, Ann Arbor (Michigan), numéro spécial consacré à Remizov

Liens externes[modifier | modifier le code]