Ordre de Saint-Nicolas le Thaumaturge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nicolas et Saint-Nicolas.
Ordre de Saint-Nicolas le Thaumaturge
О́рден Святителя Никола́я Чудотво́рца

Type Ordre militaire à 2 classes
Décerné pour Combat contre les bolchéviques
Statut Ordre disparu
Description Croix de fer
Chiffres
Date de création 30 avril 1920
Total de récompensés 337
Importance
Ordre impérial et militaire de Saint-Georges

Image illustrative de l'article Ordre de Saint-Nicolas le Thaumaturge
Ruban de l’ordre

L’ordre de Saint-Nicolas le Thaumaturge (en russe : О́рден Святителя Никола́я Чудотво́рца) est une décoration de la guerre civile russe instaurée par le général baron Wrangel le 30 avril 1920 (17 avril du calendrier julien) par ordre n° 3089. Il est destiné aux soldats et officiers de l’armée russe s’illustrant dans le combat contre les bolchéviques. L’ordre de Saint-Nicolas était équivalent à l’ordre de Saint-Georges mais la décoration se portait en dessous de celle de Saint-Georges.

Classes et port réglementaire[modifier | modifier le code]

L’ordre comportait deux classes :

  • 1re classe : Croix portée en sautoir.
  • 2e classe : Croix suspendue à un ruban tricolore portée sur la poitrine gauche.

Assemblée des chevaliers[modifier | modifier le code]

Le nombre des chevaliers n’étant pas suffisant les chevaliers de Saint-Nicolas étaient intégrés à l’assemblée des chevaliers de Saint-Georges.

Description[modifier | modifier le code]

Les insignes de l’ordre était fabriqués en fer, sans émail (les conditions matérielles en Crimée ne le permettant pas mais aussi pour souligne l’aspect ascétique de l’ordre). Le ruban de l’ordre est aux couleurs nationales blanc-bleu-rouge.

Devise de l’ordre : « Вѣрой Спасётся Россія » (la foi sauvera la Russie). La devise est frappée au centre de la croix, autour de la représentation de Saint-Nicolas.

Décorations[modifier | modifier le code]

La remise de l’ordre, selon le paragraphe 8 du règlement, était réservée à celui qui « au mépris du danger a fait preuve d’une intrépidité exemplaire, de présence d’esprit et d’abnégation pour réaliser un exploit guerrier couronné de succès clairement bénéfique ».

Chevaliers de 1re classe[modifier | modifier le code]

La décoration de 1re classe ne fut pas décernée, ses insignes ne furent jamais fabriqués.

Chevaliers de 2e classe[modifier | modifier le code]

L’ordre de 2e classe fut décerné à 337 chevaliers.

  • Le premier chevalier fut le capitaine d’état-major du troisième détachement de chars d’assauts Lioubitch-Iarmolovitch pour avoir avec son char d’assaut enfoncé les lignes ennemies et ouvert la voie à l’infanterie à travers les barbelés. Deux autres officiers du détachement furent également décorés : A. Trembolevski et V. Beketch[1].
  • Le commandant en chef des Forces Armées du Sud de la Russie et de l’armée russe général Wrangel accepta de recevoir l’ordre le 15 novembre 1921, mais uniquement celui de 2e classe.

Décorations collectives[modifier | modifier le code]

Dans l’armée de terre[modifier | modifier le code]

Pour les combats dans le nord de la Tauride le troisième détachement de chars d’assaut de l’armée russe reçut une banderole de Saint-Nicolas[1].

Dans la marine[modifier | modifier le code]

Un drapeau amiral de Saint-Nicolas et une banderole de Saint-Nicolas furent créés pour la marine militaire.

La banderole de Saint-Nicolas fut accordé par le décret n° 118 du 26.06.1920 aux canonnières « Straj » et « Grozny », aux canonnières fluviales « Altaï » et « Oural », aux brises-glace armés « Vsadnik » et « Gaïdamak », aux vedettes « Maria », « Azovets », « Nikolaï Pachitch », « Dimitri », « Pantikopeïa » et « Meotida ».

Fête de l’ordre[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b V.A. Beketch, Na transporte Don, 1971 [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kouznetsov A.A., O Beloj Armii i eë nagradah 1917—1922, Moscou : Stolitsa, 1991. — p.27-28.
  • Alexei von Lampe, Puti vernyh., recueil d’articles, Paris, 1960.

Liens[modifier | modifier le code]