Abraham Dragomirov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abraham Mikhaïlovitch Dragomirov
Абрам Михайлович Драгомиров
Image illustrative de l'article Abraham Dragomirov

Naissance 21 avril 1868
province de Tchernihiv
Décès 9 décembre 1955 (à 87 ans)
Gagny
Origine Drapeau de la Russie Impériale Empire russe
Allégeance Drapeau de la Russie Impériale Empire russe
Armées blanches
Arme Cavalerie
Grade IRA F8GenBranch 1917 h.png Général
Années de service 18841939
Conflits Première Guerre mondiale
Guerre civile russe
Commandement IIe brigade séparée de cavalerie
16e division de cavalerie
9e Corps d’armée
5e Armée
les armées du Front Nord
de la région de Kiev
président la section militaire des Forces Armées du Sud de la Russie
Distinctions Ordre de St-Georges IIIe classe Ordre de Saint-Georges
Ordre de Saint-Vladimir IIIe classe Ordre de Saint-Vladimir
Ordre de Sainte-Anne IIe classe Ordre de Sainte-Anne
Ordre de Saint-Stanislas IIe classe Ordre de Saint-Stanislas
Autres fonctions président de l’Ordre de Saint-Nicolas le Thaumaturge

Abraham Mikhaïlovitch Dragomirof ou Dragomirov, en russe Абра́м Миха́йлович Драгоми́ров, était un général russe, né en 1868, décédé en 1955 qui combattit durant la Première Guerre mondiale puis avec les Armées blanches.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

D’une famille de militaires, c’est le fils du général Mikhail Ivanovitch Dragomirov et le frère du général Vladimir Dragomirov. En 1887, il sort de l’école des pages pour entrer dans le Régiment Semionovsky et en 1893 il est diplômé de l’École militaire d'état-major Nicolas. Major de sa promotion il reçoit une médaille d’argent et sert dans le Caucase. Il fait l’école des officiers de cavalerie entre octobre 1895 et août 1996 pour servir dans le 44e régiment de dragons de Nijni Novgorod.

De décembre 1902 à février 1903, il est chef d’état-major de la 7e division de cavalerie, puis de la 10e division de cavalerie ; en 1912 celui de la forteresse de Kowno et fait général avec mention « pour distinction ».

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

C’est à la tête de la IIe brigade de cavalerie qu’il commence le conflit, il est fait général et placé à la tête de la 16e division de cavalerie, en 1915 il commande le 9e Corps d’armée et en 1916 la 5e Armée pour être en 1917 le chef des armées de la partie Nord du front de l’Est.

Guerre civile russe[modifier | modifier le code]

Après la réunion du 4 mai 1917 au Palais d'hiver, durant laquelle le général Dragomirov a fortement commenté la Déclaration du droit des troupes, il a été licencié de son commandement et remis à la disposition du ministre de la guerre ; fin 1917 il se trouve sur le Don.

Il participe au Mouvement blanc comme 2e vice-président de la réunion spéciale du Guide suprême et adjoint à l’Armée des volontaires, il est ensuite président de l’assemblée extraordinaire d’octobre 1918 à septembre 1919, dans ce cadre il suit les pourparlers de Paris entre l’amiral Koltchak et les Alliés pendant l’été 1919. En septembre 1919, il devient commandant du district de Kiev, puis mis à la disposition du chef des Forces Armées du Sud de la Russie (V.S.You.R.) ensuite nommé président du Conseil Militaire par Denikine, en mars 1920, et après président de la commission de l’Ordre de Saint-Nicolas le Thaumaturge, en octobre 1920.

Entre 1920 et 1924, il passe à l’armée de Wrangel ; lorsque survient la défaite des Armées blanches, il est évacué par Constantinople sous l’autorité des Alliés, passe par la Serbie pour arriver en France en 1931.

L’exil[modifier | modifier le code]

Il participe activement à la création de l’Union générale des combattants russes et au cours de la Seconde Guerre mondiale travaille pour soutenir l’armée de Vlassov et il est réserviste dans la R.O.A.. Il décède à Gagny en 1945 et est enterré au Cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois.