Tatiana Botkina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tatiana Botkina en 1918.

Tatiana Ievguenievna Botkina-Melnik (en russe : Татьяна Евгеньевна Мельник-Боткина), née en 1898 à Saint-Pétersbourg, morte en 1986 à Paris. Fille de Ievgueni Botkine, médecin de la famille impériale de Russie depuis 1908, fusillé par les Bolchéviks le .

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1911, ses parents divorcèrent. En 1914, son père ayant été chargé par la tsarine de fonder deux hôpitaux, Tatiana Botkina s'engagea comma infirmière tandis que ses deux frères aînés rejoignaient leur régiment. Un de ses frères tomba au champ d'honneur le 3 décembre 1914 à l'âge de 20 ans. Son plus jeune frère Gleb fit une brève expérience de vie monacale (plus tard il épousa Nadine Konchine, fondateur de l'Église d'Aphrodite).

Son père étant resté proche de la famille impériale après l'abdication du tsar, Tatiana Botkina les suivit en son exil à Tobolsk mais ne put les suivre à Ekaterinbourg ce qui lui sauva la vie. L'assassinat de son père et de la famille impériale lui causa une douleur inconsolable.

Devant fuir la Russie à travers la Sibérie, elle épousa son compagnon de route, un officier ukrainien, Constantin Melnik. Ils se réfugièrent en France mais leur mariage ne résista pas aux rigueurs de l'exil et ils divorcèrent.

Tatiana et Constantin eurent trois enfants : Tania, Evgeniy et Constantin Melnik, le coordinateur des services secrets de France et écrivain.

Durant la Seconde Guerre mondiale, son frère Iouri fut emprisonné par les nazis puis exécuté. Sa mère mourut de malnutrition à Berlin en 1945.

Elle connut les enfants impériaux en 1910, et les revit à Tobolsk puis à Ekatérinbourg en 1918. En 1926, à l'instar d'ailleurs en 1928 de son frère Gleb, elle identifia en Anna Anderson, Anastasia Nicolaïevna Romanov, quatrième fille du tsar Nicolas II, qu'elle soutint indéfectiblement jusqu'à sa mort.

Quelques années avant sa mort survenue à l'âge de 88 ans, aidée par sa fille Catherine Duhamel, elle écrivit ses mémoires sous le titre : Anastasia retrouvée, Paris, Grasset, 1985.

Elle est enterrée au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, près de Paris.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Mémoires Anastasia retrouvée, Paris, Grasset, 1985.

Comme l'indique le titre, le livre est entièrement consacré à ses retrouvailles de 1926 à 1984 avec l'avant-dernier enfant de Nicolas II et d'Alix de Hesse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ru)T. Botkina, Vospominaniya o tsarskoi siemie ((ru)Воспоминания о царской семье), Belgrad, Vsieslavianskiy knijniy magazin M. I. Stefanovitsch,‎ , 82, [1] p. [1] Un scan de la première édition du livre Souvenirs de la famille royale.