Uvéite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Uvéite
Classification et ressources externes
Hypopyon.jpg
Hypopion survenu lors d'une uvéite antérieure, il s'agit d'un exsudat citrin visible ici dans la partie inférieure de la chambre antérieure de l'œil.
CIM-10 H20
CIM-9 364
DiseasesDB 13676
MedlinePlus 001005
eMedicine oph/580  emerg/284
MeSH D014605
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Une uvéite est (chez l'Homme ou l'animal) une inflammation de l'uvée (iris, corps ciliaires et /ou choroïde).

Types[modifier | modifier le code]

Il existe trois principaux types d'uvéite :

  • antérieure : appelé également iridite ou iridocyclite, elle se manifeste essentiellement au niveau de la chambre antérieure ;
  • intermédiaire : essentiellement au niveau du vitré antérieur ;
  • postérieure : au niveau du vitré postérieur et de la rétine.

La panuvéite correspond à une uvéite totale qui est cependant plus rare.

Une uvéite est considérée comme persistante si elle dure au-delà de trois mois. Elle est dite chronique si elle est persistante et qu'une rechute survient avant le troisième mois[1].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Elle serait responsable de 10 % des cas de cécité dans les pays occidentaux[2]. Elle est plus fréquente chez la femme adulte[3].

Causes[modifier | modifier le code]

Elle peut être d'origine infectieuse, parasitaire[4]. les infections le plus souvent responsables sont l'Herpes simplex virus, la varicelle et le zona, à cytomégalovirus, la tuberculose, la syphilis, la toxoplasmose. L'infection au cytomégalovirus est parfois associée au SIDA.

On rencontre l'uvéite antérieure dans les maladies rhumatologiques :


Dans la moitié des cas, la cause n'est pas trouvée[3]. Un mécanisme auto-immun est alors probable[3].

Une cause génétique est possible puisque le groupe HLA-B27 est fréquemment retrouvé, sans obligatoirement d'atteinte articulaire[5].

Symptômes[modifier | modifier le code]

L'uvéite antérieure aiguë se présente sous la forme d'une douleur oculaire avec larmoiements et photophobie (crainte de la lumière). La vision peut être brouillée.

L'examen montre un œil rouge.

L'uvéite postérieure peut se présenter sous une simple baisse de l'acuité visuelle, sans douleur.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Une évaluation ophtalmologique est nécessaire. L'examen à la lampe à fente permet de bien visualiser la chambre antérieure. On peut y voir des opacités floconneuses, voire un hypopion (en) (niveau de pus dans la chambre antérieure). L'examen du fond d'œil, après dilatation médicamenteuse de la pupille, permet de voir s'il existe des opacités du vitré, une atteinte de la rétine ou de la choroïde.

L'examen peut être complété par une angiographie rétinienne à la fluorescéine permettant de bien visualiser les vaisseaux sanguins.

Complications[modifier | modifier le code]

La perte de la vision reste la complication majeure. Elle peut survenir pour plusieurs raisons dont la survenue d'un œdème de la macula, un glaucome[6]. L'uvéite antérieure a le meilleur pronostic et la panuvéite le pire[6]. Le pronostic est également altéré si l'uvéite tend à se chroniciser[3].

L'œdème maculaire est dit cystoïde en raison de la formation de petites poches liquidiennes au niveau de la fovéa.

Traitement[modifier | modifier le code]

Le traitement de la cause est indispensable si elle est identifiée, en particulier si elle est infectieuse. La mise sous anti-viraux peut ainsi être nécessaire.

L'inflammation est traitée par l'administration de corticoïdes locaux[7]. Un mydriatique local est également administré pour essayer de réduire le risque de synéchies postérieures et de diminuer le risque d'un glaucome[3].

Dans les formes chroniques, le corticoïde peut être donné localement par injection intra-oculaire, avec un risque cependant de glaucome[3], ou par voie générale. L'injection de Bevacizumab ou de ranibizumab, des inhibiteurs de l'angiogenèse, ont donné, parfois, de bons résultats[8].

Dans des cas rebelles, un traitement immunosuppresseur est donné[9]. De même, des inhibiteurs du facteur de nécrose tumoral (anti-TNF alpha) ont été essayés, surtout lors des atteintes oculaires de la maladie de Behcet, avec un bon succès[10].

Uvéite féline[modifier | modifier le code]

Dans le cas d'un chat ayant une uvéite, les causes sont diverses :

l'examen peut détecter un voile blanc sur l'œil.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Standardization of Uveitis Nomenclature (SUN) Working Group. Standardization of uveitis nomenclature for reporting clinical data. Results of the first international workshop » Am J Ophthalmol. 2005;140:509-16
  2. (en) Suttorp-Schulten MS, Rothova A, « The possible impact of uveitis in blindness: a literature survey » Br J Ophthalmol. 1996;80:844-8.
  3. a, b, c, d, e et f (en) Guly CM, Forrester JV, « Investigation and management of uveitis » BMJ 2010;341:c4976
  4. Cassoux N., Guiguen C. Et Camin A.M. « Uvéites parasitaires : Toxoplasmose de l'enfant » In Les Uvéites de l'enfant, Bulletin de la Société Ophtalmologique de France 1997, 97, 189-205.
  5. (en) Rothova A, Buitenhuis HJ, Meenken C et al. « Uveitis and systemic disease » Br J Ophthalmol. 1992;76:137-41
  6. a et b (en) Durrani OM, Tehrani NN, Marr JE et al. « Degree, duration and causes of visual loss in uveitis » Br J Ophthalmol. 2004;88:1159-62
  7. (en) Loteprednol Etabonate US Uveitis Study Group. « Controlled evaluation of loteprednol etabonate and prednisolone acetate in the treatment of acute anterior uveitis » Am J Ophthalmol. 1999;127:537-44.
  8. (en) Mansour AM, Arelavo JF, Ziemssen F et al. « Long term visual outcomes of intravitreal bevacizumab in inflammatory ocular neovascularisation » Am J Ophthalmol. 2009;148:310-6.
  9. (en) Jabs DA, Rosenbaum JT, Foster CS et al. « Guidelines for the use of immunosuppressive drugs in patients with ocular inflammatory disorders: recommendations of an expert panel » Am J Ophthalmol. 2000;130:492-513
  10. (en) Suhler EB, Smith JR, Giles TR et al. « Infliximab therapy for refractory uveitis: 2-year results of a prospective trial » Arch Ophthalmol. 2009;127:819-22

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]