Rubéole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rubéole
Classification et ressources externes
Rubella.jpg
L'exanthème maculeux rubéoliforme de la rubéole au niveau de l'abdomen.
CIM-10 B06
CIM-9 056
DiseasesDB 11719
MedlinePlus 001574
eMedicine emerg/388  peds/2025derm/259
MeSH D012409
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale
Exanthème maculeux non prurigineux qui débute à la face et s'étend à tout le corps en quelques heures, d'abord morbilliforme, puis scarlatiniforme, prédominant à la face, aux régions lombaires et fessières et disparaissant en 3 à 4 jours.

La rubéole (ou 3e maladie) est une maladie virale épidémique, d'incubation voisine de 13 à 20 jours. C'est une maladie généralement bénigne qui touche essentiellement les enfants mais qui peut provoquer de graves malformations congénitales lorsque les femmes sont infectées au début de leur grossesse. Le nom de la troisième maladie provient du fait qu'à l'époque où l'on a voulu établir une liste des maladies provoquant un exanthème infantile, elle a été la troisième à être énumérée.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est à l'occasion d'une épidémie de cataracte congénitale qu'un ophtalmologiste australien, sir Norman Gregg, mit en évidence le pouvoir pathogène des virus vis-à-vis du fœtus. Ce virus a été isolé en 1962.

Structure du virus[modifier | modifier le code]

C'est une infection contagieuse, immunisante, due à un Togavirus : le Rubivirus. Sa taille varie entre 60 et 70 nm. Il possède un ARN monocaténaire messager non segmenté, une capside icosaédrique et une membrane avec 2 types de glycoprotéines E1 et E2 dont le role est d'attacher le virus aux globules rouges .

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Bénigne chez l'enfant, la rubéole peut être grave chez la femme enceinte en raison du risque de malformations congénitales. Mais 80 à 95 % des femmes sont immunisées avec un taux qui augmente avec les vaccinations systématiques dans l'enfance [réf. nécessaire]. La contagion débute une semaine avant l'éruption et persiste deux semaines après.

Mondialement, 29 000 cas ont été déclarés en 2004 et l'Organisation mondiale de la santé tablait pour une éradication en 2010[1].

En Amérique, des campagnes de vaccination ont permis d'interrompre la transmission de la rubéole (et aussi la rougeole) sur tout le continent[réf. nécessaire], le dernier cas endémique au continent étant en février 2009[2]. Toutefois, quelques cas isolés de rubéole y sont toujours rapportés, importés par des voyageurs infectés à l'étranger.

Grâce à la politique de vaccination[réf. nécessaire], la maladie devient de plus en plus rare en Europe. En France en 2009, deux cas de rubéole congénitale ont été diagnostiqués : une femme qui refusait toute vaccination et une autre femme d'origine étrangère. Ces deux patientes ont eu des éruptions qui ont été prises pour une réaction allergique.

Nombre de décès par rubéole en France de 1925 à 1999[3]

Conséquence de l'infection sur le fœtus[modifier | modifier le code]

Le risque fœtal est d'autant plus grand que l'infection survient précocement dans la grossesse : au cours du 1er trimestre, le risque d'atteinte du fœtus est d'environ 25 % alors qu'il devient nul après le 4e mois de grossesse. La primo-infection maternelle passe inaperçue dans 50 % des cas[4].

L'infection de la mère par la rubéole peut entrainer un syndrome polymalformatif, le syndrome de Gregg, associant atteintes cardiaques, oculaires et auditives.

La rubéole congénitale évolutive peut associer chez un enfant hypotrophique[4] :

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Signes cliniques

Après une période d'incubation de 2 à 3 semaines apparaît une fièvre modérée avec céphalées (maux de tête), pharyngite, adénopathie cervicale, conjonctivite. L'éruption apparaît en 48 h : exanthème maculeux non prurigineux qui débute à la face et s'étend à tout le corps en quelques heures, d'abord morbilliforme, puis scarlatiniforme. Elle prédomine à la face, aux régions lombaires et fessières et disparaît en 3 à 4 jours. Mais il faut insister sur la fréquence des formes atténuées ou asymptomatiques.

Diagnostic de la rubéole chez la femme enceinte[modifier | modifier le code]

Il est important de rappeler que le risque d'anomalie n'existe plus à partir de 18 semaines d'aménorrhée. Une femme enceinte doit être rassurée en cas de rubéole après 18 semaines. Avant 11 SA le risque de malformations congénitales in utéro est de 70 à 90 % et entre 11 et 18 SA ce pourcentage descend à 15 à 60 %.

En cas de contage[modifier | modifier le code]

L'interprétation de la sérologie rejoint l'interprétation de la sérologie faite dans le cadre de la première consultation prénatale.

Interprétation des sérologies

IgG positif et IgM négatif[modifier | modifier le code]

Le taux des immunoglobulines G n'a aucune signification. La présence d'immunoglobuline G est le témoignage d'une infection ancienne. La patiente doit être rassurée.

IgG positif et IgM positif[modifier | modifier le code]

La présence d'immunoglobuline G et la présence d'immunoglobuline M est aussi le témoignage d'une infection ancienne car les immunoglobulines M n'apparaissent qu'au moment de l'éruption. Ce résultat peut s'expliquer soit par la persistance d'immunoglobuline M post vaccinable qui peut persister pendant des années ou qui réapparaissent au cours d'une infection par le mécanisme de la stimulation monoclonale non spécifique.

Ig G négatif et Ig M positif[modifier | modifier le code]

La présence d'une seule sérologie positive avant le contage permet d'affirmer l'immunisation de la femme enceinte. Les anticorps sont indétectables par le laboratoire. Les immunoglobulines positives M sont alors résiduelles ou non spécifique. En l’absence de sérologie antérieure mettant en évidence des IgG, ce cas doit être considéré comme une authentique primo-infection.

IgG négatif et IgM négatif[modifier | modifier le code]

La femme enceinte n'est pas a priori protégée mais la présence d'une seule sérologie positive avant le contage permet d'affirmer l'immunisation de la femme enceinte. Les anticorps sont indétectables par le laboratoire

En cas d'éruption[modifier | modifier le code]

Le vrai problème est de ne pas prendre une éruption rubéolique pour une réaction allergique.

Rechercher un antécédent de vaccination contre la rubéole, essayer de retrouver un sérum fait quelques semaines ou quelques mois auparavant avant et pratiquer une sérologie le plus tôt possible.

Les immunoglobulines M apparaissent dès l'éruption, avant les immunoglobulines G, et leur ascension est très rapide atteignant le maximum deux semaines après l'éruption puis le taux descend. Leur absence élimine le diagnostic de rubéole.

La présence d'immunoglobuline G avec absence d'immunoglobuline M au moment de l'éruption est le témoignage d'une infection ancienne. Une apparition des immunoglobulines M peut être en rapport avec une stimulation monoclonale non spécifique.

Traitement[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de traitement antiviral spécifique curatif. Il faut vacciner les filles séronégatives à la puberté. Le traitement est uniquement symptomatique, il est possible de faire baisser la fièvre en administrant du paracétamol.

Prévention[modifier | modifier le code]

La prévention passe par la vaccination (vaccin R.O.R.). Après une vaccination il est souhaitable de contrôler la présence d'anticorps. Une seconde vaccination est possible si le taux d'anticorps est indétectable après la première vaccination. On peut refaire une deuxième vaccination. Aucun contrôle n'est nécessaire après. Cette femme devra être considérée comme immunisée même si le laboratoire ne détecte pas d'anticorps.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Measles in the United Kingdom: can we eradicate it by 2010?, Perviz Asaria, Eithne MacMahon, BMJ 2006;333:890-895.
  2. (en) Rubella Watch of the Pan American Health Organization
  3. « Les causes de décès en France depuis 1925 » INED, consulté le 10 septembre 2013
  4. a et b Didier Armengaud, Pédiatrie, Estem,‎ 2003, 562 p. (ISBN 2-84371-195-9, lire en ligne)