Vitiligo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vitiligo
Classification et ressources externes
Vitiligo.jpg
Vitiligo sur peau noire
CIM-10 L80
CIM-9 709.01
OMIM 193200
DiseasesDB 13965
MedlinePlus 000831
eMedicine derm/453 
MeSH D014820
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale
Main d'une personne atteinte de vitiligo

Le vitiligo, leucodermie ou achromie est une maladie de l'épiderme qui se caractérise par des taches blanches (dépigmentation) qui apparaissent et s'étendent sur la peau.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Elle touche 0,5 % de la population mondiale, sans prédominance de sexe ni d'origine ethnique[1]. Sa manifestation et son développement peuvent se produire à n'importe quel âge bien que la plupart des personnes atteintes développent le vitiligo avant l'âge de 20 ans[1].

Causes[modifier | modifier le code]

Cette maladie peut être d'ordre génétique (au moins 10 gènes sont impliqués), et est liée à des troubles endocriniens ou auto-immuns systémiques.

En situation clinique, les patients rapportent que le vitiligo apparaît après un traumatisme, après avoir été malade, ou encore suite à un stress émotionnel. Des manifestations sont fréquemment rapportées suite à la mort d'un proche ou d'une blessure sévère. Un coup de soleil peut également déclencher le vitiligo[2].

Le vitiligo n'est pas une maladie infectieuse ou contagieuse mais peut être transmis par hérédité, on estime d'ailleurs ce risque à 30 %. Une mutation sur le gène NALP1 (pour « NACHT leucine-rich-repeat protein 1 ») a été identifiée comme corrélée au risque de développer un vitiligo[3].

Mécanisme[modifier | modifier le code]

Le mécanisme n'en est pas clairement établi :

  • théorie nerveuse : l'accumulation de neuromédiateurs ou leur libération massive lors d'un stress psychoaffectif pourraient favoriser la disparition des mélanocytes ;
  • théorie auto-immune : c’est l’hypothèse la plus tangible car un pourcentage significatif de patients atteints de vitiligo souffrent en plus d’une autre maladie auto-immune, par exemple une thyroïdite de Hashimoto, une maladie de Basedow, une maladie d’Addison, un diabète de type 1 ;
  • théorie toxique : accumulation de radicaux libres qui sont nocifs pour les mélanocytes.

La dépigmentation que provoque cette maladie résulte de la perte des mélanocytes (cellules produisant la mélanine).

Les zones atteintes n'étant plus pigmentées, elles sont particulièrement sensibles aux rayons ultraviolets (la mélanine ayant habituellement pour rôle de protéger du soleil grâce au bronzage). Dans certains cas, on peut aussi constater une concentration de mélanine (zone plus sombre) aux abords de la zone atteinte.

Ce défaut pigmentaire se manifeste principalement sur le visage, les extrémités, les articulations et les zones de frictions : phénomène de Koebner.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Il repose essentiellement sur la constatation des lésions caractéristiques sur la peau. Il existe deux formes principales : la forme « généralisée » se caractérise par des plaques plus ou moins symétriques par rapport à l'axe médian du corps et représente presque 90 % des cas. La forme segmentaire est un peu plus fréquente chez l'enfant, surtout au niveau du visage, avec une progression plus rapide[4].

Dans les stades tardifs, une dépigmentation des poils ou des cheveux peut être vue.

Cette maladie ne provoque pas de douleurs physiques mais peut poser des contrariétés d'ordre esthétique ou pour la vie sociale[5].

Biologie[modifier | modifier le code]

Il peut être utile d'effectuer un bilan biologique complémentaire, le vitiligo pouvant être associé à des maladies auto-immunes notamment des problèmes de thyroïde (dont la thyroïdite d'Hashimoto[6]). On le trouve notamment dans la polyendocrinopathie auto-immune de type II associant : insuffisance surrénale chronique par rétraction auto-immune corticale, dysthyroïdie, vitiligo, diabète de type I, connectivites (notamment polyarthrite rhumatoïde et lupus érythémateux disséminé).

Traitement[modifier | modifier le code]

Les traitements disponibles sont multiples, mais tous imparfaits avec des taux de succès parfois bas et ont pour la plupart des effets secondaires importants.

Elle inclut dans tous les cas une protection contre les brûlures du soleil, ce dernier ayant pourtant un rôle bénéfique sur la maladie et les plaques dépigmentées chez les personnes à peau mate, qui semblent conserver une résistance aux coups de soleil[7].

Traitement médical[modifier | modifier le code]

  • irradiation par des ultraviolets B, essentiellement pour les formes généralisées ;
  • psoralène associé à des ultraviolets A (PUVA-thérapie), cependant moins efficace que le traitement par ultraviolets B[8] ;
  • les corticostéroïdes en pommades ou en crèmes sont d'une bonne et rapide efficacité mais les résultats sont inconstants dans le temps[9] ;
  • les inhibiteurs de la calcineurine (ex. : tacrolimus) en pommade, peuvent être employés, de préférence sous un pansement[10] ;
  • traitement au laser excimer (résultats probants sur vitiligo stabilisé) ;
  • l'acide para-amino-benzoïque (anciennement nommée vitamine B10) aurait une action bénéfique sur le long terme et est utilisée pour son traitement[11].

Si les plaques sont de taille modérée, elles peuvent être artificiellement masquées par un maquillage. Certains autobronzants spécialement conçus pour le vitiligo sont la solution simple, rapide et efficace pour masquer les zones dépigmentées.

Traitement psychique[modifier | modifier le code]

Le vitiligo peut être déclenché par le stress[réf. nécessaire]. Ainsi envisagé comme une réaction somatique à un processus psychique, la psychothérapie ou la psychanalyse est largement recommandée[réf. nécessaire].

Traitement chirurgical[modifier | modifier le code]

Il est recommandé quand le traitement médical est inefficace et consiste en des transplantations de mélanocytes. Le vitiligo doit être cliniquement stable depuis au moins un an afin d'envisager ce type de traitement (sinon il y a risque élevé de récidive).

Cette transplantation peut se faire de plusieurs manières :

  • greffe de peau ultra mince. Une surface identique à la surface à traiter doit être prélevée sur une partie du corps non touchée par la maladie ;
  • microgreffe (punch graf en anglais). Plusieurs séances sont à prévoir, avec un risque de cicatrice ;
  • culture de mélanocytes, préalablement prélevés sur un échantillon de peau puis cultivé en laboratoire. Cette technique est peu répandue car délicate et chère ;
  • suspension fraîche de cellules épidermiques (kératinocytes et mélanocytes) préparée à partir d'un échantillon de peau mince. La surface traitée peut être plusieurs dizaine de fois la taille de l'échantillon prélevé. Cette technique nécessite traditionnellement un laboratoire mais un dispositif médical est depuis peu sur le marché et évite le recours au laboratoire (ReCell de la société Clinical cell Culture).

Dans tous les cas la procédure est similaire :

  1. prélèvement de l'échantillon sur une zone saine ;
  2. retrait de la couche supérieure de l'épiderme sur la zone à traiter (dermabrasion mécanique ou laser) sous anesthésie locale en général ;
  3. application de la greffe ou de la suspension ;
  4. pansement pendant une semaine.

L'épiderme est reconstruit en une semaine mais les mélanocytes demandent 4 à 6 semaines pour produire de la mélanine qui restaurera la pigmentation. Des séances d'ultraviolets peuvent être prescrites, surtout sur les peaux claires, pour stimuler les mélanocytes nouvellement greffés.

Recommandations[modifier | modifier le code]

La British Association of Dermatologists a publié en 2008 des recommandations sur la prise en charge de la maladie[12].

Associations de patients et de proches[modifier | modifier le code]

  • L'Association Française du Vitiligo est basée à Paris[13].

Personnalités atteintes du vitiligo[modifier | modifier le code]

  • Michael Jackson, chanteur, auteur-compositeur et danseur-chorégraphe américain disait en être atteint depuis qu'il avait une vingtaine d'années[14],[15],[16]. Les multiples rapports d'autopsie effectuée lors de son décès confirment qu'il était bien atteint de cette maladie[17]. En 1994, à la suite d'une plainte déposée par Michael Jackson contre un tabloïd qui affirmait qu'il s'est fait « blanchir » la peau, des experts en dermatologie sont mandatés pour l'examiner et concluent qu'il souffre effectivement du vitiligo. Le rapport est classé dans les archives de la Cour du comté de Santa Barbara.
  • Graham Norton, acteur, humoriste et présentateur irlandais à la BBC[18].
  • Lee Thomas, journaliste et présentateur américain de la chaîne de télévision Fox2[19].
  • Hedvig Lindahl, joueuse de football au Linköping FC et en équipe nationale de Suède[20].
  • Holly Marie Combs, actrice américaine, principalement connue pour jouer Piper Halliwell dans la série Charmed[21].
  • Agnès Soral, actrice franco-suisse, confiera a un journaliste de Voici (no 1114) être atteinte de la « même maladie que Michael Jackson ».
  • Rappin' Hood, rappeur brésilien[22].
  • Tamar Braxton, chanteuse américaine et participante à la télé-réalité Braxton Family Values (en)[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Taïeb A, Picardo M. « Vitiligo » N Engl J Med. 2009;360:160. DOI:10.1056/NEJMcp0804388 Résumé
  2. (en) Wolff K, Johnson RA. Fitzpatrick's Colors Atlas & Synopsis of Clinical Dermatology, 6e éd., McGraw-Hill, 2009.
  3. (en) Jin Y, Mailloux CM, Gowan K. et al. « NALP1 in vitiligo-associated multiple autoimmune disease » N Engl J Med. 2007;356:1216-25. PMID 17377159
  4. (en) Hann SK, Lee HJ. « Segmental vitiligo: clinical findings in 208 patients » J Am Acad Dermatol. 1996;35:671-74. PMID 8912558
  5. J-P. Ortonne, « Vitiligo », sur www.therapeutique-dermatologique.org,‎ septembre 2005 (consulté le 23 juillet 2012)
  6. (en) Kakourou T, Kanaka-Gantenbein C, Papadopoulou A, Kaloumenou E, Chrousos GP, « Increased prevalence of chronic autoimmune (Hashimoto's) thyroiditis in children and adolescents with vitiligo » J Am Acad Dermatol. 2005;53:220-3. PMID 16021113
  7. (en) Caron-Schreinemachers AL, Kingswijk MM, Bos JD, Westerhof W. « UVB 311 nm tolerance of vitiligo skin increases with skin phototype » Acta Derm Venereol. 2005;85:24-6. PMID 15848986
  8. (en) Westerhof W, Nieuweboer-Krobotova L. « Treatment of vitiligo with UV-B radiation vs topical psoralen plus UV-A » Arch Dermatol. 1997;133:1525-8. PMID 9420536
  9. (en) Parsad D, Pandhi R, Dogra S, Kumar B. « Clinical study of repigmentation patterns with different treatment modalities and their correlation with speed and stability of repigmentation in 352 vitiliginous patches » J Am Acad Dermatol. 2004;50:63-7. PMID 14699367
  10. (en) Hartmann A, Bröcker EB, Hamm H. « Occlusive treatment enhances efficacy of tacrolimus 0.1% ointment in adult patients with vitiligo: results of a placebo-controlled 12-month prospective study » Acta Derm Venereol. 2008;88:474-9. PMID 18779885
  11. « para-aminobenzoïque » dans le dictionnaire Larousse
  12. (en) Gawkrodger DJ, Ormerod AD, Shaw L. et al. « Guideline for the diagnosis and management of vitiligo » Br J Dermatol. 2008;159:1051-76. PMID 19036036
  13. association Française du Vitiligo
  14. Jackson, Michael. Interview avec Oprah Winfrey. The Oprah Winfrey Show. 10 février 1993. (En ligne). « I have a skin disorder that destroys the pigmentation of my skin, it's something that I cannot help, OK? »
  15. (en) Jacko Accuser's Contradictions Continue, Lead Prosecution Investigator Testifies. « Mr. Mesereau also brought attention to, not only the accuser’s lack of sensitivity for Mr. Jackson’s skin condition (vitiligo), but through questioning, he exposes the accuser’s apparent lack of knowledge of Mr. Jackson’s vitiligo. Considering the fact that the accuser claims to have seen Mr. Jackson naked, he is surprisingly unaware of the effects of the disease. »
  16. Entretien avec Arnold Klein, son dermatologue, avec La Repubblica repris sur LePost.fr
  17. (en) Corky Siemaszko, « Michael Jackson autopsy report confirms singer suffered from vitiligo, wore wig, had tattooed makeup », NY Daily News,‎ 2010 (lire en ligne)
  18. (en) The Observer « When you meet him for the first time - twinkling across the lobby of One Aldwych in his Cavalli shirt and Jil Sander trainers, with the funny little white spots in his hair which are the product of vitiligo - you feel you know him already. »
  19. Turning White
  20. Site officiel de Hedvig Lindahl « I have a thing that makes me kind of special, namely that of having a rather unusual skin disorder, called Vitiligo. »
  21. Les lésions dépigmentées sur ses mains sont visibles, entre autres, dans certains épisodes de Charmed et sur de nombreuses photographies.
  22. (pt) http://www.vitiligo.com.br/inf_vis.aspx?id=62&tp=inf
  23. (en) « Tamar Braxton Vitiligo: Singer Responds To Skin Bleaching Rumors », Huffington Post,‎ 12 juillet 2012 (lire en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]