Baccarat (cristallerie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baccarat (homonymie).

Baccarat (cristallerie)

Création 1764
Personnages clés Famille Taittinger,
de Chambrun
Forme juridique Société par actions simplifiée
Action FR0000064123
Siège social Drapeau de France Paris (France)
Direction Daniela Ricardi (directrice générale)
Actionnaires Société du Louvre
Activité Luxe
Produits Produits ménagers durables
Société mère Starwood Capital Group
Site web http://www.baccarat.fr/
Capitalisation 94 870 000 €
Chiffre d’affaires 125 M € (2010)

La cristallerie Baccarat est une entreprise verrière et manufacture de cristal, de renommée mondiale, située sur la commune de Baccarat, en limite orientale du département de la Meurthe-et-Moselle, dans l'ancienne région Lorraine de la France. Elle possède, à proximité de ses ateliers, un musée de la cristallerie très fréquenté en saison estivale[1].

Préambule : histoire du site de 1764 à 1814[modifier | modifier le code]

Après la fermeture des salines de Rozières en 1760[2], due à la baisse de salinité des eaux, une grande quantité de bois jusqu'alors apporté par flottage à Baccarat devenait disponible. Un des principaux propriétaires de la forêt vosgienne d'où venait ce bois flotté, à savoir Monseigneur de Montmorency-Laval, évêque de Metz) désirait leur trouver un autre usage et cherchait à faire créer à Baccarat une bouche à feux lucrative. Cela aurait pu être une forge s'il y avait eu du minerai de fer accessible sur place, ou une faïencerie, mais on lui préféra néanmoins une verrerie. La justification donnée à la création de cette entreprise dans une requête faite au Roi en 1764 par le propriétaire du site, Monseigneur de Montmorency-Laval est « Sire, la France manque de verrerie d'art, et c'est pour cela que les produits de Bohême y entrent en si grande quantité : d'où il suit une exportation étonnante de deniers, au moment où le royaume en aurait si grand besoin pour se relever de la funeste guerre de Sept Ans, et alors que depuis 1760, nos bûcherons sont sans travail »[3].

En 1764 le roi Louis XV donna la permission de fonder une verrerie de verre plat et de verre d'art : les Verreries de Sainte-Anne étaient nées dans la ville de Baccarat dans la Lorraine à l'évêque de Metz Louis-Joseph de Montmorency-Laval (1761-1802) qui créa cette manufacture avec un maître verrier de Saint-Louis[4]. La production devait consister en la fabrication de carreaux à vitre, mais aussi de miroirs (argenté au mercure) et de services de verre.

En 1773, l'évêque vend sa manufacture au marchand verrier Antoine Renault, qui la garda jusqu'à sa ruine pendant la Révolution. L'enceinte de la verrerie sainte Anne est à proximité de la modeste bourgade de Baccarat[5]. Les quatre fours en pleine activité consomment 21000 stères de bois. Il fabrique de la gobeleterie et du verre à vitre, ainsi que du verre de table de Bohême. La manufacture n'a ni le niveau artistique ni la technique de fabrication de cristal au plomb maîtrisée à Saint-Louis-lès-Bitche.

En 1785, en prenant en compte les volumes de bois[6], les verreries sainte Anne représentent la troisième plus grande verrerie d'Europe, dépassée par la cristallerie de Saint-Louis-lès-Bitche et la cristallerie de Saint-Quirin[7].

Après la Révolution Française, l'entreprise connaît des aléas économiques. Dès le Consulat, les propriétaires se succèdent, et l'entreprise périclite jusqu'à sa faillite en 1806, date à laquelle elle fut vendue aux enchères à un négociant de Verdun. Les activités de la verrerie Sainte-Anne continuèrent ensuite avec difficulté jusqu'en 1813. Les deux derniers fours ne fonctionnent plus à cette date.

La grande cristallerie[modifier | modifier le code]

Pièce de Verre-cristal Baccarat du service royale d'Espagne.

En 1816, l'établissement en friche est racheté par le financier et industriel Aimé-Gabriel d'Artigues (1773-1848), déjà propriétaire des Cristalleries de Vonêche dans les Pays-Bas du Sud, ce qui lui permet d'être autorisé à garder une clientèle française sans avoir a payer de taxes d'importation, exigible par la nouvelle barrière douanière. Vonêche, en aval de Givet, venait en effet de quitter le royaume de France pour le Royaume des Pays-Bas réunis[7]. En échange de son investissement et installation en France, Gabriel d'Artigues obtient du Roi de France le droit d'importer en France 10 000 quintaux de « cristaux bruts de Vonêche » à tailler et ciseler du 20 mars 1816 au 20 mars 1818, mais il doit en contrepartie en deux ans pour (re)lancer sur un lieu en France la production d'au moins 10 000 quintaux de cristaux de verre par an[7].

L'ancienne « Verrerie Saint-Anne » devient ainsi une cristallerie sous le nom de « Établissements de Vonêche à Baccarat ». Ce fut le début de la prestigieuse ascension de la Compagnie des Verrerie et cristalleries de Baccarat.

Le premier four à cristal de Baccarat, conformément à l'engagement de l'industriel auprès des autorités, commença à être allumé le 15 novembre 1816. Le second opère le 1er décembre 1817, le troisième le 19 mars 1818 le quatrième en 1819. L'usine modernisée avec une fabrique de minium compte jusqu'à 300 personnes employées sur le site.

Dès le début, la qualité éclatante des cristaux est là. Mais l'installation sous contrainte étatique dans la première époque économique difficile de la Restauration est difficile et a vite représenté un coût faramineux : les comptes de l'usine de Vonêche connaissent un passage dans le rouge, l'investisseur, accablé d'endettement après 1820, est tout autant épuisé et malade. L'entreprise a trop vite embauché sous la contrainte des autorités et peine à rentabiliser sa production. Elle se trouve en difficulté financière.

1822-1870 : le temps des Godard père et fils, des Toussaint et Michaut[modifier | modifier le code]

Lustre en cristal de Baccarat au Dolmabahçe Palais à Istanbul.

Bien que l'intitulé de la raison sociale de l'usine soit encore "Verrerie", elle est en fait déjà spécialisée dans le cristal[7]. Notons que la technique n'est pas celle du Cristal de Bohême, très connue en Europe pour venir de la Bohême. C'est plutôt une singulière redécouverte de la technique anglaise, opérée de façon originale à la verrerie de Saint-Louis-lès-Bitche entre 1779 et 1781.

Pour perpétuer le démarrage autant satisfaisant par la qualité des produits que calamiteux par l'état des finances, Gabriel d'Artigues est forcé de livrer l'entreprise à trois associés plus fortunés : Pierre-Antoine Godard-Desmarest, ancien directeur des subsistances militaires sous l'Empire, François-Marie- Augustin Lescuyer-Vespin, propriétaire à Charleville, et Nicolas-Rémy Lolot, négociant à Charleville. Le rachat complet des parts s'effectue pour la somme de 396 000 F. Il est versé par les trois associés, en 1822 et 1823. Le parisien fortuné, Pierre-Antoine Godard-Desmarest achète aussi avant 1823 dans la Thiérache du nord de la France la verrerie de Trélon, petite usine proche de vastes forêts très productives en bois, et qui produisait jusqu'alors du verre à vitre[7] (Dans l'ombre de la première, elle produira du cristal de 1826 à 1874 pour le compte de Baccarat).
En 1824 la cristallerie obtient le statut légal de Société anonyme[7]

Godard-Desmarest père confie la direction de la société à un jeune ingénieur polytechnicien, Jean-Baptiste Toussaint[8]. De cette décision date la naissance de deux dynasties familiales, l'une possédant le capital de la société, et l'autre dirigeant l'entreprise.

La Société au personnel franco-belge cultive l'excellence et poursuit sa croissance. Elle obtient la médaille d'or à l'exposition de 1823; elle employait alors 327 ouvriers. Elle récidive en 1827, en 1834 et en 1839. En 1841, le nombre d'emplois verriers s'était élevé à 900. Il y aura 2,000 en 1869.

Baccarat reçut sa première commande royale en 1823 du roi Louis XVIII. Ce fut le début d'une longue série de commandes pour les familles royales et chefs d'état de toute la planète. En 1825, Godard père et Toussaint créent le service Harcourt. En réalité, ils nomment ce que la première équipe franco-belge autour d'Aimé-Gabriel d'Artigues avait mise au point[9]. Mais les nouveaux propriétaires bénéficient d'une outrageuse période d'embellie économique, liée à une forte croissance du marché international, sur le marché du luxe. Par ailleurs, le choix stratégique du lieu, opéré par A.G. d'Artigues, s'avère idéale : en effet, sur le piémont vosgien, d'Épinal à Blamont, en passant par Rambervillers, Lunéville et Moyen, une multitude de faïenceries, bien actives, rachète les moindres déchets de verre-cristal pour fabriquer leurs couvertes de faïences.

En 1841, l'arrivée d'un ingénieur de trente ans, François-Eugène de Fontenay, déjà expert de la manufacture de Plaine de Walsch, dont l'exploitation s'était étendue au Vallerysthal, colorise les productions verrières. Ce chercheur avait mené les études sur les verres de couleur. Promu sous-directeur, il met au point les premiers presses-papiers multicolores en verre à 33% en Pb[10].

Les diverses fabrications en verres filigranés, marquées B, connaîtront un grand succès en France et à l'exportation, de 1846 à 1895[11].

En 1855, Baccarat gagna sa première médaille d'or à l'exposition universelle de Paris.

Verre de table en cristal

Baccarat dépose à partir de 1860 sa marque déposée sur ses pièces (La marque était alors une simple étiquette collée sur les pièces).

La production de cristal prit son ampleur durant cette période dans la cristallerie de luxe, où Baccarat s'est construit une réputation mondiale en fabriquant des verres au plomb de très grande qualité, des chandeliers, des vases et des flacons de parfum.

1870-1936[modifier | modifier le code]

L'ère impériale s'acheva en 1870 avec la défaite de Napoléon III. Les échanges extérieurs à la France commencèrent à avoir une plus grande influence sur le travail de Baccarat, particulièrement les importations du Japon.

Une forte croissance continua en Asie pour Baccarat, la manufacture pouvant y répondre par la mécanisation de certaines étapes de la fabrication. En 1891, 4 189 des 5 723 habitants travaillaient à la cristallerie ou vivaient avec des employés de la Cristallerie. Elle passe de 1 125 ouvriers en 1855 à 2 223 en 1900, ce qui faisait d'elle une des grandes usines françaises[12],[13].

Lustre en cristal Baccarat.

Fin XIXe siècle la maison Baccarat fait construire un dépôt, magasin de vente et atelier de bronze au sud de l'enclos Saint-Lazare, rue de Paradis-Poissonnière, actuelle rue de Paradis à Paris, aux nos 30 et 30bis. Ce dépôt comptait 246 employés en 1899[14]. Ce bâtiment deviendra par la suite musée Baccarat jusqu'en 2003 et hébergera un temps la Pinacothèque de Paris à partir de 2003.

Un des marchés les plus forts pour Baccarat était les flacons de parfums, en 1907 la production était de plus de 4000 flacons par jour.

En 1936 Baccarat signe toutes ses pièces à l'acide ou au sablage.

Les cristalleries sont dirigées depuis 1868 par Paul Michaut, qui a été sous-directeur, administrateur-adjoint, puis administrateur-directeur, à la suite de son mariage avec la fille de jean-Baptiste Toussaint. Lui a succédé en 1883 son fils Adrien Michaut, qui a dirigé la compagnie jusqu'à son décès en 1936. Un autre de ses fils, Henri Michaut, a été administrateur et sénateur.

Paul Michaut a imprimé de sa forte personnalité les destinées de la compagnie, surtout à partir des années 1870, en ce qui concerne les transformations industrielles et les règles sociales, fondées sur un "ordre social" paternaliste et catholique, méfiant à l'égard des initiatives sociales antérieures. Son fils est à l'origine de la fondation d'une crèche (1895), d'un système de protection sociale combinant prévoyance et épargne, d'un fonds de chômage. La compagnie a d'ailleurs reçu un prix en 1889 lors de l'exposition sociale de 1889.

Depuis 1936[modifier | modifier le code]

Boutique Baccarat au 11 place de la Madeleine, à Paris.

Baccarat créa une filiale américaine en 1948 à New York. En 2005 il existait 13 magasins aux États-Unis.

Une rétrospective fut tenue en 1964 au Musée du Louvre pour célébrer le 200e anniversaire des réalisations en cristal.

En 1994 Baccarat réalise un gigantesque lustre en cristal de 230 lumières pour son 230e anniversaire. Le chiffre d'affaires de la société s'élève à 472,5 millions de Francs[15].

En 1993, en pleine crise du marché du luxe, Baccarat se met à la bijouterie. En 1997 elle étend son activité dans la parfumerie.

En 2005, le célèbre designer Philippe Starck dessine une collection spéciale "noire" : Darkside, dont le lustre Zenith.

Sculpture sur verre Baccarat, marque de luxe

Verres de la collection Harcourt et autres[modifier | modifier le code]

Harcourt désigne une collection de verres de table en cristal de la maison Baccarat. Créée en 1841, elle se distingue par une ligne simple et la mise en valeur de la forme et porte le nom de « forme gondole à triple bouton ». C'est à l'occasion de l'exposition internationale de 1925 que la collection change, comme beaucoup d'autres chez Baccarat, de nom, celui d'Harcourt, faisant référence à l'une des plus vieilles famille noble française. Ces verres sont présents sur la table de Napoléon III puis des dîners présidentiels, d'ambassades et même du pape.

Au début des années 1990, la société fabrique plus de 800 000 verres, toutes collections et commandes confondues.

À partir de 2002, des designers revisitent les verres Harcourt, comme Philippe Starck qui les noircit. Pour les 170 ans de la ligne, Baccarat les décline avec des médaillons représentant Louis XV et son épouse Marie Leszczynska (le roi ayant autorisé la création de la manufacture Baccarat)[16].

Actionnariat[modifier | modifier le code]

En 1853, mademoiselle Godard-Desmarest, la riche héritière des cristalleries épouse Joseph, Dominique, Aldebert de Chambrun, philanthope inspiré par les idées de Le Play, qui n'a pas réussi à convaincre la direction de la société de suivre ses recommandations, jugées trop hardies, mais finança l'agrandissement de l'hôpital de Baccarat qui recueillit ses ouvriers les plus atteints (tuberculose, saturnisme des minionneurs, graves accidents du travail)[17]. La société restera dans la famille de Chambrun jusqu’en 1989 lorsque la Fondation Josée-et-René-de-Chambrun auquel René de Chambrun avait apporté ses actions céda au groupe Taittinger une part majoritaire du capital. Elle sera alors présidée par Anne-Claire Taittinger jusqu'en 2005.

Le groupe Taittinger céda son capital en juillet 2005 au fonds d'investissement américain Starwood Capital Group des frères Barry et Russell Sternlicht. Barry Sternlicht est l'actuel président de Baccarat.

En juin 2007, la Fondation de Chambrun et la Fondation Cognacq-Jay cédèrent respectivement 33 % et 1 % du capital de la société à Starwood Capital Group.

À septembre 2011, le capital est réparti de la manière suivante [18]:

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fin 1998, il a reçu oplus de 60000 visiteurs.
  2. Pour 100 kg de sel à partir des eaux salées de Rosières, il fallait environ 5 stères de bois flottés de la vallée de la Haute Meurthe pour chauffer les poêles à tôles métalliques.
  3. Hubert Collin, Lotharingia, Société Thierry Alix,‎ 1988, p. 382
  4. Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette, Lorraine-Vosges, Petit Futé,‎ 2011, p. 23
  5. La vaste enceinte de la grande verrerie tend à se confondre avec presque toute la petite ville de Baccarat.
  6. Terrible constat que la dévastation des forêts vosgiennes d'amont, placées sous une administration d'Ancien Régime vénale, corrompue autant pas son incapacité technique que par les passes-droits accordés aux puissants marchands. En période de fonte des neiges ou de pluie intense, les sols caillouteux des hauteurs, sans arbres protecteurs et fragilisés par les assèchements estivaux, glissent vers les champs et couvrent les prairies aménagées avec patience par les paysans montagnards, ainsi appauvris et impuissants. La première cause principale provient des gigantesques coupes à ras des majestueuses forêts de résineux opérées par l'administration à la mode française dans les années 1750. De plus, trente ans plus tard, alors que les forêts résineuses ont quasiment disparues, les diverses repousses et les taillis de chênes ou de feuillus rabougris, voire les landes résiduelles, sont soumis par parcelles entières, pour maintenir les revenus, à de semblables exploitations abusives pour les besoins des bouches à feux et des verreries.
  7. a, b, c, d, e et f Nikitin, M. (1992), La naissance de la comptabilité industrielle en France ; Thèse d’État, soutenue à l'Université de Paris, PDF, 541 pages, en ligne avec Tel.archives-ouvertes.fr, voire la section 4, page 297-335, et en particulier le 2 : Le journal de l'usine de Trélon
  8. Jean-Baptiste Toussaint, né à Mézières le 24 juillet 1796 est le fils du directeur des messageries du département des Ardennes. Ingénieur polytechnicien, il est présent, embauché bien avant 1822 par le patron Aimé-Gabriel d'Artigues, sur le site de la cristallerie de Baccarat. Il en sera directeur technique, puis, après en être devenu actionnaire, fondateur des œuvres sociales. Son gendre Michaut, puis son petit-fils et arrière-petit-fils Michaut seront les hommes de l'art emblématique de la cristallerie.
  9. Un service de table en cristal comporte en moyenne une cinquantaine de pièce, soient différentes douzaine de verres à eau, à vin rouge, à vin blanc, une douzaine de flûte à champagne, un broc, une carafe. Il est possible d'ajouter des douzaines de verres à alcools (porto, whisky...) ou à jus de fruits, voire des petits verres à alcool fort.
  10. Né le 3 juin 1810 à Autun et décédé dans sa ville natale le 25 février 1884, ce simple retraité de l'année terrible 1870/71 compte parmi les personnalités exceptionnelles de l'entreprise, en dehors des dirigeants, les patrons Godard ou les directeurs-verriers hommes de l'art Toussaint et Michaut (Paul et ses descendants).
  11. Lancées à l'échelle industrielle par la cristallerie saint Louis en 1845 pour colorer ses décors, elles comportent les boules presses-papier, les boutons de portes, les boules d'escaliers, les bouchons de carafe, les confituriers...
  12. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 6 M 26, dénombrement de la population classée par professions, canton de Baccarat.
  13. Caroline Moriceau « L'hygiène à la Cristallerie de Baccarat dans la seconde moitié du XIXe siècle. », Le Mouvement Social 4/2005 (no 213), p. 53-70.
  14. Notice sur la cristallerie de Baccarat, ses ouvriers, ses institutions - 1900 (p. 47)
  15. Sur le marché français du verre-cristal, elle est alors présente avec la compagnie française du cristal, comprenant Daum et Cristal de Sèvres[1], ainsi qu'avec Lalique et Saint-Louis, ces deux dernières entités regroupées dans le puissant groupe financier "Pochet[2] et Hermès", respectivement en 1994 et 1989, pour mieux contrôler le marché français du flaconnage. Toutefois, le marché du luxe est international, la France n'occupant que le cinquième rang mondial en fabrication de verre-cristal (avec 36 millions de tonnes sur 700). Sources : Quid 1998
  16. Pauline Simons, « Le verre Harcourt, taillé pour le futur », in Le Figaro Magazine, semaine du 17 septembre 2011, page 148.
  17. J. Horne, Le Musée Social. Aux origines de l’État Providence, Belin, 2004, p. 105-111.
  18. http://www.boursorama.com/bourse/profil/resume_societe.phtml?symbole=1rPBCRA Fiche Société Baccarat sur Boursorama

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Baccarat, Les flacons à parfum, répertoire du collectionneur, Compagnie des Cristalleries de Baccarat, Henri Addor & Associés, Paris, 1986, 224 pages, présentation de l'inventaire d'exposition concernant 834 flacons entre 1889 et 1980, détaillé en dessins et photographies, en 4 pages en français et anglais par la conservatrice en chef du musée des Arts décoratifs, Yvonne Brunhammer, ISBN 978-2-906309-00-5
  • Dany Sautot, Baccarat, une manufacture française, Éditions Massin, Paris, 2003, 278 page, ISBN 2-7072-0472-2
  • TRANSPARENCES, Histoire du verre et du cristal en Lorraine, catalogue d'exposition du musée Lorrain à Nancy du 6 octobre 2007 au 7 janvier 2008, Serge Domini éditeur, octobre 2007, 200 pages, ISBN 978-2-912645-96-8.
  • Catalogue de l’exposition « Baccarat, la légende du cristal », éditions Paris Musées, 2014, 128 pages, 250 illustrations.
  • Baccarat, La légende du cristal, Beaux-art éditions, 5 novembre 2014 (EAN : 9791020401458)

Exposition[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]