Charles Stross

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Charles Stross

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Charles Stross en 2013

Nom de naissance Charles David George Stross
Activités Romancier, nouvelliste
Naissance 18 octobre 1964 (49 ans)
Leeds, Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Langue d'écriture Anglais britannique
Genres Science-fiction, horreur, fantasy
Distinctions Prix Hugo
Prix Locus

Œuvres principales

Charles David George Stross, né à Leeds le 18 octobre 1964, est un écrivain britannique résidant à Édimbourg. Son œuvre navigue entre science-fiction, horreur et fantasy.

Charles Stross est parfois associé à la nouvelle vague d'écrivains de science-fiction britanniques qui explore principalement la hard science et le space opera. Ses contemporains sont Alastair Reynolds, Ken MacLeod, Liz Williams (en), Neal Asher et Richard Morgan. Cette nouvelle vague a été fortement marquée par les œuvres de l'écrivain américain Vernor Vinge.

Au cours des années 1970 et 1980, Charles publie un certain nombre d'articles pour le jeu de rôle Donjons et Dragons pour la revue White Dwarf.

Charles Stross publie sa première nouvelle, The Boys, dans Interzone en 1987. Son premier roman, Crépuscule d'acier (Singularity Sky) fut publié par Ace en 2003 et décrocha une nomination pour le prix Hugo du meilleur roman. Un recueil de nouvelles Toast: And Other Rusted Futures est publié en 2002, dont plusieurs seront nominées pour les prix Hugo et Nebula. La nouvelle La Jungle de béton (The Concrete Jungle), publiée dans le recueil Le Bureau des atrocités, remporte le prix Hugo du meilleur roman court en 2005. Son roman Accelerando remporte le prix Locus du meilleur roman de science-fiction en 2006. Son roman The Apocalypse Codex a obtenu le prix Locus du meilleur roman de fantasy 2013. Son roman court Equoid a obtenu le prix Hugo du meilleur roman court 2014.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie dédiée à ce sujet : Œuvre de Charles Stross.

Les Princes marchands[modifier | modifier le code]

  1. Une affaire de famille, Robert Laffont, coll. Ailleurs et Demain, 2006 ((en) The Family Trade, 2004)
  2. Un secret de famille, Robert Laffont, coll. Ailleurs et Demain, 2006 ((en) The Hidden Family, 2005)
  3. Famille et Cie, Robert Laffont, coll. Ailleurs et Demain, 2007 ((en) The Clan Corporate, 2006)
  4. La Guerre des familles, Robert Laffont, coll. Ailleurs et Demain, 2011 ((en) The Merchants' War, 2007)
  5. (en) The Revolution Business, 2009
  6. (en) The Trade of Queens, 2010

La Laverie[modifier | modifier le code]

Classement par ordre chronologique de l'histoire[1].

  1. Le Bureau des atrocités, Robert Laffont, coll. Ailleurs et Demain, 2004 ((en) The Atrocity Archives, 2004)
    Contient la nouvelle La Jungle de béton (The Concrete Jungle), prix Hugo du meilleur roman court 2005 - Accessible en ligne en version originale[2]
  2. Jennifer Morgue, Le Cherche midi, 2006 ((en) The Jennifer Morgue, 2006)
    Contient la nouvelle Pimpf (Pimpf) - Accessible en ligne en version originale[3]
  3. (en) The Fuller Memorandum, 2010
  4. (en) The Apocalypse Codex, 2012
  5. (en) The Rhesus Chart, 2014

Eschaton[modifier | modifier le code]

  1. Crépuscule d'acier, Mnémos, 2006 ((en) Singularity Sky, 2003)
  2. Aube d'acier, Mnémos, 2006 ((en) Iron Sunrise, 2004)

Halting State[modifier | modifier le code]

  1. (en) Halting State, 2007
  2. (en) Rule 34, 2011

Saturn's Children[modifier | modifier le code]

  1. (en) Saturn's Children, 2008
  2. (en) Neptune's Brood, 2013

Romans[modifier | modifier le code]

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

  • (en) Toast: And Other Rusted Future, 2002
  • (en) Wireless, 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Interviews[modifier | modifier le code]

  • Interview par Lou Anders sur Infinity Plus
  • Interview par Nick Gevers sur Science Fiction Weekly
  • Interview extrait d'une interview donnée à Locus
  • Interview par Jay Tomio pour Fantasybookspot.com

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]