Les Aventures de Sherlock Holmes : La Nuit des sacrifiés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sherlock Holmes
La Nuit des Sacrifiés
Image illustrative de l'article Les Aventures de Sherlock Holmes : La Nuit des sacrifiés

Éditeur Focus Home Interactive
Développeur Frogwares

Date de sortie Version d'origine :

Icons-flag-fr.png 23 novembre 2006[1]

Version « remastérisée » :
Icons-flag-fr.png 16 octobre 2008[2]

Genre Jeu d'aventure
Mode de jeu Solo
Plate-forme PC
Média 1 DVD
Langue Français
Contrôle Clavier et souris

Évaluation PEGI : 12 ans et +
ESRB : Mature (17 ans et +)
USK : 12 ans et +

Les Aventures de Sherlock Holmes : La Nuit des sacrifiés est un jeu vidéo d'aventure sorti en France le 23 novembre 2006 sur PC, développé par Frogwares et édité par Focus Home Interactive. Le 16 octobre 2008, le jeu a connu une réédition nommée « version remasterisée », apportant de nouvelles fonctionnalités au système de jeu. Étant le troisième volet de la série « Sherlock Holmes » développée par Frogwares, le jeu est parfois désigné par les joueurs sous l'abréviation « Sherlock Holmes 3 » ou « SH3 ».

L'aventure se déroule de septembre à décembre 1894, et croise l'univers de Sherlock Holmes avec celui du Mythe de Cthulhu.

Trame[modifier | modifier le code]

Scénario[modifier | modifier le code]

Les membres de la secte vénèrent Cthulhu.
Holmes et Watson, en compagnie du Capitaine Stenwick et d'un agent de Scotland Yard.

Sherlock Holmes mène une vie trop tranquille à Baker Street, lorsque le docteur Watson lui fait part du problème d'un de ses clients, le capitaine Stenwick. Le serviteur aborigène de celui-ci a disparu. Les investigations de Holmes le conduisent rapidement à penser à un enlèvement, et son enquête le pousse vers les quais de la Tamise. Il y découvre qu'un jeune népalais a également disparu, et qu'un marin impliqué dans des affaires louches a recruté un équipage quelque temps auparavant. Dans le sous-sol d'un entrepôt, Holmes et Watson découvrent les locaux d'une secte ayant servi de dépôt dans le cadre d'un trafic d'être humains. Ceux-ci ont été maintenus endormis par le biais de narcotiques. Dans ces locaux, les deux hommes découvrent un cadavre horriblement mutilé, celui d'Amos Cosby, un détective privé américain. Les indices laissés par ce dernier poussent Holmes et Watson à partir enquêter dans un hôpital psychiatrique près de Bâle en Suisse qui a fourni les drogues utilisées par la secte.

En Suisse, Holmes décide de ne pas se présenter à l'hôpital et envoie Watson seul, sous couvert d'une enquête sur les méthodes de soin suisses. À peine Watson est-il arrivé qu'un homme entre dans le sanatorium, déclarant être Amos Cosby. Watson donne l'alerte et l'homme est saisi par les médecins, pendant que Watson part chercher l'aide de la police. L'imposteur est en réalité Holmes qui, ainsi infiltré dans l'hôpital, peut le visiter à sa guise. Il y découvre que le docteur Gigax, en charge de l'établissement pratique des expériences sur des cerveaux humains pour rendre les sujets plus dociles. Les sous-sols de l'hôpital ont également abrité un temps des individus captifs d'origine diverse, qui ont ensuite été envoyées en Angleterre. Holmes rencontre également un être étrange et mystique qui se fait appeler « Lumière des Abysses », qui semble revêtir une certaine importance au sein du culte. Enfin, il découvre que les drogues fournies ont été payées avec des pierres précieuses venant de La Nouvelle-Orléans. Après s'être échappé de l'hôpital, Holmes retrouve Watson et tous deux partent en Amérique.

L'accueil y est on ne peut plus froid, puisque le shérif local demande aux deux hommes de repartir au plus tôt. On informe cependant Holmes qu'un certain Arnesson aurait un lien avec l'affaire. En se rendant chez lui, Holmes et Watson découvrent une maison abandonnée, et le cadavre du jardinier dans le salon. Des traces de sang permettent au détective de conclure qu'Arnesson a été assommé et tiré vers les marais par l'un de ses domestiques affiliés à la secte, après avoir découvert les agissements de celui-ci. Un jeune domestique témoin des faits mentionne également aux deux enquêteurs un papier comprenant une suite de chiffres qu'il restitue. La nuit venue, Holmes et Watson explorent les marais et découvrent une île sur laquelle sont pendus des cadavres mutilés. Arnesson, blessé, s'y trouve également, et Holmes y découvre un étrange livre. Il rentre finalement à Londres avec Watson.

Le phare d'Ardnamurchan où se déroule la phase finale de l'enquête.

La suite de chiffres se révèle finalement être un code pour signaler les coordonnées d'un phare écossais, situé dans la région d'Ardnamurchan. Le livre prophétise quant à lui la venue d'une créature marine et prescrit le sacrifice d'hommes représentant les différents groupes ethniques du monde depuis une grande tour surplombant l'eau. Ayant compris les intentions des membres de la secte, Holmes et Watson se rendent sur l'île et pénètrent dans le phare où ils font connaissance avec le responsable de ces sacrifices : Lord Archibald Rochester. Tout le monde croyait qu'il avait disparu suite au naufrage de son bateau qui devait l'emmener aux Indes. Après une âpre lutte avec ses hommes de main, Holmes et Watson réussissent à mettre fin au sacrifice. Deux ans plus tard, Watson, toujours choqué par l'affaire, parle avec Holmes des conséquences qu'aurait pu avoir le rite s'il s'était terminé, tandis que Holmes craint que l'affaire n'ait des conséquences plus graves.

Allusions diverses[modifier | modifier le code]

Frogwares a placé dans La Nuit des sacrifiés plusieurs allusions à l'univers du détective ainsi qu'à d'autres œuvres de la littérature policière.

Au début de l'aventure, Holmes achète le journal à un jeune garçon dans Baker Street. Il s'agit d'un exemplaire du Strand Magazine, journal dans lequel Arthur Conan Doyle faisait paraître les aventures du détective.

Par ailleurs, Hercule Poirot fait son apparition dans le jeu sous l'apparence d'un jeune enfant rencontrant Sherlock Holmes dans le train ramenant le détective et Watson de leur voyage en Suisse. Au cours d'une courte cinématique, Poirot essaie d'ouvrir une boîte sans y parvenir ; Holmes tend alors la main pour que le jeune garçon lui donne sa boîte, et résout le mécanisme d'ouverture sous les yeux médusés du futur enquêteur. Cette même cinématique se termine sur un plan global du compartiment du train dans lequel sont assis Holmes et Watson, allusion à plusieurs illustrations des aventures du détective réalisées par Sidney Paget représentant les deux compagnons sont un angle exactement semblable[réf. nécessaire].

Des références sont également faites à l'univers des autres jeux Sherlock Holmes de Frogwares. Ainsi, une cellule de l'asile psychiatrique l'Edelweiss Noir porte le nom de "Montcalfe", un personnage rencontré dans Le Mystère de la Momie. De même, lors du passage à la Nouvelle Orleans, un personnage surnommé "Champagne" porte un tatouage sur la main représentant le logotype de Frogwares.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Capture d'écran à La Nouvelle-Orléans, donnant un aperçu du gameplay du jeu.

Le jeu se déroule dans un espace en 3D. Le joueur y incarne Sherlock Holmes, ainsi que le Docteur Watson lors de certaines séquences, avec une vision subjective (dite « à la première personne »). Dans la version remasterisée de 2008, la possibilité d'une vision cinéma (dite « à la troisième personne ») a été ajoutée. Les déplacements du joueur peuvent se faire avec la souris ou avec les flèches directionnelles du clavier. Les interactions avec l'environnement (ramasser un objet, actionner un mécanisme, entrer en conversation avec un autre personnage) se font avec la souris.

Pour ajouter de la difficulté au jeu, le joueur doit de temps en temps répondre à une question de Holmes en tapant la réponse (un mot ou un nom de personne) au clavier.

Développement[modifier | modifier le code]

Idées abandonnées[modifier | modifier le code]

En 2005, au début du développement du jeu, Waël Amr (directeur de Frogwares) avait prévu la réalisation d'un film d'environ une heure, composé de séquences du jeu[3]. Ce film serait directement sorti sur DVD et aurait été vendu indépendamment du jeu[3]. Le projet a toutefois été abandonné.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Média Note
Presse généraliste
Drapeau : France JeuxVideo.com[4] 14/20
Drapeau : France Gamekult[5] 6/10
Drapeau : États-Unis GameSpot[6] 8.3/10
Drapeau : États-Unis IGN[7] 8.1/10
Presse spécialisée dans le jeu d'aventure
Drapeau : États-Unis Adventure Gamers[8] 3/5 étoiles
Drapeau : Allemagne Adventure Spiele[9] 4,5/5 étoiles
Drapeau : Allemagne Adventure-Archiv[10] 86 %
Drapeau : Allemagne Adventure Treff[11] 83 %
Drapeau : Espagne La Aventura[12] 68 %
Drapeau : Grèce Adventure Advocate[13] 3,5/5 étoiles

Récompense[modifier | modifier le code]

En janvier 2008, le site américain GameSpot a décerné à La Nuit des sacrifiés le titre de « meilleure exploitation de licence 2007 » (en anglais : « Best Use of a Creative License »)[14]. Par la suite, cette information a été reprise sur d'autres sites et déformée, affirmant que le jeu avait reçu le prix du « meilleur jeu de l'année 2007 » de GameSpot, alors que ce n'est pas le cas.

Doublage[modifier | modifier le code]

Les acteurs ayant doublé les voix françaises sont les suivants :

  • Benoît Allemane : Sherlock Holmes
  • Bruno Magne : Docteur Watson
  • Sylvain Lemarié : Capitaine Stenwick, « Champagne » (pêcheur de La Nouvelle-Orléans), « Lumière des Abysses », Bauer (patient de l'Edelweiss Noir), Professeur Moriarty.
  • Pierre Tessier : le libraire Barnes, le Docteur Gigax, la barman du port anglais, Becker (patient de l'Edelweiss Noir), le Commissaire Bilger (policier suisse), deux hommes noirs, Wolff (à l'Edelweiss Noir), le shérif Flemming (à La Nouvelle-Orléans), un infirmier de l'Edelweiss Noir, le conducteur du fiacre, un homme hindou, un passant de Londres, un homme alcoolique.
  • Patrick Borg : Arneson, Ashmat, Rochester, le chef Noir, Kuntz (à l'Edelweiss Noir), Dirty Sommers (au phare écossais), le garde de la banque à La Nouvelle-Orléans, un policier, deux shérifs de La Nouvelle-Orléans.
  • Laura Blanc : Davy (jeune garçon cloîtré chez Arneson), Eulah (sœur de Davy), Hercule Poirot (enfant dans le train), Lucy (à La Nouvelle-Orléans), Gerda (patiente de l'Edelweiss Noir), un patiente folle de l'Edelweiss Noir.
  • Florence Dumortier : Eva (patiente de l'Edelweiss Noir), la femme népalaise, une passante de Londres.
  • Danièle Hazan : Fraulein Müller (à la réception de l'Edelweiss Noir), Hildegarde (cuisinière de l'Edelweiss Noir), la mère d'Hercule Poirot (dans le train), la maquerelle dans le port de La Nouvelle-Orléans.
  • Damien Laquet : un homme chinois (à La Nouvelle-Orléans), l'homme connaissant le dénommé Brannoch, Maurizio (à l'Edelweiss Noir), le jeune marchand de journaux dans Baker Street, le postier malade du port anglais, un marin (dans le port anglais), le bagagiste du train (à la fin de la séquence avec Hercule Poirot).

Dans la version du jeu en anglais, Rick Simmonds double Sherlock Holmes, tandis que David Riley double le Docteur Watson. Les autres voix du jeu sont assurées par Andy Hoyle, Andy Tuvey, Bria Walker, Delia Corrie, John Bell et Miriam Millikin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]