Aksel Lund Svindal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aksel Lund Svindal Alpine skiing pictogram.svg
Aksel Lund Svindal Hinterstoder 2011.jpg
Aksel Lund Svindal à Hinterstoder en 2011
Contexte général
Sport Ski alpin
Période active de 1998 à aujourd'hui
Biographie
Nationalité sportive Drapeau : Norvège Norvégienne
Naissance (31 ans)
Lieu de naissance Lørenskog
Taille 1,89 m
Poids 97 kg
Club Nero Alpin
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 1 1 1
Championnats du monde 5 1 2
Coupe du monde (globes) 12 4 2
Coupe du monde (épreuves) 25 13 19
* Dernière mise à jour : 16 mars 2014

Aksel Lund Svindal, né le 26 décembre 1982 à Lørenskog (Norvège), est un skieur alpin norvégien dont la carrière sportive débute en 1998.

Vite considéré comme un grand espoir du ski alpin, il gagne quatre médailles à l'occasion des championnats du monde junior en 2002 dont un titre en combiné. Svindal fait ses débuts en coupe du monde de ski alpin lors de la saison 2002 et remporte sa première épreuve en novembre 2005. Il compte trois médailles olympiques remportées en 2010 à Vancouver dont un titre en super G, ainsi que huit médailles aux championnats du monde dont cinq titres (deux en combiné, deux en descente et un en slalom géant).

Skieur polyvalent par excellence, il marque les années 2000 et 2010 en coupe du monde en remportant deux gros globes de cristal (2007 et 2009) et sept petits globes de cristal dans les épreuves de descente, super G, slalom géant et combiné, succédant au palmarès à ses illustres compatriotes Kjetil André Aamodt et Lasse Kjus. Il compte en coupe du monde vingt-cinq victoires et cinquante-cinq podiums.

Biographie[modifier | modifier le code]

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Aksel Lund Svindal est né à Lørenskog dans le comté d'Akershus en Norvège, près d'Oslo. Baignant dans une famille amateur de ski alpin, sa mère Ina a été membre de l'équipe de ski alpin de Norvège en coupe d'Europe B et son frère Simen a disputé de nombreuses épreuves en FIS Race dans les années 2000, il commence à skier dès l'âge de trois ans, d'abord à Fetsund puis à Skedsmo, par ailleurs ses grand-parents possédait un châlet à Geilo où Svindal y passait ses vacances. Alors qu'il a 8 ans, sa mère décède en couches, et l'enfant né ne vivra qu'un an. En son honneur, il accole son nom de jeune fille à son nom de famille[1] (Lund n'est donc pas un deuxième prénom, à l'inverse d'André pour Kjetil André Aamodt). À l'âge de quinze ans, il déménage à Oppdal pour intégrer l'école de sport dont il sort diplômé quatre ans plus tard, il y participe aux épreuves junior dans son pays à 1999 en intégrant l'équipe de Norvège junior.

Il est en couple avec une autre skieuse professionnelle, l'Américaine Julia Mancuso[2], championne olympique de slalom géant en 2006. Mais ils se sont séparés en septembre 2013.

1999-2002: ses débuts et ses quatre médailles aux mondiaux junior de 2002[modifier | modifier le code]

À l'âge de seize ans, il participe à ses premières courses reconnus par la fédération internationale lors de la saison 1999 en Norvège en slalom et slalom géant dans un premier temps puis en super G et descente. Âgé de dix-huit ans, il est retenu pour participer aux championnats du monde junior 2000 au Québec où ses adversaires sont nés majoritairement entre 1980 et 1981, accompagné d'Andreas Loechen. Il ne réalise qu'un seul top 30 avec une 28e place en slalom. Il termine la saison 2000 avec deux top 15 aux championnats de Norvège avec une onzième place en slalom et une quinzième en slalom géant.

Lors de la saison 2001, il dispute ses premières épreuves en coupe d'Europe, sélectionné à quelques occasions par l'équipe de Norvège. La première épreuve en coupe d'Europe (antichambre de la coupe du monde) se ponctue par 43e place en slalom géant à Levi (Finlande). Il dispute cette saison-là ses deuxièmes championnats du monde junior organisés à Verbier (Suisse) et réalise des performances intéressantes avec deux 13e places en descente et en slalom géant.

Il débute la saison 2002 par sa première participation à sa première épreuve de coupe du monde le à Sölden en disputant un slalom géant sans parvenir à se qualifier pour la seconde manche, cotoyant à cette occasion Kjetil André Aamodt, Lasse Kjus, Truls Ove Karlsen, Bjarne Solbakken et Kenneth Siversen, suivi du week-end à Aspen pour deux slaloms où il ne se qualifie pas non plus pour une seconde manche. Ensuite, il dispute en grande partie la saison de coupe d'Europe en réalisant tout d'abord son premier top 10 avec une dixième place en slalom géant à Damüls (Autriche) puis un top 5 avec une cinquième place en slalom à Zoldo (Italie). Vient ensuite sa troisième participation aux championnats du monde junior en Italie où Svindal est présenté comme l'une des têtes d'affiche. Il fait honneur à cette réputation en remportant d'entrée une médaille de bronze en descente suivie d'une médaille d'argent en super G derrière l'Italien Peter Fill et une nouvelle médaille de bronze en slalom, il ponctue cette édition d'un titre mondial en combiné devant l'Américain Steven Nyman et l'Autrichien Alexander Koll, l'épreuve de slalom géant ayant été annulée, il est le seul skieur lors des mondiaux junior de 2002 à remporter une médaille dans chacune des épreuves, chez les femmes l'Américaine Julia Mancuso remporte trois titres (descente, slalom géant et combiné).

2003-2005: arrivée en coupe du monde et une première médaille aux mondiaux[modifier | modifier le code]

Svindal a pu compter sur l'expérience de son compatriote Kjetil André Aamodt à ses débuts en coupe du monde.

Lors de la saison 2003, il place ses efforts en slalom et en slalom géant. Il la débute en coupe d'Europe et monte sur son premier podium lors d'un slalom à Levi derrière l'Autrichien Hannes Reichelt, un mois plus tard il enregistre sa première victoire sur le circuit de la coupe d'Europe lors d'un slalom géant à San Vigilio devant Reichelt. Ses excellents résultats l'amènent à être pris par l'équipe de Norvège en coupe du monde. Il y marque ses premiers points au slalom géant de Val d'Isère le où malgré un dossard 54 il prend la 23e place. Il marque les esprits le week-end suivant en coupe du monde en prenant la sixième place du super G de Val Gardena avec un dossard 56. L'équipe de Norvège l'aligne alors sur les épreuves sur toutes les formats d'épreuves en coupe du monde et ne lui donne des autorisations en coupe d'Europe uniquement pour les slaloms. Le , il monte pour la première fois sur un podium en coupe du monde avec une seconde place obtenue à Kitzbühel en combiné derrière l'Autrichien Michael Walchhofer.

En raison de ses bonnes performances, la Norvège le sélectionne pour participe à ses premiers championnats du monde qui ont lieu à Saint-Moritz en descente, super G, slalom géant et combiné, il fait partie des plus jeunes concurrents à y participer avec Fill ou le Suisse Marc Berthod. Il accompagne ses compatriotes Aadmodt, Kjus, Karlsen et Solbakken. Il sort lors du super G et de l'épreuve de descente du combiné mais obtient la 22e place en super G, enfin il est tout près d'une médaille en slalom géant avec une 5e malgré un dossard 25. Après cet événement, il confirme son talent en slalom en remportant deux épreuves de coupe d'Europe où il remporte le classement du slalom et obtient une troisième place au général derrière les Autrichiens Norbert Holzknecht et Reichelt, et poursuit la saison en coupe du monde. Il participe aux finales de la coupe du monde en super G (24e place) et en slalom géant (18e place) où seuls les 25 premiers du classement peuvent participer aux finales en fin de saison, il la termine au 39e rang mondial du général. En fin de saison, il remporte le titre national en slalom et en slalom géant.

Pour la saison 2004, il est définitivement incorporé en coupe du monde avec l'équipe de Norvège et y effectue une saison complète dans toutes les disciplines. Régulièrement dans les points, c'est à nouveau lors du super G de Val Gardena qu'il y fait son premier top 10 de la saison avec une 6e place. Il n'obtient aucun podium cette saison-là, se contentant de plusieurs top 10 en slalom géant, super G et combiné. C'est toutefois une saison régulière puisque Svindal termine à la 19e place du général et entre dans le top 15 mondial du super G. C'est d'ailleurs dans cette discipline ainsi qu'en slalom géant qu'il dispute les finales de la coupe du monde à Sestrières. Le géant étant annulé, il une quinzième place en super G. Il termine sa saison avec deux titres nationaux en super G et en slalom.

La saison 2005 est axée sur les championnats du monde de Bormio en février 2005. Il débute la coupe du monde en ratant son premier podium en slalom géant avec une 4e place puis en super G avec une 5e place à Val Gardena et Kizbühel. Mais sa régularité paie et il est sélectionné aux mondiaux dans toutes les disciplines. Tout d'abord, il prend part au super G qu'il termine à une 7e place mais lors de l'épreuve suivante il obtient sa première médaille dans un championnat du monde avec une médaille d'argent obtenu en combiné derrière l'Autrichien Benjamin Raich et accompagné par l'Italie Giorgio Rocca sur la troisième marche. Il réalise après d'honorables performances en prenant la 7e place de la descente, la 6e du slalom géant et la 12e du slalom. Il est le plus jeune médaillé de ses mondiaux. En coupe du monde, sa saison est à l'image de la saison précédente c'est-à-dire régulière, il participe aux finales de Lenzerheide dans les disciplines du super G et du slalom géant, et termine à la 21e place du général. Il ajoute un titre national en slalom géant en fin de saison.

2006 : Svindal dans le top 3 mondial et un petit globe de super G[modifier | modifier le code]

La saison 2005-2006 est pour Svindal d'un tout autre niveau, avec pour objectif d'être performant aux jeux olympiques de Turin. Il remporte son premier succès en coupe du monde le à Lake Louise dans le super G devant Raich et Daron Rahlves. Ce succès lance de la meilleure des façons sa coupe du monde puisqu'il collectionne les places dans le top 10 dans toutes les disciplines malgré une blessure aux côtes. Il monte sur un second podium lors du combiné de Kitbühel en janvier 2006. Avant les Jeux olympiques, Svindal occupe la sixième place du classement général de la coupe du monde, aidé par sa polyvalence et ses grandes performances en super G où il occupe la deuxième place derrière Ralhves, ce qui lui permet de postuler à une place sur le podium final à la lutte avec Walchhofer, Miller, Hermann Maier, Rahlves, Aamodt et Kalle Palander, Benjamin Raich compte alors plus de 400 points d'avance.

Aux Jeux olympiques de Turin, Svindal est aligné dans les cinq épreuves olympiques. Il prend d'entrée la 21e place de la descente remportée par le Français Antoine Dénériaz. Dans l'épreuve du combiné, il prend la 3e place de la descente et se positionne comme l'un des favoris pour la médaille, mais abandonne dans l'épreuve du slalom[3]. Le super G représente sa plus grande chance de médaille, mais un mauvais départ avec la 12e place au premier temps intermédiaire handicape sa course pour une 5e place d'une épreuve remporté par son compatriote Aamodt. En slalom géant, il réalise le 6e de la première manche, en seconde manche il prend la tête avant le passage des cinq derniers concurrents mais tous lui passent pour finir à la 6e place. Enfin, en slalom, il prend la 21e place de la première manche puis sort en deuxième manche.

Après des Jeux olympiques au goût d'inachevé, Svindal se remet en selle pour la fin de la coupe du monde. Au géant de Yongpyong (Corée du Sud), il prend la troisième place du géant et collectionne alors les top 10 jusqu'en fin de saison avec une 6e place en géant de nouveau à Yongpyong et en slalom à Shiga Kogen (Japon) et une 8e place au deuxième slalom de Shiga Kogen. Il est qualifié pour les finales dans les quatre disciplines et peut prétendre au podium final. Svindal occupe désormais le troisième rang et compte 21 points de retard sur le second Walchhofer, Raich a déjà le gros globe de gagner. Aux finales d'Åre, il remporte la première descente de sa carrière devant Miller et Fill, et prend la deuxième place du général à trois épreuves de la fin. Le lendemain en super G, il est en concurrence avec Hermann Maier pour le globe de la spécialité en comptant huit points de retard. Les deux s'élancent avec les deux derniers dossard. Svindal, avec le dossard 25 prend la troisième place provisoire avant le départ de Maier avec le dossard 26. Maier termine quatrième à neuf centièmes de seconde de Svindal qui remporte le premier petit globe de sa carrière à 23 ans avec deux points d'avance seulement[4]. Svindal conforte sa seconde place où seul Bode Miller peut désormais l'en éjecter. En slalom géant, il fait une contre-performance en sortant de la première manche, mais Miller fait également la même chose, Svindal sait alors qu'il ne peut plus être rejoint à cette seconde place du général. Il termine la coupe du monde sur une 7e place en slalom. En toute fin de saison, il s'adjuge les titres nationaux de la descente, du slalom géant et du slalom.

2007 : deux titres mondiaux et le gros globe de cristal[modifier | modifier le code]

Benjamin Raich a été son plus sérieux rival dans lutte pour le gros globe 2007 et 2009.

Svindal, lors de la saison 2006-2007, devient le porte-drapeau de l'équipe de Norvège à la suite des retraites d'Aadmodt et de Kjus. Il remporte en début de saison le combiné de Beaver Creek à la suite d'une faute de Bode Miller à quelques portes de la fin, son troisième succès en coupe du monde, permettant de confirmer qu'il est aussi à l'aise dans les épreuves de vitesse que techniques, et en se positionnant comme un prétendant au gros globe de cristal. Il monte sur le podium du slalom géant de Beaver Creek deux jours plus tard et prend alors la tête du classement général devant le Suisse Didier Cuche. Au deuxième combiné mi-décembre à Reiteralm (Autriche), il prend la sixième place mais garde la tête du classement du général et du combiné. Il remporte une seconde victoire cette saison lors du slalom géant d'Hinterstoder le et a la particularité d'avoir remporté ses quatre premières épreuves de coupe du monde dans quatre disciplines différentes, une performance qui se rapproche de celle réalisé par son compatriote Aamodt les années précédentes. Il occupe aux fêtes de Noël la tête des classements du général, du combiné et du slalom géant. Malgré des performances en demi-teinte durant le mois de janvier 2007, il marque des points dans toutes les épreuves à l'exception du slalom d'Adelboden, il occupe toujours la tête du général mais voit revenir Benjamin Raich à sa hauteur qui compte 75 points de retard.

Viennent alors les championnats du monde qui se déroulent à Åre (Suède) où Svindal est inscrit dans toutes les épreuves. Il déçoit lors de l'épreuve du super G avec une 13e place et rate le podium en combiné avec une 5e place. Il arrive en outsider en descente mais peut compter sur la confiance née de la victoire sur cette même piste lors des finales de la coupe du monde 2006 et remporte le premier titre mondial de sa carrière devant Jan Hudec et Patrik Järbyn dans une épreuve marquée par des perturbations météorologiques[5]. En revanche, il ne doit rien à personne lors de son deuxième titre mondial lors du slalom géant trois jours plus tard devant les Suisses Daniel Albrecht et Didier Cuche. Il termine ces mondiaux en abandonnant en première manche du slalom.

Classement général 2007
Nom Total
Drapeau : Norvège Aksel Lund Svindal 1268 points
Drapeau : Autriche Benjamin Raich 1255 points
Drapeau : Suisse Didier Cuche 1098 points

Après des mondiaux réussis, Svindal repart dans la course au gros globe dans un mano a mano avec Benjamin Raich. Lors de l'étape de Garmisch-Partenkirchen fin février, Svindal ne réussit pas à prendre le large au classement avec une 16e et 19e place en descente, et une 20e place en slalom, Raich revient à 45 points de Svindal. Le week-end suivant à Kranjska Gora (Slovénie), Svindal prend la 4e place d'un slalom géant remporté par Raich puis abandonne le lendemain dans le slalom où Raich termine second. L'Autrichien dépasse alors Svindal au classement du général et compte 77 points d'avance. Toutefois, il reste alors sept épreuves dont quatre de vitesse (deux descentes et deux super G) ce qui profite à Svindal. À Kvitfjell (Suède), Svindal reste au contact de Raich au combiné en prenant la troisième place d'une épreuve dominée par Raich qui accroit toutefois son avance, Svindal alors son deuxième petit globe de cristal de sa carrière avec le classement du combiné devant Berthod et Ivica Kostelić. Il se classe ensuite 11e de la descente puis sort de la piste dans le super G. Il voit alors Raich le devancer de 103 points et Didier Cuche le dépasser de 11 points avant les finales de Lenzerheide. Il remporte aux finales la première épreuve en s'adjugeant la descente devant Albrecht et Christoph Gruber, il se replace devant Cuche au général et compte 213 points de retard sur Raich. Le lendemain il ajoute une nouvelle victoire avec le super G devant Raich et Erik Guay et ne compte que trois points de retard sur Raich. Enfin, il réalise la passe de trois avec une victoire en slalom géant devant Massimiliano Blardone et Bode Miller, il remporte à cette occasion le petit globe de slalom géant et compte 97 points avant la dernière épreuve de la saison : le slalom. Dans ce slalom, Raich survole la première manche, Svindal limitant les dégâts avec une 12e place. Svindal doit se classer dans les quinze premiers pouvoir marquer des points. Raich remporte bien l'épreuve mais Svindal termine à la 15e place, suffisant pour remporter pour la première fois de sa carrière le gros globe de cristal en comptant 13 points d'avance sur Raich. Il rend hommage alors à Aamodt et Kjus avec qui il a débuté en équipe de Norvège[6]. Cette saison lui permet d'être élu sportif norvégien de l'année[7].

Fin 2007 : terrible chute à Beaver Creek[modifier | modifier le code]

La piste de Beaver Creek où Svindal a été victime de sa terrible chute.

Auréolé d'une saison 2007 exceptionnelle, Svindal confirme sa suprématie lors du début de saison 2007-2008 en remportant la première épreuve - le slalom géant à Sölden - devant Ted Ligety et Kalle Palander, il déclare à l'issue de la course qu'il « se sens encore plus fort que la saison dernière »[8]. Il prend ensuite une 13e place au slalom de Reiteralm et s'envole vers les étapes de Lake Louise. Après une 17e place en descente, il remporte le super G son deuxième succès de l'hiver, le neuvième de sa carrière, devant Raich et Cuche, et prend du même coup la tête du classement du général. Mais le week-end suivant à Beaver Creek, lors du premier entraînement en vue de la descente sur la piste « Birds of prey », Svindal est victime d'une chute spectaculaire à la suite d'un déséquilibre dans la compression qui suit le saut appelé « Golden Eagle » qui constitue la principale difficulté de la piste. Évacué de la piste, il est transporté à l'hôpital de Vail. Il souffre d'une double fracture du nez, d'une fracture de la pommette et d'une entaille profonde derrière la cuisse gauche créé par un de ses skis. Il est rapatrié en Norvège début décembre et évite tout pronostic de retour en compétition[9]. Mi-janvier, il annonce mettre un terme à sa saison et se laisser le temps nécessaire pour revenir à la compétition, il déclare à cette occasion : « C'est étrange comme tout change rapidement. J'étais au sommet de ma forme, et tout à coup, je me suis retrouvé allongé dans un lit d'hôpital, incapable de bouger. »[10].

Retour au sommet en 2009[modifier | modifier le code]

De retour à compter de la saison 2008-2009, Svindal est déjà cité comme l'un des favoris pour la gros globe[11]. Bénéficiant du dossard 2, il prend la 13e du slalom géant de Sölden pour son retour en coupe du monde. Fin novembre, il réussit son premier top 10 avec une 7e place à Lake Louise en descente pour sa première épreuve de vitesse. Début décembre, il revient sur a piste de « Birds of prey » qui l'a vu témoin de sa chute. Comme un pied de nez du destin, Svindal renoue avec le succès sur la descente devançant Marco Büchel et Erik Guay, et prend la tête du classement général. Il déclare alors « Je suis heureux. Normalement quand je gagne, je saute en l'air. Mais là c'est vraiment très spécial, c'est plus dans les tripes, à l'intérieur, que ça se passe. Avec ce succès, je crois que j'ai fait un grand pas vers le retour au niveau où j'étais avant mon accident »[12]. Le lendemain, il double la mise en remportant le super G de Beaver Creek devant Maier et Walchhofer. Enfin il clôt ce week-end exceptionnel avec une troisième place en slalom géant derrière Raich et Ligety prenant le large au classement général. Il rate de peu un podium avec une 4e place au slalom géant de Val d'Isère et voit ses adversaires se rapprocher peu à peu de lui au général. Il fait un mois de janvier 2009 correct avec pour meilleur résultat une seconde place au super G derrière Klaus Kröll et une cinquième place au combiné de Kitzbühel. Toutefois, il est dépassé au général par Kostelić, Jean-Baptiste Grange et Raich avant les championnats du monde de Val d'Isère.

Inscrit dans quatre épreuves (descente, super G, slalom géant et slalom) dans lesquelles Svindal peut prétendre à une médaille, il remporte dès le premier jour la quatrième médaille de sa carrière dans des mondiaux avec une médaille de bronze dans le super G devancé par Cuche et Fill. Lors de la descente, il ne prend que la 11e place malgré un arrêt de l'épreuve en raison du brouillard juste avant son départ. Dans l'épreuve du combiné, Svindal signe le meilleur temps de la descente ce qui le met en position idéale avant le slalom. Son avance considérable lui permet d'ajouter son troisième titre mondial de sa carrière devant le Français Julien Lizeroux et le Croate Natko Zrncic-Dim. Lors de l'ultime épreuve, le slalom géant, il fait partie des favoris mais ne prend que le 12e temps de la première manche pour une 9e place finale. Svindal a remporté au cours de sa carrière une médaille dans chaque discipline à l'exception du slalom.

Classement général 2009
Nom Total
Drapeau : Norvège Aksel Lund Svindal 1009 points
Drapeau : Autriche Benjamin Raich 1007 points
Drapeau : Suisse Didier Cuche 919 points

Après des mondiaux réussis, Svindal retrouve la coupe du monde à Sestrières avec trois top-10 d'affilée de rester à la lutte pour le gros globe. À Kranjska Gora, il prend la 6e place du slalom géant puis à Kvitfjell la 3e place de la descente. Qualifié pour les finales, il compte bien réussir sa performance d'il y a deux ans, ayant seulement huit points de retard sur les leaders Cuche et Raich. Lors des finales d'Åre, il s'impose sur une descente raccourcie en raison du brouillard devant Cuche et Hans Olsson, sa douzième de sa carrière, il prend désormais la tête du classement général. Le lendemain, il remporte le petit globe de cristal du super G en prenant la deuxième place derrière l'Italien Werner Heel et conforte son avance au général avant les deux dernières épreuves techniques de la saison, où seul Raich peut encore le contrarier. En slalom géant, Svindal termine que 19e ne lui permettant pas de marquer de points tandis que Raich le remporte et se situe à deux points au classement, avant le slalom dont Raich est un spécialiste. C'est donc sur la dernière épreuve que se joue le gros globe. Parti avec le dossard 1, Raich enfourche en haut du parcours dès la première manche et ne peut pas donc pas dépasser Svindal au général qui sort aussi du parcours en première manche. Il s'agit du plus petit écart entre le vainqueur et le deuxième du général de l'histoire de la coupe du monde. Un an après son grave accident, Svindal est revenu au sommet de la hiérarchie mondiale. Il confie en fin de saison : « Je pense que c'était dur de l'emporter cette année parce que personne n'a réussi à émerger. Je me sens un peu mal d'avoir gagné de deux points dans la dernière course »[13].

2010 : trois médailles aux Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Svindal sur la descente des Jeux olympiques de 2010.

La saison 2009-2010 s'ouvre avec l'objectif d'être performant aux Jeux olympiques d'hiver de 2010 à Vancouver. Auteur de contre-performances lors des premières étapes à Sölden et Lake Louise, Svindal retrouve les top 10 et le podium à Beaver Creek début démcebre avec une troisième place en descente et slalom géant. Il réussit alors huit top-10 sur quatorze épreuves avant le nouvel an 2012. Il occupe alors le 4e rang de la coupe du monde derrière Carlo Janka, Raich et Cuche. Il poursuit par des résultats réguliers pendant tout le mois de janvier mais ne monte sur aucun podium, son meilleur résultat étant une 4e place à Kranjska Gora en slalom géant. Il est alors 5e du général, dépassé également par Marcel Hirscher et compte plus de 300 points de retard sur le leader Raich.

À 26 ans, il se présente aux Jeux olympiques avec des chances de médaille dans quatre disciplines, il ne prend part à l'épreuve du slalom (discipline qui ne lui réussit plus depuis quelques saison). Lors de la première épreuve, la descente, il parvient à réaliser de bons chronos aux entraînements. Avec son dossard 16, il prend la tête de l'épreuve avec deux centièmes de seconde d'avance sur Bode Miller, seul le Suisse Didier Défago parvient à le devancer de sept centièmes de seconde. Svindal savoure sa première médaille olympique de sa carrière et lance parfaitement sa quinzaine olympique. Quatre jours plus tard, il s'élance pour remporter son premier titre olympique en super G devant Miller et Andrew Weibrecht, et fait perdurer la tradition norvégienne aux Jeux olympiques puisque les Norvégiens se sont imposés à quatre reprises sur les sept éditions (avec le triplé d'Aamodt en 1994, 2002 et 2006). Il s'aligne ensuite au combiné et réalise le meilleur temps de la descente. Mais sur un tracé d'Anton Kostelić (père d'Ivica Kostelić), il fait une faute de pied qui l'éjecte du parcours. Enfin en slalom géant, malgré un dossard 14, il parvient à réaliser le troisième temps de la première manche derrière Janka et Raich. En piste pour une troisième médaille olympique, Svindal ne passe pas à côté de l'évènement et conserve sa place après la deuxième manche derrière Janka et son compatriore Kjetil Jansrud. Il réalise un triplé à l'instar de Miller à l'occasion de ces Jeux.

Au retour de ces Jeux, il ne reste plus que six épreuves dont quatre de vitesse. Il réussit à monter sur deux podiums lors du week-end à Kvitfjell avec une seconde place en descente derrière Cuche et une troisième place ensuper G derrière Gauy et Reichelt. Il est avant les finales quatrième du général de 218 points de Raich mais perd toute chance lors de la descente avec une 12e place. Le lendemain, il réussit toutefois à monter sur le podium du slalom géant derrière Guay et Kostelić. Il termine finalement à la quatrième place du général et ne remporte aucun petit globe.

2011 : nouveau titre mondial[modifier | modifier le code]

Aksel Lund Svindal en position de recherche de vitesse.

La saison 2010-2011 en coupe du monde lui réussi moins que les précédentes en raison de ses résultats en retrait en super G puisqu'il ne monte qu'à une reprise sur un podium sur les six disputés à Kitzbühel derrière Kostelić et Georg Streitberger, et ne termine finalement qu'au 16e rang de la discipline. Ses meilleures performances sont en slalom géant avec une victoire partagée avec Cyprien Richard à Adelboden et un podium à Val d'Isère derrière Ligety. Cette saison en demi-teinte ne l'empêche toutefois pas de terminer à la quatrième place du général derrière Kostelić, Cuche et Janka.

En février 2011, il prend part à ses cinquièmes championnats du monde à Garmisch-Partenkirchen. Lors du super G, annoncé comme favori, il abandonne en ratant une porte. En descente, il est est le podium provisoire pour une médaille de bronze mais termine finalement cinquième après avoir été dépassé par Cuche et Romed Baumann. En combiné, il se présente comme tenant du titre mondial obtenu il y a deux ans à Val D'Isère. Il réalise le meilleur temps de la descente avant de confirmer en slalom, mettant plus d'une seconde à son poursuivant Christof Innerhofer, il remporte le quatrième titre mondial de sa carrière. Enfin en slalom géant, il est en tête de la première manche mais ne compte pas plus d'une seconde d'avance sur ses huit poursuivants. En seconde manche, il parvient à rester au contact mais termine au pied du podium à la quatrième place.

Il annonce ensuite faire l'impasse en coupe du monde sur l'étape de Bansko en raison d'une douleur genou droit. Troisième du général, il aligne des performances moyens lors des étapes de Kranjska Gora et Kvitfjell. Aux finales à Lenzerheide, il termine troisième de la descente derrière Adrien Théaux et Joachim Puchner, puis les épreuves de super G et de slalom géant son annulées en raison de la pluie. Svindal participe au dernier slalom de la saison avec une 17e place.

2012-2013 : toujours en lutte pour le gros globe[modifier | modifier le code]

En cette saison 2011-2012 sans grand évènement (Jeux olympiques ou Championnats du monde), Svindal est cité comme un favori pour remporter le gros globe de cristal aux côtés de Miller, Kostelić, Janka et Cuche. Début décembre, la troisième étape à Beaver Creek lui permet d'occuper la tête du général avec une victoire en descente et une seconde place en super G derrière Sandro Viletta. Il vit par la suite un mois de janvier 2012 difficile avec un top 10 en huit épreuves (10e au super combiné de Kitzbühel) et un 6e rang au général derrière Kostelić, Hirscher, Beat Feuz, Ligety et Cuche. Lors du mois de février, il ne monte sur aucun podium lors des étapes de Chamonix, Sotchi, Bansko, Moscou et Crans Montana mais aligne des top 10, 5e du général, il compte plus de 300 points de retard sur Hirscher. À Kvitfjell, il obtient deux podiums avec une troisième place en descente derrière Kröll et son compatriote Jansrud, et une seconde place en super G derrière Jansrud.

Avant les finales de Schladming, Svindal est leader du classement du super G et quatrième du général à 219 points de Feuz, trop loin pour venir contrarier le Suisse. Toutefois, comme à son habitude, Svindal réalise une grande performance lors de la descente qu'il remporte devant Feuz et Reichelt. Il s'agit de sa seizième victoire en coupe du monde et la meilleure préparation pour le super G du lendemain. Sur le super G, Svindal passe à côté de son épreuve et termine 16e, son principal adversaire pour le petit globe Cuche termine quant à lui 9e pour la dernière course de sa carrière et échoue à seulement 13 points de Svindal au classement du super G. Le Norvégien fête son cinquième petit globe de cristal de sa carrière, le troisième en super G (seuls Pirmin Zurbriggen et Hermann Maier font mieux). Au général, Svindal finit à la troisième place derrière Hirscher et Feuz qui incarnent la nouvelle génération.

Pour la saison 2012-2013, avec les retraites de Didier Cuche et les blessures de Beat Feuz et Bode Miller, Svindal s'inscrit comme l'un des grands favoris pour la course du gros globe de cristal et des petits globe de la descente et du super G. Il rate son entrée en matière lors du géant inaugural de Sölden (abandon), mais se reprend lors du premier week-end de vitesse fin novembre. Il réussit en effet un doublé confortable à Lake Louise en remportant la descente et le super G, et prend alors la tête du classement au général[14]. Ensuite, il confirme à Beaver Creek avec un nouveau podium en descente en prenant la deuxième place derrière Innerhofer[15]. À une semaine des Championnats du monde de Schladming, il inscrit à son palmarès une victoire prestigieuse lors du super G de Kitzbühel pour la première fois.

2013 : nouveau titre mondial[modifier | modifier le code]

Il devient champion du monde de descente pour la deuxième fois, le 9 février à Schladming en dévalant le tracé en 2 minutes, 1 seconde et 32 centièmes. Il devance l'italien Dominik Paris de 46 centièmes et le français David Poisson de 97 centièmes. Avec cette victoire, il devient le premier skieur de l'histoire à remporter au moins un titre lors de quatre éditions consécutives des Championnats du monde[16]. Il rajoute une médaille de bronze à son palmarès lors du Super G ne pouvant rien face à la démonstration de Ted Ligety qui décroche trois médailles d'or durant ces Championnats du monde. Malgré son échec dans la conquête du gros globe de cristal face à Marcel Hirscher, il remporte pour la première fois le globe en descente et un quatrième au Super-G. Sa principale satisfaction de la fin de saison est la première victoire de sa carrière devant son public à Kvitfjell lors du Super G, prenant un avantage clair sur Georg Streitberger, le lendemain de sa deuxième place derrière Adrien Théaux en descente. Il égale ainsi Kjetil-André Aamodt pour le record norvégien du nombre de succès en coupe du monde soit 21 victoires.

2014[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Svindal a remporté trois médailles lors des Jeux olympiques d'hiver de chaque couleur en deux participations en 2006 et 2010. Lors de ses premiers Jeux olympiques en 2006, il est tout près d'une médaille en super G avec une cinquième place et en slalom géant avec une sixième place. Toutefois il réussit ses deuxièmes Jeux olympiques en 2010, il remporte tout d'abord une médaille d'argent en descente à sept centième de seconde de Didier Défago avant de remporter le titre olympique en super G devant les Américains Bode Miller et Andrew Weibrecht, enfin il prend une médaille de bronze en slalom géant derrière Carlo Janka et Kjetil Jansrud. À l'occasion de ces Jeux, il est le seul skieur à s'emparer de trois médailles avec Miller.

Épreuve / Édition Descente Super G Géant Slalom Combiné
JO 2006
Drapeau : Italie Turin
21e 5e 6e Abandon
JO 2010
Drapeau : Canada Vancouver
médaille d'argent, Jeux olympiques Argent médaille d'or, Jeux olympiques Or médaille de bronze, Jeux olympiques Bronze Abandon Abandon
JO 2014
Drapeau : Russie Sotchi
4e 7e 8e

Légende :

  • médaille d'or, Jeux olympiques : première place, médaille d'or
  • médaille d'argent, Jeux olympiques : deuxième place, médaille d'argent
  • médaille de bronze, Jeux olympiques : troisième place, médaille de bronze
  • — : Aksel Lund Svindal n'a pas participé à cette épreuve

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Aksel Lund Svindal a remporté huit médailles lors des championnats du monde dont cinq titres. Lors de sa première participation en 2003 à Saint-Moritz, il ne remporte aucune médaille, son meilleur résultat étant une cinquième place en slalom géant. Lors des championnats du monde 2005 à Bormio, il remporte sa première médaille (argent en combiné) puis remporte deux titres aux mondiaux de 2007 (descente et slalom géant) à Åre. Lors des championnats du monde 2009 à Val d'Isère, il obtient une médaille de bronze en super G et un titre combiné. Enfin, lors des mondiaux de 2011 à Garmisch-Partenkirchen, il conserve son titre en combiné, son quatrième titre. Il n'y a qu'en slalom que Svindal n'a jamais remporté de médaille. En 2013, à Schladming, il devient pour la seconde fois champion du monde de descente.

Épreuve / Édition Descente Super G Géant Slalom Combiné
Mondiaux 2003
Drapeau : Suisse Saint-Moritz
22e Abandon 5e
Mondiaux 2005
Drapeau : Italie Bormio
7e 7e 6e 12e médaille d'argent, monde Argent
Mondiaux 2007
Drapeau : Suède Åre
médaille d'or, monde Or 13e médaille d'or, monde Or Abandon 5e
Mondiaux 2009
Drapeau : France Val d'Isère
11e médaille de bronze, monde Bronze 9e médaille d'or, monde Or
Mondiaux 2011
Drapeau : Allemagne Garmisch
5e Abandon 4e médaille d'or, monde Or
Mondiaux 2013
Drapeau : Autriche Schladming
médaille d'or, monde Or médaille de bronze, monde Bronze 4e Abandon

Légende :

  • médaille d'or, monde : première place, médaille d'or
  • médaille d'argent, monde : deuxième place, médaille d'argent
  • médaille de bronze, monde : troisième place, médaille de bronze
  • — : n'a pas participé à cette épreuve

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Aksel Lund Svindal
  • 2 gros globes de cristal en 2007 et 2009.
  • 9 petits globes de cristal :
    • Vainqueur du classement de la descente en 2013 et 2014.
    • Vainqueur du classement de super G en 2006, 2009, 2012, 2013 et 2014.
    • Vainqueur du classement de slalom géant en 2007.
    • Vainqueur du classement de combiné en 2007.
  • 57 podiums dont 25 victoires.

Différents classements en coupe du monde[modifier | modifier le code]

Svindal compte plus de 300 départs en coupe du monde depuis la saison 2001. Il marque ses premiers points lors de la saison 2003 lors d'un slalom géant à Val d'Isère. Il compte aujourd'hui 48 podiums dont 20 victoires. Polyvalent, Svindal a la possibilité de se mêler à la lutte pour le gros globe de cristal qu'il remporte à deux reprises en 2007 et 2009, seul Norvégien à parvenir à cette performance avec Lasse Kjus. Par ailleurs, il a remporté neuf petits globes de cristal dans quatre disciplines distinctes, à savoir la descente (2013 et 2014), le super G (2006, 2009, 2012, 2013 et 2014), le slalom géant (2007) et le combiné (2007).

Saison / Épreuve Général Descente Slalom Géant Super G Combiné
Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points
2003 39e 225 58e 4 38e 33 26e 54 23e 54 4e 80
2004 19e 396 36e 40 41e 38 19e 103 15e 138 6e 77
2005 21e 370 30e 83 30e 83 37e 35 11e 156 - -
2006 2e 1006 13e 182 13e 205 10e 195 1er 284 7e 140
2007 1er 1268 7e 321 21e 118 1er 416 5e 181 1er 232
2008 40e 234 45e 14 50e 20 19e 100 22e 100 - -
2009 1er 1009 4e 356 - - 5e 260 1er 292 11e 101
2010 4e 883 7e 248 54e 9 8e 211 3e 314 9e 101
2011 4e 789 10e 220 - - 2e 306 16e 113 5e 120
2012 3e 1131 6e 370 - - 11e 205 1er 413 5e 128
2013 2e 1226 1er 439 - - 6e 229 1er 480 5e 63
2014 2e 1091 1er 570 - - 16e 130 1er 346 12e 45

Détail des victoires[modifier | modifier le code]

Aksel Lund Svindal remporte sa première victoire le 27 novembre 2005 à Lake Louise lors d'un super G. Au long de sa carrière, ce sont vingt-et-une victoires qu'il collectionne sur le circuit dans des épreuves au format différent : descente, super G, slalom géant et combiné. Seule une victoire en slalom lui manque. En tant que Norvégien, seul Kjetil André Aamodt (21 victoires) l'égale, Lasse Kjus (18 victoires) arrivant en troisième position. Lake Louise est la station où il a remporté le plus d'épreuves avec cinq victoires (une en descente, quatre en super G).

Saison / Épreuve Descente Géant Super G Combiné Total
2006 Drapeau : Suède Åre Drapeau : Canada Lake Louise 2
2007 Drapeau : Suisse Lenzerheide Drapeau : Autriche Hinterstoder
Drapeau : Suisse Lenzerheide
Drapeau : Suisse Lenzerheide Drapeau : États-Unis Beaver Creek 5
2008 Drapeau : Autriche Sölden Drapeau : Canada Lake Louise 2
2009 Drapeau : États-Unis Beaver Creek
Drapeau : Suède Åre
Drapeau : États-Unis Beaver Creek 3
2010 Drapeau : Italie Val Gardena 1
2011 Drapeau : Suisse Adelboden 1
2012 Drapeau : Autriche Schladming Drapeau : Canada Lake Louise 2
2013 Drapeau : Canada Lake Louise Drapeau : Canada Lake Louise
Drapeau : Italie Val Gardena
Drapeau : Autriche Kitzbühel
Drapeau : Norvège Kvitfjell
5
2014 Drapeau : États-Unis Beaver Creek
Drapeau : Italie Bormio
Drapeau : Canada Lake Louise
Drapeau : Italie Val Gardena
4
Total 8 4 12 1 25

Championnats du monde junior[modifier | modifier le code]

Aksel Lund Svindal a remporté une médaille d'or, deux médailles d'argent et une médaille de bronze lors de ses participations aux championnats du monde junior entre 2000 et 2002. À l'exception du slalom géant, il a remporté à une médaille dans chacune des épreuves. En 2000, âgé de 17 ans, pour ses premiers mondiaux juniors au Québec (Canada), il est loin de jouer de les premiers rôles et se contente pour meilleur résultat d'une 28e place en slalom. Un an plus tard à Verbier (Suisse), il améliore ses résultats mais ne parvient pas à entrer dans un top 10. Enfin, lors des mondiaux 2002 en Italie, il est le seul skieur à y gagner une médaille à chacune des épreuves avec un titre en combiné, une médaille d'argent en super G et deux médailles de bronze en descente et slalom, l'épreuve du slalom géant a été annulée. En tant que norvégien, seuls Kjetil André Aamodt et Lasse Kjus en 1990 avait remporté quatre médailles.

Épreuve / Édition Descente Super G Géant Slalom Combiné
Mondiaux 2000
Drapeau : Canada Mont Sainte-Anne
48e 33e 39e 28e -
Mondiaux 2001
Drapeau : Suisse Verbier
13e 18e 13e Abandon -
Mondiaux 2002
Drapeau : Italie Italie
médaille de bronze médaille d'argent Annulé médaille de bronze médaille d'or

Sponsors[modifier | modifier le code]

Svindal fait partie des rares skieurs à accumuler des contrats de sponsoring. Dans le ski, Svindal est sous contrat avec la marque américain Head pour son matériel, Phenix pour ses combinaisons, Swix, Sweet Protection pour son casque de ski et Oakley pour ses lunettes (à partir de 2012). Par ailleurs, Svindal représente de nombreuses marques en dehors du ski, à commencer par Longines (depuis 2010), Telenor et Red Bull lorsque ce dernier ne fut plus prohibé en Norvège. Il a auparavant été chez Dainese concernant les protections, masque et casque de ski.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Svindal ne jure que par l'or », sur presse.fr,‎ 20 février 2010
  2. (en) Dustin Brockman, « Julia Mancuso and Aksel Lund Svindal's beach love », sur theskichannel.com,‎ 11 mai 2011
  3. « Ligety couronné au combiné », sur rds.ca,‎ 14 février 2006
  4. « Miller signe son retour », sur eurosport.fr,‎ 16 mars 2006
  5. « Svindal gagne la loterie », sur eurosport.fr,‎ 11 février 2007
  6. « Les réactions », sur lequipe.fr,‎ 18 mars 2007
  7. (no) « Alle gode ting er tre », sur online.no,‎ 12 octobre 2010
  8. « Svindal évidemment », sur lequipe.fr,‎ 28 octobre 2007
  9. « Svindal rapatrié en Norvège », sur lequipe.fr,‎ 8 décembre 2007
  10. « Svindal sera patient », sur lequipe.fr,‎ 17 janvier 2008
  11. « Grange a faim de revanche », sur lequipe.fr,‎ 22 octobre 2010
  12. « La belle revanche de Svindal », sur lequipe.fr,‎ 5 décembre 2008
  13. « Svindal, le phénix magnifique », sur lequipe.fr,‎ 14 mars 2009
  14. Mirko Hominal, « Lake Louise : Adrien Theaux superbe deuxième », sur skiinfo.fr,‎ 25 novembre 2012
  15. « La descente de Beaver Creek pour Christof Innerhofer, devant Aksel Lund Svindal », sur eurosport.fr,‎ 30 novembre 2012
  16. http://skiracing.com/?q=node/21688

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :