Ivica Kostelić

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ivica Kostelić Alpine skiing pictogram.svg
Ivica Kostelic 25102010 CroSki AE09283.jpg
Ivica Kostelić
Contexte général
Sport Ski alpin
Période active de 1994 à aujourd'hui
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la Croatie Croatie
Naissance (34 ans)
Lieu de naissance Zagreb, Croatie
Taille 1,82 m
Poids 94 kg
Club SK Zagreb
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 0 4 0
Championnats du monde 1 1 1
Coupe du monde (globes) 5 4 4
Coupe du monde (épreuves) 26 15 18
* Dernière mise à jour : 17 mars 2013

Ivica Kostelić, né le 23 novembre 1979 à Zagreb, est un skieur alpin croate qui s'est tout d'abord illustré en slalom (champion du monde en 2003 vainqueur du globe de cristal de la spécialité en 2002), avant de connaitre la réussite dans quatre des cinq disciplines du ski alpin, ce qui lui a permis de remporter le classement général de la Coupe du monde (le gros globe de cristal) au terme de la saison 2010-2011.

Ivica Kostelić a notamment remporté quatre médailles d'argent aux Jeux olympiques d'hiver. Il compte 26 victoires en coupe du monde. Il est le frère aîné de la skieuse alpine Janica Kostelić.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Ivica Kostelić naît en 1979 à Zagreb, il a une sœur Janica et un demi-frère Hrvojka né d'un premier mariage de son père. Sa mère s'appelle Marica (ancienne handballeuse de bon niveau). Son père Ante Kostelić joue un rôle essentiel dans sa carrière sportive puisqu'il est son entraîneur ainsi que celui de sa petite sœur Janica Kostelić (née en 1982, également grande championne de ski alpin), son père est un ancien handballeur ayant évolué dans le championnat de handball à Cannes entre autres, ses méthodes d'entraînement ont souvent été qualifiés d'« ambiance commando » par les observateurs[1]. Il détient un rôle prépondérant dans la réussite de ses deux enfants en sport de haut niveau.

Ivica dispute sa première course « FIS Race » le 16 décembre 1994 à Zermatt à 15 ans seulement. Très précoce, il prend part l'année suivante le à sa première course de Coupe d'Europe (anti-chambre de la Coupe du monde) à Obereggen, il participe alors à toutes les épreuves (descente, slalom, géant et super G). Il dispute ses premiers Championnats du monde juniors de ski alpin en 1997 à Schladming dans les quatre épreuves (10e en slalom, 14e en descente, 16e en super G et 22e en slalom géant) à 17 ans. Lors de la saison 1998, il participe à sa première course de Coupe du monde lors du slalom géant inaugural de la saison à Sölden suivi des étapes en slalom et géant à Park City et Aspen sans qu'il puisse marquer de points. Il termina la saison en disputant les championnats du monde 1999 de Vail dans l'épreuve du super G où il prend la 32e place (seul Croate à disputer la course). Dans le même temps, sa sœur remporte sa première épreuve de Coupe du monde dans le combiné de Sankt Anton.

Lors de la saison 2000, il participe de nouveau aux étapes en Coupe du monde de Vail-Beaver Creek en slalom, géant et super G mais se blesse grièvement au genou en décembre 1999 qui l'oblige à s'éloigner de la compétition pour toute la saison. Il revient lors de la saison 2001 et retrouve la Coupe du monde à Park City, il y inscrit ses premiers points lors du slalom de Sestrières avec une 21e place mais se blesse de nouveau au genou en janvier 2001 qui l'éloigne de la compétition. Ces deux blessures au genou retarde son éclosion au plus haut niveau.

2002 : éclosion[modifier | modifier le code]

De retour pour la saison 2002, il surprend tout le monde lors de sa deuxième course de Coupe du monde à Aspen en remportant avec le dossard 64 sa première victoire le devant Giorgio Rocca et Mario Matt. Il bat à cette occasion le record du vainqueur en slalom avec le dossard le plus élevé (détenu auparavant par Matt avec le dossard 47 en 2000 à Kitzbühel). Le lendemain, il prend la cinquième place du second slalom d'Aspen. Il remonte sur le podium lors des slaloms de Kranjska Gora (3e) et d'Adelboden (2e) avant de remporter la slalom de Wengen. Il réalise deux autres performances avant les Jeux olympiques d'hiver de 2002 de Salt Lake City avec une sixième place à Kitzbühel et une troisième place à Schladming. Aux JO, il prend part aux épreuves de géant et de slalom. En géant, il prend la neuvième place et termine meilleur Croate (7e de la première manche) d'une course remportée par Stephan Eberharter. Il s'agit alors de la meilleure performance en géant de sa carrière. En revanche en slalom, il a l'étiquette de favori en raison de son début de saison où il arrive en première position du classement du slalom. Il réalise le quatrième temps de la première manche derrière Jean-Pierre Vidal, Bode Miller et Benjamin Raich mais chute dans la seconde manche tandis que sa sœur remporte trois titres olympiques et une médaille d'argent (devenant la première championne olympique croate). Il termine sa saison avec une nouvelle victoire en slalom à Altenmarkt et remporte ainsi son premier petit globe de cristal en slalom (premier Croate à réaliser cette performance), tout en finissant 7e au général. Il est élu sportif croate de l'année par le quotidien Sportaš godine (titre prestigieux attribué par les journalistes du pays) succédant au joueur de tennis Goran Ivanišević.

2003 : champion du monde de slalom[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2003, il attend l'étape de Sestrières pour renouer avec la victoire en slalom suivi de deux autres succès à Kranjska Gora et Bormio puis de belles performances à Wengen (3e), Kitzbühel (4e) et Schladming (4e). Aligné dans les épreuves de géant et de slalom aux Championnats du monde 2003 de Saint-Moritz, il abandonne tout d'abord en géant. En slalom, il est parmi les favoris, il confirme ce statut en première manche avec le meilleur temps devant Raich et Manfred Pranger, en seconde manche il gère son avance et remporte son premier titre de champion du monde (et premier Croate à le devenir) devant Silvan Zurbriggen (auteur d'une grande remontée en seconde manche puisque parti en 25e position) et Rocca. À l'issue de cette course, Ivica déclare que « C'est l'un des plus beaux jours de ma vie»[2], après s'être jeté dans les bras de sa sœur qui l'attendait dans l'aire d'arrivée. Ce succès accompagne les deux titres de championne du monde de Janica en slalom et combiné : jamais la Croatie ne fut si triomphante en ski alpin. Lors de leurs retours au pays, ils sont acclamés par les Croates et les quotidiens nationaux n'hésitent pas à les mettre à la une en lieu et place des évènements en Irak avec des titres tels que « Ivica roi du slalom » (quotidien Vjesnik) ou « Le frère et la sœur au sommet du monde ». Ils sont tous deux félicités par le Premier ministre croate Ivica Racan (« Nous sommes plus qu'heureux que vous ayez imité le succès de votre sœur, en décrochant une médaille d'or en Championnat du monde ») et le président Stipe Mesic[3]. En bagarre avec Kalle Palander, il perd pour huit points le globe de cristal du slalom et termine second du slalom et 7e du général. Il est de nouveau élu sportif croate de l'année par le quotidien Sportaš godine, se succédant à lui-même.

2004-2005 : blessure au genou et retour à la compétition[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2004, il remporte le slalom de Madonna di Campiglio et fait un podium à Chamonix (3e) avant d'être victime d'une rupture des ligaments croisés à Schladming qui interrompt sa saison[4]. Il effectue son retour lors de la saison 2005, après sept abandons en slalom et géant en coupe du monde, il prend la 7e place du slalom de Flachau puis renoue un podium au slalom de Wengen (2e) et de Kitzbühel (3e), il termine l'année à la 7e place du classement du slalom. Entre temps, il participe aux Championnats du monde 2005 de Bormio où il abandonne en première manche son titre acquis deux ans auparavant.

2006 : première médaille olympique[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2006, il élargit son répertoire d'épreuves en participant à quelques super G, combiné et descente (bien qu'il ne marque aucun point en super G et descente au cours de cette année) en plus du slalom, il met en revanche de côté le géant. Il fait trois top 10 avant de se présenter aux Jeux olympiques de 2006 (7e du slalom de Beaver Creek, 9e du combiné de Val d'Isère et 7e du slalom de Madonna di Campiglio). Aux JO de Turin, il réalise le septième temps de la descente du combiné puis le quatrième du slalom lui permettant d'acquérir sa première médaille olympique : l'argent derrière Ted Ligety et devant Rainer Schönfelder[5]. Il devient le premier Croate à remporter une médaille olympique chez les hommes. Il participe également au super G où il prend la 31e place et au slalom avec une sixième place à 30 centièmes du podium. Il termine sa saison par une quatrième au slalom d'Aare. Malgré quelques bonnes performances, son début de saison ratée le fait terminer à la 15e place du classement du slalom et 40e au général.

2007-2008 : devenir polyvalent[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2007, il reproduit quasiment son planning de l'année précédente à savoir l'abandon du géant pour s'aligner en combiné et en descente. Il remporte son premier combiné de sa carrière (super combiné de Reiteralm, composé d'un super G et d'une manche de slalom) devant Romed Baumann et Pierrick Bourgeat. La semaine suivante, il monte sur le podium du slalom d'Alta Badia. En janvier, il termine quatrième du super combiné de Wengen et 7e du slalom de Kitzbühel. Hormis une troisième place décrochée dans le classement du combiné, Ivica marque le pas en slalom (16e au classement) et n'a marqué aucun point en descente, terminant à la 25e place au général. Il prend entre-temps part aux Championnats du monde 2007 d'Åre, il termine 12e du combiné, est disqualifié en première manche du géant et abandonne en seconde manche du slalom.

Lors de la saison 2008, Ivica décide de prendre part à toutes les épreuves, il réalise un premier top 10 à Bad Kleinkirchheim avec une 7e place en slalom fin décembre 2007. En janvier 2008, il enchaîne de belles performances en se classant six fois dans un top 10 (quatre slaloms et deux combinés) dont deux podiums lors des deux combinés à Kitzbühel et Chamonix. En février, il fait deux podiums en slalom à Garmisch-Partenkirchen (3e) et à Zagreb chez lui où il doit se contenter de la seconde place derrière Mario Matt, il refait un podium en slalom en mars à Kransjka Gora et atteint même une huitième place en super G lors des finales de Bormio. Second du classement du combiné derrière Bode Miller, il a marqué des points dans les cinq disciplines lui permettant d'atteindre son meilleur classement au général avec une sixième place finale.

2009 : prétendre au gros globe de cristal[modifier | modifier le code]

Pour la saison 2009, il renoue l'exercice de la polyvalence qui lui avait réussi l'année précédente, il fait un top 10 en géant à Beaver Creek (8e) puis un podium (deuxième derrière Daniel Albrecht) et enfin une victoire en slalom à Alta Badia devant Jean-Baptiste Grange. En janvier 2009, il refait un podium chez lui à Zagreb, deuxième toujours derrière Grange et marque des points en géant, descente avant de terminer le mois par trois top 10 avec une 7e septième place en slalom et une deuxième en combiné à Kitzbühel et une troisième place au slalom de Schladming, permettant de le présenter comme l'un des favoris en tant que leader du classement général pour les Championnats du monde de 2009 de Val d'Isère. Pour la première épreuve de ces mondiaux le super G, il doit en revanche renoncer au départ en raison de douleurs persistantes au dos[6].

À la fin de la saison, il termine quatrième du classement général de la coupe du monde de ski alpin.

2010 : renaissance aux JO de Vancouver[modifier | modifier le code]

Malgré une opération au genou droit à l'automne 2009, Ivica réalise l'exploit d'aller chercher deux médailles d'argent aux Jeux olympiques de 2010, l'une au combiné (battu par Bode Miller) et l'autre en slalom (battu par Giuliano Razzoli).

2011[modifier | modifier le code]

Pendant la saison 2011, Ivica joue la carte de la polyvalence qui lui a bien réussi par le passé. Il fait un assez bon début de saison, avec une troisième place au Slalom de Levi puis se classe régulièrement dans le top 30 et engrange des points. Au mois de janvier, il explose littéralement en remportant 7 épreuves de Coupe du Monde. Par la même occasion il prend la tête du général ainsi que celle du Slalom et du Combiné, et avec ses 3 victoires sur les 3 premiers combinés de la saison, il s'adjuge le globe de la spécialité dès la fin janvier.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'hiver[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Drapeau : États-Unis Salt Lake City 2002 Drapeau : Italie Turin 2006 Drapeau : Canada Vancouver 2010 Drapeau : Russie Sotchi 2014
Descente - - 18e -
Slalom Abandon 6e médaille d'argent, Jeux olympiques Argent 9e
Géant 9e - 7e -
Super G - 31e 16e -
Combiné - médaille d'argent, Jeux olympiques Argent médaille d'argent, Jeux olympiques Argent médaille d'argent, Jeux olympiques Argent

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Championnats du monde de ski alpin.
Épreuve / Édition Drapeau : États-Unis Vail 1999 Drapeau : Suisse Saint-Moritz 2003 Drapeau : Italie Bormio 2005 Drapeau : Suède Åre 2007 Drapeau : France Val d'Isère 2009 Drapeau : Allemagne Garmisch P. 2011 Drapeau : Autriche Schladming 2013
Slalom - médaille d'or, monde Or Abandon Abandon - 8e 5e
Slalom géant - Abandon - Disqualifié - 13e 25e
Super G 32e - - - Abandon médaille de bronze, monde Bronze 28e
Descente - - - - - - 20e
Combiné - - - 12e - - médaille d'argent, monde Argent

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coupe du monde de ski alpin.

Différents classements en coupe du monde[modifier | modifier le code]

Année/Classement Général Descente Slalom Géant Super G Combiné
Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points
2001 107e 25 - - 40e 25 - - - - - -
2002 7e 677 - - 1er 611 22e 66 - - - -
2003 7e 632 - - 2e 580 27e 52 - - - -
2004 34e 271 - - 14e 195 30e 62 37e 14 - -
2005 31e 263 - - 7e 263 - - - - - -
2006 40e 204 - - 15e 163 - - - - 16e 41
2007 25e 344 - - 16e 144 - - - - 3e 200
2008 6e 829 35e 36 5e 425 40e 29 25e 83 2e 256
2009 4e 891 47e 9 2e 454 8e 219 26e 43 4e 166
2010 5e 805 23e 86 4e 360 21e 71 15e 116 3e 172
2011 1er 1356 25e 90 1er 478 11e 120 3e 223 1er 345
2012 4e 1064 43e 14 2e 610 23e 104 - - 1er 336
2013 5e 900 44e 18 3e 535 14e 140 28e 27 1er 180
2014 42e 190 - - 16e 128 32e 29 34e 24 30e 9

En 2013, la Fédération internationale de ski décide de ne pas attribuer de globe concernant le classement du combiné[7].

Détail des victoires[modifier | modifier le code]

Édition / Épreuve Super G Slalom Combiné Slalom parallèle Total
2002 Drapeau : États-Unis Aspen
Drapeau : Suisse Wengen
Drapeau : Autriche Altenmarkt
3
2003 Drapeau : Slovénie Kranjska Gora
Drapeau : Italie Bormio
Drapeau : Italie Sestrieres 3
2004 Drapeau : Italie Madonna di Campiglio 1
2007 Drapeau : Autriche Reiteralm 1
2009 Drapeau : Italie Alta Badia 1
2010 Drapeau : Suisse Wengen Drapeau : Autriche Kitzbühel 2
2011 Drapeau : Autriche Kitzbühel Drapeau : Suisse Adelboden
Drapeau : Suisse Wengen
Drapeau : Suisse Wengen
Drapeau : Autriche Kitzbühel
Drapeau : France Chamonix
Drapeau : Allemagne Munich 7
2012 Drapeau : États-Unis Beaver Creek
Drapeau : Autriche Flachau
Drapeau : Suisse Wengen
Drapeau : Suisse Wengen
Drapeau : Autriche Kitzbühel
Drapeau : Russie Sotchi
6
2013 Drapeau : Slovénie Kranjska Gora Drapeau : Autriche Kitzbühel 2
Total 1 14 9 2 26

(État au 10 mars 2013)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lionel Froissart, « Le commando Kostelic », sur liberation.fr,‎ 17 février 2003 (consulté le 29 janvier 2009)
  2. « Ivica Kostelic sur les traces de Janica », sur sport365.fr,‎ 5 janvier 2003 (consulté le 29 janvier 2009)
  3. « Janica et Ivica Kostelic remportent trois médailles d'or », sur amb-croatie.fr,‎ 17 février 2003 (consulté le 28 janvier 2009)
  4. « Ivica Kostelic forfait », sur sport.fr,‎ 28 janvier 2003 (consulté le 29 janvier 2009)
  5. « Ligety enlève le combiné », sur lequipe.fr,‎ 14 février 2006 (consulté le 29 janvier 2009)
  6. « Kostelic renonce », sur lequipe.fr,‎ 3 février 2009 (consulté le 3 février 2009)
  7. (en) « Skiing plans to revive Alpine super-combined event », sur sports.yahoo.com,‎ 5 octobre 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :