Klaus Kröll

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Klaus Kröll Alpine skiing pictogram.svg
Klaus Kröll Austrian Championships 2008.jpg
Klaus Kröll à Haus im Ennstal en mars 2008.
Contexte général
Sport Ski alpin
Période active De 1995 à aujourd'hui
Biographie
Nationalité sportive Drapeau : Autriche Autrichienne
Naissance 24 avril 1980 (34 ans)
Lieu de naissance Öblarn
Taille 186 cm
Poids de forme 95 kg
Club Sport Union Öblarn
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 0 0 0
Championnats du monde 0 0 0
Coupe du monde (globes) 1 2 1
Coupe du monde (épreuves) 6 7 10
* Dernière mise à jour : 30 novembre 2013

Klaus Kröll, né le 24 avril 1980 à Öblarn (Autriche), est un skieur alpin autrichien s'illustrant uniquement dans les disciplines de vitesse (descente et super G). Alors qu'il est un grand espoir du ski autrichien, remportant notamment deux titres de champion du monde junior (descente en 1999 et super G en 2000), il a tardé à confirmer au haut niveau. Bien qu'il ait obtenu ses meilleurs résultats en descente jusqu'en 2008, il remporte sa première victoire en Coupe du monde lors d'un super G à Kitzbühel en janvier 2009. Au sein de la « Wunderteam », il fait face à une grosse concurrence qui ne l'a autorisé qu'à participer au cours de sa longue carrière qu'à deux Jeux olympiques d'hiver, en 2006 à Turin et en 2010 à Vancouver, ainsi qu'à deux Championnats du monde de ski alpin, en 2009 à Val d'Isère et 2011 à Garmisch-Partenkirchen. Son talent n'est récompensé que tardivement, mais ses victoires et sa régularité en descente lui permettent de remporter le globe de cristal de la descente en 2012, avec deux victoires et trois troisièmes places.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Klaus Kröll est né en 1980 à Öblarn, dernier enfant de Helmut et Monika, il a deux frères (Helmut junior et Wilfried) et une sœur (Anita). En 1995, il rejoint une structure sportive et éducative à Schladming à partir du collège après avoir été champion de ski chez les jeunes. Il participe à sa première course FIS Race le 6 décembre 1995 à Altaussee avec un slalom (50e place). En 1997, il est se casse la jambe et ne participe qu'à une course FIS Race fin avril lors d'une descente à Pitzal. Il fait son entrée en équipe d'Autriche junior en 1998, cette année-là il participe par ailleurs à sa première course de Coup d'Europe à Altenmarkt le 12 janvier 1998 avec une descente (105e place).

1999-2001 : champion du monde junior de descente et super G[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 1999, il participe à ses premiers Championnats du monde junior qui ont lieu au Pra Loup et Le Sauze (en France. Il confirme les attentes de l'équipe d'Autriche en remportant le titre de champion du monde de descente succédant à Andreas Buder, tandis qu'il est disqualifié en super G. En 2000, il participe à sa première épreuve de Coupe du monde à Chamonix lors d'une descente où il prend la 30e place (unique épreuve auquel il participe jusqu'à la saison 2002) puis c'est en super G qu'il décroche le titre champion du monde junior à Mont Sainte-Anne ainsi qu'une médaille d'argent en descente confirmant ses bonnes dispositions dans les épreuves de vitesse. Malgré ses bons résultats en Coupe d'Europe (dont des victoires comme les descentes d'Altenmarkt et de Sestrières en 2001) ce n'est qu'à la saison 2002 qu'il intègre la Coupe du monde.

2002-2005 : début en Coupe du monde et non-sélection aux grands rendez-vous internationaux[modifier | modifier le code]

Enfin sélectionné pour la saison 2002 en Coupe du monde au sein d'une équipe d'Autriche qui domine le ski alpin, Kröll dispute les épreuves de descente et de super G. Il renoue avec la Coupe du monde lors la descente de Val d'Isère où il prend une 7e place avec le dossard 34. Il est tout prêt de son premier podium lors de la descente de Bormio échouant à 5 centièmes du troisième Stefan Eberharter (les 4 premiers de cette course sont tous autrichiens) puis lors de la descente de Saint-Moritz avec une 5e place à 11 centièmes du troisième Michael Walchhofer (les 4 premiers de cette course sont tous autrichiens). Malgré ses excellents résultats en descente, il n'est pas sélectionné aux Jeux olympiques d'hiver de 2002 de Salt Lake City notamment en raison de la forte concurrence en équipe d'Autriche qui préfèrent sélectionner pour les olympiades Fritz Strobl (futur champion olympique), Eberharter (3e, Christian Greber (6e) et Christoph Gruber (20e). Il termine la saison à la 16e place du classement de la descente et sixième Autrichien seulement (derrière Eberharter, Strobl, Hannes Trinkl, Greber et Peter Rzehak).

Lors de la saison 2003, il monte pour la première fois sur un podium de Coupe du monde après une seconde place en descente à Val d'Isère derrière Eberharter. Saison axée sur la descente, il accumule les top 10 (8e à Val Gardena, 8e puis 4e à Bormio, 10e à Wengen et enfin 9e à Lillehammer. Il termine à la 10e place du classement de la descente et se classe 5e Autrichien derrière Eberharter, Michael Walchhofer, Trinkl et Strobl. Aux mondiaux 2003, il est de nouveau non-sélectionné pour la descente, les choix se sont portés vers Walchhofer (futur champion du monde), Eberharter (5e), Hermann Maier (8e), Strobl (10e) et Trinkl (31e). La saison 2004 est également régulière uniquement axée sur la descente, il fait quatre top 10 (9e puis 5e à Vail, 7e à Val Gardena et 4e à Sankt-Anton) et termine à la 12e place du classement de la descente et septième Autrichien (derrière Eberharter, Maier, Strobl, Walchhofer, Hans Knauss et Andreas Schifferer). La saison 2005 ressemble à la précédente en moins efficace, cette fois-ci il ne compte que trois top 10 (4e à Bormio, 10e à Wengen et 10e à Lenzerheide) et recule dans la hiérarchie des descendeurs, il termine 20e du classement de la descente et 8e Autrichien. Il manque de nouveau des Mondiaux qui se sont déroulés en Italie.

2006-2008 : première sélection dans un rendez-vous international[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2006, il poursuit sa moisson de top 10 en descente (8e à Lake Louise, 5e à Val d'Isère), 10e à Bormio et 5e à Kitzbühel), et contrairement aux années précédents, il est retenu dans la sélection autrichienne pour disputer la descente des Jeux olympiques d'hiver de 2006 de Turin en compagnie de Walchhofer, Maier et Strobl, cependant lors de cette épreuve olympique il termine qu'à la 22e place derrière ses trois autres compatriotes. Il termine la saison à la 12e place de la descente et désormais 4e Autrichien derrière Walchhofer, Strobl et Maier.

Lors de la saison 2007, il poursuit ses top 10 en descente (7e à Lake Louise, 6e à Wengen et 9e à Garmisch-Partenkirchen) et renoue avec le super G en coupe d'Europe. Cependant contrairement aux Jeux olympiques précédents, il n'est pas retenu aux Championnats du monde 2007. Il termine de nouveau à la 12e place du classement de la descente et fait un bond en arrière dans la hierarchie autrichienne (8e derrière Walchhofer, Mario Scheiber, Gruber, Strobl, Buder, Maier et Hans Grugger). En 2008, comme les années précédentes, il aligne de nouveaux des top 10 en descente (9e à Val Gardena et 7e à Bormio) avant de réaliser un excellent week-end aux deux descentes de Kvitfjell avec un nouveau podium (3e derrière Werner Heel et Bode Miller) puis une 4e place, il poursuit par ailleurs son perfectionnement en super G en Coupe d'Europe.

2009 : première victoire en coupe du monde[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2009, il s'aligne dans deux disciplines en Coupe du monde, bien évidemment la descente mais également le super G. Il débute par l'étape de Lake Louise avec une 5e place en descente et une 14e en super G suivies d'une 4e dans la descente de Beaver Creek, il se rapproche d'une victoire lors de la descente de Bormio où il termine second fin décembre 2008 derrière Christof Innerhofer. Fin janvier 2009, il remporte enfin sa première victoire en Coupe du monde après cinq podiums en carrière, cependant alors que tous ses précédents podiums ont été réalisés en descente, c'est dans le super G de Kitzbühel qu'il s'impose devant Aksel Lund Svindal et Ambrosi Hoffmann et où les 19 premiers se tiennent en moins d'une seconde. Le lendemain, il monte sur un nouveau podium lors de la descente en prenant la 3e place derrière Didier Defago et Walchhofer. Fort de ces résultats, il est sélectionné pour la première fois de sa carrière à des mondiaux, ceux de 2009 à Val d'Isère.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'hiver[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Drapeau : Italie Turin 2006 Drapeau : Canada Vancouver 2010 Drapeau : Russie Sotchi 2014
Descente 22e 9e 22e

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Drapeau : France France 1999
(junior)
Drapeau : Canada Mt St Anne 2000
(junior)
Drapeau : France Val d'Isère 2009
(élites)
Drapeau : Allemagne Garmisch-Partenkirchen 2011
(élites)
Drapeau : Autriche Schladming 2013
(élites)
Descente médaille d'or, Coupe du Monde Or médaille d'argent, Coupe du Monde Argent 9e 11e 4e
Super G Disqualifié médaille d'or, Coupe du Monde Or 10e - -

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • Meilleur classement final au général : 7e en 2012.
  • 23 podiums dont 6 victoires.

Différents classements en coupe du monde[modifier | modifier le code]

Année/Classement Général Descente Slalom Géant Super G Combiné
Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points
2000 134e 1 60e 1 - - - - - - - -
2001 - - - - - - - - - - - -
2002 33e 248 16e 205 - - - - 24e 43 - -
2003 27e 325 10e 317 - - - - 50e 8 - -
2004 29e 290 12e 290 - - - - - - - -
2005 46e 155 20e 155 - - - - - - - -
2006 32e 283 12e 216 - - - - 25e 67 - -
2007 48e 158 21e 158 - - - - - - - -
2008 41e 232 8e 232 - - - - - - - -
2009 12e 566 2e 424 - - - - 8e 142 - -
2010 35e 214 12e 164 - - - - 25e 50 - -
2011 10e 579 3e 411 - - - - 12e 168 - -
2012 7e 909 1er 605 - - - - 5e 304 - -
2013 12e 485 2e 381 - - - - 14e 104 - -

Détail des victoires[modifier | modifier le code]

Édition / Épreuve Descente Super G Total
2009 Drapeau : Norvège Kvitfjell Drapeau : Autriche Kitzbühel 2
2011 Drapeau : Suisse Wengen - 1
2012 Drapeau : France Chamonix
Drapeau : Norvège Kvitfjell
Drapeau : Norvège Kvitfjell* 3
Total 4 2 6

*ex aequo

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :