Tommy Moe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tommy Moe Alpine skiing pictogram.svg
Illustration manquante : importez-la
Contexte général
Sport ski alpin
Période active 1990-1998
Biographie
Nationalité sportive Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance 17 février 1970 (44 ans)
Lieu de naissance Missoula
Club Jackson Hole Ski Club
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 1 1 0
Championnats du monde 0 0 0
Coupe du monde (globes) 0 0 1
Coupe du monde (épreuves) 1 2 4
* Dernière mise à jour : 20 février 2014

Tommy Moe, né le 17 février 1970 à Missoula, est un ancien skieur alpin américain. Il a remporté une médaille d'or et une médaille d'argent aux Jeux olympiques d'hiver de 1994. Il est spécialisé dans les disciplines de la descente et du super G.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Missoula, dans le Montana, Tommy Moe a commencé le ski dans le Whitefish Mountain Resort, où son père était un membre des pisteurs-secouristes de la station. Il a aussi développé ses techniques de ski à Alyeska, une station près d'Anchorage, en Alaska. Il a rejoint l'équipe de ski alpin américaine en 1986, à l'âge de 16 ans[1].

Il a fait ses débuts en Coupe du monde à l'âge de 17 ans[2]. Il a également participé aux Championnats de monde de 1989, à Vail, dans le Colorado. Il y termine 12e de la compétition de descente. Il a obtenu ses premiers points en Coupe du monde en mars 1990, où il a terminé à la 13e place de la descente de Åre, en Suède[1]. Il participe ensuite aux Jeux olympiques d'hiver de 1992, obtenant comme meilleur classement une 18e place en combiné.

Il est sélectionné pour les Jeux olympiques d'hiver de 1994, à Lillehammer, en Norvège. Il y réalise une surprenante performance en devenant le premier skieur américain a remporter deux médailles lors d'un événement olympique. Moe remporte la médaille d'or de la descente et la médaille d'argent du super G sur la piste de Kvitfjell[3]. En descente, il a devancé le skieur norvégien Kjetil André Aamodt de 0,04 secondes pour pouvoir s'emparer de la plus haute marche du podium. Il a ensuite terminé deuxième du super G le jour de ses 24 ans[4]. Il est seulement devancé par l'Allemand Markus Wasmeier[5],[6] . Il a connu le succès malgré qu'il n'ait, à ce moment, remporté aucune épreuve en Coupe du monde. Il a tout de même obtenu trois podiums les mois précédents et une cinquième place dans la descente des Championnats de monde de 1993[7]. Un mois après les Jeux d'hiver, il a remporté son unique succès en Coupe du monde lors du super G de Whistler, au Canada[8],[9]. Son meilleur résultat lors de la saison 1993-1994 est une 3e place au classement du super G.

En mars 1995, Tommy Moe se blesse à son genou droit sur la piste de Kvitfjell, la même piste où il a remporté ses médailles olympiques[10]. Après sa convalescence, il n'est pas parvenu à retrouver son meilleur niveau[11]. Il n'a pas participé aux Championnats de monde de 1997 à cause d'une blessure au pouce qui a nécessité une intervention chirurgicale[12]. Il est revenu à la compétition en mars et a remporté la descente du championnat américain de ski alpin[13]. Moe participe pour la troisième fois aux Jeux d'hiver à Nagano, au Japon[12]. Il a terminé à la 8e place du Super G et la 12e place de la descente. Il se retire de la compétition à la fin de la saison[14].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Drapeau : France Albertville 1992 Drapeau : Norvège Lillehammer 1994 Drapeau : Japon Nagano 1998
Descente 20e médaille d'or, Jeux olympiques Or 12e
Super G 28e médaille d'argent, Jeux olympiques Argent 8e
Combiné 18e 5e

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Drapeau : États-Unis Vail 1989 Drapeau : Japon Morioka Shizukuishi 1993 Drapeau : Espagne Sierra Nevada 1996
Descente 12e 5e 21e
Super G 21e 42e
Combiné 13e

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • Meilleur classement final : 8e en 1994
  • 1 victoire (1 en Super G).

Différents classement en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Saison Âge Génaral Slalom Slalom Géant Super G Descente Combiné
1990 20 97e 36e
1991 21 74e 29e
1992 22 79e 49e 40e 31e
1993 23 31e 26e 19e 48e
1994 24 8e 3e 8e 4e
1995 25 28e 11e 18e 12e
1996 26 152e 62e 65e
1997 27 87e 50e 35e
1998 28 72e 32e 35e

Détails des victoires[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Super G
1994 Drapeau : Canada Whistler

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Tommy Moe: biography », A+E Networks,‎ 2014 (consulté le 21 mars 2014)
  2. (en)« Chasing a dream », Toledo Blade,‎ 13 février 1994 (consulté le 21 mars 2014), p. B4
  3. (en)Philips Angus, « Moe skis into U.S. record book  », Washington Post,‎ 18 février 1994 (consulté le 21 mars 2014), p. 1B
  4. (en)Powers Tom, « This Moe's no stooge on the slopes », The Sun,‎ 14 février 1994 (consulté le 21 mars 2014), p. 23
  5. (en)Philips Angus, « Unheralded Tommy Moe races to first U.S. medal », Washington Post,‎ 14 février 1994 (consulté le 21 mars 2014), p. A1
  6. (en)Johnson William Oscar, « The Son Finally Rises », Sports Illustrated,‎ 21 février 1994 (consulté le 21 mars 2014), p. 20
  7. (en)« Kitt, Moe crack top five in downhill », Bend Bulletin,‎ 11 février 1993 (consulté le 21 mars 2014), p. D-2
  8. (en)« Moe finds gold at World Cup », Spokesman-Review,‎ 14 mars 1994 (consulté le 21 mars 2014), p. C4
  9. (en)« Moe claims World Cup win at Whistler super-G », Bend Bulletin,‎ 14 mars 1994 (consulté le 21 mars 2014), p. D3
  10. (en)« Injury could keep Moe off slopes for six months », Toledo Blade,‎ 11 mars 1995 (consulté le 21 mars 2014), p. 26
  11. (en)Wade Stephen, « Moe made cautious by injury », Spokesman-Review,‎ 11 février 1996 (consulté le 21 mars 2014), p. C1
  12. a et b (en)Dwyer Philip, « A trail of tarnished gold », Spokesman-Review,‎ 4 février 1998 (consulté le 21 mars 2014), p. C1
  13. (en)« Moe captures U.S. downhill », Lodi News-Sentinel,‎ 21 mars 1997 (consulté le 21 mars 2014), p. 17
  14. (en)« Moe, Kitt retire », Post and Courier,‎ 4 juin 1998 (consulté le 21 mars 2014), p. 4C