Didier Défago

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Didier Défago Alpine skiing pictogram.svg
Didier Defago.jpg
Didier Défago
Contexte général
Sport Ski alpin
Période active De 1996 à aujourd'hui
Biographie
Nationalité sportive Drapeau : Suisse Suisse
Naissance 2 octobre 1977 (36 ans)
Lieu de naissance Morgins
Taille 184 cm
Poids de forme 90 kg
Club Morgins
Palmarès
Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 1 0 0
Championnats du monde 0 0 0
Coupe du monde (globes) 0 0 3
Coupe du monde (épreuves) 5 7 3
* Dernière mise à jour : 31 janvier 2014

Didier Défago, né le 2 octobre 1977 à Morgins, est un skieur alpin suisse s'illustrant dans toutes les disciplines et mettant l'accent sur la polyvalence à l'exception du slalom. Ayant pris part à trois olympiades (2002, 2006 et 2010) ainsi qu'à cinq championnats du monde (2001, 2003, 2005, 2007 et 2009), il remporte la descente des Jeux olympiques de Vancouver et obtient comme meilleur résultat aux championnats du monde une 4e place au combiné en 2007. Il a remporté cinq victoires en Coupe du monde : le super G de Val Gardena en 2003, les deux descentes de Wengen et de Kitzbühel en 2009, la descente de Bormio en 2011 et le super-G de Kitzbühel en 2014. Il compte au total 15 podiums.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mis sur des skis très tôt par ses parents, Défago aux Championnats du monde juniors 1995 à Voss, abandonne en slalom et géants, il y obtient une 44e place en descente. L'année suivante, aux Championnats du monde juniors 1996 en Suisse, il remporte le titre de champion du monde junior en super G ainsi que la médaille de bronze en géant. Il fait parallèlement ses débuts en Coupe d'Europe (antichambre de la Coupe du monde lors d'un géants aux Arcs avec une 29e place. Il effectue ses débuts en Coupe du monde le 26 octobre 1997 au géant de Tignes où, qualifié en seconde manche, il y abandonne. Il marque ses premiers points en Coupe du monde lors du géant de Saalbach avec une 28e place.

Lors de la saison 1999, il dispute des géants ainsi que ses premiers super G en Coupe du monde (son premier super G est à Val d'Isère avec une 38e place). Il intègre définitivement l'équipe de Suisse en Coupe du monde lors de la saison 2000, participant même à ses premières descentes à ce niveau. Il arrive à faire son premier top-15 lors du géant de Saalbach avec une 13e place puis son premier top-10 avec une 7e au super G de Kitzbühel suivi d'une 8e place à Sankt Anton, il y parvient également en géant avec une 8e place à Yongpyong et une 7e place à Bormio. Ses bonnes performances lui permettent d'atteindre la 27e place du général et le situe à la 4e place dans la hiérarchie suisse derrière Didier Cuche (12e), Paul Accola (14e) et Michael von Grünigen (15e). Il représente alors le renouveau du ski alpin suisse.

Il fait preuve de la même régularité lors de la saison 2001, top-10 en super G à Vail (10e) et Kvitfjell (4e où il rate son premier podium pour 41 centièmes derrière le troisième Stefan Eberharter), en géant à Val d'Isère (10e) et Aare (9e), ainsi que pour la première fois en descente avec une 5e et 8e places lors des deux descentes de Kvitfjell. Il clôt cette saison à la 24e place au général et troisième suisse, derrière von Grünigen (5e) et Cuche (10e). Il participe cette année-là à ses premiers Championnats du monde dans la station autrichienne de Sankt-Anton où sélectionné en super G en compagnie de Cuche, Accola et Silvano Beltrametti, il prend la 11e place.

En 2002, il connaît son premier podium en Coupe du monde en fin de saison avec une 2e place du super G de Kvitfjell devancé par Alessandro Fattori et devançant Eberharter après avoir raté le podium du combiné de Wengen avec une 4e place derrière Kjetil Andre Aamodt, Bode Miller et Lasse Kjus, ainsi qu'une 5e place au super G de Garmisch-Partenkirchen, il termine l'année en améliorant son rang final au général avec une 14e place et deuxième Suisse derrière Cuche (3e). Il participe également à ses premiers Jeux olympiques à Salt Lake City. Il est aligné dans quatre disciplines : descente, combiné, super G et géant. Après une 21e place en descente et un abandon en combiné lors du slalom, il prend la 6e place du super G à une demi-seconde du podium puis une 14e place au géant.

Il poursuit sa progression dans la hiérarchie mondiale en 2003, il obtient plusieurs top-10 en début de saison (9e au géant de Sölden et en descente de Lake Louise, 4e du super G de Beaver Creek, 6e en descente et 10e en géant de Val d'Isère) avant de remporter sa première épreuve de Coupe du monde lors du super G de Val Gardena pour onze centièmes devant Hannes Reichelt et Marco Büchel. Il monte sur un nouveau podium lors du combiné de Kitzbühel avec une 3e place derrière Michael Walchhofer et Aksel Lund Svindal, c'est une 11e place au général qui l'attend. Il participe également à ses deuxièmes mondiaux qui se déroulent en Suisse à Saint-Moritz, sa meilleure performance s'effectue en combiné avec une 7e place. La saison 2003 se termine sur deux titres de champion de Suisse en descente et super G à Verbier.

Blessé en début de saison 2004, il fait son retour en janvier 2004 à Kitzbühel avec une 7e place de son combiné. Tout proche d'un podium lors de la descente de Garmisch avec une 4e derrière Eberharter, Fritz Strobl et Fattori, Défago (amputé d'une moitié de saison) termine à la 32e place du général. Lors de la saison 2005, il réalise alors sa meilleure saison en Coupe du monde, il compte 12 top-10 dont trois podiums (3e du combiné de Wengen, 2e du super G de Garmisch et 2e du super G de Kvtfjell), il termine au 6e rang du général avec 684 points et au 3e rang du combiné derrière Benjamin Raich et Kjus. Durant cette saison, il croit remporter son deuxième succès en Coupe du monde lors du combiné de Val d'Isère mais sa victoire est ensuite annulée après qu'un responsable de la FIS jugea la hauteur des plaques sous la fixation des skis non-conforme au règlement, la victoire revenant à Walchhofer, la fédération suisse de ski déposa alors un dossier au tribunal arbitral du sport qui donnera raison à la FIS en août 2006 en appel[1]. Aux mondiaux 2005, il ne monte cependant pas sur un podium, malgré de bonnes prestations, il prend la 6e place de la descente, la 7e du super G, la 12e du géant et la 14e du combiné.

Alors qu'il réalise tout d'abord en géant et super G, Défago s'est peu à peu rapproché des favoris dans la discipline de la descente. En 2006, il ne monte sur aucun podium en Coupe du monde ce qu'il ne l'empêche pas d'atteindre à onze reprises un top-10, ses meilleurs résultats sont une 4e place au combiné de Chamonix et trois 5e places lors du super-combiné et de la descente de Wengen ainsi que de la descente d'Aare. Il termine la saison sur une 15e place au général. Il prend part au cours de l'année à ses deuxièmes olympiades, cependant il ne parvient pas à entrer une seule fois dans le top-10 avec pour meilleur résultat une 14e place en géant.

Il renoue le podium lors de la saison 2007 avec une 3e place au géant d'Alta Badia derrière Kalle Palander et Miller. Année régulière dans le top-10, il est tout près de remporter sa première médaille aux Championnats du monde 2005 avec une 4e place du super-combiné à 27 centièmes de la troisième place occupée par son compatriote Marc Berthod. Il termine la saison à la 14e place du général. En 2008, Défago n'est jamais loin de remporter sa deuxième victoire de sa carrière, il monte deux fois sur un podium avec une 2e place à la descente de Val d'Isère derrière Miller et au super G de Bormio derrière Reichelt pour un centième. Il fait au total douze top-10 pour deux podiums et aucune victoire, et termine à la 9e place du général (4e du super G).

Lors de la saison 2009, il accumule les top-10 en début de saison (deux à Lake Louise et trois à Beaver Creek, en descente, super G et géant), il monte sur un nouveau podium au super G de Val Gardena avec une 2e derrière Werner Heel. Au mois de janvier 2009, après une 12e place au super-combiné de Wengen, il s'impose sur la Lauberhorn (nom de la piste sur laquelle se déroule la descente de Wengen) et remporte son deuxième succès en Coupe du monde, il devance le duo américain Miller et Marco Sullivan. Ce succès en appelle un autre puisqu'une semaine plus tard, c'est la descente (la « Streiff ») de Kitzbühel qu'il remporte pour compter désormais trois victoires, il devance cette fois-ci un duo autrichien composé de Walchhofer et Klaus Kröll. Il se présente ainsi comme l'un des favoris pour la descente des mondiaux 2009. Lors de la première épreuve de cet évènement, il prend la 8e place du super G (remporté par son compatriote Didier Cuche).

Didier Défago aux Jeux olympiques de Vancouver

Le 15 février 2010, il devient champion olympique de descente aux Jeux de Vancouver, devant Aksel Lund Svindal pour 7 centièmes et Bode Miller pour 9 centièmes[2]. Il obtient par ailleurs deux nouveaux podiums en coupe du monde en 2009-2010, un en super-combiné à Beaver Creek et un en descente à Bormio.

Alors qu'il se prépare à la Coupe du monde de ski alpin 2010-2011, il est victime d'une grave blessure lors d'un entraînement en septembre. Atteint d'une déchirure du ligament croisé antérieur et d'une élongation du ligament latéral interne du genou gauche, il doit être opéré et doit observer 6 mois d'absence, l'empêchant ainsi de participer à la Coupe du monde et aux championnats du monde 2011[3]. La saison 2012 commence mal pour Défago après deux échecs en début de saison. Mais il se ressaisit vite, notamment en rentrant de nouveau dans le top dix lors du géant d'Alta Badia, où il prend une encourageante 9e place. Le 29 décembre 2011, il décroche sa quatrième victoire en coupe du monde lors de la descente de Bormio[4].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'hiver[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition Drapeau : États-Unis Salt Lake City 2002 Drapeau : Italie Turin 2006 Drapeau : Canada Vancouver 2010 Drapeau : Russie Sotchi 2014
Descente 21e 26e médaille d'or, Jeux olympiques Or 14e
Slalom géant 14e 14e - Ab.
Super G 6e 16e 15e Ab.
Combiné Ab. Ab. Ab. -

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Championnats du monde élites
Épreuve / Édition Drapeau : Autriche St Anton 2001 Drapeau : Suisse St-Moritz 2003 Drapeau : Italie Bormio 2005 Drapeau : Suède Åre 2007 Drapeau : France Val d'Isère 2009 Drapeau : Autriche Schladming 2013
Descente - - 6e 10e Ab. 8e
Géant - 22e 12e 13e 20e Ab.
Super G 11e 21e 7e 17e 8e 26e
Combiné - 7e 14e 4e Ab. -
Championnats du monde juniors
Épreuve / Édition Drapeau : Norvège Voss 1995 Drapeau : Suisse Schwyz 1996
Descente 44e 4e
Slalom Ab. 9e
Géant Ab. Bronze Bronze
Super G - Or Or

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • Meilleur classement au général : 6e en 2005 et en 2009.
  • 15 podiums dont 5 victoires en carrière.

Différents classements en coupe du monde[modifier | modifier le code]

Année/Classement Général Descente Slalom Géant Super G Combiné
Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points
1996 126e 16 - - - - - - 38e 16 - -
1997 - - - - - - - - - - - -
1998 138e 3 - - - - 54e 3 - - - -
1999 93e 31 - - - - - - 29e 31 - -
2000 27e 294 39e 28 - - 15e 164 16e 102 - -
2001 24e 315 17e 123 - - 23e 102 13e 90 - -
2002 14e 429 34e 36 - - 13e 141 7e 202 7e 50
2003 11e 579 18e 159 53e 9 11e 171 7e 180 7e 60
2004 32e 281 21e 147 - - 31e 52 26e 46 13e 36
2005 6e 684 15e 185 - - 14e 153 4e 286 3e 60
2006 15e 543 9e 246 52e 16 21e 92 22e 94 9e 95
2007 14e 515 21e 158 - - 9e 163 14e 100 15e 94
2008 9e 645 9e 225 - - 18e 107 4e 262 21e 51
2009 6e 738 3e 363 - - 20e 97 3e 242 20e 36
2010 12e 527 8e 230 - - 28e 41 12e 147 8e 109
2012 18e 538 13e 239 - - 17e 145 19e 114 23e 40
2013 30e 217 29e 74 - - 19e 110 26e 33 - -

Saison par saison[modifier | modifier le code]

Édition / Épreuve Descente Super G Total
2003 Drapeau : Italie Val Gardena 1
2009 Drapeau : Suisse Wengen
Drapeau : Autriche Kitzbühel
2
2012 Drapeau : Italie Bormio 1
2014 Drapeau : Autriche Kitzbühel 1
Total 3 2 5

Championnats de Suisse[modifier | modifier le code]

  • Champion de Suisse : 2003 à Verbier (en géant et descente).

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Marié à Sabine Défago, il a une fille prénommée Alexane, et un fils prénommé Timéo.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. la hauteur entre la semelle du ski et le point le plus haut de la fixation doit être de 55 millimètres au maximum, ce qui n'était pas le cas de Défago où à certains endroits, la hauteur y était supérieure d'un ou de deux dixièmes de millimètres.
  2. « La plus belle pour Defago », sur eurosport.fr,‎ 15 février 2010 (consulté le 18 septembre 2010)
  3. « Défago, le coup dur », sur eurosport.fr,‎ 15 septembre 2010 (consulté le 18 septembre 2010)
  4. « Défago signe son retour », sur eurosport.fr,‎ 29 décembre 2011 (consulté le 9 janvier 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]