Syndrome de Korsakoff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Korsakoff.
Syndrome de Korsakoff
Classification et ressources externes
CIM-10 F10.6
CIM-9 291.1
294.0
DiseasesDB 14107
MeSH D020915
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le syndrome de Korsakoff (ou syndrome amnésique avec fabulations ou psychose de Korsakoff ou démence de Korsakoff) est un trouble neurologique d'origine multifactorielle dont une carence en thiamine (vitamine B1) au niveau du cerveau. Il se manifeste par des troubles neurologiques notamment de la cognition (oublis).

Sa survenue est souvent liée à l'alcoolisme chronique. Elle peut être due plus rarement à certaines formes de sévères malnutritions. C'est une complication de l'encéphalopathie de Wernicke, bien que chez certains patients la maladie soit passée totalement inaperçue. Victor et al. ont rapporté un syndrome de Korsakoff chez 84 % de leurs patients alcooliques préalablement atteints d'encéphalopathie de Wernicke[1].

Ce syndrome a été décrit par le neuropsychiatre russe Sergei Korsakoff à la fin du XIXe siècle[2].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Une enquête épidémiologique du syndrome de Korsakoff effectuée à La Haye, Pays-Bas, en 1987 révèle une prévalence de 4,8 pour 10 000 habitants. L'âge moyen des patients était de 62 ans. Soixante-quinze pour cent de tous les patients avaient déjà bénéficié d'au moins une hospitalisation parfois de longue durée[3]. Ce trouble semble sous-diagnostiqué. Il existe une grande différence entre la maladie diagnostiquée cliniquement et des autopsies systématiques[4].

Causes[modifier | modifier le code]

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Clinique[modifier | modifier le code]

Les symptômes majeurs du syndrome de Korsakoff sont[10] :

  • une amnésie antérograde ;
  • une désorientation temporo-spatiale c'est-à-dire une incapacité de se repérer par rapport au temps et à l’espace. En général, la désorientation temporelle précède la désorientation spatiale[11] ;
  • une difficulté à la restructuration perceptive (insight);
  • une anosognosie (méconnaissance/déni de la pathologie);
  • une amnésie rétrograde des dernières années de sa vie (l'individu ne se souvient plus de son passé -mais a tendance à se souvenir de son passé lointain- et ne peut plus acquérir de nouvelles informations en mémoire à long terme) ;
  • la répétition immédiate est conservée ;
  • fabulations et fausses reconnaissances ;
  • des persévérations (radotage)
  • une apathie et un émoussement émotionnel.

Dans les cas les plus typiques, il n'y a pas d'autres troubles cognitifs. Cependant, une altération des fonctions exécutives est fréquente avec une diminution des performances globales[10].

Plus que d'une typologie spécifique du syndrome de Korsakoff, certains auteurs, à la suite à R.S. Ryback[12], préfèrent parler d'un continuum entre les troubles cognitifs des patients alcooliques non-korsakoff et ceux des patients Korsakoff, continuum allant de l'encéphalopathie de Wernicke au syndrome de Korsakoff en passant par un syndrome intermédiaire, le syndrome de Wernicke-Korsakoff. Cette théorie du continuum postule que l’alcool affecte le cerveau et la cognition de manière légère à modérée chez les alcooliques non-Korsakoff jusqu’aux déficits sévères du syndrome de Korsakoff[10],[13]. Il existe des troubles de la mémoire de travail aussi bien chez les patients avec un syndrome de Korsakoff que chez les patients alcooliques sans complications neurologiques. La mémoire sémantique (apprentissage d'un nouveau vocabulaire, de concepts) est partiellement altérée chez les patients avec une alcoolodépendance chronique et ces troubles sont encore plus marqués chez les patients atteints d'un syndrome de Korsakoff[13].

Pathologies associées[modifier | modifier le code]

Conséquences de l'alcoolodépendance[modifier | modifier le code]

Examens complémentaires[modifier | modifier le code]

Vue 3D des corps mamillaires (en rouge)
Cliquer pour l'animation

Imagerie[modifier | modifier le code]

« Le scanner a permis de faire plusieurs observations importantes en relation avec l’alcoolisation :

- présence d’une atrophie corticale globale et d’une dilatation ventriculaire chez les alcooliques chroniques, partiellement réversible, et dont le mécanisme (perte cellulaire ou variation de l’hydratation ou de la myélinisation) reste discuté ;
- possibilité d’une atteinte plus spécifique du lobe frontal et des régions diencéphaliques, ces anomalies étant, elles, mieux corrélées aux déficits cognitifs[15]. »
  • IRM morphologique (classique)

Une IRM peut retrouver une lésion dans le système limbique, au niveau des corps mamillaires, des noyaux thalamiques dorso-médian et antérieur, ainsi qu'aux noyaux septaux. Pour cela, on a décrit ce syndrome comme un syndrome amnésique touchant le diencéphale. Mais il est souvent associé à une atrophie cérébrale généralisée avec dilatation ventriculaire, une atteinte des lobes temporaux internes, une perte de volume de l'hippocampe, du cortex frontal, du cervelet, du corps calleux, du pont, du mésencéphale et surtout une atteinte du cortex cingulaire[13],[16].

L'atteinte du pont pourrait être en rapport avec une forme infraclinique de syndrome de myélinolyse centro-pontine[13]. L'atteinte du corps calleux pourrait être en rapport avec une forme infraclinique de syndrome de Marchiafava-Bignami[13].

Pendant une expérience d'apprentissage, une étude sur un seul patient aurait montré une absence d'activation de l'hippocampe lors de l'encodage et de la récupération des visages en IRM fonctionnelle[17].

Le PET scan montre qu'il y a une diminution du métabolisme du sucre dans les régions frontales (précuneus), pariétales[réf. nécessaire] et cingulaires chez les patients avec un syndrome de Korsakoff[18]. Ce n'est pas un examen fait en routine.

Sanguin[modifier | modifier le code]

L'analyse sanguine retrouve un déficit en thiamine[10]. Ce dosage est corrélé aux performances mnésiques (r=0,39 ; p=0,04)[19].

Mécanisme / Physiopathologie[modifier | modifier le code]

Biologique[modifier | modifier le code]

Le syndrome de Korsakoff apparaît à la suite d'épisodes d'encéphalopathie de Wernicke répétés.

Carence en thiamine[modifier | modifier le code]

Les conditions qui entraînent un déficit en vitamine B1 sont l'alcoolisme chronique et la malnutrition sévère[10]. L'alcoolisme peut être un indicateur de mauvaise nutrition qui, associée à l'inflammation gastrique, un déficit de stockage de la thiamine et une diminution de la phosphorylation de la thiamine en forme activée (thiamine diphosphate) cause la carence en thiamine[19].

Toxicité directe de l'alcool[modifier | modifier le code]

L'alcool active les récepteurs GABA inhibiteurs et inhibe les récepteurs glutamate excitateurs. Ces mécanismes expliquent son effet sédatif. Mais ces anomalies semblent réversibles[10]. Ils pourraient avoir un rôle dans un processus inflammatoire[10] ou modifier la plasticité synaptique.

Psychologique[modifier | modifier le code]

Classiquement, le syndrome de Korsakoff est décrit comme un syndrome amnésique diencéphalique avec une impossibilité d'apprendre des évènements récents. En réalité, on observe une impossibilité d'établir une stratégie, d'organiser un comportement (syndrome dysexécutif), une conservation de la mémoire du langage (mémoire sémantique) et de la mémoire procédurale[13] avec possibilité d'apprendre des comportements procéduraux (comme faire du vélo) mais sans le souvenir d'avoir appris ces comportements[20].

Au début, on pensait que les patients avec un syndrome de Korsakoff utilisaient les fabulations pour combler les trous de mémoire. Cependant, on a montré que la fabulation et l'amnésie ne sont pas nécessairement présentes toutes les deux. Des études ont montré qu'il y a une dissociation entre les fabulations provoquées, des fabulations spontanées et des fausses mémoires. Ainsi, les patients peuvent être amenés à croire des choses qui ne sont pas arrivées comme d'autres personnes qui ne sont pas atteintes de ce syndrome[21].

Troubles de la mémoire[modifier | modifier le code]

Le syndrome de Korsakoff est classiquement décrit comme un déficit disproportionné de la mémoire comparativement aux autres sphères de la cognition[21]. L’amnésie antérograde, c’est-à dire l'impossibilité d'apprendre de nouvelles choses, est donc l’atteinte cognitive au premier plan dans cette pathologie.

Différentes hypothèses explicatives ont été avancées. La première propose l’existence d’un déficit des capacités de récupération des informations en mémoire épisodique[22]. Cependant les troubles de récupération des patients amnésiques sont parfois considérés comme une simple conséquence de l’amnésie plutôt que comme son origine.

Une autre hypothèse propose un déficit des capacités d’encodage en mémoire épisodique[21] lié notamment à l’utilisation de stratégie d’encodage superficielles et donc inefficaces ne permettant pas de retrouver ultérieurement l’information de manière efficace dans une tâche de reconnaissance[23].

Troubles visuo-constructifs[modifier | modifier le code]

Les patients Korsakoff sont décrits comme présentant des performances altérées aussi bien dans les tâches visuo-perceptives[24] que visuo-spatiales[25]. L’apprentissage perceptif serait lui préservé lorsqu’il n’implique pas de fonctions cognitives coûteuse[26] ou lorsque le délai entre l’apprentissage et le test est court[27]. Un délai d’une journée entre la fin des sessions d’apprentissage et le test suffirait à entrainer des performances déficitaires chez les patients atteints du syndrome de Korsakoff[27].

Troubles des fonctions exécutives[modifier | modifier le code]

L’ensemble des études décrit une atteinte des capacités d’organisation, d’inhibition, de flexibilité, de mise à jour, de classement, d’estimation cognitive et de prise de décision[25].

Troubles de la mémoire autobiographique[modifier | modifier le code]

Tout comme l’avait noté Korsakoff dès ses premières descriptions, l’amnésie rétrograde dans le syndrome de Korsakoff s’étend sur plusieurs années ou même plusieurs décennies. Selon Kopelman, le dysfonctionnement frontal présent dans le syndrome de Korsakoff pourrait être à l’origine des déficits de récupération des informations autobiographiques dans cette pathologie[21].

Traitement et prise en charge[modifier | modifier le code]

Préventif[modifier | modifier le code]

  • Information de la population sur les conséquences de l'abus d'alcool et supplémentation des aliments en vitamine B1 par les industriels (déjà proposée pour la bière ou la farine en Australie)[28].
  • Prise en charge addictologique.
  • Supplémentation par vitaminothérapie intraveineuse lors des hospitalisations des patients alcoolodépendants.
  • Détection précoce d'un syndrome de Korsakoff lors d'un épisode d'encéphalopathie de Gayet-Wernicke[29].

Une fois le trouble installé[modifier | modifier le code]

Médicamenteux[modifier | modifier le code]

Le traitement consiste en des injections intraveineuses ou intramusculaires de thiamine, associées à une bonne nutrition et hydratation. Ce traitement est largement recommandé mais l'évaluation de ce traitement (le rythme et la posologie) ne sont pas suffisamment étudiés d'après la collaboration Cochrane[30]

Cependant, les lésions cérébrales et l'amnésie ne répondent pas toujours à la thérapie. Dans certains cas, un traitement prolongé est nécessaire. Le traitement du patient nécessite de prendre de la thiamine par la bouche de 3 à 12 mois, bien que seulement 20 pour cent des cas soient réversibles[31]. Si le traitement est un succès, l'amélioration apparait dans les deux ans bien que la récupération soit lente et souvent incomplète[réf. nécessaire].

Psychologique[modifier | modifier le code]

Les patients atteints du syndrome de Korsakoff d’origine éthylique peuvent bénéficier d’une prise en charge neuropsychologique des troubles mnésiques qui permet une amélioration de leur qualité de vie[32]. Cette rééducation spécifique se fonde sur un bilan cognitif et écologique, sur l’apprentissage de l’utilisation d’orthèses mnésiques et sur l’exploitation des capacités préservées de mémoire implicite et procédurale. La remédiation cognitive est destinée à agir spécifiquement sur l’altération des processus attentionnels, mnésiques, langagiers et exécutifs, de manière à permettre une action indirecte sur les déficits fonctionnels affectant la vie quotidienne. Elle ne se place pas en concurrent des traitements médicamenteux ou de la psychothérapie mais elle est conçue comme une nouvelle modalité thérapeutique venant compléter leurs effets[33].

Prise en charge sociale[modifier | modifier le code]

On a longtemps cru que les patients souffrant de syndrome de Korsakoff ont besoin de soin permanents. C'est souvent le cas, mais la réhabilitation[Laquelle ?] ne peut apporter qu'un certain niveau, souvent limité, d'indépendance.

  • La réorientation et la simplification de l'environnement pourrait être utile[réf. nécessaire].

Histoire et société[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le syndrome de Korsakoff a été décrit par le neuropsychiatre Sergueï Korsakoff en 1889[2]. Il présente le premier cas de névrite multiple en 1889 où il détaille l'association d'une polyneuropathie et de ce qui deviendra un syndrome de Korsakoff chez des patients alcooliques[34],[35][réf. insuffisante],[36].

Cas célèbres[modifier | modifier le code]

Une célèbre histoire à propos d'un cas a été rapportée par le neurologue Oliver Sacks : Le marin perdu et Une question d'identité sont rapportés dans son livre L'Homme qui prenait sa femme pour un chapeau[37].

Certaines personnes célèbres ont souffert de ce syndrome : le comédien allemand Harald Juhnke (en), l'artiste australien Charles Blackman et le présentateur australien Graham Kennedy.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le septum pellucidum est la membrane séparant les deux ventricules latéraux (voir aussi dysplasie septo-optique)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Maurice Victor, Raymond Delacy Adams et George H. Collins, The Wernicke-Korsakoff Syndrome and related Neurological Disorders of Alcoholism and Malnutrition, Philadelphia, [Davis Company],‎ 1989, 2e éd., 231 p. (présentation en ligne)
  2. a et b Sergueï Korsakoff, « Étude médico-psychologique sur une forme des maladies de la mémoire. », Revue Philosophique de la France et de l’Étranger, vol. 28,‎ 1889, p. 501-530 (lire en ligne [docx])
  3. (en) B. A. Blansjaar et al., « Prevalence of the Korsakoff syndrome in The Hague, The Netherlands », Acta Psychiatrica Scandinavica, Wiley, vol. 75, no 6,‎ 1987, p. 604-607 (ISSN 1600-0447, lire en ligne)
  4. (en) C Harper, « The incidence of Wernicke's encephalopathy in Australia--a neuropathological study of 131 cases », Journal of Neurology, Neurosurgery, and Psychiatry, vol. 46, no 7,‎ juillet 1983, p. 593-598 (ISSN 0022-3050, lire en ligne)
  5. (en) E.G. Neciga et al., « Cyst of the septum pellucidum and Korsakoff's psychosis », [European neurology], Basel, New York, Karger, vol. 29, no 2,‎ 1989, p. 99-101 (ISSN 0014-3022, 1421-9913 et 0014-3022, PMID 2785041)
  6. (en) Chang-Kyoon Yoon, Moo-Hwan Chang, Dong-Cho Lee, « Wernicke-Korsakoff Syndrome Associated with Hyperemesis Gravidarum », Korean Journal of Ophthalmology, vol. 19, no 3,‎ septembre 2005, p. 239 (ISSN 1011-8942, PMID 16209289, DOI 10.3341/kjo.2005.19.3.239, lire en ligne)
  7. (en) Gabriella Zara, Valentina Codemo, Arianna Palmieri, Sami Schiff, AnnaChiara Cagnin, Valentina Citton, Renzo Manara, « Neurological complications in hyperemesis gravidarum », Neurological Sciences, vol. 33, no 1,‎ 1er février 2012, p. 133-135 (ISSN 1590-1874, 1590-3478, PMID 21720901, DOI 10.1007/s10072-011-0660-y, lire en ligne)
  8. (en) R. Pirskanen-Matell et al., « Impairment of short-term memory and Korsakoff syndrome are common in AIDS patients with cytomegalovirus encephalitis », [European journal of neurology], Oxford, Blackwell Science, vol. 16, no 1,‎ 2009, p. 48-53 (ISSN 1351-5101, 1468-1331 et 1351-5101, PMID 19087150)
  9. D. Séguy, « Conséquences nutritionnelles de la chirurgie digestive haute », [Lettre de l'Hépato-Gastroentérologue], Edimark Santé, vol. 3,‎ mai/juin 2003, p. 104-109 (ISSN 1286-580X, lire en ligne)
  10. a, b, c, d, e, f et g C. Derouesné « Encéphalopathies alcooliques et carentielles » Encyclopédie médicochirurgicale juillet 2012
  11. (en) G.E. Berrios, « Disorientation states and psychiatry », Comprehensive Psychiatry, Elsevier, vol. 23, no 5,‎ 1982, p. 479-491 (ISSN 0010-440X, lire en ligne)
  12. (en) Ralph S. Ryback, « The continuum and specificity of the effects of alcohol on memory: A review », Quarterly Journal of Studies on Alcohol, vol. 32, no 4,‎ 1971, p. 995-1016 (ISSN 0033-5649, résumé)
  13. a, b, c, d, e et f Anne Lise Pitel et al., « Le syndrome de Korsakoff revisité », Revue de neuropsychologie, vol. 1, no 1,‎ 2009, p. 84-89 (ISSN 2101-6739, résumé)
  14. Nicolas Danziger et Sonia Alamowitch, Neurologie, [Boeck],‎ 2003, 445 p. (présentation en ligne)
  15. INSERM (dir.), « Alcool : Effets sur la santé. Rapport », Paris, Les éditions Inserm, 2001, XII, 358 p. (Expertise collective)[PDF]
  16. (en) A.-L. Pitel, « Macrostructural abnormalities in Korsakoff syndrome compared with uncomplicated alcoholism », Neurology, vol. 78, no 17,‎ 24 avril 2012, p. 1330-1333 (ISSN 0028-3878, 1526-632X, DOI 10.1212/WNL.0b013e318251834e, lire en ligne)
  17. (en) M. Caulo, « Functional MRI study of diencephalic amnesia in Wernicke–Korsakoff syndrome », Brain, vol. 128, no 7,‎ 7 janvier 2005, p. 1584-1594 (ISSN 0006-8950, 1460-2156, DOI 10.1093/brain/awh496, lire en ligne)
  18. (en) Eileen M. Joyce, « Decreased cingulate and precuneate glucose utilization in alcoholic Korsakoff's syndrome », Psychiatry Research, vol. 54, no 3,‎ décembre 1994, p. 225-239 (ISSN 0165-1781, DOI 10.1016/0165-1781(94)90017-5, lire en ligne)
  19. a et b (en) Anne-Lise Pitel et al., « Signs of preclinical Wernicke's encephalopathy and thiamine levels as predictors of neuropsychological deficits in alcoholism without Korsakoff's syndrome », Neuropsychopharmacology: official publication of the American College of Neuropsychopharmacology, vol. 36, no 3,‎ février 2011, p. 580-588 (ISSN 1740-634X, DOI 10.1038/npp.2010.189)
  20. « L'homme sans avenir » Cerveau&Psycho no 24, novembre - décembre 2007
  21. a, b, c et d (en) Michael D. Kopelman, « Retrograd amnesia », dans Alan D. Baddeley, Michael D. Kopelman, Barbara A. Wilson (dir.), The Handbook of Memory Disorders, John Wiley & Sons, 2003, p. 189-206
  22. (en) Géry d’Ydewalle et Ilse Van Damme, « Memory and the Korsakoff syndrome: Not remembering what is remembered », Neuropsychologia, Elsevier, vol. 45,‎ 2007, p. 905-920 (ISSN 0028-3932, lire en ligne [PDF])
  23. (en) N. Butters et al., « The persistence of amnesia: Data, theory and methods », Journal of Clinical Neuropsychology, Elsevier, vol. 2, no 4,‎ 1980, p. 343-353 (ISSN 0165-0475, lire en ligne)
  24. (en) R.R. Jacobson et al., « Patterns of neuropsychological deficit in alcoholic Korsakoff's Syndrome », Psychological Medicine, Cambridge University Press, vol. 20, no 2,‎ 1990, p. 321-334 (ISSN 0033-2917, lire en ligne)
  25. a et b (en) Marlene Oscar-Berman et al., « Comparisons of Korsakoff and Non-Korsakoff Alcoholics on Neuropsychological Tests of Prefrontal Brain Functioning », Alcoholism: Clinical and Experimental Research, Wiley, vol. 28, no 4,‎ 2004, p. 667–675 (ISSN 1530-0277, lire en ligne)
  26. (en) Manfred Fahle et al., « Perceptual learning in amnesia », Neuropsychologia, Elsevier, vol. 40, no 8,‎ 2002, p. 1167–1172 (ISSN 0028-3932, lire en ligne)
  27. a et b (en) Rosemary Fama et al., « Visuoperceptual Learning in Alcoholic Korsakoff Syndrome », Alcoholism: Clinical and Experimental Research, Wiley, vol. 30, no 4,‎ 2006, p. 680-687 (ISSN 1530-0277, lire en ligne)
  28. (en) Clive G Harper et al., « Prevalence of Wernicke-Korsakoff syndrome in Australia: has thiamine fortification made a difference? », The Medical Journal of Australia, vol. 168, no 11,‎ 1er juin 1998, p. 542-545 (ISSN 0025-729X, lire en ligne)
  29. (en) C.G. Harper, M. Giles et R. Finlay-Jones, « Clinical signs in the Wernicke-Korsakoff complex: a retrospective analysis of 131 cases diagnosed at necropsy », [Journal of neurology, neurosurgery and psychiatry], London, BMJ Publishing Group, vol. 49, no 4,‎ 1986, p. 341-345 (ISSN 0022-3050, 1468-330X et 0022-3050, PMID 3701343)
  30. (en) Day E, Bentham P, Callaghan R, Kuruvilla T, George S. « Thiamine for Wernicke-Korsakoff Syndrome in people at risk from alcohol abuse (Review) » 2008 The Cochrane Collaboration.
  31. Bryan Kolb et Ian Q. Whishaw, Cerveau et comportement, [Boeck Supérieur],‎ 2002, 650 p. (ISBN 2-7445-0137-9, présentation en ligne)
  32. (en) D N Allen, G Goldstein, B E Seaton, « Cognitive rehabilitation of chronic alcohol abusers », Neuropsychology review, vol. 7, no 1,‎ mars 1997, p. 21-39 (ISSN 1040-7308, PMID 9243529)
  33. Pierucci-Lagha Amira et Christian Derouesné, « Alcool et vieillissement [Alcoholism and aging. 2. Alcoholic dementia or alcoholic cognitive impairment?] », Psychologie & neuropsychiatrie du vieillissement, vol. 1, no 4,‎ décembre 2003, p. 237-249 (ISSN 1760-1703, PMID 15683959, lire en ligne)
  34. (en) Rosemary Fama, Anne-Lise Pitel et Edith V. Sullivan, « Anterograde Episodic Memory in Korsakoff Syndrome », Neuropsychology Review, vol. 22, no 2,‎ 1er juin 2012, p. 93-104 (ISSN 1040-7308, 1573-6660, DOI 10.1007/s11065-012-9207-0, lire en ligne)
  35. T. Witkowski, A.L. Pitel, H. Beaunieux, F. Viader, B. Desgranges, F. Eustache Sergueï Sergueïevitch Korsakoff (1854-1900) : le savant, le penseur, le psychiatre, l’humaniste.
  36. (en) Douwe Draaisma, Disturbance of the mind
  37. Oliver Sacks (trad. Édith de La Héronnière), L'Homme qui prenait sa femme pour un chapeau [« The Man Who Mistook His Wife for a Hat »], Seuil, coll. « Points Essais »,‎ 2 mars 1992, 312 p. (ISBN 978-2020146302)