Équipe de Tahiti de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe de Tahiti de football féminin.

Drapeau : Polynésie française Équipe de Tahiti

Écusson de l' Équipe de Tahiti
Généralités
Confédération OFC
Couleurs rouge et blanc
Surnom Toa Aito
Stade principal Stade Pater Te Hono Nui à Pirae
Classement FIFA en stagnation 171e(14 août 2014)[1]
Personnalités
Sélectionneur Eddy Etaeta
Plus sélectionné Xavier Samin (29)
Meilleur buteur Errol Bennett : 14
Félix Tagawa : 14

Rencontres officielles historiques

Premier match Non officiel :
21 septembre 1952, (Nouvelle-Zélande, 2-2)
Officiel :
11 juillet 1992, (Îles Salomon, 1-1)
Plus large victoire 18-0 (Samoa américaines, 8 juin 2000)
Plus large défaite 0-10 (Nouvelle-Zélande, 4 juin 2004)
0-10 (Espagne, 20 juin 2013)

Palmarès

Coupe d'Océanie Phases finales : 7
médaille d'or, Océanie Vainqueur en 2012

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour les résultats en cours, voir :
Équipe de Tahiti de football en 2014

L'équipe de Tahiti de football, surnommé les « Toa Aito » (les guerriers de fer en tahitien), est constituée par une sélection des meilleurs joueurs de Polynésie française (et non de la seule Tahiti) sous l'égide de la Fédération tahitienne de football. Elle est affiliée à la Confédération du football d'Océanie depuis 1982 et à la FIFA depuis 1990.

L'équipe nationale de Tahiti, bien qu'émanant d'une fédération souveraine affiliée à la FIFA, est, avec la Nouvelle-Calédonie, également affiliée à la fédération française de football et participe ainsi à la Coupe de l'Outre-Mer de football.

L'équipe nationale dispute ses rencontre à domicile au Stade Pater Te Hono Nui, situé sur la commune de Pirae. Les Tahitiens ont terminé l'année 2013 au 143e rang mondial selon le classement FIFA et au troisième rang océanien. L'équipe est entraînée par Eddy Etaeta depuis 2010. Sous sa direction, l'équipe nationale remporte le championnat d'Océanie 2012 pour la première fois de son histoire et se qualifie ainsi pour la coupe des confédérations l'année suivante.

Mode de sélection[modifier | modifier le code]

Selon un avenant à la Convention de partenariat de 1990 liant la Fédération française de football et la Fédération tahitienne de football (FTF), Français et Tahitiens ayant un passeport commun, « peuvent être sélectionnés par la FTF dans une de ses équipes représentatives les joueurs tahitiens n'ayant jamais joué dans une sélection nationale française. Les joueurs métropolitains résidant sur le territoire de Polynésie française doivent, en outre, être licenciés dans un club tahitien depuis cinq ans pour pouvoir être sélectionnés ».

Le principe de sélection n'étant donc pas exclusif, la « nationalité sportive » tahitienne n'est pas protégée. L'équipe de France a de facto priorité sur l'équipe de Tahiti, malgré le statut de membre à part entière de la FIFA de la Fédération tahitienne, lequel est statutairement garant d'une indépendance de décision. C'est ainsi que, dix ans après l'indépendance du football tahitien, Marama Vahirua a pu être sélectionné en équipe de France espoirs à six reprises, alors qu'il est né à Tahiti, de parents et de grands-parents tahitiens.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts officieux de Tahiti[modifier | modifier le code]

Le premier match de l'histoire de la sélection de Tahiti est daté du 21 septembre 1952[2]. Les Tahitiens affrontent la Nouvelle-Zélande, lors d'une tournée de trois matchs amicaux organisés à Papeete. L'année suivante, ils affrontent la Nouvelle-Calédonie, jouant pour la première fois à l'extérieur, à Nouméa. Avec l'équipe des Nouvelles-Hébrides, ce sont les trois seules formations rencontrées par Tahiti jusqu'en 1961.

Les Tahitiens vont participer à plusieurs reprises aux Jeux du Pacifique Sud, qui regroupent également les sélections des Fidji, des îles Salomon ou de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Ils remportent la compétition à cinq reprises (en 1966, 1975, 1979, 1983 et 1995).

En 1971, une formation du Pays de Galles est en tournée dans le Pacifique pour une série de neuf matches, à Tahiti, en Nouvelle-Zélande et en Malaisie. Pour leur premier match de cette tournée le 22 juin 1971 à Papeete, les Gallois se font surprendre, battus par le onze tahitien sur le score de 2 buts à 1[3]. Cette sélection galloise est composée principalement de joueurs professionnels de moins de 23 ans, dont trois internationaux A.

Deux ans plus tard, la sélection tahitienne est invitée à participer à l'édition inaugurale de la Coupe d'Océanie, organisé en Nouvelle-Zélande. Elle parvient à terminer à la deuxième place de la poule du premier tour, derrière les Kiwis. Selon la formule de la compétition, les deux équipes se qualifient pour la finale, jouée le 24 février 1973. À Auckland, Tahiti s'incline 2 buts à 0 face au pays-hôte[4]. Le Polynésien Errol Bennett termine co-meilleur buteur de la compétition avec trois buts[5], à égalité avec le Néo-Zélandais Alan Marley et le Néo-Calédonien Segin Wayewol.

En 1980, Tahiti participe à la deuxième édition de la Coupe d'Océanie. Après avoir terminé en tête de sa poule du premier tour avec trois victoires en autant de matchs[6] (face aux Fidji, à la Nouvelle-Zélande et aux îles Salomon), les hommes de Richard Van Sam accèdent à nouveau à la finale du tournoi continental, cette fois-ci contre l'Australie. Le 1er mars 1980 à Nouméa, Tahiti tient tête à la meilleure équipe d'Océanie mais s'incline finalement quatre buts à deux.

Quelques mois plus tard, les Tahitiens rencontrent la première sélection « A » non océanienne de son histoire, le Mexique, en tournée dans le Pacifique. Le 2 septembre 1980 à Papeete, ils s'inclinent sur le plus petit des scores, cédant sur un but de l'attaquant du CF Atlante Ricardo Castro[7]. La sélection, toujours dirigée par Richard Van Sam, est la suivante : Le Bihan – Pautu, Burns, Kenon, Barbos – Voirin, Haumani, Waouté (Wamai, 46e) – Bennett, Malinowski (puis Wabealo, 46e), Carrara.

En plus de participer à la Coupe d'Océanie (qui va être interrompue entre 1980 et 1996), la sélection polynésienne participe régulièrement aux Jeux du Pacifique où elle réalise de très bons résultats lors des épreuves de football. Elle remporte ainsi la médaille d'or en 1966, 1975, 1979, 1983 et 1995 (plus deux autres victoires lors des Mini-Jeux du Pacifique Sud en 1981, 1985 et 1993) et échoue en finale lors des éditions 1969 et 1987, à chaque fois face à la Nouvelle-Calédonie. C'est lors des différentes éditions de cette compétition que l'équipe tahitienne a remporté ses victoires les plus larges : 30-0 contre les îles Cook en 1971[8] ou 18-0 contre l'équipe des Fidji en 1963[9] et face à Tuvalu en 1979[10].

1992 et l'entrée officielle dans le giron mondial[modifier | modifier le code]

En 1989, sous l'impulsion de Napoléon Spitz, dirigeant historique de la Ligue de football de Polynésie française, la fédération tahitienne est créée, par fusion entre la Ligue régionale et la Fédération tahitienne des sports athlétiques. La fédération s'affilie à la FIFA le 7 juin 1990[11] puis à l'OFC la même année, ce qui permet aux Tahitiens de s'inscrire aux compétitions internationales officielles.

Le onze tahitien face aux îles Salomon le 17 juillet 1992[12]

Laurent Heinis - Ronald Tepa, Cyril Raioha, Léonard Layton, Gilles Aubry - John Thunot, Éric Etaeta, Harold Amaru - Reynald Temarii, Edmond Raumati, Tamatoa Arbelot

Quarante ans après ses débuts officieux, la sélection tahitienne joue à Honiara le premier match officiel de son histoire le 17 juillet 1992 contre les îles Salomon dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde 1994. La rencontre se solde par un match nul 1-1. Le 11 septembre 1992, Tahiti rencontre l'Australie pour la première fois en match international officiel, s'inclinant 3-0 à Papeete[13].

En 1996, Tahiti prend part à la troisième édition de la Coupe d'Océanie des nations, qui est à nouveau disputé après seize ans d'interruption. Le format est particulier puisque seules quatre nations prennent part à la compétition : l'Australie et la Nouvelle-Zélande, qualifiées d'office et les vainqueurs de deux compétitions régionales, la Coupe de Polynésie (remportée pour la première fois[14] par les Tahitiens) et de la Coupe de Mélanésie, gagnée par la sélection des Îles Salomon. Après avoir battu les Salomonais en demi-finales, les Toa Aito jouent une troisième finale consécutive en Coupe d'Océanie. Le 27 octobre 1996, pour la première et unique fois, Tahiti joue à domicile une finale aller de la Coupe d'Océanie. Devant 5 000 spectateurs à Papeete, l'Australie ouvre le score dès la 5e minute pour mener 5-0 à la mi-temps[15]. Tahiti perd finalement la rencontre 6-0, la finale retour à Canberra se soldant sur le score de 5-0 pour les Socceroos.

L'année suivante, en 1997, les Tahitiens participent aux éliminatoires pour la Coupe du monde 1998 en France. La campagne qualificative tourne court avec un nul et trois défaites en quatre rencontres, face à l'Australie et aux îles Salomon[16].

En 1998, lors de la quatrième édition de la Coupe d'Océanie organisée en Australie, Tahiti se qualifie pour la phase finale grâce à une nouvelle victoire en Coupe de Polynésie. Les Polynésiens terminent ensuite deuxième de leur poule derrière les Néo-Zélandais mais s'inclinent en demi-finale face à l'Australie sur le score de 4 à 1, dont un triplé de l'attaquant du club d'Adelaide City Force, Damian Mori[17]. C'est la première fois que Tahiti ne parvient pas à atteindre la finale de la compétition.

En mai 2000, Tahiti rencontre pour la première fois une sélection asiatique, il s'agit de l'équipe des moins de 23 ans de Singapour. Ce match non officiel se dispute à Singapour et voit la défaite des Tahitiens 3-2. Le mois suivant, ils inscrivent leur nom au palmarès de la Coupe de Polynésie, avec une troisième victoire en trois éditions. Les ambitions tahitiennes sont légitimement élevées puisque c'est au Stade Pater Te Hono Nui de Papeete que le tournoi continental doit être joué. Cependant, la phase finale de la Coupe d'Océanie 2000 est une grande désillusion puisque la sélection dirigée par le Grec Leon Gardikiotis quitte la compétition dès le premier tour, avec deux défaites contre la Nouvelle-Zélande et Vanuatu.

L'année suivante, en juin 2001, Tahiti s'engage dans les éliminatoires pour la Coupe du monde 2002, coorganisée par la Corée du Sud et le Japon. Placée dans le groupe 2 de la zone Océanie avec la Nouvelle-Zélande, les îles Salomon, Vanuatu et les îles Cook, la formation polynésienne se classe deuxième derrière les Kiwis qui ont l'avantage d'évoluer à domicile pour cette phase des éliminatoires et qui remportent les quatre matchs qu'ils jouent (dont un succès 5 à 0 contre Tahiti)[18].

En 2002, les Tahitiens sont en Nouvelle-Zélande pour disputer la Coupe d'Océanie. Qualifiés d'office grâce à leur bon classement FIFA (pour la zone Océanie), ils retrouvent une nouvelle fois dans leur poule du premier tour les Kiwis néo-zélandais, mais aussi les îles Salomon et la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Le parcours s'arrête en demi-finale à l'issue d'un but en or contre l'Australie, une fois encore l'œuvre de Mori[19]. Les Tahitiens réussissent néanmoins à monter sur le podium, suite à leur victoire en match de classement face à l'équipe de Vanuatu (1-0).

Deux ans plus tard, en 2004, les Polynésiens obtiennent leur billet pour la phase finale de la Coupe d'Océanie, disputée à Adélaïde (Australie) en Australie, ayant terminé deuxième de leur groupe de qualification derrière les îles Salomon. La compétition continentale change une nouvelle fois de format puisque les six équipes participantes sont regroupées au sein d'une poule unique où elles s'affrontent une fois. Tahiti ne termine qu'à l'avant-dernière place, avec un succès contre Vanuatu, un nul contre la sélection fidjienne et trois lourdes défaites : 10-0 contre la Nouvelle-Zélande, 9-0 contre les Australie et 4-0 contre les îles Salomon.

En 2008, la Coupe d'Océanie revêt un intérêt supplémentaire puisqu'elle sert également de phase éliminatoire pour la Coupe du monde 2010. C'est également la première édition jouée sans l'équipe d'Australie, qui a depuis intégré la zone Asie. Le premier tour de cette 8e édition de la compétition continentale se joue en septembre 2007 lors des Jeux du Pacifique et voit Tahiti être prématurément éliminée, après avoir fini à la troisième place de leur poule, derrière les Fidji et la Nouvelle-Calédonie. Suite à ces mauvais résultats, les Polynésiens ne jouent aucun match officiel jusqu'à sa participation à la Coupe de l'Outre-Mer, organisée dans le Val-de-Marne en France en septembre 2010.

La victoire en Coupe d'Océanie de football 2012 et la Coupe des confédérations 2013[modifier | modifier le code]

Portrait d'un footballeur polynésien
Steevy Chong Hue, auteur du seul but lors de la finale de la Coupe d'Océanie 2012 face à la Nouvelle-Calédonie.

En juin 2012, les Toa Aito participent à la neuvième édition de la Coupe des Nations de l'OFC, organisée aux îles Salomon. Au premier tour, elle est versée dans le Groupe A, en compagnie de la Nouvelle-Calédonie, des Samoa et du Vanuatu[20].

Le 1er juin, la sélection rencontre l'équipe la plus faible du groupe, les Samoa. Après avoir atteint la pause sur le score de 4-0, elle remporte ce premier match 10 à 1, avec notamment, un quadruplé de Lorenzo Tehau[21]. Deux jours plus tard, Tahiti rencontre la Nouvelle-Calédonie. Au bout d'un peu plus d'une demi-heure de jeu, les Tahitiens mènent 3-0. Les Néo-Calédoniens se retrouvent à neuf, après deux expulsions mais réussissent à revenir à 3-2. Dans les dix dernières minutes, Roihau Degage creuse l'écart avant que Dick Kauma ne porte le score à 4-3. Cette victoire étriquée permet aux Tahitiens d'atteindre les demi-finales avec au moins un nul lors du troisième et dernier match[22]. Le 5 juin, Tahiti domine Vanuatu 4 à 1, grâce aux trois frères Tehau (qui marquent chacun un but). Première de sa poule, l'équipe rencontre en demi-finale le deuxième du groupe B[23], les îles Salomon.

Le vendredi 8 juin, au stade Lawson Tama de Honiara, la formation polynésienne accède à la finale en remportant son match contre le pays hôte. Après un quart d'heure de jeu, Jonathan Tehau ouvre le score. Sous une chaleur écrasante, soutenus par leur public, les joueurs des Salomon ont tenté en vain d'égaliser. Au contraire, Lorenzo Tehau aurait pu doubler la mise. Sur un corner, en fin de première mi-temps, un défenseur, sur sa ligne de but, dévie son tir, alors que le gardien était battu[24].

Deux jours plus tard, le 10 juin 2012, Tahiti s'impose face à la Nouvelle-Calédonie en finale et remporte la compétition. La revanche du match de poule se termine sur le score de 1 à 0. Steevy Chong Hue ouvre la marque, à la 11e minute. Les Tahitiens auront deux autres occasions franches de doubler la mise, en première mi-temps. Les Néo-Calédoniens, un temps dépassés, reprennent le match en main et dominent totalement la seconde mi-temps. Les nombreuses tentatives des Mélanésiens échoueront, permettant à l'équipe de Tahiti de remporter le trophée, le premier qui échappe aux Australiens et Néo-Zélandais. Cela lui permet, également, de devenir la troisième nation océanienne à participer à la Coupe des confédérations, organisée l'année suivante au Brésil[25]. Tahiti pourra ainsi se mesurer à trois autres sélections nationales[26]. Les frères Tehau (et leur cousin) ont inscrit quinze des vingt buts de leur sélection et le capitaine de l'équipe Nicolas Vallar a été élu meilleur joueur du tournoi[26].

Deux footballeurs en maillot rouge et un footballeur en maillot blanc
Heimano Bourebare lors de la rencontre face à l'Espagne lors de la Coupe des confédérations.

Le tirage au sort place les Tahitiens dans le groupe B, en compagnie du champion du monde et double champion d'Europe en titre, l'Espagne, du vainqueur de la Copa América 2011, l'Uruguay et du tout récent champion d'Afrique, le Nigeria. La confrontation avec le très haut niveau mondial révèle l'écart entre la sélection polynésienne et les sélections de tout premier plan puisque les hommes d'Etaeta subissent trois lourds revers lors du premier tour. S'ils parviennent à s'accrocher lors de la première rencontre face aux Super Eagles nigérians, en inscrivant même un but par Jonathan Tehau[27], ils s'inclinent ensuite 10-0[28] face à la Roja - la plus lourde défaite de l'histoire de Tahiti[note 1] - puis 8-0[29] contre l'Uruguay. Ils terminent donc à la dernière place de leur groupe avec un total de vingt-quatre buts encaissés. En dépit de ces résultats peu flatteurs, le technicien tahitien veut rester positif et souhaite utiliser cette expérience internationale pour augmenter le nombre de professionnels en sélection[30].

Composition de l'équipe[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

Provenance des joueurs[modifier | modifier le code]

L'éloignement géographique entre la Polynésie française et la métropole, conjugué aux problèmes annexes, comme la longueur des voyages à effectuer et le décalage horaire important, a longtemps restreint les différents entraîneurs de l'équipe de Tahiti à ne sélectionner que les joueurs évoluant en championnat polynésien. Ainsi la majorité du groupe tahitien qui a remporté la Coupe d'Océanie 2012 joue dans le championnat tahitien. Parmi les dix-neuf joueurs victorieux, seuls trois jouaient loin de Tahiti : Steevy Chong Hue et Alvin Tehau ont évolué dans le club belge du FC Bleid-Gaume et le gardien Mikaël Roche a porté les couleurs de l'US Endoume et du Rapid de Menton. Dans le cadre de la préparation pour la Coupe des confédérations 2013, Marama Vahirua est le seul joueur à évoluer en Europe, dans le club grec de Panthrakikos. De la même manière, l'ensemble des joueurs de la sélection sont natifs de Polynésie française, aucun n'est né en métropole.

Joueurs importants[modifier | modifier le code]

Errol Bennett est l'un des premiers joueurs emblématiques de la sélection tahitienne. Fidèle au club de Central Sport de Papeete où il effectue la quasi-totalité de sa carrière au poste d'attaquant, il a l'opportunité, en 1972, de venir en métropole au Paris Saint-Germain où il ne reste que six mois, sans réussir à s'adapter. Buteur-vedette de Central Sport (onze titres consécutifs de meilleur buteur du championnat polynésien entre 1972 et 1983), Bennett est également un titulaire indiscutable en sélection de Tahiti. Il est ainsi des campagnes victorieuses en Jeux du Pacifique Sud (en 1975, 1979 et 1983) et participe aux deux premières éditions de la Coupe d'Océanie des nations, atteignant à chaque fois la finale et terminant comeilleur buteur en 1973. Bennett raccroche les crampons en 1992, à l'âge de 42 ans, l'année où l'équipe de Tahiti est admise officiellement dans le giron mondial. Son fils, Naea Bennett, né en 1977, est également membre de l'équipe nationale tahitienne.

Né en 1976, Félix Tagawa est actuellement avec Bennett le recordman de buts inscrits en sélection tahitienne, avec quatorze réalisations, tous marqués entre 2001 et 2003. L'attaquant, passé par l'AS Vénus puis les franchises australiennes des Brisbane Strikers et d'Adelaide United, porte depuis 2004 les couleurs de l'AS Dragon. Son histoire en équipe nationale ne dure que trois ans, entre 2001 et 2004, durant lesquels il monte sur le podium lors de la Coupe d'Océanie 2002.

Équipe actuelle[modifier | modifier le code]

Voici la liste des 23 joueurs sélectionnés par Eddy Etaeta pour la Coupe des confédérations 2013 au Brésil[31] :

Effectif de l'équipe de Tahiti
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
1 G Roche, MikaëlMikaël Roche 11 590 24/12/1982 (31 ans) 7 0 Drapeau : Polynésie française AS Dragons 2011
22 G Meriel, GilbertGilbert Meriel 10 172 11/11/1986 (27 ans) 4 0 Drapeau : Polynésie française AS Central Sports 2012
23 G Samin, XavierXavier Samin 13 408 1/1/1978 (36 ans) 29 0 Drapeau : Polynésie française AS Dragons 2001
4 D Ludivion, TeheivariiTeheivarii Ludivion 9 390 1/1/1989 (25 ans) 18 1 Drapeau : Polynésie française AS Tefana 2010
5 D Wagemann, TamatoaTamatoa Wagemann 12 601 18/3/1980 (34 ans) 6 0 Drapeau : Polynésie française AS Dragons 2011
8 D Faatiarau, StephaneStephane Faatiarau 8 954 13/3/1990 (24 ans) 12 1 Drapeau : Polynésie française AS Tefana 2011
10 D Vallar, NicolasNicolas Vallar Capitaine 11 502 22/3/1983 (31 ans) 12 3 Drapeau : Polynésie française AS Dragons 2012
12 D Lemaire, EdsonEdson Lemaire 8 722 31/10/1990 (23 ans) 6 0 Drapeau : Polynésie française AS Dragons 2012
14 D Aroita, RainuiRainui Aroita 7 540 25/1/1994 (20 ans) 1 0 Drapeau : Polynésie française AS Tamarii Punaruu 2013
19 D Simon, VincentVincent Simon 11 312 28/9/1983 (30 ans) 23 1 Drapeau : Polynésie française AS Dragons 2004
20 D Vero, YannickYannick Vero 10 848 4/1/1985 (29 ans) 5 0 Drapeau : Polynésie française AS Dragons 2010
2 M Tehau, AlvinAlvin Tehau 9 291 10/4/1989 (25 ans) 18 6 Drapeau : Polynésie française AS Tefana 2010
6 M Caroine, HenriHenri Caroine 12 063 7/9/1981 (33 ans) 9 0 Drapeau : Polynésie française AS Dragons 2012
7 M Bourebare, HeimanoHeimano Bourebare 9 256 15/5/1989 (25 ans) 14 1 Drapeau : Polynésie française AS Dragons 2011
15 M Tehau, LorenzoLorenzo Tehau 9 291 10/4/1989 (25 ans) 20 7 Drapeau : Polynésie française AS Tefana 2010
16 M Aitamai, RickyRicky Aitamai 8 305 22/12/1991 (22 ans) 4 0 Drapeau : Polynésie française AS Vénus 2013
17 M Tehau, JonathanJonathan Tehau 9 752 5/1/1988 (26 ans) 25 5 Drapeau : Polynésie française AS Dragons 2011
3 A Vahirua, MaramaMarama Vahirua 12 546 12/5/1980 (34 ans) 3 0 Drapeau : Grèce Panthrakikos FC 2013
9 A Tehau, TeaonuiTeaonui Tehau 8 051 1/9/1992 (22 ans) 17 8 Drapeau : Polynésie française AS Dragons 2011
11 A Atani, StanleyStanley Atani 8 999 27/1/1990 (24 ans) 17 5 Drapeau : Polynésie française AS Tefana 2010
13 A Chong Hue, SteevySteevy Chong Hue 9 000 26/1/1990 (24 ans) 25 10 Drapeau : Polynésie française AS Dragons 2010
18 A Tihoni, YohannYohann Tihoni 7 364 20/7/1994 (20 ans) 2 0 Drapeau : Polynésie française AS Roniu 2011
21 A Hnanyine, SamuelSamuel Hnanyine 11 157 1/3/1984 (30 ans) 2 1 Drapeau : Polynésie française AS Dragons 2013
Sélectionneur



Légende


Sélections et buts mis à jour le 25 juin 2013 après la rencontre face à l'Uruguay

Appelés récemment[modifier | modifier le code]

Les joueurs suivants ont été appelés en sélection lors des douze derniers mois :

Effectif de l'Équipe de Tahiti de football
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis Dernière sél. Adversaire
999 D Tchen, AngeloAngelo Tchen 11 881 8/3/1982 (32 ans) 26 0 Drapeau : Polynésie française AS Tefana 2001 26 mars 2013 Drapeau : France Drapeau : Kanaky Nouvelle-Calédonie[32]
999 M Poroiae, HiroanaHiroana Poroiae 10 322 14/6/1986 (28 ans) 12 5 Drapeau : Polynésie française AS Manu-Ura 2007 26 mars 2013 Drapeau : France Drapeau : Kanaky Nouvelle-Calédonie[32]
999 M Arañeda, EfrainEfrain Arañeda 13 253 5/6/1978 (36 ans) 9 1 Drapeau : Polynésie française AS Dragons 2011 26 mars 2013 Drapeau : France Drapeau : Kanaky Nouvelle-Calédonie[32]
999 A Rochette, GarryGarry Rochette 9 020 6/1/1990 (24 ans) 1 0 Drapeau : Polynésie française AS Manu-Ura 2013 26 mars 2013 Drapeau : France Drapeau : Kanaky Nouvelle-Calédonie[32]
Sélectionneur



Légende


Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Rang Nom Période
1 Drapeau : Polynésie française Freddy Vernaudon 1973
Aucun match de 1974 à 1979
2 Drapeau : Polynésie française Richard Vansam 1980
Aucun match de 1981 à 1991
3 Drapeau : Polynésie française François Ferez 1992
4 Drapeau : Polynésie française Bertrand Vahirua 1992
5 Drapeau : Italie Umberto Mottini 1995-1996
6 Drapeau : Polynésie française Gérard Kautai 1996
Rang Nom Période
7 Drapeau : Polynésie française Richard Vansam (2) 1997
8 Drapeau : Polynésie française Alain Rousseau 1998
9 Drapeau : Australie Leon Gardikiotis 1999-2000
10 Drapeau : Polynésie française Patrick Jacquemet 2001-2003
11 Drapeau : Polynésie française Gérard Kautai (2) 2004-2007
Aucun match en 2008 et 2009
12 Drapeau : Polynésie française Eddy Etaeta Depuis 2010

Équipe technique actuelle[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente l'équipe technique de l'équipe nationale pour la Coupe des confédérations 2013[33].

Encadrement technique actuel de l’équipe de Tahiti
Nom Rôle
Drapeau : Polynésie française Eddy Etaeta Entraîneur-sélectionneur
Drapeau : Polynésie française Ludovic Graugnard
Drapeau : Polynésie française Patrice Flaccadori
Adjoints techniques
Drapeau : Polynésie française Alexandre Hennechart Entraîneur des gardiens[34]
Drapeau : Polynésie française Jean-Claude Lintz Masseur-kinésithérapeute
Drapeau : Polynésie française Jacob Teahionui Intendant
Drapeau : Polynésie française Kader Touati Préparateur physique[35]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Stade Pater Te Hono Nui.

Le stade Pater Te Hono Nui, appelé plus souvent Stade Pater est le plus grand stade de Polynésie française. Situé à Pirae, il est inauguré le 10 septembre 1971 à l'occasion de la 4e édition des Jeux du Pacifique, organisés par la Polynésie française. Le stade Pater a une capacité d'accueil de 11 500 spectateurs. Cette enceinte sert de cadre pour les matchs à domicile de la sélection nationale mais aussi de plusieurs équipes tahitiennes : les clubs de football de l'AS Dragon, de l'AS Pirae et de l'AS Tamarii Punaruu, de l'AS Vaiete et l'AS Roniu.

Le stade a été rénové à deux reprises, en 2003 et 2010 et a accueilli l'ensemble des rencontres de la Coupe d'Océanie, qui a vu la victoire en finale de l'Australie face à la Nouvelle-Zélande sur le score de 2 à 0.

En dehors des rencontres de football, le stade est utilisé par l'athlétisme et le rugby à XV. Des meetings politiques y sont également organisés.

Résultats[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant résume le palmarès de la sélection tahitienne en compétitions officielles. Il se compose de neuf titres : un succès lors de la Coupe d'Océanie 2012, trois victoires lors des trois éditions de la Coupe de Polynésie et cinq médailles d'or obtenues lors du tournoi de football des Jeux du Pacifique.

Palmarès de l’équipe de Tahiti en compétitions officielles
Coupe d'Océanie Jeux du Pacifique Coupe de Polynésie
  • Jeux du Pacifique (13 participations) :
    • Vainqueur : 1966, 1975, 1979, 1983 et 1995
    • Finaliste : 1969 et 1987
    • 3e place : 1963, 1971 et 2011

Parcours en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe du monde
Année Position Année Position Année Position
Drapeau de l'Uruguay 1930 Non inscrit Drapeau de l'Angleterre 1966 Non inscrit Drapeau des États-Unis 1994 Tour préliminaire
Drapeau de l'Italie 1934 Non inscrit Drapeau du Mexique 1970 Non inscrit Drapeau de la France 1998 Tour préliminaire
Drapeau de la France 1938 Non inscrit Drapeau de l'Allemagne 1974 Non inscrit Drapeau de la Corée du SudDrapeau du Japon 2002 Tour préliminaire
Drapeau du Brésil 1950 Non inscrit Drapeau de l’Argentine 1978 Non inscrit Drapeau de l'Allemagne 2006 Tour préliminaire
Drapeau de la Suisse 1954 Non inscrit Drapeau de l'Espagne 1982 Non inscrit Drapeau de l'Afrique du Sud 2010 Tour préliminaire
Drapeau de la Suède 1958 Non inscrit Drapeau du Mexique 1986 Non inscrit Drapeau du Brésil 2014 Tour préliminaire
Drapeau du Chili 1962 Non inscrit Drapeau de l'Italie 1990 Non inscrit Drapeau de la Russie 2018

Parcours en Coupe d'Océanie des nations[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe d'Océanie
Année Position Année Position Année Position
Drapeau de la Nouvelle-Zélande 1973 médaille d'argent, Océanie Finaliste Drapeau de l'Australie 1998 Demi-finale Drapeau de l'Australie 2004 Cinquième
Drapeau de la Nouvelle-Calédonie 1980 médaille d'argent, Océanie Finaliste Drapeau de la Polynésie française 2000 Premier tour 2008 Premier tour
1996 médaille d'argent, Océanie Finaliste Drapeau de la Nouvelle-Zélande 2002 médaille de bronze, Océanie Troisième Drapeau des Îles Salomon 2012 médaille d'or, Océanie Vainqueur
En rouge encadré et en gras italique, les éditions de la Coupe d'Océanie des nations que l'équipe de Tahiti a disputées à domicile.

Parcours en Coupe des Confédérations[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe des confédérations
Année Position Année Position Année Position
Drapeau de l'Arabie saoudite 1992 Non qualifié Drapeau du Mexique 1999 Non qualifié Drapeau de l'Allemagne 2005 Non qualifié
Drapeau de l'Arabie saoudite 1995 Non qualifié Drapeau du JaponDrapeau de la Corée du Sud 2001 Non qualifié Drapeau de l'Afrique du Sud 2009 Non qualifié
Drapeau de l'Arabie saoudite 1997 Non qualifié Drapeau de la France 2003 Non qualifié Drapeau du Brésil 2013 Premier tour

Parcours en Coupe de l'Outre-Mer[modifier | modifier le code]

Cette compétition est organisée par la Fédération française de football. elle ne constitue donc pas une compétition internationale.

Parcours en Coupe de l'Outre-Mer
Année Position
Drapeau de la France 2008 Premier tour[note 2]
Drapeau de la France 2010 Premier tour
Drapeau de la France 2012 Sixième

Statistiques[modifier | modifier le code]

Nations rencontrées[modifier | modifier le code]

carte colorée du monde
Carte des équipes rencontrées par Tahiti[note 3].
Nombre de matchs disputés contre l'équipe de Tahiti de football :
  •      Moins de cinq matchs
  •      De cinq à dix matchs
  •      De dix à trente matchs
  •      Plus de trente matchs
carte colorée de l'Océanie
Carte des équipes rencontrées par Tahiti[note 3].
Nombre de matchs disputés contre l'équipe de Tahiti de football :
  •      Moins de cinq matchs
  •      De cinq à dix matchs
  •      De dix à trente matchs
  •      Plus de trente matchs

Rivalités[modifier | modifier le code]

Avec la Nouvelle Calédonie[modifier | modifier le code]

La rivalité entre les Toa Aito de Polynésie et les Cagous néo-calédoniens est ancienne puisque les deux formations se sont affrontées pour la première fois en 1953, date du premier match de l'histoire de la sélection tahitienne à l'extérieur, à Nouméa. Le nombre de matchs entre les deux sélections augmente rapidement puisqu'elles participent à toutes les éditions des Jeux du Pacifique, ce qui a occasionné 18 rencontres Tahiti-Nouvelle Calédonie, dont quatre finales (1966, 1969, 1975 et 1987). Elles se sont affrontées également à l'occasion de la Coupe d'Océanie de football, notamment lors de la finale de l'édition 2012, remportée par les Tahitiens. Enfin, pour la première fois, Néo-Calédoniens et Tahitiens se sont retrouvés face à face dans le cadre des éliminatoires pour une Coupe du monde, pour l'édition 2014 au Brésil. Les Mélanésiens réussissent à s'imposer, aussi bien à Papeete que chez eux, à Nouméa. En 2013, le bilan global pour Tahiti est de 24 victoires, 7 nuls et 28 défaites[36].

Avec les autres sélections océaniennes[modifier | modifier le code]

Tahiti a disputé de nombreuses parties avec la sélection des Fidji puisque les deux formations se sont affrontées à 29 reprises depuis leur premier match en 1969, à l'occasion des Jeux du Pacifique. C'est lors de ces Jeux que les équipes se ont rencontrées le plus souvent, avec 14 confrontations, dont les finales de 1979, 1983, 1985 et 1993, toutes remportées par les Toa Aito. Le bilan des Tahitiens reste globalement positif puisqu'ils ont gagné 16 matchs et obtenu 6 matchs nuls[37].

Avec le Vanuatu (appelé Nouvelles-Hébrides avant 1980), la rivalité est également ancienne : les deux sélections s'affrontent pour la première fois en 1953. C'est avec la Nouvelle-Calédonie et la Nouvelle-Zélande l'un des adversaires historiques de Tahiti. Elles ont disputé 6 matchs officiels à enjeux, cinq en Coupe d'Océanie et un en éliminatoires de Coupe du monde. Lors des Jeux du Pacifique, il y a eu 7 rencontres Tahiti-Vanuatu, mais jamais en finale (au mieux une demi-finale lors de l'édition 1995). Les Tahitiens totalisent 13 victoires, 2 nuls et 4 défaites face aux Vanuatais[38].

La Nouvelle-Zélande occupe une place à part dans l'histoire du football tahitien puisque c'est la première équipe nationale rencontrée par la sélection polynésienne, en 1952. Une deuxième tournée des Kiwis a lieu en 1960 puis les deux équipes se retrouvent ensuite uniquement à l'occasion de matchs officiels : en Coupe d'Océanie (dont la finale de la première édition, en 1973) ou lors des éliminatoires pour la Coupe du monde. C'est également face aux Néo-Zélandais que Tahiti a subi la plus grosse défaite de son histoire, un cinglant 10-0 encaissé lors du tour final de la Coupe d'Océanie 2004. Tahiti n'a plus battu la Nouvelle-Zélande depuis un succès 3-1 obtenu au premier tour de la Coupe d'Océanie 1980, à Nouméa[39]

Classements FIFA[modifier | modifier le code]

Classement FIFA de l'Équipe de Tahiti
Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Classement mondial[fifa 1] 141 148 156 158 161 123 139 131 127 115 133 124 141 173 162 188 194 184 184 139 143
Classement en Océanie[fifa 2] 3 3 3 3 4 2 3 3 3 2 2 2 4 5 7 7 9 6 8 3 3

Légende du classement mondial :
Légende du classement océanien :

  •      de 100 à 133
  •      de 1 à 3
  •      de 133 à 167
  •      de 4 à 6
  •      de 167 à 205
  •      de 7 à 9

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. A égalité avec la défaite 10-0 subie face à la Nouvelle-Zélande en juin 2004 lors de la Coupe d'Ocanie.
  2. Tahiti est représentée par une sélection de joueurs du club de l'AS Manu-Ura, champion 2008 de Division 1 polynésienne.
  3. a et b Carte mise à jour le 23 juin 2013 après la rencontre face à l'Uruguay

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com,‎ 14 août 2014 (consulté le 14 août 2014).
  2. (en) Barrie Courtney, « Tahiti International Matches », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 30 octobre 2005 (consulté le 15 avril 2013)
  3. (en) « Wales non-cap internationals football games », sur welshfootballonline.com (consulté le 15 avril 2013)
  4. (en) José Luis Pierrend, Jarek Owsianski et Andre Zlotkowski, « Oceanian Cup 1973 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 29 juin 2004 (consulté le 15 avril 2013)
  5. (en) Jaroslaw Owsianski, « Oceanian Cup 1973 - Goal Scorers », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 2 novembre 2002 (consulté le 15 avril 2013)
  6. (en) José Luis Pierrend, « Oceanian Cup 1980 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 4 mars 2011 (consulté le 15 avril 2013)
  7. (en) « Tahiti v Mexico, 02 September 1980 », sur 11v11.com (consulté le 15 avril 2013)
  8. (en) Mark Cruickshank, Neil Morrison et Pieter Veroeveren, « South Pacific Games 1971 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 23 octobre 2008 (consulté le 15 avril 2013)
  9. (en) Mark Cruickshank, Neil Morrison et Pieter Veroeveren, « South Pacific Games 1963 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 15 novembre 2012 (consulté le 15 avril 2013)
  10. (en) Dinant Abbink, Neil Morrison et Mark Cruickshank, « South Pacific Games 1979 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 18 avril 2013 (consulté le 15 avril 2013)
  11. « Présentation générale de la Fédération tahitienne », sur ftf.pf, Fédération tahitienne de football (consulté le 10 avril 2013)
  12. (en) « Feuille de match Îles Salomon-Tahiti », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 10 avril 2013)
  13. (en) « Tahiti-Australia, 11-09-1992 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 15 avril 2013)
  14. (en) Neil Morrison, « Polynesia Cup 1994 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 20 octobre 2001 (consulté le 15 avril 2013)
  15. (en) Andre Zlotkowski, Jarek Owsianski, Thomas Esamie et José Luis Pierrend, « Oceanian Nations Cup 1996 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 21 mars 2004 (consulté le 15 avril 2013)
  16. (en) « OFC - 1998 World Cup », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 15 avril 2013)
  17. (en) Jarek Owsianski, José Luis Pierrend, Josef Bobrowsky et Andre Zlotkowski, « Oceanian Nations Cup 1998 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 21 mars 2004 (consulté le 15 avril 2013)
  18. (en) « OFC - 2002 FIFA World Cup », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 15 avril 2013)
  19. (en) Andre Zlotkowski et Neil Morrison, « Oceanian Nations Cup 2002 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 21 mars 2004 (consulté le 15 avril 2013)
  20. « Tout est prêt pour le coup d’envoi », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 30 mai 2012 (consulté le 16 juin 2012)
  21. « Débuts réussis pour Tahiti et la Nouvelle-Calédonie », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 1re juin 2012 (consulté le 16 juin 2012)
  22. « Tahiti prend une belle option », sur fr.fifa.com (consulté le 16 juin 2012)
  23. « Dernier carré aux accents français », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 5 juin 2012 (consulté le 16 juin 2012)
  24. « La francophonie règne sur l'Océanie », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 8 juin 2012 (consulté le 16 juin 2012)
  25. « Tahiti écrit son histoire », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 10 juin 2012 (consulté le 16 juin 2012)
  26. a et b « Tahiti mène la révolution pacifique », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 12 juin 2012 (consulté le 16 juin 2012)
  27. « Feuille de match Tahiti-Nigeria », sur FIFA.com (consulté le 10 mars 2014)
  28. « Feuille de match Espagne-Tahiti », sur FIFA.com (consulté le 10 mars 2014)
  29. « Feuille de match Tahiti-Uruguay », sur FIFA.com (consulté le 10 mars 2014)
  30. « Etaeta : "Il nous faut davantage de professionnels" », sur FIFA.com,‎ 5 juillet 2013 (consulté le 10 mars 2014)
  31. Xavier Barret, « Avec Vahirua et huit Mondialistes de 2009 », sur L'Equipe.fr,‎ 24 mai 2013 (consulté le 24 mai 2013)
  32. a, b, c et d « Feuille de match Nouvelle-Calédonie-Tahiti », sur FIFA.com (consulté le 10 mars 2014)
  33. « Tahiti Nui A », sur ftf.pf, Fédération tahitienne de football,‎ 18 mars 2013 (consulté le 18 mars 2013)
  34. « FTF : A un mois de Tahiti - Nigeria... », sur tahiti-infos.com,‎ 17 mai 2013 (consulté le 23 juin 2013)
  35. « La préparation physique des Toa Aito », sur ftf.pf,‎ 15 mai 2013 (consulté le 16 mai 2013).
  36. « Head to head Tahiti-New Caledonia », sur wildstat.com (consulté le 15 avril 2013)
  37. « Head to head Tahiti-Fidji », sur wildstat.com (consulté le 15 avril 2013)
  38. « Head to head Tahiti-Vanuatu », sur wildstat.com (consulté le 15 avril 2013)
  39. « Head to head Tahiti-New Zealand », sur wildstat.com (consulté le 15 avril 2013)
  1. Classement mondial année par année :
    « Classement du 23 déc. 1993 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 20 déc. 1994 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 1995 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 18 déc. 1996 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 23 déc. 1997 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 23 déc. 1998 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 22 déc. 1999 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 20 déc. 2000 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 2001 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 18 déc. 2002 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 15 déc. 2003 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 20 déc. 2004 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 16 déc. 2005 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 18 déc. 2006 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 17 déc. 2007 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 17 déc. 2008 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 16 déc. 2009 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 15 déc. 2010 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 21 déc. 2011 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 2012 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 2013 », sur fr.fifa.com (consulté le 10 mars 2014)
  2. Classement de la zone OFC :
    « Classement du 23 déc. 1993 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 20 déc. 1994 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 1995 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 18 déc. 1996 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 23 déc. 1997 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 23 déc. 1998 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 22 déc. 1999 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 20 déc. 2000 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 2001 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 18 déc. 2002 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 15 déc. 2003 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 20 déc. 2004 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 16 déc. 2005 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 18 déc. 2006 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 17 déc. 2007 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 17 déc. 2008 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 16 déc. 2009 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 15 déc. 2010 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 21 déc. 2011 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 2012 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 2013 », sur fr.fifa.com (consulté le 10 mars 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]