Schisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec Chiisme

Un schisme est la séparation d'un groupe religieux en deux. Le mot est employé surtout dans un contexte d'églises chrétiennes. L'unité parmi ses disciples étant un souhait exprimé explicitement par Jésus-Christ dans sa 'Prière sacerdotale' (Jn 17:22: «Qu'ils soient un...»), un schisme est considéré comme grave. Dans la tradition biblique, le premier schisme est la séparation entre le royaume d'Israël et le royaume de Juda après le règne de Salomon.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot vient du grec ancien σχισμός / skhismós, qui signifie « séparation », du verbe σχίζω / skhízô, « couper, fendre ». Le schisme est un terme utilisé d'abord dans le vocabulaire ecclésiologique. C'est, depuis l'époque de l'Empire byzantin, la séparation de la religion de l'empereur d'un groupe de fidèles dits schismatiques, comme les monophysites.

Schismes récents[modifier | modifier le code]

Plusieurs schismes sont survenus depuis la séparation de 1054, tant à l'intérieur de l'Église d'Orient que de l'Église latine.

Chez les orthodoxes, le schisme des Vieux-Croyants (XVIIe siècle) a entraîné de violentes persécutions de la part des autorités tsaristes.

Chez les catholiques, l'un des plus connus en France est celui de la Petite Église, consécutif au concordat de 1801 signé par le Premier Consul Napoléon Bonaparte avec le pape Pie VII : une partie des catholiques refuse d'être dirigée par d'anciens clercs jureurs et préfère se passer de prêtres et d'eucharistie.

Schismes et hérésies[modifier | modifier le code]

On ne parle pas de schisme entre l'Église catholique et les Églises protestantes (tant anglicane que luthériennes ou réformées), car la séparation dans ce cas consistait en le rejet de l'Église romaine par une communauté considérée par cette dernière comme hérétique, et non en une séparation décidée par une entité interne de l'Église romaine.

Schisme et intégration[modifier | modifier le code]

Parfois, le schisme avec une confession est suivi de l'intégration des schismatiques dans une autre Église. Ainsi les orthodoxes d'Ukraine, refusant la domination du patriarcat moscovite, se séparent de lui au XVIe siècle pour rejoindre l'Église romaine sous le nom de grecs-catholiques. Avec les autres catholiques de rite byzantin, ils sont communément appelés uniates.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]