Viuz-en-Sallaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Viuz-en-Sallaz
Vue générale.
Vue générale.
Blason de Viuz-en-Sallaz
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Bonneville
Canton Bonneville
Intercommunalité CC des Quatre Rivières
Maire
Mandat
Serge Pittet
2014-2020
Code postal 74250
Code commune 74311
Démographie
Gentilé Viuziens
Population
municipale
4 103 hab. (2014)
Densité 195 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 08′ 54″ nord, 6° 24′ 40″ est
Altitude Min. 550 m – Max. 1 500 m
Superficie 20,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Viuz-en-Sallaz

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Viuz-en-Sallaz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Viuz-en-Sallaz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Viuz-en-Sallaz

Viuz-en-Sallaz (se prononce [vjy.ɑ̃.sala][Note 1]) est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La commune accueille avec Bogève, Onnion et Saint-Jeoire la station de sports d'hiver des Brasses.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Assis sur une colline, plein sud, à mi-chemin entre Genève, Annecy et Chamonix, Viuz-en-Sallaz est un village dont le territoire s'étale de 600 m à 1 503 m d'altitude. Sa population actuelle s'élève à environ 4 000 habitants.

Le mont Vouan[modifier | modifier le code]

Le mont Vouan est un petit massif de moyenne altitude qui culmine à 978 m.

Jusqu'au début du XXe siècle, les roches du Vouan ont été exploitées pour tailler des meules de moulin[4]. On peut encore voir aujourd'hui, à l'endroit où les meules étaient extraites, de grands trous ronds de près de deux mètres de hauteur dans la roche.

Le Vouan possède de nombreuses meulières. Les deux plus importantes sont « la grande gueule » — aussi appelée la grotte aux fées ou la grande meulière à Boisinges — , dont on aperçoit l'ouverture depuis la route d'Annemasse mais dont le plafond s'est effondré et « la meulière à Vachat », sur la falaise qui surplombe « la Gouille au Mort » (petite mare).

Le Vouan était également traversé par le « chemin des contrebandiers » ; ceux-ci apportaient à Genève le blé du moulin de Pont-Morand et rapportaient de l'alcool, du tabac, etc.

De nombreuses légendes tournent autour du Vouan. Parmi celles-ci : une jeune fille donnant des feuilles qui se changent en or habiterait le Vouan et ce massif possèderait une grotte renfermant un jeu de quilles en or. Mais également une légende dit qu'un homme, qui taillait des pierres, avait refusé d'aller à la messe du dimanche afin de terminer son travail. Le dimanche, il était tombé de la falaise dans la célèbre gouille au Mort. On n'a jamais retrouvé son corps.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-André-de-Boëge Bogève Saint-Jeoire Rose des vents
Fillinges N La Tour
O    Viuz-en-Sallaz    E
S
Marcellaz Peillonnex Ville-en-Sallaz

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme « Viuz » provient du nom latin « vicus », signifiant une petite agglomération[5].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Viu (graphie de Conflans) ou Viuz (ORB)[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le mandement de Thiez appartenait aux seigneurs de Faucigny jusqu'à ce qu'Ardutius, soixante-et-onzième évêque de Genève[7], en hérite et le lègue à ses successeurs, évêques de Genève[8].

On trouve mention, en date du , de la « terre de Viuz » dans l'accord intervenu entre l'évêque Nantelme et les chevaliers Guillaume et Amédée Pofeis[9], de même, le , est fait mention de la « Terre de Sallaz », lors d'une discussion entre Aymon II de Faucigny et l'évêque Bernard Chabert[9].

Les 5 et 6 mars 1536, le mandement est occupé par la Seigneurie de Genève puis, au mois d'août 1539, par le roi de France François Ier.

Lors des débats sur l'avenir du duché de Savoie, en 1860, la population est sensible à l'idée d'une union de la partie nord du duché à la Suisse. Une pétition circule dans cette partie du pays (Chablais, Faucigny, Nord du Genevois) et réunit plus de 13 600 signatures[Note 2], dont 16 pour la commune[12],[13]. Le duché est réuni à la suite d'un plébiscite organisé les 22 et 23 avril 1860 où 99,8 % des Savoyards répondent « oui » à la question « La Savoie veut-elle être réunie à la France ? »[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 1995 François Cheneval-Pallud SE ...
1995 2001 Gilbert Mogeon SE ...
mars 2001 en cours Serge Pittet UMP ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Viuziens[15]. On peut parfois trouver les formes Sallazienne, Viuly.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[17],[Note 3].

En 2014, la commune comptait 4 103 habitants, en augmentation de 6,32 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
1 668 1 921 1 845 2 391 2 480 2 826 2 400 2 584 2 611
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
2 520 2 461 2 362 2 284 2 170 2 027 2 025 1 959 1 923
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 710 1 666 1 650 1 541 1 378 1 430 1 799 2 213 2 267
1982 1990 1999 2006 2011 2014 - - -
2 379 2 944 3 373 3 737 3 920 4 103 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Jumelages[modifier | modifier le code]

Viuz-en-Sallaz n'est plus jumelée avec Plouescat (29) depuis plusieurs années.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Viuz a conservé quelques témoignages du passé, tels que des mesures à grains, une ancienne prison, des maisons traditionnelles, une église dédiée à saint Blaise néo-classique du XIXe siècle ou encore des « mazots »[20].

L'écomusée Paysalp regroupe quatre sites, dont deux à Viuz-en-Sallaz :

  • Le Musée Paysan où sont exposés des objets d'époque et des reconstitutions d'univers de vie haut savoyard ;
  • Paysalp.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Le village compte aussi quelques traces de la piété locale, tels des oratoires ou des chapelles.

  • En général, les oratoires datent du XIXe siècle, ils ont été érigés par des familles et sont souvent dédiés à la Vierge Marie. Ils portent les noms ou initiales des fondateurs, la date d'érection et une invocation.
  • Chapelle des Palluds : à la suite d'un éboulement, appelé « Le Déluge », survenu le [22], trois villages (Fontaine, Grisard et Etrable) furent engloutis. Laurent Gavard-Pallud, originaire du village des Palluds, fit construire une chapelle sous le vocable de la Sainte Vierge, et ce en remerciement pour avoir été épargné. Elle fut bénie le , restaurée en 1865 et récemment dans les années 1980. La petite cloche est celle qui annonçait les assemblées populaires du bourg, à l'époque révolutionnaire.
  • Chapelle de Sevraz : elle est dédiée à saint Jacques et à saint Christophe, due à la générosité d'un émigré, Jacques Gavard-Perret. Il légua une somme pour sa construction. Son neveu et exécuteur testamentaire, Pierre Magnon, la fit construire. A l'entrée de la chapelle, au-dessus de la porte, une inscription rappelle son érection. Les tableaux du chemin de croix sont de 1850. Elle a été restaurée dans les années 1980.

Patrimoine historique[modifier | modifier le code]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

Coquelicots de Viuz-en-Sallaz.
Lac du Môle.

En 2014, la commune de Viuz-en-Sallaz bénéficie du label « ville fleurie » avec « trois fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[26].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Viuz-en-Sallaz.svg

Les armes de Viuz-en-Sallaz se blasonnent ainsi : Parti ; au premier d'or au pal de gueules, au second de gueules à une clé contournée d'or et emboutée de sable.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mathieu de La Corbière, Martine Piguet, Catherine Santschi. Terres et châteaux des évêques de Genève, éd. de l'Académie Salésienne.
  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes : Le Faucigny, Roanne, Éditions Horvath, , 619 p. (ISBN 2-7171-0159-4), p. 473-479 « Viuz-en-Sallaz ».
  • Abbé Edmond Rollin, Monographie de Viuz-en-Sallaz. Diocèse d'Annecy (Haute-Savoie), t. 19 , Mémoires et documents, Annecy, Académie salésienne, , p. 1-236.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le -az final ne se prononce pas, mais indique que l'accentuation du mot va sur la première syllabe[1],[2],[3].
  2. Cette pétition réunit plus de 13 651 signatures dans des villages de la partie nord (aujourd'hui la Haute-Savoie) : 60 communes du Faucigny, 23 du Chablais savoyard et 13 aux environs de Saint-Julien-en-Genevois, soutenue par l’Angleterre[10],[11].
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Dénarié, « Berlioz ne rime pas avec myxomatose », La Voix des Allobroges,‎ (lire en ligne) (Article publié dans le numéro 13 de La Voix des Allobroges, été 2007)
  2. Jean-Baptiste Serron avec Marc Bron, « Comment bien prononcer les noms de nos communes? », L'Essor savoyard,‎ (lire en ligne).
  3. « Toponymie arpitane : les noms en -oz, -az, -ex, -ix », sur Arpitan.com - Fédération internationale de l'arpitan (consulté le 20 juillet 2016).
  4. ce qui explique le nom de "Molire" que lui donnent les habitants de la région
  5. Claude Raffestin, Paul Guichonnet et Jocelyne Hussy, Frontières et sociétés : Le cas franco-genevois, L'âge d'homme, , 231 p. (ISBN 978-2-8251-3018-6), p. 20.
  6. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 15
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  7. Ardutius était le fils de Rodolphe et frère d'Aimon, sires de Faucigny, mais aussi le frère de Ponce abbé de Sixt
  8. Site de la Mairie de Viuz-en-Sallaz.
  9. a, b et c Mathieu de La Corbière, Martine Piguet, Catherine Santschi, Terres et châteaux des évêques de Genève, Académie Salésienne.
  10. Luc Monnier, L'annexion de la Savoie à France et la politique suisse, 1860, A. Jullien, , p. 98
  11. Paul Guichonnet, Histoire de l'annexion de la Savoie à la France et ses dossiers secrets, Le Messager-Horvath, , 354 p. (ISBN 2-858-82536-X).
  12. Manifestes et déclarations de la Savoie du Nord, Genève, Imprimerie-Lithographie Vaney, , 152 p. (lire en ligne).
  13. Paul Guichonnet, Histoire de l'annexion de la Savoie à la France et ses dossiers secrets, Le Messager-Horvath, , 354 p. (ISBN 2-858-82536-X), p. 167.
  14. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (lire en ligne), p. 18.
  15. a et b « Viuz-en-Sallaz », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 17 mai 2015), Ressources - Les communes.
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  20. Les mazots sont une sorte de grenier, qui servaient autrefois de réserve pour stocker les habits du dimanche et les biens précieux de la famille. Ces bâtiments étaient construits à l'écart de la maison pour éviter qu'en cas d'incendie tout ce qu'ils contenaient soit détruit.
  21. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (ISBN 978-2-8420-6374-0), p. 365.
  22. « http://www.quid.fr/communes.html?mode=detail&id=35047&req=Viuz-en-Sallaz&style=fiche »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  23. Lucien Guy, « Les anciens châteaux du Faucigny - Château de Thyez (section) », Mémoires & documents, vol. 47,‎ , p. 192-193 (lire en ligne).
  24. a et b Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, La Découvrance. Collection L'amateur Averti, , 410 p. (ISBN 978-2-8426-5326-2).
  25. Lucien Guy, « Les anciens châteaux du Faucigny - Château de Marcossey (section) », Mémoires & documents, vol. 47,‎ , p. 190-192 (lire en ligne).
  26. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).