Marcellaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marcellaz
Marcellaz
Blason de Marcellaz
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Bonneville
Intercommunalité Communauté de communes des quatre rivières
(siège)
Maire
Mandat
Luc Patois
2020-2026
Code postal 74250
Code commune 74162
Démographie
Gentilé Marcellanais
Population
municipale
1 044 hab. (2018 en augmentation de 14,85 % par rapport à 2013)
Densité 250 hab./km2
Population
agglomération
188 235 hab. (2018)
Géographie
Coordonnées 46° 08′ 43″ nord, 6° 21′ 19″ est
Altitude Min. 540 m
Max. 706 m
Superficie 4,17 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Genève (SUI)-Annemasse (partie française)
(banlieue)
Aire d'attraction Genève (SUI)-Annemasse (partie française)
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bonneville
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Marcellaz
Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie
Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Marcellaz
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marcellaz
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marcellaz

Marcellaz, parfois sous la forme Marcellaz-en-Faucigny[Note 1], se prononce Marcella[Note 2], est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'agglomération du Grand Genève.

Ses habitants sont les Marcellanais[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Située en Haute-Savoie, dans le canton de Bonneville, la commune de Marcellaz est à 648 m d'altitude.

Marcellaz est situé à 25 minutes de Genève, 15 minutes de La Roche-sur-foron et à 40 minutes d’Annecy.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Marcellaz est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[6],[7],[8]. Elle appartient à l'unité urbaine de Genève (SUI)-Annemasse (partie française), une agglomération internationale dont la partie française regroupe 35 communes[9] et 188 235 habitants en 2018, dont elle est une commune de la banlieue[10],[11].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Genève - Annemasse (partie française) dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 158 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (64,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (63,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (61,2 %), forêts (20,2 %), zones urbanisées (15,5 %), terres arables (3 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune est officiellement désignée par Marcellaz[Note 1], mais localement on trouve également la forme Marcellaz-en-Faucigny, puisque située dans la province historique du Faucigny, et afin de ne pas la confondre avec Marcellaz-Albanais[M 1],[2].

Le toponyme Marcellaz dérive très probablement d'une ancienne villa gallo-romaine *villa Marsolatis, avec le suffixe d'appartenance -atis, provenant d'un anthroponyme Marsolas[15].

On trouve la mention dans des documents de Marsolatis ou MARSO ATIS vers 1012-1019[15], notamment dans une donation au prieuré de Peillonnex par le comte Robert de Genève[M 1]. La graphie évolue au cours des XIIIe siècle et XIVe siècles en Marsolaz (1275, 1344), Marsallaz (1300), Marcela (1339) et Marcelaz[15],[M 1]. On trouve également la forme Marsella au XVe siècle[M 1].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Marslâ (graphie de Conflans) ou Marcèlâz (ORB)[16].

Histoire[modifier | modifier le code]

La mention du village est faite en 1012 dans une donation par le comte de Genève au prieuré voisin de Peillonnex[M 1].

Un Guillaume de Marsellaz est mentionné comme témoin dans un acte de 1300 (Régeste genevois, n°1, 469)[M 1].

Entre 1780 et 1837, Marcellz fait partie de la province de Carouge, division administrative des États de Savoie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1977 François Montfort ... ...
1977   Jean Riblet ... ...
mars 2008 2020 Bernard Chapuis ... ...
2020 en cours Luc Patois ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[18].

En 2018, la commune comptait 1 044 habitants[Note 5], en augmentation de 14,85 % par rapport à 2013 (Haute-Savoie : +6,11 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
211279283377467460438432418
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
398407407404409385390375370
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
319339333279268275269251304
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2018 -
4345186957457527599091 044-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Depuis quelques années, Marcellaz accueil de nouveaux commerces tels qu’un coiffeur, une agence immobilière ou encore un magasin de produits fermiers.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Maurice.

Personnages liés à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Marcellaz

Les armes de Marcellaz se blasonnent ainsi :

Palé d'or et de gueules, à la croix tréflée de sinople brochant sur le tout, au chef du même[21].

Les armes sont une création de Paul Guichonnet, en 1986[21]. Elles associent le palé de la province du Faucigny « à la croix tréflée qui est de saint Maurice d'Agaune, le patron de la paroisse ainsi que celui de la Savoie »[21].


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. a et b Marcellaz est le nom officiel sur Code officiel géographique français[1]. Toutefois, afin de ne pas la confondre avec la commune savoyarde de Marcellaz-Albanais, elle était désignée par Marcellaz-en-Faucigny, puisque située dans la province historique du Faucigny[M 1],[2].
  2. Le -az final ne se prononce pas, mais indique que l'accentuation du mot va sur la première syllabe[3],[4],[5].
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

Sites de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g « Histoire de Marcellaz » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Code officiel géographique de Marcellaz sur le site de l'Insee, consulté le 16 septembre 2014.
  2. a b et c « Marcellaz-en-Faucigny », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le ), Ressources - Les communes.
  3. Henri Dénarié, « Berlioz ne rime pas avec myxomatose », La Voix des Allobroges,‎ (lire en ligne) (Article publié dans le numéro 13 de La Voix des Allobroges, été 2007)
  4. Jean-Baptiste Serron avec Marc Bron, « Comment bien prononcer les noms de nos communes? », L'Essor savoyard,‎ (lire en ligne).
  5. « Toponymie arpitane : les noms en -oz, -az, -ex, -ix », sur Arpitan.com - Fédération internationale de l'arpitan (consulté le ).
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Unité urbaine 2020 de Genève (SUI)-Annemasse (partie française) », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  10. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  11. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  12. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Genève - Annemasse (partie française) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  15. a b et c D'après Henry Suter, « Marcellaz », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté le ).
  16. Lexique Français : Francoprovençal du nom des communes de Savoie : Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 14
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
    .
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. a b et c Exposition « D'or, de gueules et d'argent, les armoiries communales en Haute-Savoie », présentation sur le portail des Archives départementales de la Haute-Savoie - archives.hautesavoie.fr, diapo n°10, 2016.