Ville-en-Sallaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ville-en-Sallaz
Ville-en-Sallaz
Image illustrative de l’article Ville-en-Sallaz
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Bonneville
Canton Bonneville
Intercommunalité CC des Quatre Rivières
Maire
Mandat
Laurette Cheneval
2014-2020
Code postal 74250
Code commune 74304
Démographie
Population
municipale
871 hab. (2015 en augmentation de 27,53 % par rapport à 2010)
Densité 258 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 08′ 47″ nord, 6° 25′ 23″ est
Altitude Min. 587 m
Max. 1 380 m
Superficie 3,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Ville-en-Sallaz

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Ville-en-Sallaz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ville-en-Sallaz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ville-en-Sallaz

Ville-en-Sallaz (prononcer [vil.ɑ̃.sala][Note 1]) est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Limite de la commune.

Adossé au versant sud du massif des Brasses (1 502 m) et face au Môle (1 863 m), à mi-chemin entre Genève, Annecy et Chamonix, Ville-en-Sallaz est un village dont le territoire s'étale de 610 m à 1 220 m d'altitude à 5 kilomètres à l'ouest de Saint-Jeoire. Il est bordé au sud par le Thy et le lac du Môle, petit lac artificiel de 11 hectares, et est traversé par la RD 907. Il est limitrophe des communes de Viuz-en-Sallaz à l'est et au nord, de La Tour à l'ouest et au sud, et de Peillonnex à l'extrême sud-ouest.

Ville-en-Sallaz est un village composé de multiples lieux-dits et hameaux.

En 2012, les 57 voies de la commune sont nommées de façon officielle et les habitations sont numérotées.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Vla, selon la graphie de Conflans[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Son histoire commence dès l'Antiquité avec, sur son territoire, quelques villas et thermes gallo-romains. Peuplée au départ par les Allobroges, l'invasion romaine apportera son influence.

Au Moyen Âge, au cœur du mandement de Thiez en Sallaz, la Maison Forte (lire « Le château du Thy » ci-dessous) semble avoir donné son nom au village et au ruisseau le bordant au sud.

Mandement : vient du latin « Mandare », transmettre une charge à quelqu'un, déléguer l'administration.

Thiez, Thy, Tez : en langue celtique, le mot signifie villa, habitation, maison forte sur les eaux (d'où la toponymie « Ville »).

Sallaz : était le domaine juridictionnel de l'époque comportant les paroisses de Ville-en-Sallaz, Viuz-en-Sallaz, Bogève et Saint-André-de-Boëge.

Ville-en-Sallaz signifierait donc : « La maison forte sur les eaux dans le domaine juridictionnel de Sallaz ». À noter que pour la commune voisine de Viuz-en-Sallaz, « Viuz » signifierait voie ou vallée (Vaulx) ou encore petite agglomération (Vicus).

Lors des débats sur l'avenir du duché de Savoie, en 1860, la population est sensible à l'idée d'une union de la partie nord du duché à la Suisse. Une pétition circule dans cette partie du pays (Chablais, Faucigny, Nord du Genevois) et réunit plus de 13 600 signatures[Note 2], dont 58 pour la commune[7],[8]. Le duché est réuni à la suite d'un plébiscite organisé les 22 et 23 avril 1860 où 99,8 % des Savoyards répondent « oui » à la question « La Savoie veut-elle être réunie à la France ? »[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours Laurette Cheneval SE Employée de banque
mars 2001 mars 2014 Claudine Ranvel SE ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Villageoises et les Villageois[10]. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12].

En 2015, la commune comptait 871 habitants[Note 3], en augmentation de 27,53 % par rapport à 2010 (Haute-Savoie : +7,57 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
341391420390420425391389397
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
383375424363379372353332323
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
286292272273266291293331334
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2015 -
339503676678678678817871-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle de Prévières.
La Chapelle de Prévières

Elle est dédiée à saint François de Sales et construite en 1683 par Ambroise Broise, villageois de l'époque. Elle a été érigée en souvenir du miracle accompli par François de Sales en 1606, qui avait multiplié des chapelets en priant la Vierge Marie. Le style est typique de ce siècle avec une façade ouverte permettant à la foule de voir le prêtre à l'intérieur. En 1887, la petite chapelle reçoit une cloche offerte par François Drompt.

L'église Saint-Pancrace-et-Saint-Sébastien

Cette église, dédiée à Saint Pancrace et Saint Sébastien est érigée en 1837 par l'architecte François Amoudruz. Elle est dotée d'un clocher à bulbe en cuivre typiquement savoyard, qui était à l'origine en fer blanc. Elle est de style Renaissance et a été dernièrement rénovée en 2008.

Le château du Thy

Actuellement à l'état de ruines, cette ancienne maison forte dite de Thiez (ou Thyez) à quatre côtés irréguliers et entourée d'eau était le cœur administratif et politique du mandement de Thiez-en-Sallaz. Elle se trouve près du Thy, ruisseau bordant le sud de la commune, entre celle-ci et celle de La Tour. Elle est à 800 mètres du centre du village actuel.

Construit au cours du XIIe siècle par la famille Faucigny, le château devient ensuite la propriété des évêques de Genève grâce à un don de l'un d'eux, Ardiutus. En 1589, il est incendié durant la bataille de Peillonnex, opposant Berne et Genève. Au XVe siècle, le château et ses tours crénelées sont rénovés et après la Réforme, il sert de prison puis est définitivement abandonné. Ses pierres serviront même de carrière aux villageois pour construire leurs propres maisons.

La villa et les thermes gallo-romains

Une villa et des thermes gallo-romains ont été découverts en 2010[15] lors du creusement des fondations des Résidences « Les Allées du Château » au lieu-dit les Tattes. Les travaux ont été arrêtés quelques semaines afin que des archéologues y effectuent des fouilles et prennent quelques clichés. La municipalité, n'ayant pu sauver ce joyaux inattendu des promoteurs immobiliers, rend hommage à cette villa disparue en nommant les voies du lieu-dit de noms gallo-romains : allée des Romains, impasse des Thermes, allée de l'Atrium, allée des Allobroges, clos du Tubuli[Quoi ?] et allée de la Fibule.

Le lac du Môle

Petit lac artificiel de onze hectares, il est à cheval sur les deux communes de Ville-en-Sallaz et de La Tour. Alimenté par le ruisseau du Thy, il offre une réserve naturelle de pêche et de diverses espèces de faune et de flore locales. Son petit barrage est situé en aval sur le Thy, tout près de l'emplacement des ruines du château du Thy, au niveau de la route du Lac. Il est très apprécié des promeneurs et des pêcheurs. Un sentier d'enceinte est tracé et entretenu par les deux communes. Il a été vidangé la dernière fois en 2008.

La mairie.
La mairie

Bâtiment traditionnel de la commune, abritant jadis à la fois la mairie et l'école, l'édifice a fait récemment l'objet d'importantes rénovations, tant extérieures qu'intérieures. Elles ont été complètement achevées en 2015. L'école, accueillant de plus en plus d'enfants, a été transférée dans un bâtiment moderne en face.

Événements culturels[modifier | modifier le code]

Livres-en-Sallaz

Le 22 et 23 octobre 2016 a lieu la première édition du Salon du livre de régionalisme alpin qui se tient à la salle Vittoz en présence de plusieurs auteurs.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le -az final ne se prononce pas, mais indique que l'accentuation du mot va sur la première syllabe[1],[2],[3].
  2. Cette pétition réunit plus de 13 651 signatures dans des villages de la partie nord (aujourd'hui la Haute-Savoie) : 60 communes du Faucigny, 23 du Chablais savoyard et 13 aux environs de Saint-Julien-en-Genevois, soutenue par l’Angleterre[5],[6].
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Dénarié, « Berlioz ne rime pas avec myxomatose », La Voix des Allobroges,‎ (lire en ligne) (Article publié dans le numéro 13 de La Voix des Allobroges, été 2007)
  2. Jean-Baptiste Serron avec Marc Bron, « Comment bien prononcer les noms de nos communes? », L'Essor savoyard,‎ (lire en ligne).
  3. « Toponymie arpitane : les noms en -oz, -az, -ex, -ix », sur Arpitan.com - Fédération internationale de l'arpitan (consulté le 20 juillet 2016).
  4. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 15
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  5. Luc Monnier, L'annexion de la Savoie à France et la politique suisse, 1860, A. Jullien, , p. 98
  6. Paul Guichonnet, Histoire de l'annexion de la Savoie à la France et ses dossiers secrets, Le Messager-Horvath, , 354 p. (ISBN 2-858-82536-X).
  7. Manifestes et déclarations de la Savoie du Nord, Genève, Imprimerie-Lithographie Vaney, , 152 p. (lire en ligne).
  8. Paul Guichonnet, Histoire de l'annexion de la Savoie à la France et ses dossiers secrets, Le Messager-Horvath, , 354 p. (ISBN 2-858-82536-X), p. 167.
  9. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (lire en ligne), p. 18.
  10. « Ville-en-Sallaz », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 1er mai 2016), Ressources - Les communes.
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  15. "Culture 74"