Onnion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Onnion
Vue générale avec la vallée du Risse à droite
Vue générale avec la vallée du Risse à droite
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Bonneville
Canton Bonneville
Intercommunalité CC des Quatre Rivières
Maire
Mandat
Yvon Berthier
2014-2020
Code postal 74490
Code commune 74205
Démographie
Gentilé Onnionais
Population
municipale
1 276 hab. (2014)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 10′ 19″ nord, 6° 28′ 47″ est
Altitude Min. 683 m
Max. 1 581 m
Superficie 18,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Onnion

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Onnion

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Onnion

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Onnion
Liens
Site web onnion.fr

Onnion est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle accueille avec Bogève, Viuz-en-Sallaz et Saint-Jeoire la station de sports d'hiver des Brasses.

Géographie[modifier | modifier le code]

Onnion est une commune de la vallée du Risse située à 5 km au nord de Saint-Jeoire.

Le village est situé à 790 m d'altitude, blotti au pied du massif des Brasses, face au sommet de Haute Pointe.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Villard Mégevette Rose des vents
Bogève N Mieussy
O    Onnion    E
S
Saint-Jeoire Mieussy

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Onnion dérivant très probablement du préfixe gaulois onno- désignant un « frêne »[1].

La paroisse est mentionnée en 1288 sous la graphie Ognuns[1]. On trouve au cours des siècles suivants les formes Ugnyons (1327), Ognions (1416), Ognon (1793) puis Onion au XIXe siècle[1].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Onyon (graphie de Conflans) ou Onion (ORB)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les toutes premières traces de présence humaine de la région ont été observées dans une grotte dite de Baré, située à une altitude de 1 900 m[3]. Plusieurs campagnes de fouille dans les années 1950 ont ainsi permis de mettre à jour des outils réalisés en silex et des ossements animaux « comme l'ours et le lion des cavernes mais aussi des espèces encore présentes comme le lynx boréal, l'ours brun, le loup, le renard, le blaireau, la martre, le cerf élaphe, le bouquetin, le chamois, le lièvre européen, la marmotte », sur une période allant de -60 000 à -30 000 ans[3]. Depuis 2013, la grotte a été murée afin d'en protéger l'accès et préserver le site[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1964 mars 1995 Louis Gervais ... ...
mars 1995 mars 2008 Paul Jacquard ... ...
mars 2008 avril 2014 Fernand Bosson ... ...
avril 2014 en cours Yvon Berthier ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont les Onnionais[4].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 276 habitants, en augmentation de 6,96 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
658 757 819 868 998 1 053 902 917 932
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
973 962 956 875 845 865 830 856 749
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
614 599 536 521 515 460 420 344 340
1982 1990 1999 2008 2013 2014 - - -
423 642 786 1 137 1 266 1 276 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Onnion est située dans l'académie de Grenoble.

Elle administre une école primaire (maternelle et élémentaire) publique regroupant 146 élèves en 2015-2016[9],[10].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Depuis 2009, la fête de la Fleur est l'animation du printemps, vente de fleurs et légumes, animations, spectacles, conférence... organisation Sou des écoles - 2e samedi de mai.

Chaque année, au mois d'août, avait lieu, sur le plateau de Plaine Joux, le festival des musiques alpines « feufliazhe » (fête au village en patois local). Cet événement est une concentration de musiciens des différents pays de l'arc alpin européen et a très vite su s'imposer comme un événement majeur dans la commune d'Onnion. À compter de l'édition 2015, ce festival se déroule à Habère-Poche.

Dernier samedi d'août, vide-grenier organisé par le Sou des écoles.

Premier samedi de septembre : LOTO organisé par l'association Mimi'Ride qui soutient la jeune skieuse freeride d'Onnion : Emilie CRUZ (slopetyle et halfpipe)

En décembre, la fête de Noël, organisée par le comité des fêtes et le Sou des écoles, rassemble la jeunesse du village... marché, spectacles, défilés...

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Exploitation des forêts.
  • Alpages.
  • Chèvrerie des Barattes.

Tourisme[modifier | modifier le code]

La commune partage avec plusieurs communes voisines le domaine skiable des Brasses.

En 2014, la capacité d'accueil de la station, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 2 719 lits touristiques répartis dans 516 structures[Note 2]. Les hébergements se répartissent comme suit : 156 meublés ; un hôtel et 2 centres ou villages de vacances/auberges de jeunesse[11].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Pont de la Tourne : enjambant le Risse et reliant les deux versants de la commune, il a été achevé en 1907. C'est une œuvre architecturale importante à découvrir.
  • Les Brasses : station de ski familiale face au mont Blanc.
  • L'église Saint-Maurice a été édifiée entre 1824 et 1829[12], dont la cloche de 1732 est un objet classé[13].
  • Chapelle Saint-François-Jaccard de Sévillon.
  • La fontaine offerte par G. Cabuis, ancien résistant.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'impliquent donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[11].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c D'après Henry Suter, « Onnion », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté le 19 septembre 2015).
  2. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 14
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou
  3. a, b et c La Rédaction, « Le site de la grotte du Baré désormais préservé », Le Messager,‎ (lire en ligne).
  4. « Onnion », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 19 septembre 2015), Ressources - Les communes.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Haute-Savoie (74) > Onnion > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 22 mars 2015).
  10. « page d'accueil », sur le site de l'école (consulté le 22 mars 2015).
  11. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  12. Jean Prieur et Hyacinthe Vulliez, Saints et saintes de Savoie, La Fontaine de Siloé, , 191 p. (ISBN 978-2-8420-6465-5), p. 162.
  13. Notice no PM74000280, base Palissy, ministère français de la Culture.