Violaine Guérin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Violaine Guérin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités

Violaine Guérin est une endocrinologue et gynécologue française née en 1960. Elle est principalement connue pour sa lutte contre les violences sexuelles ainsi que pour sa défense de la liberté de prescrire pour les médecins à la suite de l'affaire du « protocole du Docteur Didier Raoult » pendant la pandémie de Covid-19 en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Violaine Guérin née le 5 février 1960 à Suresnes étudie la médecine à l'Hôpital Necker-Enfants malades. Gynécologue, son intérêt pour l’immunologie la conduit à s’intéresser aux mécanismes de l’auto-immunité[1].

Lutte contre les violences sexuelles[modifier | modifier le code]

Le théme des violences sexuelles préoccupe Violaine Guérin suite à des agressions perpétrées sur des garçons de sa famille, par un prédateur extérieur[2] ; cela induit chez elle un choc doublé d'une prise de conscience, car rien dans son cursus de formation médicale ne la conduisait à aborder le sujet des agressions sexuelles.

Gynécologue de formation, Violaine Guérin écoute ses patientes évoquer des violences sexuelles, ce qui la décide à publier un livre intitulé Stop aux violences sexuelles ! Écoutons donc ces corps qui parlent ![3], à créer l'association Stop aux violences sexuelles pour alerter les politiques, les juristes, les médecins et le grand public[4] et à dénoncer le faible suivi des délinquants sexuels, car, dit-elle, « Le suivi des inscrits au fichier des délinquants sexuels se limite à un coup de tampon »[5].

Elle crée et préside une autre association, Active ton potentiel, afin d'aider les femmes victimes de violences sexuelles à se réparer grâce au sport[6],[7].

Elle intervient également lors de la polémique lancée par Brigitte Lahaie lors de son débat sur BFM TV avec son « On peut jouir lors d'un viol, je vous signale » le 10 janvier 2018[8] qui dégénère en lynchage social l'amenant à présenter ses excuses. Paris Match ouvre une tribune à Violaine Guérin pour recadrer le débat, où elle conclut que « Que ce soit clair pour tous : après une thérapie bien conduite, c’est-à-dire ayant amené à une guérison totale, Jamais aucune personne victime ne validera avoir eu du plaisir après un viol. »[9] et où elle rappelle que le premier argument d'un violeur consiste à affirmer que sa victime a éprouvé du plaisir alors qu'il l'a emprisonnée dans un jeu de rôle sous son contrôle. Violaine Guérin affirme que le corps a des automatismes incontrôlables, qui peuvent être interprétés de façon ambiguë sous la forme de réactions physiques[10].

Défense de la théorie de l'amnésie traumatique[modifier | modifier le code]

Lors de la séance du Sénat du 13 octobre 2016 Violaine Guérin a été auditionné en tant que spécialiste de l’amnésie traumatique[11]. Selon la théorie quelle défend, « en cas de violences sexuelles, des mécanismes de protection neuroendocriniens peuvent se mettre en place. Il s’agit, dans ce cas, d’une véritable amnésie et non pas de souvenirs refoulés. Grâce aux IRM, on voit que des lésions neurologiques existent. Elles peuvent même apparaître clairement. Mais le corps est comme un disque dur, rien n’est effacé[12]. » D'autres praticiens s'opposent toutefois à cette théorie et lui préfèrent la « théorie du syndrome de la fausse mémoire »[13]. L'amnésie traumatique est cependant étudiée depuis les années '70 à cause du syndrome de stress post-traumatique observé chez les vétérans du Vietnam. mais très vite le lien se fait sur des situations similaires observées chez des victimes de viols. Selon les études Williams en 1994[14], Widom en 1996 et IVSEA, 2015, jusque 40% des victimes de viol peuvent souffrir d'amnésie totale et jusque 60% d'amnésie partielle[15].

Violaine Guérin soutient l'hypothèse que les victimes d’agressions sexuelles ou de viols ont par la suite une augmentation très élevée des pathologies dans la sphère gynécologique comme des fibromes de l’utérus, le cancer du col de l’utérus[16],[17]. Des études sont actuellement effectuées pour séparer ce qui est du domaine physiologique et lié à la cicatrisation des lésions dues à l'agression, des parties psychosomatiques qui peuvent entraver la guérison ou générer des troubles ultérieurs. À noter que les états de stress peuvent générer également une crispation corporelle qui influe sur la vascularisation du corps et donc tant sur la guérison que la santé future.

Positions durant la crise du Levothyrox[modifier | modifier le code]

En 2015-2016, la composition d'un médicament, le Levothyrox est modifiée à la demande l’Agence nationale de Sécurité du Médicament (ANSM). Cette modification portait sur une meilleure stabilité des composants actifs destiné à lutter contre les hypothyroïdies. L'opération fut un succès du point de vue galénique mais engendra de nombreuses plaintes quant aux effets secondaires. Violaine Guérin intervint sur cette problématique pour rassurer les patients et proposer de réviser les prises et le dosage de ce médicament en arguant que la posologie de ce médicament étant très étroite, les troubles étaient liés à la modification de l'excipient qui avait été mal évaluée en terme d'impact[18],[19].

Crise de la covid-19 et Collectif « Laissons les médecins prescrire »[modifier | modifier le code]

En 2020, durant la pandémie de Covid-19 et à la suite d'études observationnelles contradictoires[20] et controversées[21] sur les effets de l'hydroxychloroquine, menées en Chine puis à l'IHU de Marseille et médiatisées par le microbiologiste Didier Raoult, le gouvernement émet le 23 mars un décret restreignant la possibilité de prescrire "en ville" (hors des hôpitaux) cette molécule aux malades de la Covid-19[22].

Violaine Guérin participe alors au lancement du collectif « #COVID19-laissons les médecins prescrire », regroupant 1200 praticiens qui émettent dans un rapport public le souhait que les restrictions de la prescription de l'hydroxychloroquine soient levées[23]. Le collectif publie dans le même temps les résultats d'une étude rétrospective portant sur 88 personnes, principalement des médecins et leurs proches[24]. Selon leur analyse des résultats de l'étude (co-écrite par huit membres du collectif, dont Guérin), la prescription de la molécule doit se faire de façon précoce et par les médecins en cabinet libéral, confortant la thèse de Didier Raoult[23].

Suite à la publication de l'étude dans la revue Asian Journal of Medicine and Health mi-juillet, l'Institut Pierre-Louis d’Épidémiologie et de Santé Publique (iPLesp) — dont l'un des huit auteurs de l'étude est membre — réfute « la méthodologie et les conclusions du manuscrit », s'interrogeant également sur le « statut réglementaire de l'étude ».

D'autres critiques visent la revue, dont le sérieux est remis en cause. Guérin, première auteure de l'étude, déclare avoir soumis l'étude à plusieurs revues, dont cette revue, qu'elle avait proposée à ses co-auteurs ; Martine Wonner, co-autrice et député LREM, dit avoir autant confiance dans cette revue que dans le Lancet, également touché durant la pandémie par le scandale d'une étude faussée[25]. Afin de montrer la mauvaise qualité et le caractère de revue prédatrice de l'Asian Journal of Medicine and Health, des chercheurs français et suisses soumettent en août un article loufoque, qui sera accepté et publié sur le site de la revue puis rétracté par celle-ci[26],[27].

Publications (sélection)[modifier | modifier le code]

Sur les violences sexuelles[modifier | modifier le code]

Ouvrages
  • Pédophiles et autres auteurs d’agressions sexuelles : pourquoi ? comment ? comment soigner ?, Paris, France, Tanemirt éditions, (ISBN 978-2-9540444-3-9)
  • Comment guérir après des violences sexuelles ?, Paris, France, Tanemirt éditions, (ISBN 978-2-9540444-1-5)
  • Stop aux Violences Sexuelles ! Ecoutons donc ces corps qui parlent !, Paris, France, Tanemirt éditions, (ISBN 978-2-9540444-0-8)
Articles

La sélection est celle proposée sur le Forum Européen de Bioéthique[1] :

  • (en) Jean-Louis Thomas, Violaine Guérin, Pierre Lévy, Maria Carette, Nathalie Regensberg de Andreis et Philippe Lacrosse, « The Impact of a History of Sexual Abuse on Health: Data from a Self-Reported Questionnaire from a Sample of French Victims », Journal of General Practice, vol. 5,‎ (ISSN 2329-9126, DOI 10.4172/2329-9126.1000340, lire en ligne, consulté le 1er août 2020).
  • Guérin V, Regensberg de Andreis N : « Prise en charge thérapeutique des auteurs d’agressions sexuelles ayant été victimes dans leur enfance », Congrès International Francophone sur l’Agression Sexuelle, 2017, Montréal, Canada
  • Meyer V, Guérin V, Regensberg N et al. : « Atelier thérapeutique escrime dans un parcours de soin d’auteurs d’agressions sexuelles ». International Congress of Applied Psychology, 2017

Sur la néphrologie[modifier | modifier le code]

  • Anti-glomerular-basement-membrane disease after lithotripsy, The Lancet, 7 avril 1990, Vol 335 page 857

Presse[modifier | modifier le code]

  • L'Obs Le plus: section Témoins, Experts, Opinions : 2 articles en 2015 et 2016
Viol conjugal : pourquoi un tel silence ? 3 raisons qui empêchent les victimes d'agir
Violences sexuelles : oui, on peut guérir après un viol, à plusieurs conditions

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Violaine GUERIN – Forum Européen de Bioethique » (consulté le 6 juin 2020)
  2. RMC, « Violaine Guérin, l'invitée de 15h30 », sur RMC, (consulté le 7 juin 2020)
  3. Stop aux violences sexuelles ! Écoutons donc ces corps qui parlent !, (lire en ligne)
  4. « Violaine Guérin déclare la guerre aux violences sexuelles », sur Le Pèlerin, (consulté le 6 juin 2020)
  5. Stéphane Kovacs, « Docteur Guérin : «Le suivi des inscrits au fichier des délinquants sexuels se limite à un coup de tampon » », sur Le Figaro.fr, (consulté le 6 juin 2020)
  6. « Combattre les violences sexuelles à coups de sabre », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juin 2020)
  7. « Les femmes et le sport - Saison 2019-2020 - Saisons - Conférences en ligne - Ressources - Cité des sciences et de l'industrie », sur www.cite-sciences.fr (consulté le 6 juin 2020)
  8. « « On peut jouir lors d’un viol » : Brigitte Lahaie s’excuse après ses propos polémiques sur BFM-TV », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2020)
  9. Violaine Guérin, « Plaisir et violence sexuelle, y voir clair », Paris Match,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2020)
  10. Chloé Pilorget-Rezzouk, « "Jouir" lors d'un viol : un traumatisme de plus pour les victimes », Rue 89,‎ (lire en ligne, consulté le 10 août 2020)
  11. « L’exploitation d’une affaire de mémoire « récupérée » / Afis Science - Association française pour l’information scientifique », sur Afis Science - Association française pour l’information scientifique (consulté le 6 juin 2020)
  12. « Pédophilie : « Le corps est comme un disque dur » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 6 juin 2020)
  13. « Souvenirs refoulés ou fausse mémoire ? »
  14. (en) Linda Meyer Williams, « Recall of Childhood Trauma: A Prospective Study of Women's Memories of Child Sexual Abuse », sur Journal of Consulting and Clinical Psychology, (consulté le 3 août 2020)
  15. Marie-Alix Dagry, « Violences sexuelles : qu'est-ce que l'amnésie traumatique ? », sur Le Figaro, (consulté le 3 août 2020)
  16. «On oublie souvent que la violence sexuelle est un traumatisme corporel», sur www.20minutes.fr (consulté le 7 juin 2020)
  17. « Toulouse. Violences sexuelles : «Former tous les citoyens pour briser le tabou » », sur ladepeche.fr (consulté le 7 juin 2020)
  18. Cécile Thibert, « Levothyrox: des pistes pour comprendre la crise », sur Le Figaro, (consulté le 7 juin 2020)
  19. Fabienne Rigal, « Lévothyrox : l'initiative du Dr Guérin, endocrinologue, pour calmer la panique », sur Le quotidien du médecin, (consulté le 7 juin 2020)
  20. Capital, « Chloroquine, l’autre essai clinique qui affaiblit l’espoir d’un traitement miracle » [1].
  21. France TV, « Coronavirus : que vaut la nouvelle étude du professeur Raoult, qui vante l'efficacité de l'hydroxychloroquine ? » [2].
  22. Fabien Leboucq / Checknews, « Covid-19 : la délivrance d'hydroxychloroquine est-elle de nouveau autorisée ? », Libération,‎ (lire en ligne)
  23. a et b Lionel Ormières, « Coronavirus - Un collectif de médecins soutient la controversée chloroquine », L'Indépendant,‎ (lire en ligne)
  24. Damien Coulomb, « Étude à l'appui, un collectif de médecins plaide pour la liberté de prescrire en ville », Le Quotidien du Médecin,‎ (lire en ligne)
  25. Fabien Mangnanou, « "Il faut être vigilant pour ne pas se faire piéger" : comment les "revues prédatrices" parasitent les études scientifiques », France TV Info,‎ (lire en ligne, consulté le 4 août 2020)
  26. N. Berrod, Comment une étude sur l’hydroxychloroquine et les accidents de trottinette s’est retrouvée en ligne pendant une journée, Le Parisien (17 août 2020)
  27. « Ce que révèle le canular « Hydroxychloroquine » », {Sciences²},‎ (lire en ligne, consulté le 18 août 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]