René Borg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Borg.
René Borg
Description de cette image, également commentée ci-après

René Borg en 2004

Naissance
Saint-Germain (Tunisie)
Décès (à 80 ans)
Paris
Nationalité Drapeau : France Français
Profession

René Borg, né le à Ezzahra (anciennement Saint-Germain, Tunisie) et mort le (à 80 ans) à Paris[1],[2], est un réalisateur français et un directeur artistique dans le domaine du cinéma d'animation. Il est notamment connu pour avoir réalisé la première saison des Shadoks (BU), à l'aide de l'animographe. Il est le père du comédien Patrick Borg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

René Borg commence sa carrière dans le monde de l'animation en 1959, chez Tiadé Cinéma[3] à Paris, puis est intervalliste chez Jean Image entre 1960 et 1963[3]. Jusqu'en 1967, il est « metteur au point »[3] de l'animographe, un objet expérimental inventé par Jean Dejoux et développé par l'ORTF au sein du service de la recherche, sous la direction de Pierre Schaeffer. Ce prototype permet de réaliser plus rapidement de l'animation en passant de 24 à 8 images par seconde. René Borg réalise plusieurs travaux dans le cadre de l'étude, mais les chercheurs choisissent dans leur rapport de ne pas continuer l’expérience[3] ; l'inventeur poursuit néanmoins en créant la société « Optical Systems ». En 1965, l'expérimentation reprend, notamment avec la réalisation de deux films pilotes des Shadoks.

Cela conduit — entre 1968 et 1969 — à la création de la première saison de la série d'animation Les Shadoks (dessins, textes et storyboard de Jacques Rouxel)[3], sur des films de 35 mm en couleur (la norme de l'époque étant le 16 mm noir et blanc), de 52 épisodes de 2 minutes 30. René Borg en est le réalisateur et le chef animateur pour la composition de la musique des génériques. Il fait appel au musicien trompettiste Ted Scotto[3]. La première saison des Shadoks est produite pour la télévision avec l'animographe pour un prix à la minute de 1 800 francs contre 5 000 francs d'habitude[3].

À la suite de cette première saison, René Borg quitte l'ORTF en 1969 avec une moitié de l'équipe et se rend à Hollywood pour retrouver Jean Dejoux, qui a mis au point un second prototype de l'animographe. Il est alors conseiller technique et artistique de l'animographe et sera également consultant artistique pour les studios américains avant de rentrer en France.

René Borg est un pionnier des partenariats franco-japonais[4],[5] ; il a découvert par le biais de la femme japonaise d'Yves Ciampi, Keiko Kishi, qu'il était possible de tenir des délais de production courts grâce aux studio d'animation japonais[6], bien plus impliqués sur ce secteur qu'en Europe. Entre 1970 et 1972, il est réalisateur et directeur de l'animation de la série Oum le dauphin blanc, créée par Vladimir Tarta, au studio Eiken de Tokyo (anciennement Tele-Cartoon Japan)[3]. Cette série, composée de 26 épisodes de 13 minutes, est réalisée pour l'ORTF et Telcia Films[7]. En 1971, Nestlé choisit le dauphin blanc comme symbole pour sa marque de chocolat Galak[3].

Entre 1970 et 1977, tout en étant directeur artistique et directeur des départements audio-visuel et créatif[3] chez Mac Donald France, il est co-auteur, créateur des personnages, réalisateur et directeur de l'animation du film pilote Wattoo Wattoo (1974)[3].

Influence et engagement dans le milieu de l'animation[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

René Borg a été le mentor de nombreux débutants, rencontrés de 1970 à 1985 au sein de ses équipes, parmi lesquels Moloch (Michel Clatigny), Peter Scheede, Daniel Sebban, Michel Boulet, Jean-Yves Raimbaud (Oggy et les cafards), Bruno Bianchi (Inspecteur Gadget) et Thomas Bouveret.

Il a été membre du jury du festival d'animation d'Antibes en 1986, du festival L'image au cinéma de Chalon-sur-Saône[Quand ?], du festival de la bande dessinée d'Angoulême en 1987, membre du conseil d'administration et du comité d'organisation du festival d'Annecy (1985-1988), et correcteur et examinateur au CFT Gobelins (1987-1996).

En 1984 au festival de Cannes il prend contact avec toutes les chaînes de télévision de la « petite Europe », pour sensibiliser à la formation d'un nombre suffisants d'animateurs de manière à en avoir en nombre suffisant pour maintenir un travail qui s'exporte vers l'Extrême-Orient. À la suite de cela, le ministre de la Culture Jack Lang lui confiera un rapport sur le dessin animé en France, où il proposera son programme de formation[réf. nécessaire].

En juillet 2002, René Borg est l’invité de la Japan Expo 4e Impact. En 2004, il est président du jury du 3e Festival Vidéo d'Orléans.

De 2007 à 2009, René Borg est enseignant à Eurasiam, Etablissement d'Enseignement Supérieur reconnu par les Ministères de l'Education nationale Français et japonais, spécialisé dans le manga et l'animé pour poursuivre les collaborations entre les deux pays, commencé dans les années'80

À la rentrée universitaire 2013, René Borg avait prévu d'entrer en tant qu'enseignant à Albi, Rodez ou Toulouse à l'École supérieure du cinéma d'animation (ESCA), pour sensibiliser le public, scolaire en particulier, au cinéma d'animation, mais il ne donna pas suite à cette initiative[5],[4],[8],[9],[10],[11].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Il a été le réalisateur entre autres de :

Père de Nono le petit robot, il a été également le directeur artistique de :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décès de René Borg
  2. René Borg était le réalisateur des Shadoks et d’Oum le dauphin
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Fiche biographique de « René Borg », sur MonAgent
  4. a et b Armelle Parion, « René Borg, le père des Shadoks, fait école », Aujourd'hui en France, sur Le Parisien, (consulté le 4 mai 2013) : « le pionnier des partenariats franco-japonais dans l’animation, fort de ses quarante-quatre ans de carrière. »
  5. a et b Julien Bachellerie, « Le lycée recevait René Borg, mardi, figure incontournable du cinéma d’animation », (consulté le 4 mai 2013)
  6. [vidéo] Présentation de René Borg au festival « Cartoonist », en 2000 sur YouTube[réf. incomplète]
  7. « Telcia Films », sur Encyclo Ciné (consulté le 4 mai 2013)
  8. P.S., « Le papa des Shadoks veut créer une école d'animation à Albi », sur LaDépêche.fr, (consulté le 4 mai 2013)
  9. C.C., « Rodez. René Borg planche pour une école de cinéma d'animation », sur LaDépêche.fr, (consulté le 4 mai 2013)
  10. Philippe Dagneaux, « Rodez : un projet d'école de films d'animation lancé par René Borg », (consulté le 4 mai 2013)
  11. Défi des Lions, Laura Chenay, « Et les shadoks pompaient… En région Midi-Pyrénées ! » (consulté le 4 mai 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]