Trans-sur-Erdre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trans.
Trans-sur-Erdre
Mairie de Trans-sur-Erdre.
Mairie de Trans-sur-Erdre.
Blason de Trans-sur-Erdre
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Châteaubriant-Ancenis
Canton Nort-sur-Erdre
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Ancenis
Maire
Mandat
Philip Squelard
2014-2020
Code postal 44440
Code commune 44207
Démographie
Gentilé Transéens
Population
municipale
1 046 hab. (2015)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 28′ 38″ nord, 1° 22′ 20″ ouest
Altitude Min. 17 m
Max. 57 m
Superficie 22,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Trans-sur-Erdre

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Trans-sur-Erdre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trans-sur-Erdre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trans-sur-Erdre
Liens
Site web Site officiel

Trans-sur-Erdre est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire.

La commune fait partie de la Bretagne historique et du Pays nantais. Elle est traversée par l'Erdre.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le prieuré de Trans-sur-Erdre est mentionné pour la première fois dans le cartulaire de l'abbaye de Redon sous la forme Trento en 1145. Quelques décennies plus tard, en 1187, le village est cité par le pouillé de Nantes. Puis, on trouve Trent en 1235[1] et Trant au XIVe siècle[2]. La forme moderne Trans apparaît tardivement.

La graphie moderne Trans semble être une réfection d'après le latin trans signifiant « au-delà de, par-delà » Cette étymologie ne convient pas ici, puisque d'une part les formes anciennes sont du type Trent- et d'autre part, le latin trans a régulièrement abouti en français au préfixe tré- et à l'adverbe « très »[3].

Il s'agit d'un nom de lieu probablement gaulois (celtique) dont l'identification exacte pose un certain nombre de difficultés.

Les mots gaulois tri « trois » suivi d'un élément *dant « sommet » ont été proposés[4], c'est-à-dire *tridant d'où le sens global de « trois sommets ». Cette explication repose sur l'analogie avec Trans (Mayenne) situé dans le même domaine linguistique et qui possède des formes plus anciennes du type de Tredente en 692[4]. Ces « sommets » sont plutôt de simples buttes. La même source suggère une autre explication par le gaulois tardif [?] treide « pied »[4] attesté dans le glossaire de Vienne, correspondant du vieux breton treit « pieds » (breton troad « pied »). En tout cas, il est possible de reconnaître l'affixe -ent- répandu par ailleurs et que l'on identifie dans les Nogent (type Novientum) et Drevant (Derventum en 1217) dont le premier élément est gaulois. On note également l'analogie des formes Trento avec le nom de la ville de Trente à l'extrême nord de l'Italie, dont le nom italien est précisément Trento et qui est attesté à l'époque antique sous la forme latinisée Tridentum, ce qui renvoie directement à la forme Tredente de Trans en Mayenne.

Le déterminant complémentaire -sur-Erdre, en référence à la rivière, permet d'éviter l'homonymie avec Trans (Mayenne) et Trans-la-Forêt (Ille-et-Vilaine).

Son nom breton est Treant-an-Erzh[2]. Ce nom n'a aucune valeur locale car le breton n'a jamais été parlé à Trans. En revanche, la commune se trouve dans la Haute-Bretagne, où est parlé le gallo. En gallo, le nom de la commune est Trant (écriture ELG, prononcé [tʁɑ̃])[5].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Trans-sur-Erdre en Loire-Atlantique.

Trans-sur-Erdre est situé dans la vallée de l'Erdre, à 30 km au nord-est de Nantes et 11 km au nord-est de Nort-sur-Erdre.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Trans-sur-Erdre est une commune rurale monopolarisée qui fait partie de l'aire urbaine de Nantes et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique).

Plus précisément la commune se trouve dans l'arrondissement d'Ancenis et dans ce dernier, au sein du canton de Riaillé.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont les suivantes :

Rose des vents Joué-sur-Erdre Joué-sur-Erdre Riaillé Rose des vents
Joué-sur-Erdre
Les Touches
N Teillé
O    Trans-sur-Erdre    E
S
Les Touches Mouzeil Teillé

Relief[modifier | modifier le code]

Le relief de la commune est le relativement plat.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Trans-sur-Erdre est traversée notamment par le ruisseau du Doueroux qui se jette dans l'Erdre qui traverse la commune au Nord. La commune est aussi traversée par d'autres ruisseaux dont le ruisseau de Montagne et le ruisseau de l'Aufraine[6].

Climat[modifier | modifier le code]

La station météo la plus proche est celle de Nantes, dont les relevés sur la période 1961-1990 sont les suivants[7] :

Relevé météorologique de Joué-sur-Erdre
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,4 2,8 4 5,9 9 11,9 13,9 13,5 11,8 8,9 5,1 3 7,7
Température moyenne (°C) 5,4 6,2 8,1 10,4 13,6 16,9 19,1 18,7 16,8 13,1 8,6 6 11,9
Température maximale moyenne (°C) 8,4 9,6 12,2 14,9 18,2 21,9 24,4 24 21,8 17,3 12 9 16,1
Précipitations (mm) 86,6 70,2 69,1 49,9 64,1 45 46,4 44,8 62,2 79,2 86,9 84,1 788,5
Source : Climatologie mensuelle de 2007 - Nantes, France


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune est composée d'un bourg principal et d'autres lieux-dits, hameaux et écarts tel que la Grossière, Fossée-Loire, la Barre-Théberge, Montfriloux, la Foltière et le Clos.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La D 316 arrive à Trans-sur-Erdre par l'est, la D 24 la prolonge et ressort vers le nord-ouest. Deux routes partent vers le sud, la D 24 qui se poursuit vers le sud-est, et la D 26 qui se dirige vers le sud-ouest.

L'aéroport le plus proche est l’aéroport Nantes Atlantique, aéroport international situé au sud-ouest de Nantes.

Logements[modifier | modifier le code]

En 2007, le nombre de logements est évalué à 331. Parmi ceux-ci 89,5 % (soit 296) sont des résidences principales, 5,7 % des résidences secondaires et enfin 4,8 % des logements sont vacants[8].

Évolution du nombre de logements par catégorie

  1968 1975 1982 1990 1999 2007
Résidences principales 209 202 208 219 224 296
Résidences secondaires, logements occasionnels 12 34 36 41 31 19
Logements vacants 17 13 13 28 24 16
Total 238 249 257 288 279 331
Sources des données : Insee[9]

De même, la même année, 78,4 % des personnes sont propriétaires et 20,2 sont locataires[8].

Les logements se répartissent entre maison individuelle et appartement représentant respectivement 98,1 % et 0,9 %. Enfin le parc immobilier se compose de 1,7 % de 1 pièce, 6,3 % de 2 pièces, 14,3 % de 3 pièces, 27,2 % de 4 pièces et 50,5 % de 5 pièces ou plus[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lieu de Trans-sur-Erdre était une ancienne trève de Mouzeil.

Le prieuré de Trans-sur-Erdre est mentionné dès 1145 dans une cartulaire de l'abbaye de Redon. En 1187, c'est le Pouillé de Nantes qui mentionne le prieuré[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Au niveau européen[modifier | modifier le code]

Pour les élections européennes du 13 juin 2004 il y eut un taux d'abstention de 55,17 % pour 522 inscrits. Le nombre de votants correspondait à 44,83 % des inscrits et les suffrages exprimés correspondaient à 43,68 % des inscrits (97,44 % des votants). La liste soutenu par le parti socialiste obtint 27,19 % des votes. Il y eut deux listes portant l'étiquette « divers droite », l'une, de Michel Hunault, a recueilli 11,40 % des voix et l'autre de Philippe de Villiers qui obtint 7,02 % des voix. Enfin la liste UMP, de Roselyne Bachelot, obtint 10,09 % des votes[11].

Aux élections européennes du 7 juin 2009 il y eut un taux d'abstention de 51,94 % pour 566 inscrits. Le nombre de votants correspondait à 48,06 % des inscrits et les suffrages exprimés correspondaient à 45,41 % des inscrits (94,49 % des votants). La liste UMP de Christophe Béchu obtint 27,63 % des votes. La liste des Verts de Yannick Jadot obtint 18,29 % des voix. La liste du parti socialiste soutenant Bernadette Vergnaud recueillit 13,23 % des voix. Enfin la liste divers droite de Philippe de Villiers obtint 9,73 % des votes[12].

Au niveau national[modifier | modifier le code]

Lors de l'élection présidentielle de 2002 le taux d'abstention était d'environ 21,2 % au premier tour et de 12,6 % au second tour pour 500 inscrits[13]. Le premier et le second tour se sont tenus respectivement les 21 avril 2002 et 5 mai 2002[14].

Lors de l'élection présidentielle de 2007, le taux d'abstention fut de 10,25 % au premier tour et de 11,15 % au second tour (pour 556 inscrits). Le premier et le second tour se sont tenus respectivement les 22 avril 2007 et 6 mai 2007[15].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé de 19 conseillers élus pour 6 ans.

La commune est rattachée à l'arrondissement d'Ancenis en 1801, puis en 1926 est transférée à l'arrondissement de Nantes avant de revenir en 1943 dans l'arrondissement d'Ancenis[16].

Maires successifs[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
- 1805 Pierre Voisin    
1806 1828 M. Boucherie    
1829 1836 M. Ouairy    
1837 1851 M. Raitière    
1852 1867 M. Gérard    
1868 après 1880 Pierre Plé    
- -      
1904 1944 Jean-Marie Priou   a effectué 6 mandats
1944 1959 Alexandre Ouary   a effectué 5 mandats
1959 1989 Jean Lebreton   a effectué 5 mandats
1989 en cours Philip Squelard[Note 1] UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Services[modifier | modifier le code]

Eau potable[modifier | modifier le code]

En matière d'eau potable, Trans-sur-Erdre fait partie de la structure intercommunale d'alimentation en eau potable de la région de Nort-sur-Erdre[17].

Le retraitement des eaux usées se fait à l'aide d'une station d'épuration utilisant la filière de traitement en lagune naturelle[18].

Juridiction judiciaire et administrative[modifier | modifier le code]

Trans-sur-Erdre fait partie de la circonscription judiciaire de Nantes[19].

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[21],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 1 031 habitants, en augmentation de 10,74 % par rapport à 2009 (Loire-Atlantique : 5,96 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
901 818 865 901 992 1 063 1 112 1 081 1 198
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 211 1 177 1 174 1 135 1 217 1 180 1 162 1 100 1 092
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 063 1 026 1 022 894 847 811 751 763 756
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
760 710 706 652 666 680 820 970 1 031
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[22]. Pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[23], pour le recensement 2005 : base Cassini de l'EHESS.)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (23,1 %) est en effet supérieur au taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[24],[25],[26]. À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %)[24],[25],[26].

Pyramide des âges à Trans-sur-Erdre en 2013 en pourcentage[24]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,2 
90 ans ou +
4,8 
5,2 
75 à 89 ans
10,7 
12,8 
60 à 74 ans
11,0 
16,0 
45 à 59 ans
13,3 
24,8 
30 à 44 ans
23,0 
11,4 
15 à 29 ans
12,6 
28,6 
0 à 14 ans
24,5 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[25]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2008, la population scolarisée comprenait, par tranche d'âge, 70,8 % des enfants de 2 à 5 ans, 97 % des enfants de 6 à 14 ans et 100 % de ceux ayant entre 15 et 17 ans[27].

Sur l'ensemble de la population non scolarisée, 15 % sont titulaires d'un CEP, 4 % du BEPC, 30,8 % du CAP ou du BEP, 13,7 % du BAC ou un équivalent, 10,7 % d'un BAC +2 et 6,5 % d'un diplôme de niveau supérieur. 19,4 % de cette population n'a pas de diplôme[27].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Article connexe : Association transmission.

Chaque été depuis 1976, un spectacle son et lumière est organisé sur le site du pont du Theil.

Sports[modifier | modifier le code]

Un club de football se trouve à Trans-Sur-Erdre : le Trans Football Club.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2008, sur les 497 foyers fiscaux, le revenu net déclaré moyen fut de 16 940 €/an, ce qui est inférieur à la moyenne nationale qui est de 23 441 €/an[28].

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 15 858 [28].

Emploi[modifier | modifier le code]

La ville comptait, en 2008, une population active de 518 personnes (74,8 % de la population en âge de travailler). Parmi ceux-ci 65,6 % ont un emploi et 9,2 % sont au chômage[29]. Sur les 150 personnes travaillant au sein même de la zone, 111 étaient des salariés[29]. Enfin, 58,7 % des actifs résidant dans la commune y travaillent. Les autres travaillant soit dans une autre commune, dans un autre département ou une autre région.

Les inactifs représentaient respectivement 25,2 % de la population, dont 5,9 % étaient élèves et étudiants et 9,7 % étaient (pré)retraités[29].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

La commune a atteint un nombre d'établissements total actif de 64 qui se répartissent de la façon suivante : industries (1, soit 1,6 % du total), construction (9, soit 14,1 % du total), commerce (14 soit 21,9 % du total), agriculture (34, soit 53,1 % du total), administration publique (6, soit 9,4 % du total)[30].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Le pont du Theil.

Le pont du Theil contribuera à l’essor de la commune de Trans-sur-Erdre. Sur ce pont défilaient, autrefois, chevaux et charrettes en provenance des forges de Moisdon-la-Rivière. C'est en 1972 que des habitants de Trans-sur-Erdre entamèrent la difficile restauration du pont, qui a duré quatre années. Cette rénovation fut l'élément déclencheur de l'organisation de spectacles historiques présentés près du pont à la fin du mois d'août. En effet, pour financer les travaux, il fondèrent en 1976 l’association Transmission, organisatrice de ces spectacles.

Parmi les châteaux présents sur le sol correspondant à l'actuel commune il ne reste que les ruines de Barre-Théberge et de Monfriloux. Il ne subsiste de ce premier que les douves et les avenues. Le second, avec ses charmilles, se situe au-dessus de l'étant-forge de la vallée.

Associations[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs associations à Trans-sur-Erdre :

  • l'association Transmission qui, depuis 1976, organise chaque été un spectacle son et lumière sur le site du pont du Theil. L'espace occupé couvre 5 hectares. L'association transmission est aidée par la communauté de communes du pays d'Ancenis ainsi que par des associations de travail d'insertion. Les différents spectacles successifs ont eu pour titre : les noces à l'ancienne, Louis XV (1984), les Mousquetaires (1985), Henri IV (1986), François 1er (1987), la Révolution française (1988 à 1990), Napoléon (1991 à 1995), Jules César (1996 à 2005), et Un homme nommé Jésus (2006 à 2014). Le projet pour 2015 : Dans la nuit la Liberté ;
  • l'amicale laïque de Trans-sur-Erdre ;
  • l'animation rurale transéenne ;
  • l'association bibliothèque de Trans-sur-Erdre ;
  • le système d'échange local (dit SEL) de Trans-sur-Erdre est une association à but non lucratif dont l'objectif est de favoriser les échanges de services, objets, conseils (...) entre les habitants de Trans.
  • Association Transat : organisation de diverses animations locales et du Trans'plin du festival de La Nuit de l'Erdre

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au pont d'or à trois arches mouvant des flancs ; au franc canton d'argent chargé de trois mouchetures d'hermine de sable posées en 2 et 1.
Commentaires : Les mouchetures d'hermine évoquent le blasonnement d'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Blason conçu par François Picard-Destelan (délibération municipale du ).

Personnes liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 1995, 2001, 2008 et 2014.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 683b sous I Trans
  2. a et b Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
  3. Site du CNRTL : étymologie de « très »
  4. a, b et c Albert Dauzat et Charles Rostaing, Op. cit.
  5. « Villes bretonnes, noms gallo », Geobreizh (consulté le 18 mars 2013)
  6. « Géoportail, hydrographie » (consulté le 7 septembre 2009)
  7. nantes.fr Climat
  8. a, b et c Marché immobilier, source Insee
  9. Données démographiques d'après l'Insee
  10. « Trans-sur-Erdre », sur Infobretagne
  11. « Résultat des élections européennes de 2004 à Trans-sur-Erdre », sur Annuaire-Mairie (consulté le 24 juin 2011)
  12. « Résultat des élections européennes de 2004 à Trans-sur-Erdre », sur Annuaire-Mairie (consulté le 24 juin 2011)
  13. Source : Ministère de l'intérieur
  14. Source : Annuaire-Mairie
  15. Source : JdN
  16. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Atlas, p. 69
  18. Atlas, p. 73
  19. Atlas, p. 25
  20. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  23. « Trans 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 16 décembre 2016).
  24. a, b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Trans-sur-Erdre - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  25. a, b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  26. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  27. a et b « Recensement de la population française de mars 1999, fiche profil (Formation : scolarisation et diplômes) », sur recensement.insee.fr (consulté le 15 mars 2009)
  28. a et b Données Insee, p. 9
  29. a, b et c Données Insee, p. 5
  30. Données Insee, p. 15