Ligne de La Possonnière à Niort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
La Possonnière à Niort
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies La Possonnière, Cholet, Bressuire, Niort
Historique
Mise en service 1866 – 1868
Concessionnaires PO (1857 – 1883)
État (Non concédée) (1883 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 523 000
Longueur 165,033 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification

Non électrifiée

Pente maximale 13
Nombre de voies Voie unique
Signalisation Block manuel - Cantonnement téléphonique
Trafic
Propriétaire RFF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TER
Fret SNCF

La ligne de La Possonnière à Niort est une ligne ferroviaire française partiellement déclassée qui reliait la gare de La Possonnière (Maine-et-Loire) sur la ligne de Tours à Saint-Nazaire à celle de Niort, préfecture des Deux-Sèvres.

Elle constitue la ligne 523 000 du réseau ferré national.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette ligne avait été concédée à titre éventuel le 19 juin 1857[1] à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO).

Elle a été déclarée d'utilité publique le 5 juin 1861[2] rendant ainsi la concession définitive.

La section de La Possonnière à Cholet a été mise en service le 24 septembre 1866[3] et celle de Cholet à Niort le 26 décembre 1868[4].

La ligne est reprise par l'État à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans (PO) par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 28 juin 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[5]. La ligne est exploitée par l'Administration des chemins de fer de l'État. Elle est intégrée à la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) le 1er janvier 1938 lors de la nationalisation des grandes compagnies avant d'être cédée à réseau ferré de France le 13 février 1997.

En 1999 et en 2001, des travaux de modernisation concernant respectivement la section de Cholet à Chemillé et celle de Chemillé à la Possonnière ont permis de relever la vitesse plafond de cette ligne à 140 km/h au lieu de 100 km/h. En outre le confort des passagers a été augmenté grâce à la mise en place de longs rails soudés. Finalement, cette rénovation permit de mettre Cholet à 38 min de la gare d'Angers

Dates de déclassement[modifier | modifier le code]

  • Section de Breuil-Barret à Puy-de-Serre (PK 118,810 à, 127,814) : 24 mai 1960[6].
  • Section de Puy-de-Serre à Benet (PK 127,814 à 151,800) : 24 juillet 1973[7].
  • Section de Nueil-les-Aubiers à Bressuire (PK73,520 à 88,900) : 17 octobre 1994[8].
  • Section de Bressuire à Breuil-Barret (PK 88,900 à 118,810) : 12 février 2001[9].

Infrastructure[modifier | modifier le code]

C'est une ligne à voie unique au profil moyen, les déclivités ne dépassent pas 13 . Le rayon des courbes permet des vitesses comprises entre 110 et 140 km/h entre La Possonnière et Cholet.

L'espacement des trains est assuré par une signalisation de type block manuel[10] jusqu'à Cholet. Elle est dotée d'une liaison radio sol/train de type GSM-GFU entre La Possonnière et Cholet[11]. Elle n'est pas équipée d'un système de contrôle de vitesse par balises.

Exploitation[modifier | modifier le code]

La ligne est ouverte au trafic des voyageurs et au service du fret sur la section de La Possonnière à Cholet. La section de Cholet à Mauléon - Saint-Aubin a le statut de ligne non exploitée, enfin celle de Benet à Niort est ouverte au service du fret.

En 2013, 12,5 allers-retours TER circulent entre Cholet et Angers[12] et sont fréquentés par 850 000 voyageurs[13]. Ils étaient 908 000 en 2012[14].

Tracé[modifier | modifier le code]

Tracé de la ligne
de la Possonnière à Niort.

La ligne traverse la Loire puis le Louet avant de traverser la Corniche angevine par une trouée d'une dizaine de mètres de profondeur. Après la gare de Chalonnes-sur-Loire la ligne franchit le Layon. La ligne de Perray-Jouannet aux Fourneaux permettait de rejoindre Doué-la-Fontaine par la vallée du Layon. L'altitude de la ligne est régulière, entre 20 et 25 mètres dans la plaine..

La portion exploitée quitte la plaine de la Loire en suivant la vallée du ruisseau de la Contrie puis de l'Oyon (qu'elle domine d'une quinzaine de mètres) afin de se diriger vers Chemillé puis Cholet dans un relief peu prononcé après La Jumellière (l'altitude maximale de la ligne exploitée est de 132 mètres peu avant de rentrer dans Cholet).

La ligne n'est plus exploitée à partir de Cholet. À partir de là, elle franchit le Trézon à une extrémité du lac de Ribou (viaduc), se dirige vers Maulévrier, franchit la Moine en aval du parc oriental de Maulévrier (viaduc).

En quittant le département du Maine-et-Loire, la ligne se rapproche de Mauléon et traverse Nueil-les-Aubiers. Une voie verte permet de rejoindre Bressuire et suit le tracé de la voie ferrée. Au niveau de la traversée de Bressuire la ligne emprunte le tracé de la ligne des Sables-d'Olonne à Tours.

La piste cyclable reprend pour suivre la ligne jusqu'à l'entrée dans le département de la Vendée et se dirige vers le sud-ouest. L'altitude dépasse 200 mètres avant de rentrer dans Courlay et à la limite départementale, qui est aussi la ligne de partage des eaux entre le bassin versant de la Loire et celui de la Sèvre Niortaise.

Le relief traversé est plus accidenté et la ligne, plus sinueuse et nécessitant plus de terrassements, descend d'une cinquantaine de mètres avant Breuil-Barret. À cet endroit, La ligne de Breuil-Barret à Velluire permettait de rejoindre La Rochelle.

La ligne quitte la Vendée après avoir traversé Faymoreau et son bassin houiller. Elle continue de se diriger vers le sud, franchit l'Autize et rejoint Benet (elle traverse la Vendée sur cinq kilomètres), d'où part la ligne de Fontenay-le-Comte à Benet. La ligne se termine par la traversée de la Sèvre niortaise et de l'extrémité est du Marais poitevin. L'altitude est la plus basse de la ligne peu avant de rentrer dans Niort (10 mètres) où des lignes exploitées (vers Poitiers, Bordeaux et Paris) la rejoignent[15],[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État, année 1857, page 210.
  2. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État, année 1861, page 299.
  3. Rapports et délibérations - Conseil général des Deux-Sèvres, année 1867-1868, page 91.
  4. Rapports et délibérations - Conseil général des Deux-Sèvres, année 1869, page 160.
  5. « N° 14217 - Loi qui approuve la convention passée, le 28 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de Paris à Orléans : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 352 - 359 (lire en ligne).
  6. Journal Officiel de la République Française du 11 juin 1960, page 5 360.
  7. Journal Officiel de la République Française du 23 août 1973, page 9,122.
  8. Journal Officiel de la République Française du 25 octobre 1994, page 15 149.
  9. Décrets du 12 février 2001 portant retranchement du réseau ferré national de sections de lignes de chemin de fer.
  10. Annexe 6.6 au document de référence du réseau ferré national, année 2013.
  11. Annexe 6.8 au document de référence du réseau ferré national, année 2013.
  12. Fiche horaire n°20 des TER Pays de la Loire, consultée le 9 décembre 2012.
  13. « Train vers Nantes : petit mieux, pas de révolution », article de Ouest-France du 25 octobre 2014 (consulté le 17 novembre 2014)
  14. [PDF] Session du Conseil régional du vendredi 18 octobre 2012, page 5.
  15. « Géoportail », sur Géoportail (consulté le 16 mars 2015)
  16. Prises de vues aériennes du logiciel Google Earth

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]