Champ-sur-Layon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Champ et Layon.
Champ-sur-Layon
Le château du Pineau vers 1905.
Le château du Pineau vers 1905.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement d'Angers
Canton Chemillé-Melay
Intercommunalité C.C. des Coteaux-du-Layon
Code postal 49380
Code commune 49066
Démographie
Gentilé Champenais
Population 970 hab. (2013)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 16′ 02″ nord, 0° 34′ 29″ ouest
Altitude 69 m
Min. 22 m
Max. 92 m
Superficie 19,19 km2
Historique
Date de fusion 1er janvier 2016
Commune(s) d’intégration Bellevigne-en-Layon
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Champ-sur-Layon

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Champ-sur-Layon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Champ-sur-Layon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Champ-sur-Layon

Champ-sur-Layon est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire, devenue le , une commune déléguée de la commune nouvelle de Bellevigne-en-Layon[1].

La commune se situe dans l'appellation viticole du Coteaux-du-Layon (AOC).

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune angevine en limite des Mauges, Champ-sur-Layon se trouve au sud de Rablay-sur-Layon, sur les routes D 199, Chanzeaux - Thouarcé, et D 54, Rablay sur Layon - Valanjou[2].

La rivière le Layon borde la commune au nord.

Son territoire se situe sur les unités paysagères du Plateau des Mauges et du Couloir du Layon[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Par décret du 21 septembre 1791, le 17 octobre qui suit, la paroisse du Champ est détachée de Thouarcé. Mais à la fin de la Révolution, la commune est réintégrée à sa voisine, elle revivra de nouveau quelques mois en 1815 pour de nouveau être réintégrée à Thouarcé qui prendra à cette occasion le nom de Thouarcé-le-Champ. La commune est enfin définitivement séparée du chef-lieu de canton en 1830 cette fois-ci sans l’article[4].

Les vignes de la commune sont touchées à partir d’août 1886 par le phylloxéra. En avril 1889, toutes les vignes autour du Layon sont déclarées « anéanties »[5].

Pendant la Première Guerre mondiale, 26 habitants perdent la vie.

En 1922, par décret Champ devient Champ-sur-Layon.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, 5 habitants sont tués[6].

En 1991, la commune fête son bicentenaire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1837   Charles Delaunay[7]    
1953 1970 Jacques-André Lecointre    
1970 1971 Gabriel Gelineau    
1971 1995 Jacques Lecointre    
1995 mars 2014 Maurice Bodineau    
mars 2014 en cours
(au 11 avril 2014)
Jean-Yves Renou[8]    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes des Coteaux du Layon[9], elle-même membre du syndicat mixte Pays de Loire en Layon.

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2014, la commune fait partie du canton de Thouarcé et de l'arrondissement d'Angers[10]. Le canton de Thouarcé compte alors dix-sept communes. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du 26 février 2014. Le canton de Thouarcé disparait et la commune est rattachée au canton de Chemillé-Melay, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[11].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 970 habitants, en augmentation de 0,52 % par rapport à 2008 (Maine-et-Loire : 3,2 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 000 523 782 740 776 811 840 893 924
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
920 911 909 916 890 921 872 862 870
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
900 914 899 911 883 897 932 900 901
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2013 -
860 779 745 785 803 949 969 970 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,2 %, 15 à 29 ans = 15,4 %, 30 à 44 ans = 26,1 %, 45 à 59 ans = 15,8 %, plus de 60 ans = 21,4 %) ;
  • 50,8 % de femmes (0 à 14 ans = 26,8 %, 15 à 29 ans = 16,2 %, 30 à 44 ans = 22,2 %, 45 à 59 ans = 16 %, plus de 60 ans = 18,9 %).
Pyramide des âges à Champ-sur-Layon en 2008 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,2 
5,8 
75 à 89 ans
7,3 
15,4 
60 à 74 ans
11,4 
15,8 
45 à 59 ans
16,0 
26,1 
30 à 44 ans
22,2 
15,4 
15 à 29 ans
16,2 
21,2 
0 à 14 ans
26,8 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[17].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 98 établissements présents sur la commune à fin 2010, 44 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 6 % du secteur de l'industrie, 9 % du secteur de la construction, 33 % de celui du commerce et des services et 8 % du secteur de l'administration et de la santé[18].

La commune se situe dans l'aire d'appellation viticole du Coteaux-du-Layon (AOC). Vingt-sept communes du département, bordant la rivière du Layon, constituent l'aire géographique de l'Appellation d'Origine Contrôlée Coteaux du Layon[19].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le père Joseph Gelineau, jésuite et psalmiste, est né dans la commune le 31 octobre 1920. Outre de nombreux chants liturgiques, il a aussi écrit quelques livres sur le thème des chants religieux.

Pierre-Étienne Dumesnil Dupineau, propriétaire du château du Pineau, émigré en 1791 et chef royaliste pendant l'insurrection vendéenne et Chouannerie de 1815.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF33141105, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture de Maine-et-Loire, Recueil spécial des actes administratifs n° 83 - 6 novembre 2015. Pages 11-12, arrêté no DRCL/BCL/2015-70 du 2 novembre 2015 portant création de la commune nouvelle de Bellevigne-en-Layon.
  2. IGN et BRGM, Géoportail Champ-sur-Layon (49), consulté le 30 août 2012
  3. Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe, 2003, p. 57 - Données consultables sur WikiAnjou.
  4. On préfère donc « je vais à Champ » à « je vais au Champ » même si certaines cartes (Michelin par exemple) ou panneaux routiers écrivent encore par erreur « Le Champ-sur-Layon » au lieu de « Champ-sur-Layon ».
  5. Viticulture et agriculture de six communes de la Vallée du Layon (p. 460 et 461) par Mireille Rousselle-Touchard selon les archives départementales de Maine-et-Loire.
  6. Port 1965, p. 633
  7. Célestin Port, Dictionnaire Historique du Maine et Loire, Angers, (lire en ligne), Révisée 1989 - PERV - POILA, page 183
  8. Préfecture de Maine-et-Loire, Liste des maires élus en 2014, document du 11 avril 2014
  9. Insee, Composition de l'EPCI des Coteaux du Layon (244900734), consulté le 31 août 2013
  10. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune de Champ-sur-Layon, consultée le 22 février 2015
  11. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  16. « Évolution et structure de la population à Champ-sur-Layon en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 mars 2012)
  17. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 mars 2012)
  18. Insee, Statistiques locales du territoire de Champ-sur-Layon (49), consultées le 16 décembre 2012
  19. INAO, Fiche Coteaux du Layon, consultée le 2 septembre 2012