Temple protestant de Reims

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Temple protestant.

Temple protestant de Reims
Temple protestant de Reims
Temple protestant de Reims
Présentation
Culte Temple protestant
Type Temple
Rattachement Église protestante unie de France.
Début de la construction 1821
Fin des travaux 1823
Style dominant Style néogothique
Site web www.epu-reimsepernay.orgVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Ville Reims
Coordonnées 49° 14′ 35″ nord, 4° 02′ 31″ est

Géolocalisation sur la carte : Marne

(Voir situation sur carte : Marne)
Temple protestant de Reims

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Temple protestant de Reims

Géolocalisation sur la carte : Reims

(Voir situation sur carte : Reims)
Temple protestant de Reims
Temple protestant de Reims
Patio du Temple de Reims.jpg
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Pays
Coordonnées
Organisation
Site web

Le temple protestant de Reims est un édifice religieux situé 13 bis boulevard Lundy, à Reims. La paroisse est rattachée à l'Église protestante unie de France.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1833, La ville de Reims, longtemps tenue par la Ligue catholique, accepte un retour officiel du culte protestant. Il est d'abord donné par les pasteurs Lippold et Debray au 2 rue du Tambour. En 1841, l’ancienne chapelle des Magneuses, 37 rue de la Pierrière, est dédiée au culte. En 1867, le culte se fait boulevard Lundy dans un ancien fouloir aménagé par l'architecte Narcisse Brunette.

Le temple est détruit pendant la Première Guerre mondiale. Il est reconstruit selon les plans de l'architecte Charles Letrosne. La première pierre de l'édifice actuel fut posée le . Il est inauguré le 24 juin 1923.

Description[modifier | modifier le code]

Les peintures murales en art déco de Gustave Louis Jaulmes, né à Lausanne d’un pasteur français et d’une mère franco-britannique, décorateur du Temple en 1923, ont été couvertes d'une peinture blanche en 1973, mais on peut toujours y voir les vitraux de Jacques Gruber, notamment le vitrail central qui représente quatre figures de la Réforme protestante du XVIe siècle (Bèze, Farel, Zwingli et Calvin).

Le temple protestant de Reims a bien été reconstruit dans le style néogothique et selon un plan en croix latine. Ces caractéristiques semblent bien exceptionnelles dans l’architecture religieuse protestante selon Paul Grojeanne[1]. Mais il semblerait qu’il s’agissait surtout d’inscrire le projet architectural dans la tradition de cet « art si français » qu’est l’art gothique. Les vitraux sont de Jacques Grüber et la décoration, aujourd'hui disparue était de Gustave Louis Jaulmes et d'inspiration Art déco. L’enjeu n’est pas négligeable pour une communauté dont les notables descendent de négociants allemands. De la même façon, Luther ne figure pas sur le vitrail consacré aux Pères fondateurs de la Réforme. Finalement, un monument plus proche de l’esprit de la Haute Église que de la tradition calviniste. La décoration intérieure a été amplement remaniée et simplifiée en 1973.

Une chapelle wesleyenne[2] avait été construite pour les employées de l'usine anglaise de peignage de laine Lister & Holden, en 1877, sur le terrain de cette même usine, rue des Moissons. Le culte y fut célébré en anglais jusqu'à la guerre de 1914-18. Les pasteurs, en 1877 étaient Paumier et Labourgade.

Les orgues[modifier | modifier le code]

Le temple Protestant de Reims a abrité un Orgue romantique Belge du célèbre organier Joseph Merklin en 1868, détruit lors de la Première Guerre Mondiale.

En 1923 est construit sur la tribune un orgue néoclassique de 11 jeux de Haerpfer, dont il ne reste aujourd'hui que le positif de dos, pastiche.

Actuellement, se trouve un orgue néo-baroque construit par le pasteur Pierre Valloton, de 1972 à 1976. Il voulait construire un instrument monumental pour faire vibrer les murs de son temple. Pour ce faire, ce dernier composa son orgue à partir de divers instruments vendus ou donnés. La provenance des 3 999 tuyaux est très éclectique :

  • 11 jeux proviennent de Haerpfer ;
  • 1 jeu vient de Jean-André Silberman ;
  • 26 jeux viennent de Goll (facture Suisse) ;
  • 3 jeux d'anches proviennent de Daublaine ;
  • 2 jeux proviennent de Laukuff ;
  • 3 jeux de montre proviennent de Klein ;
  • le jeu de clochettes a été construit par Pierre Valloton.

L'orgue du Temple compte 54 jeux, répartis sur cinq claviers et pédalier. C'est le seul instrument de Reims a posséder autant de plans sonores. (même si l'orgue de l'église Saint Nicaise a eu cinq claviers entre les années 1955 et 1987) Voici la composition :

I - Positif de Dos II - Grand-Orgue III - Écho Expressif IV - Pectoral V - Résonnance Pédale
Bourdon 8' Bourdon 16' Flûte Creuse 8' Petit Bourdon 8' Bourdon 32' (Pas de jeux propres)
Prestant 4' Montre 8' Salicional 8' Flûte à Fuseau 4' Flûte 16'
Flûte Conique 4' Bourdon 8' Unda Maris 8' Principal 2' Bourdon 8'
Nasard 2 2/3 Prestant 4' Cor de Daim 4' Sifflet 1' Cor de Chamois 8'
Doublette 2' Grosse Tierce 3 1/5 Nasard 2 2/3 Sesquialtera II Quinte 5 1/3
Tierce 1 3/5 Quinte 2 2/3 Doublette 2' Cymbale de Clochettes VIII Flûte 4'
Larigot 1 1/3 Quarte de Nasard 2' Tierce 1 3/5 Dulzaina en Chamade 16' Doublette 2'
Fourniture III Tierce 1 3/5 Carillon III Trompette en Chamade 8' Tertian II
Cromorne 8' Cornet V Plein Jeu III Fourniture III
Fourniture V Ranquette 16' Bombarde 16'
Cymbale III Trompette 8' Trompette 8'
Trompette 8' Clairon 4'
Voix Humaine 8'
Clairon 4'


Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Hélène Wieczorek, Philippe Guttinger, Le Temple protestant de Reims a 9O ans.
  • Dominique Potier, Le Temple protestant de Reims.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :