Temple protestant de La Rochelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Temple protestant de La Rochelle
Image illustrative de l’article Temple protestant de La Rochelle
Présentation
Culte protestant réformé
Type temple protestant
Rattachement Église protestante unie de France
Début de la construction 1624
Protection Logo monument historique Classé MH (1924)
Site web www.eglise-protestante-unie.fr/la-rochelle-p50554
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Ville La Rochelle
Coordonnées 46° 09′ 34″ nord, 1° 08′ 59″ ouest

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Temple protestant de La Rochelle

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

(Voir situation sur carte : Charente-Maritime)
Temple protestant de La Rochelle

Géolocalisation sur la carte : La Rochelle

(Voir situation sur carte : La Rochelle)
Temple protestant de La Rochelle

Le temple protestant de La Rochelle est un temple protestant situé à La Rochelle, rue Saint-Michel. Le temple est rattaché à l’Église protestante unie de France.

Historique[modifier | modifier le code]

Dès 1546, La Rochelle, grande puissance maritime, est l'une des grandes villes gagnées à la Réforme. En 1563, les protestants ouvrent rue Saint-Michel la première salle de culte public de La Rochelle. La ville devient une place forte protestante lors des guerres de Religion, c'est la « capitale des Réformés ». En 1598, l'édit de Nantes en fait une place de sûreté. Elle accueille plusieurs lieux de cultes, comme le temple Saint-Yon, la chapelle Sainte-Marguerite, et le Grand Temple, consacré en 1603[1].

Après le blocus de La Rochelle en 1628, Louis XIII soutient le renouveau de la vie catholique de la ville. De même que le Grand Temple devient le siège d'un nouvel archevêché, la cathédrale Saint-Louis de La Rochelle, l'ordre des Frères mineurs récollets s'établit dans la salle Saint-Michel. Un cloître et une l'église sont construits en 1691. La façade est typique de la Contre-Réforme en France. Elle comporte deux palmes et deux niches (aujourd'hui vides) surmontées d'une guirlande et soutenus par de riches culs de lampes. L'édifice prend le nom d'église des Récollets.

En 1685, l'édit de Nantes est révoqué, les protestants n'ont plus de lieux de culte dans la ville. Leur dernier lieu de culte, le temple Saint-Eloy, construit en 1630, est démoli. Ils quittent alors massivement la ville et s'exilent dans les pays du refuge protestant, notamment en Hollande, Allemagne et Angleterre, certains gagnant l'Amérique où ils fondent, près de New York, la ville de New Rochelle[2]. En 1802, on ne compte plus qu'un millier de huguenots à La Rochelle[3].

L'église des Récollets subit un incendie et est reconstruite en 1705[4].

Lors de la Révolution de 1789, les congrégations sont dissoutes. L'église est confisquée et est vendue comme bien national. Elle est acheté par le négociant M. Ranson en 1793, au nom des familles protestantes de la ville mais sert encore de lieu de réunion au Club des jacobins jusqu'en 1798. Elle est alors définitivement confiée au culte réformé[5].

Les protestants en transforment l'intérieur, installent un orgue en 1809 et des boiseries. La chaire actuelle date de 1836. Un nouveau orgue est installé en 1887. La façade et le cloître sont classés monument historique le 11 novembre 1924[6].

En 1931 est ouvert le musée rochelais d’histoire protestante à partir des collections du pasteur Samuel Eynard. Il retrace l'histoire du protestantisme en France, notamment à La Rochelle et dans la région[7],[8].

Description[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Dubief et Jacques Poujol, La France protestante, Paris, Max Chaleil/Éditions de Paris/La Cause, , 454 p., p. 379-383
  • Olga de Saint-Affrique et Nicole Vray, Itinéraire protestant, La Rochelle et ses alentours, La Rochelle, Musée rochelais d'histoire protestante,
  • « Musée rochelais d’histoire protestante », sur museeprotestant.org, Musée protestant (consulté le 15 janvier 2019).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Itinéraire protestant à La Rochelle », sur Musée virtuel du protestantisme (consulté le 10 janvier 2019)
  2. Henri Dubief et Jacques Poujol, La France protestante, Paris, Max Chaleil/Éditions de Paris/La Cause, , 454 p., p. 379-383.
  3. « La Rochelle (Charente-Maritime) », sur Musée protestant
  4. « Musée rochelais d'histoire protestante », sur Musée protestant (consulté le 10 janvier 2019)
  5. « La Rochelle: Les monuments religieux », sur www.larochelle.fr (consulté le 10 janvier 2019)
  6. « Temple protestant », notice no PA00105147, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Musée Rochelais d'Histoire Protestante », sur www.protestantisme-museelarochelle.fr (consulté le 10 janvier 2019)
  8. « Itinéraires protestants d’été », sur Réforme, (consulté le 10 janvier 2019)