Temple du Collet-de-Dèze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Temple du Collet-de-Dèze
Le Collet de Dèze-Temple-VI-20130629.jpg
Présentation
Destination initiale
Temple protestant
Destination actuelle
Temple protestant
Style
Matériau
Construction
Propriétaire
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Géolocalisation sur la carte : Lozère
(Voir situation sur carte : Lozère)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
(Voir situation sur carte : région Occitanie)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Le temple du Collet-de-Dèze est un temple protestant, situé dans la commune du Collet-de-Dèze, dans le département français de la Lozère. Il s'agit d'un des plus anciens temples de France et il est un des très rares temples rescapés à la destruction lors de la Révocation de l’Édit de Nantes et qui a depuis repris ses fonctions. Trois autres temples seulement — l’un à Vialas, toujours en Lozère, l’autre au Poët-Laval dans la Drôme et celui de Sainte-Marie-Mines dans le Haut-Rhin (datant lui de 1634) — n’ayant pas été détruits, ont gardé leur destination. 

Historique[modifier | modifier le code]

Le temple est construit en 1646, en utilisant du quartz et du schiste. Il n'est pas détruit en 1661, alors qu'un édit stipulait la destruction de tous les temples protestants. En 1685, avec la signature de l'Édit de Fontainebleau, le temple est à nouveau sauvé, par la marquise de Portes, qui lui donne une vocation catholique, puis le transforme en hôpital et en prison. Une copie des documents relatant sa sauvegarde est consultable dans le temple.

L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1984[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le temple, encadré de maisons, est accessible par des ruelles étroites. Il n'a pas été modifié depuis sa construction, sauf le clocher, qui lui est postérieur. La charpente, apparente, est entièrement en châtaignier et est recouverte de tuiles. L'intérieur mesure 10,5 m par 15,2 m. Son originalité vient de son arche de pierres en plein cintre, qui partage la nef en deux, et de son sol, actuellement recouvert, qui est composé de galets provenant de la rivière voisine, le Gardon. On pouvait y voir une sorte de mosaïque : deux rectangles accolés, entourés de losanges et agrémentés de six disques et d'une figure circulaire dans laquelle se trouvent six autres losanges, pointes tournées vers le centre[2].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00103818, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. D'après un des panneaux apposés dans la ville

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Hugon, Le Temple et l'histoire de la paroisse réformée du Collet-de-Dèze, Uzès, Édition Peladan,