Temple Saint-Martial d'Avignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église Saint Martial
Image illustrative de l’article Temple Saint-Martial d'Avignon
Présentation
Nom local Église Saint-Martial
Culte Protestant
Type Église
Protection Logo monument historique Classé MH (1911)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Ville Avignon
Coordonnées 43° 56′ 42″ nord, 4° 48′ 22″ est

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Église Saint Martial

Géolocalisation sur la carte : Avignon

(Voir situation sur carte : Avignon)
Église Saint Martial

Saint-Martial d'Avignon, actuel Temple protestant, qui se trouve à l’angle de la rue des Lices et de la rue de la République eut des destinées multiples puisque ce lieu fut initialement le palais de la Reine Jeanne puis la Livrée cardinalice d'Androin de la Roche avant de devenir un établissement clunisien. Il servit ensuite de musée d'Histoire Naturelle où Jean-Henri Fabre, qui en était le conservateur fut chargé de cours avec Stéphane Mallarmé.

Palais de la Reine Jeanne[modifier | modifier le code]

Destiné à loger la reine Jeanne, comtesse de Provence, il était alors situé dans le faubourg sud de la cité papale, au bord des lices des vieux remparts. Construit à partir de 1346 sur ordre du sénéchal Hugues IV des Baux; il ne servit qu'une seule fois lors de la venue de la souveraine à Avignon en 1348, en pleine épidémie de Peste Noire.

Livrée cardinalice[modifier | modifier le code]

En 1362, peu après son couronnement, en compensation du prieuré Notre-Dame de Belvédère, annexé par Jean XXII lors de l’édification du palais pontifical de Sorgues, Urbain V donna au cardinal de la Roche, abbé de Cluny, le palais de la reine. La donation précisait qu’il s’agissait du : « palais ou demeure construit par Hugues des Baux, comte d’Avellino, au nom du roi Louis, d’illustre mémoire, et de notre très chère fille en Christ, la très illustre reine de Sicile, au temps où le dit Hugues remplissait les fonctions de Sénéchal de Provence ». Le cardinal de la Roche en fit sa première Livrée avant de s’installer dans celle d’Annibal de Ceccano.

Prieuré bénédictin[modifier | modifier le code]

Ruines du cloître Saint-Martial dans le square Agricol Perdiguier

La prioriale de Saint-Martial devint la chapellenie des familles de Clément VI et de Grégoire XI. Y furent inhumés les cardinaux de Pierre de Cros, Guillaume d'Aigrefeuille le Jeune, dans la chapelle Saint-Étienne de la prioriale dont il avait été l’un des bienfaiteurs, Jean de La Grange ainsi qu’en 1420 Raymond de Beaufort, comte de Beaufort et vicomte de Valernes. Sa pierre tombale, au milieu du XIXe siècle, était encore enchâssée dans la chapelle de Canillac, près du cloître des bénédictins. Cette église passant au culte réformé, elle fut déposée pour entrer au Musée Lapidaire d’Avignon. Elle se trouve aujourd’hui exposée au Musée du Petit Palais.

Collège Saint-Martial[modifier | modifier le code]

En 1380, le Camerlingue Pierre de Cros, cardinal-archevêque d’Arles et parent des Roger de Beaufort, décida de transformer le prieuré Saint-Martial d’Avignon en collège. Il le dota pour accueillir douze novices bénédictins et le plaça sous la direction d’un recteur. Le premier fut désigné par Jacques de Damas Cozan, le petit-neveu de Grégoire XI et abbé de Cluny. À ce titre, il devint administrateur des prieurés de Piolenc, Sarrians et Pont-de-Sorgues. Un des recteurs de Saint-Martial, Robert de Chaudesolles, fut abbé général de Cluny de 1416 à 1423.

Musée d'Histoire Naturelle[modifier | modifier le code]

Plaque apposée en l'honneur de Jean-Henri Fabre

En 1866, la municipalité d'Avignon nomme Jean-Henri Fabre au poste de conservateur du musée d'Histoire naturelle d'Avignon (rebaptisé musée Requien depuis 1851), alors abrité dans l'église Saint-Martial désaffectée[1]. C'est là que Fabre travaille aux colorants et donne des cours publics de chimie. C'est là également qu'il reçoit en 1867 la visite surprise de Victor Duruy (1811-1894). Ce fils d'ouvrier devenu normalien et inspecteur de l'enseignement avait pris en amitié le naturaliste avec qui il partageait le rêve d'une instruction accessible aux plus démunis. Devenu Ministre de l'Instruction publique, Duruy convoque Fabre à Paris deux ans plus tard pour lui remettre la Légion d'honneur et le présenter à l'empereur Napoléon III[2].

Cours municipaux de Saint-Martial[modifier | modifier le code]

Duruy chargea Fabre de donner des cours du soir pour adultes qui, ouverts à tous les publics, vont connaître un franc succès. Ses leçons de botanique attirèrent un public attentif composé de jeunes villageoises qui lui apportaient tant de fleurs que « son bureau disparaissait sous les richesses des serres voisines », d'agriculteurs curieux de science, mais aussi de personnalités fort cultivées, telles que l'éditeur Joseph Roumanille et le philosophe anglais John Stuart Mill (1806-1873), directeur de la Compagnie des Indes, qui devient l'un de ses plus fidèles amis.

Stéphane Mallarmé fut la seconde personnalité éminente à enseigner dans les cours municipaux de Saint-Martial. Venu d'abord, à sa demande, comme chargé de cours d'anglais au Lycée de garçons, en octobre 1869, il demanda un congé pour raison de santé en janvier 1870. Il lui fut accordé et il consacra désormais son temps « à l'usage des jeunes personnes » auxquelles il dispensa ses cours jusqu'en mai 1871[3].

Mais la loi Duruy () pour la démocratisation de l'enseignement laïque, notamment l'accès des jeunes filles à l'instruction secondaire, déclencha une cabale des cléricaux et des conservateurs, obligeant le ministre à démissionner. Fabre accusé d'avoir osé expliquer la fécondation des fleurs devant des jeunes filles jugées innocentes par certains moralisateurs, les cours du soir furent supprimés après deux années d'existence[4] et l'enthomologiste fut dénoncé comme subversif et dangereux. Incapable de gérer une telle atteinte à son honneur, il démissionna de son poste au lycée fin 1870[4]. Malgré ses vingt-huit ans de service, il quitta l’enseignement sans obtenir de pension.

Temple Saint-Martial[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Martial a été affectée depuis 1881 au culte réformé. L'édifice est classé par arrêté du 23 avril 1911 au titre des monuments historiques[5].

L'orgue a été réalisé en 1984 par le facteur d'orgue Pascal Quoirin[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le musée de l'époque, complété par un vaste jardin botanique, abritait déjà une importante collection zoologique et un des plus riches herbiers de France. Fabre y exerça ses fonctions jusqu'en 1873.
  2. (fr) : Maison Natale Jean-Henri Fabre
  3. Joseph Girard, op. cit., p. 302-303.
  4. a et b Biographie dans 18 mai 2006 - Réouverture partielle de l’Harmas de Jean Henri Fabre doc PDF
  5. Notice no PA00081833, base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. Inventaire de l'orgue du temple Saint-Martial

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]