Chapelle protestante de Ville-d'Avray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chapelle protestante de Ville-d'Avray
Image illustrative de l’article Chapelle protestante de Ville-d'Avray
Présentation
Culte protestant réformé
Type Temple
Rattachement Église protestante unie de France
Fin des travaux 1889
Autres campagnes de travaux 1890 : Déménagement de l'édifice
1950 : Ajout de l'abside
Site web www.eglise-protestante-unie.fr/meudon-sevres-ville-d-avray-p71714Voir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Hauts-de-Seine
Ville Ville-d'Avray
Coordonnées 48° 49′ 39″ nord, 2° 11′ 35″ est

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-Seine

(Voir situation sur carte : Hauts-de-Seine)
Chapelle protestante de Ville-d'Avray

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Chapelle protestante de Ville-d'Avray

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Chapelle protestante de Ville-d'Avray

La chapelle protestante de Ville-d'Avray est une paroisse protestante construite en bois en 1890 dans la commune de Ville-d'Avray. Elle était à l'origine appelée la Chapelle des Ombrages[1]. Elle est l'un des deux lieux de culte de la paroisse de MeudonSèvres–Ville-d'Avray. Elle est rattachée à l'Église protestante unie de France[2].

Localisation[modifier | modifier le code]

La chapelle est située au 41 avenue Balzac à Ville-d'Avray, dans les Hauts-de-Seine. Au moment de son implantation, le bâtiment est installé sur un terrain connu comme le lieu-dit Aux deux jeunes chiens[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Intérieur de l'abside ajoutée en 1950, où se situent notamment la table de communion et une bible ouverte.

Dans les années 1890, le pasteur Samuel Gout, alors pasteur de l'église protestante de Bellevue, fait établir dans un lieu privé une salle de réunion pour les protestants de Ville-d'Avray[3],[4].

En , l'exposition universelle a lieu à Paris. Une chapelle en bois est dressée dans le pavillon de la Norvège, pour représenter les activités de la Mission évangélique de l'Église de Norvège[3],[4]. À la clôture de l'exposition, il est décidé de faire don de celle-ci à l'Église réformée de France, après avoir envisagé d'en faire don aux missions protestantes de Madagascar[3].

La communauté de Ville-d'Avray, ayant besoin d'un lieu de culte, est sélectionnée pour recevoir la chapelle en don. Cette dernière est déménagée depuis le champs de Mars à Paris jusqu'à son emplacement actuel, puis inaugurée le [3]. Les coûts pour l'installation du bâtiment, financés par une souscription des paroissiens, s'élèvent à 6 000 francs[3].

En , l'édifice est agrandi par l'ajout d'une abside. Celle-ci est bâtie sur l'ancien escalier d'accès, entraînant le déplacement de l'entrée sur le côté du bâtiment. Les coûts de ces travaux s'élèvent à 870 900 anciens francs[3],[4].

Architecture[modifier | modifier le code]

La chapelle est construite en bois venu de Norvège, dans une architecture scandinave[5]. Originellement, avant son extension des années 1950, la chapelle est un bâtiment rectangulaire de 8,10 mètres sur 5,30 mètres[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Geneviève Matheron, « Ville-d'Avray en 1889 », dans Centenaire de la chapelle de Ville-d'Avray : 8 octobre 1989, Église réformée de Meudon-Bellevue - Sèvres - Ville-d'Avray, , p. 4
  2. « Meudon-Sèvres-Ville d'Avray : Cultes & Prédications », sur eglise-protestante-unie.fr (consulté le 5 juin 2019)
  3. a b c d e f g et h Pierre Lheureux, « Une centenaire qui se porte bien », dans Centenaire de la chapelle de Ville-d'Avray : 8 octobre 1989, Église réformée de Meudon-Bellevue - Sèvres - Ville-d'Avray, , p. 4-7
  4. a b et c Jean Brunet-Moret, Ville-d'Avray et son histoire : Nouvelle édition revue et complétée, , p. 71
  5. « Allocution de M. Kaare Hauge », dans Centenaire de la chapelle de Ville-d'Avray : 8 octobre 1989, Église réformée de Meudon-Bellevue - Sèvres - Ville-d'Avray, , p. 11