Temple de Mont-de-Marsan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Temple de Mont-de-Marsan
Image illustrative de l’article Temple de Mont-de-Marsan
Présentation
Culte Protestantisme
Type Église
Rattachement Église protestante unie de France
Fin des travaux 1870
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Ville Mont-de-Marsan
Coordonnées 43° 53′ 23″ nord, 0° 30′ 09″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Landes
(Voir situation sur carte : Landes)
Temple de Mont-de-Marsan
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Temple de Mont-de-Marsan

Le temple de Mont-de-Marsan est une église protestante située à Mont-de-Marsan, préfecture du département français des Landes. Inaugurée le 17 mars 1870, elle est rattachée à l'Église protestante unie de France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Quand Martin Luther propose en 1517 à l'église catholique de se réformer, il déclenche des bouleversements dans toute l'Europe. La reine Marguerite de Navarre, qui séjourne souvent à Mont-de-Marsan, s'intéresse à ces nouvelles idées, qui sont propagées par des prédicants. Ainsi sont convertis dans les Landes des religieux, nobles, bourgeois, artisans et paysans[note 1].

En 1560, Jeanne d'Albret se convertit au protestantisme et par l’ordonnance du 19 juillet 1561, elle impose le calvinisme dans son royaume. La même année, la régente Catherine de Médicis charge Blaise de Monluc d'assurer l'ordre en Guyenne. En 1562, une bande armée de huguenots, menée par Montgomery, massacre des habitants et saccage des églises de la région.

Il s'agit d'un exemple des prémices d'une longue guerre civile de 36 ans (1562-1598), qui se décompose en huit guerres de religion. La troisième d'entre elles est éprouvante pour les Landes[note 2]. Catherine de Médicis interdit le culte réformé et confisque tous les domaines de Jeanne d'Albret. Les protestants sont battus à la bataille de Jarnac et, à Bordeaux, 579 « hérétiques » sont condamnés à mort[1].

En 1572, année du massacre de la Saint-Barthélemy, l'église Saint-Jean-Baptiste de Benquet est gravement endommagée par une bande armée huguenote et le prêtre Jean Pescay est assassiné.

Les origines du temple[modifier | modifier le code]

Ces longues luttes engendrées par les guerres de religion font basculer Mont-de-Marsan successivement dans le camp catholique et protestant. Henri III de Navarre, futur roi Henri IV, dans sa marche vers le pouvoir, s'empare définitivement de la cité montoise en 1583[note 3],[2]. En 1598, la signature de l'édit de Nantes ramène la paix dans le royaume.

Dès le XVIe siècle, le culte protestant est célébré dans la cité montoise, et se tient dans un premier temps au Château Vieux[note 4]. En 1856, le pasteur Cabos, président du Consistoire de Nérac, se voit confier une enquête, qui conclut à la nécessité de trouver à Mont-de-Marsan un lieu de culte dédié au regard du nombre de pratiquants de la religion Réformée. Le 26 mars de cette même année, un bail est signé pour la location d'un magasin, rue Pujolin, qui remplira cette fonction. La mairie donne son accord le 18 avril.

Cambon, le pasteur d'Orthez, souhaite un autre lieu, fixe et entièrement consacré au culte, afin de développer l'Église protestante montoise. Il achète pour cela un terrain en 1868 pour la somme 8000 francs, situé place du Commerce[note 5], où un magasin a été détruit par un incendie. Le temple y est construit, notamment grâce à l'appui financier de l'Église d'Écosse et celle de Hollande. S'y ajoutent des dons privés et, en 1877, une subvention de 8000 francs du ministère de la Justice et des Cultes.

Louis Jourdan est le premier pasteur officiel de Mont-de-Marsan en 1892. En conséquence de la loi de séparation des Églises et de l'État en 1905, la Société Centrale d'Évangélisation (Église réformée de France) se voit attribuer la propriété du temple le 6 décembre 1906 par le Consistoire d'Orthez[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Parmi lesquels Jehan de Mesmes à Mont-de-Marsan
  2. Voir les guerres de religions dans les Landes
  3. Henri IV fera rentrer ses domaines, dont la vicomté de Marsan, dans le domaine royal en 1607
  4. Il est démoli en 1809 après l'achèvement de la construction du palais de justice de Mont-de-Marsan et de la prison de Mont-de-Marsan
  5. L'actuelle place Joseph Pancaut

Références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Pabon, Benquet et son histoire, bulletin municipal.
  2. Mémoire en images, Mont-de-Marsan, Serge Pacaud, éditions Alan Sutton
  3. Mont-de-Marsan : ville de religions Mairie de Mont-de-Marsan, Service Communication, Pascal Larrazet

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :