Grand temple d'Anduze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Grand temple d'Anduze
Image illustrative de l’article Grand temple d'Anduze
Présentation
Culte Protestant
Type Temple
Rattachement Union nationale des Églises protestantes réformées évangéliques de France
Début de la construction 1813
Fin des travaux 1823
Style dominant Néo-classique
Protection Logo monument historique Classé MH (1979)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Ville Anduze
Coordonnées 44° 03′ 12″ nord, 3° 59′ 12″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Grand temple d'Anduze

Géolocalisation sur la carte : Gard

(Voir situation sur carte : Gard)
Grand temple d'Anduze

Le grand temple d'Anduze est un édifice religieux situé à Anduze, dans le département du Gard. La paroisse est rattachée à l'Église protestante unie de France.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'édifice donne sur le plan de brie, avenue très animée du centre-ville, non loin de la tour de l'horloge.

Historique[modifier | modifier le code]

Le temple actuel remplace un édifice construit en 1602 et détruit par ordre du roi en 1636. Érigé sur l'emplacement d'une des casernes des Dragons du roi, édifiée en 1740 au plus fort de la répression en Languedoc, le bâtiment actuel a été reconstruit sur les plans de l'ingénieur militaire Grulet et a été inauguré le après son effondrement en 1812.

Il fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis 1979[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Dans le style néo-classique du début du XIXe siècle, la façade, le perron et la salle de l'Assemblée sont édifiées sur l'emplacement de la cour. Les murs sont devenus des ailes aveugles, de part et d'autre de la façade. Le clocher-mur n'est pas en façade mais sur le pignon sud. Il abrite une cloche de 650 kg installée en 1883, fondue par les ateliers Baudouin à Marseille.

À l’intérieur, une tribune située à mi-hauteur entoure le bâtiment, constitué d'une seule salle voûtée en berceau. Sur cette tribune, au-dessus du tambour de l'entrée, un premier orgue fut construit en 1848. En 1992, le facteur B. Raupp a procédé a sa reconstruction et à son extension. Il vient d'être à nouveau restauré en 2012. Une attention particulière a été portée à l'aménagement intérieur du bâtiment, où les bancs se déploient en demi-cercles au centre desquels se trouve la chaire. On accède à cette dernière par deux volées d'escalier en fer forgé. Le sommet de l'abat-voix est décoré de palmes et de draperies. Cette architecture semi-circulaire, que l'on retrouve dans les temples de Lassalle, Ganges, Bréau-et-Salagosse, Meyrueis, Beauvoisin, Vauvert ou encore La Calmette, symbolise l'égalité des participants à l'Assemblée.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Ce temple est l'un des plus grands de France. Dans le département du Gard, il est seulement devancé d'1 m2 par celui de Saint-Hippolyte-du-Fort. Au chapitre des temples monumentaux français, n'oublions pas l'Alsace avec notamment le temple néo-gothique Saint-Étienne de Mulhouse dont la flèche culmine à 97 mètres ou encore l'ancienne église aussi néo-gothique Saint-Paul de Strasbourg, qui avec ses deux flèches ressemble là encore à une cathédrale ...

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]