Daublaine Callinet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'entreprise de facture d'orgues Daublaine-Callinet connut deux grandes périodes : la première avec le duo Daublaine (propriétaire-fondateur et premier gérant) - Louis Callinet (facteur d'orgues), la seconde avec le tandem Ducroquet (propriétaire et troisième gérant) - Barker (chef d'atelier principal), successeurs de Daublaine.

Historique[modifier | modifier le code]

Lettre à l'entête Daublaine-Callinet (Paris), signée par Girard

La manufacture d'orgues Daublaine & Callinet, société en commandite simple créée le , est le fruit de l'association d'André-Marie Daublaine (ingénieur en chef du cadastre du département de la Marne), de Louis Callinet (facteur d'orgues à Paris), et de l'organiste Félix Danjou (titulaire à l'église Saint Eustache et à la cathédrale Notre-Dame de Paris), de 1839 à 1844, date à laquelle Louis Callinet en fut évincé à cause du scandale occasionné par son saccage du mécanisme et de la tuyauterie de l'orgue de Saint-Sulpice à Paris qu'il était chargé de restaurer.

André-Marie Daublaine est entré dans la facture d'orgues en rachetant à l'abbé Jean-Louis Cabias son invention de mécanisme d'orgue qu'il perfectionne au sein de la maison Daublaine & Cie (avec Marie Antoine Louis Suret comme contre-maître) jusqu’à déposer en 1836 le brevet de « l'Orgue Simplifié »[1], petit orgue mécanique permettant à un organiste même débutant de jouer harmonieusement. Pour s'agrandir et étendre son activité aux "grandes orgues", il rachète l'entreprise de Louis Callinet, en difficultés financières, et s'adjoint sa personne comme contre-maître et pour profiter de sa réputation. Il se retire en 1841 de la direction de la société Daublaine & Callinet, tout en restant actionnaire majoritaire, au profit des frères Girard en la personne de Bénigne, Lambert, Jacques Girard.[2]

La société, fragilisée par le scandale Saint-Sulpice causé par Louis Callinet puis l'incendie accidentel de l'orgue de Saint-Eustache dû à Charles Barker, est rachetée en 1845 par Pierre-Alexandre Ducroquet, puis, après sa faillite, absorbée par Joseph Merklin en 1855 et perd alors toute existence légale.

Après l'organier Théodore Sauer (petit-fils de Conrad Sauer facteur d'orgues et ancien contremaître de Jean-André Silbermann) qui dirigea la succursale lyonnaise, Charles Spackmann Barker vint épauler Louis Callinet, comme contremaître, dès 1841, et le remplaça après son départ jusqu'à devenir le seul maître d’œuvre sous les directions de Girard puis de Ducroquet avec lequel il s'associe, Danjou restant directeur artistique et commercial.

Contrairement à ce que l'on peut lire ici ou là, Louis Callinet, Théodore Sauer et Charles Barker ont toujours été les seuls véritables maîtres facteurs d'orgues de cette manufacture.

Œuvre[modifier | modifier le code]

La maison Daublaine-Callinet puis Ducroquet-Barker a construit les instruments suivants :

1839

1840

1841

1842

1843

1844

1845

De 1846 à 1848

1847

1854

  • Paris, église saint Eustache, pour remplacer l'instrument détruit par l'incendie de décembre 1844, le chef d’œuvre et dernier grand instrument de Ducroquet & Barker, dans un buffet monumental de l'architecte Victor Baltard, partie instrumentale remplacée par le néerlandais J.L. van den Heuven en 1989.


Après sa disparition, deux anciens employés de la maison Daublaine-Callinet, Émile Poirier et Nicolas Lieberknecht, installés à Toulouse, construisent :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Description
  2. source : dernière page, encart tout en bas à gauche
  3. Notice no PM39003585, base Palissy, ministère français de la Culture
  4. « Crépy-en-Valois - partie instrumentale », notice no PM60000685, base Palissy, ministère français de la Culture.
  5. Voir sur le site Musimen.com : « Cet instrument, inauguré en 1839 par Séjan, Simon et Fessy, comportait à l’origine 31 jeux répartis sur 3 claviers et pédalier »
  6. Notice no PM75000530, base Palissy, ministère français de la Culture
  7. Notice no PM81000127, base Palissy, ministère français de la Culture
  8. Notice no PM39003587, base Palissy, ministère français de la Culture
  9. Notice no PM39000197, base Palissy, ministère français de la Culture
  10. Notice no PM49001927, base Palissy, ministère français de la Culture
  11. Notice no PM59000850, base Palissy, ministère français de la Culture
  12. Notice no PM60000514, base Palissy, ministère français de la Culture
  13. Notice no PM86000271, base Palissy, ministère français de la Culture
  14. Les orgues du Rhône, tome 1 : Les orgues de Lyon, Pierre-Marie et Michelle Guéritey, 1992, éditions Comp'Act, pages 292 à 300
  15. En termes de dates d'inaugurations, l'orgue Daublaine et Callinet de la primatiale Saint-Jean de Lyon (inauguré le 16 septembre 1941) a employé la machine Barker avant l'orgue de la basilique de Saint-Denis (inauguré le 21 septembre 1841)
  16. En 1928, son illustre titulaire Edouard Commette y enregistre les premiers disques de musique d'orgue de J.S. Bach
  17. Notice no PM58000639, base Palissy, ministère français de la Culture
  18. Notice no PM79000100, base Palissy, ministère français de la Culture
  19. Notice no PM31000093, base Palissy, ministère français de la Culture
  20. Notice no PM32000191, base Palissy, ministère français de la Culture
  21. Notice no PM89000674, base Palissy, ministère français de la Culture
  22. Notice no PM30000594, base Palissy, ministère français de la Culture
  23. Notice no PM32000551, base Palissy, ministère français de la Culture
  24. Notice no PM30000822, base Palissy, ministère français de la Culture
  25. Notice no PM30000582, base Palissy, ministère français de la Culture
  26. Notice no PM57000207, base Palissy, ministère français de la Culture
  27. Notice no PM39001321, base Palissy, ministère français de la Culture
  28. Notice no PM30000806, base Palissy, ministère français de la Culture
  29. Notice no PM83001460, base Palissy, ministère français de la Culture
  30. Notice no PM31001457, base Palissy, ministère français de la Culture
  31. Notice no PM31000997, base Palissy, ministère français de la Culture
  32. Notice no PM72000792, base Palissy, ministère français de la Culture
  33. Notice no PM72000793, base Palissy, ministère français de la Culture
  34. Les orgues du Rhône, tome 1 : Les orgues de Lyon, Pierre-Marie et Michelle Guéritey, 1992, éditions Comp'Act, pages 353 à 358
  35. Notice no PM21000738, base Palissy, ministère français de la Culture
  36. Notice no PM21002654, base Palissy, ministère français de la Culture
  37. Notice no PM13000744, base Palissy, ministère français de la Culture
  38. Notice no PM31000995, base Palissy, ministère français de la Culture
  39. Notice no PM09000993, base Palissy, ministère français de la Culture
  40. Notice no PM09000537, base Palissy, ministère français de la Culture
  41. « orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue », notice no PM31001004, base Palissy, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Un Châlonnais méconnu : André Marie Daublaine », Le Petit Catalaunien illustré, n° 49, hiver 2004-2005.
  • Pié Meyer-Siat, Les Callinet, facteurs d'orgues à Rouffach, et leur œuvre en Alsace, ISTRA, 1965

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]