Narcisse Brunette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Narcisse Brunette
Présentation
Naissance 15 août 1808
Breuvery-sur-Coole Drapeau de la France France
Décès 8 octobre 1895
Reims Drapeau de la France France
Nationalité Française
Entourage familial
Famille Ernest Brunette
Compléments
Chevalier de la Légion d’honneur Legion Honneur Chevalier ribbon.svg

Narcisse Brunette est un architecte français né à Breuvery-sur-Coole (Marne) le 15 août 1808, mort à Reims, 2, place Royale, le 8 octobre 1895.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de Debret, il commence sa carrière comme inspecteur et architecte des travaux du palais de justice de Reims. En 1837, il est nommé architecte de la ville et des hospices de Reims et architecte diocésain

Narcisse Brunette fut pendant près de 50 ans architecte de la Ville. On lui doit le sauvetage de la Basilique Saint-Remi et la restauration de Saint-Maurice. Il construisit les églises Saint-André, Saint-Thomas, l’école professionnelle, la maison de retraite (démolie), le Cirque et le Manège, restaura la Porte de Mars, etc.

Parmi ses principaux ouvrages, il faut citer la restauration des églises Saint-Remi et Saint-Jacques à Reims, la restauration et l'agrandissement de l'hôpital général, de l'Hôtel de Ville ; la construction d'un marché couvert, de plusieurs écoles communales, de l'Église Saint-Thomas, de la caserne d'infanterie, de la caserne de gendarmerie, de cinq portes de la ville à Reims, du bureau de mesurage et de conditionnement des laines, de plusieurs églises dans le département de la Marne, du séminaire ; il établit également un projet de restauration de l'arc de triomphe romain à Reims qui fut exposé en 1835 ; en 1847, il publia le dessin du tombeau de saint Remi et, en 1850, le plan de la ville gallo-romaine.

Il publia en 1861 une « Notice sur les Antiquités de Reims ».

Avec son fils, Ernest Brunette, il construisit de 1863 à 1880 la façade de l’Hôtel de Ville donnant sur la rue de la Grosse-Écritoire.

Il épousa à Reims, en 1846, Joséphine Philippine Rosalie Ponsin (1820-1901) et repose au Cimetière du Nord à Reims.

Portrait[modifier | modifier le code]

Portrait sur le site La Vie Rémoise

Décorations françaises[modifier | modifier le code]

Legion Honneur Chevalier ribbon.svg

En 1859, il fut nommé Chevalier de la Légion d’honneur[1].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article contient tout ou partie d'un document provenant du site La Vie rémoise.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Ouvrage de référence[modifier | modifier le code]

  • Brunette N., Notice sur les antiquités de Reims, les découvertes récemment faites, et les mesures adoptées pour la conservation des anciens monuments de la ville, Brissart-Binet, Reims, 1861, VII et 80 p.
  • Jean-Yves Sureau, Les Rues de Reims, mémoire de la ville, par l'auteur,‎ 2002, 394 p. (ISBN 2-9500512-7-8)