Temple protestant d'Arles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Temple protestant d’Arles
Image illustrative de l’article Temple protestant d'Arles
Présentation
Nom local Rotonde d’Arles
Culte protestant
Type réformé
Rattachement Église protestante unie de France
Début de la construction XVIIIe siècle
Fin des travaux XVIIIe siècle
Style dominant néo-classique
Protection  Inscrit MH (1945)
Site web www.arles-protestants.frVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Blason région fr Provence-Alpes-Côte d'Azur.svg Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département
Blason département fr Bouches-du-Rhône.svg
Bouches-du-Rhône
Ville Blason Arles 13.svg Arles
Coordonnées 43° 40′ 32″ nord, 4° 37′ 38″ est

Le temple protestant d’Arles, dit La Rotonde d’Arles, est un lieu de culte protestant réformé situé 9 rue de la Rotonde à Arles, Bouches-du-Rhône. La paroisse est rattachée à l'Église protestante unie de France[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bâtiment, appelé initialement « Cercle de la Rotonde » est construit en 1790[2] par un club de nobles comme siège de leur association ; c'est la forme de la salle principale, circulaire avec un plafond en coupole surbaissée, qui donne le nom à cette construction.

La Révolution lui est pratiquement fatale notamment en 1792, quand sur ordre de la Convention, les Marseillais venus secourir les « Monnaidiers »[Quoi ?] arlésiens saccagent les aménagements intérieurs.

Vendu aux enchères en 1806, l’édifice est acquis par un particulier qui en fait une salle de distractions (bals, concerts) et un lieu de réunions publiques.

Une souscription internationale permet en 1860 à la communauté protestante arlésienne, de l’acheter pour le transformer en lieu de culte. Racheté ensuite, en 1923, par l'Union nationale des A.C.R.[Quoi ?] évangéliques, ce bâtiment dépend depuis 1938, d'abord de l’Église réformée de France, puis depuis 2013, de l'Église protestante unie de France[1].

Le temple fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [2].

Description[modifier | modifier le code]

Seule construction arlésienne importante de l'époque révolutionnaire, il fut édifié en 1790 par Loizon fils, de Nîmes, dans une filiation artistique inspirée des œuvres de l’architecte néoclassique palladien[3] Claude-Nicolas Ledoux, auteur de la saline royale d'Arc-et-Senans et des Barrières de Paris. Une vaste salle circulaire à voûte plate appareillée, décorée d'une forte corniche soutenue par des paires de colonnes à fût cannelé et à chapiteau ionique, forme une rotonde qui constituait le lieu de réception, les salons particuliers et salles de jeu se trouvant à l'étage.


Culte[modifier | modifier le code]

Le temple remplit diverses missions. Si c’est avant tout une salle de culte permettant « le rassemblement de la communauté pour les cultes (dominicaux et autres), l'école biblique, le catéchisme, la chorale [et] les réunions diverses », la Rotonde a également pour vocation d'accueillir d'autres communautés chrétiennes, d’abriter des manifestations de type culturel et d’être un lieu de mémoire de l'époque révolutionnaire lors des journées du patrimoine ou des visites organisées par la ville d'Arles[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « La Rotonde d'Arles | Église Protestante Unie du Pays d'Arles », sur www.arles-protestants.fr (consulté le 20 juin 2019)
  2. a et b « Temple Protestant », notice no PA00081187, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Style d'architecture influencé par les œuvres du grand architecte italien de la Renaissance Andrea Palladio

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Odile Caylux, Arles, le Guide, Monum, Éditions du Patrimoine, mai 2001 (ISBN 2-85822-643-1)

liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]