Samuel Joseph Agnon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Shmuel Yosef Agnon)
Aller à : navigation, rechercher
Shmuel Yosef Agnon
Agnon.jpg

Samuel Joseph Agnon

Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
RehovotVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
écrivain, romancierVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Emuna Yaron (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Palmarès
Distinctions
Œuvres réputées
Q6757573, La Dot des fiancées (d), Q12403592, Q16131286, Q16132231Voir et modifier les données sur Wikidata

Shmuel Yosef Agnon (hébreu : שמואל יוסף עגנון), (Samuel Joseph Czaczkes), connu aussi sous l'acronyme Shai Agnon (ש"י עגנון), écrivain israélien ( - ), premier écrivain de langue hébraïque à avoir remporté le Prix Nobel de littérature en 1966, qu'il partage avec la poétesse Nelly Sachs.

Ses ouvrages, écrits dans un style original tantôt gai et grave, dépeignent la vie des juifs ashkenazes en Europe centrale au début du XXe siècle. Ils évoquent par ailleurs leur déclin juste avant la Première Guerre mondiale. Agnon traite également de la situation des pionniers de l'arrivée en Israël et de la perte progressive par ces derniers du sens de leur quête spirituelle.

Samuel Agnon est né à Buczacz en Galicie, province de l'Empire autrichien, actuellement en Ukraine, et a reçu une éducation religieuse. À l'âge de 8 ans, il apprend à lire en hébreu et surtout en yiddish.

Il émigre en Israël en 1908, époque de la seconde Aliyah. Il signe son premier article du nom de « Agnon », qui devient son pseudonyme littéraire, puis son surnom officiel dès 1924.

En 1920, il épouse Esther Marx (1889-1973) durant un long séjour en Allemagne entamé en 1920.

Samuel Agnon était très impliqué pour la cause végétarienne et souleva le thème dans beaucoup de ses histoires[1].

Samuel Agnon remporte par deux fois le Prix Bialik (1934 et 1950), ainsi que le Prix Israel (1954 et 1958). En 1966, il devient le premier lauréat israélien du Prix Nobel de littérature, qu'il partage avec Nelly Sachs.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Abandonnées (1924), traduction de ???
  • L'Hôte de passage (1930), traduction de Ôreah natah lalûn
  • Une Histoire toute simple (1935), traduction de Sipour Pashout
  • Au Cœur des mers (1933), traduction de Bilvav Yamim
  • À la Fleur de l'âge (2003, en français), traduction de Bidmi yameha
  • Les Contes de Jérusalem (traduction de nouvelles extraites d’œuvres diverses)
  • La Dot des fiancées (1931), traduction de Hakhnassat kallah
  • Le Chien Balak (1945), traduction de Tmol shilshom
  • Téhila (nouvelle parue en 1950, traduction française de תהלה en 2014)

Références[modifier | modifier le code]

  1. "Judaism and Vegetarianism", New Revised Edition by Richard H. Schwartz, Ph.D. (Publisher: Lantern Books www.lanternbooks.com)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jeanette Nezri, Agnon. L'homme qui écrivait debout, éditions David Reinharc, 2012.