Secret of Mana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Secret of Mana
Secret of Mana est inscrit en lettres de couleur jaune, bordées de noir.
Logo du jeu.

Éditeur Square
Développeur Square
Concepteur Kōichi Ishii (réalisateur, concepteur)
Hiromichi Tanaka (producteur, concepteur)
Nasir Gebelli (programmeur)
Hiroo Isono (artiste)
Musique Hiroki Kikuta

Date de sortie Super Nintendo
  • Japon
  • États-Unis Canada
  • Europe
Console virtuelle Wii
  • Japon
  • États-Unis Canada
  • Europe
i-mode
  • Japon
iOS
  • Sortie internationale
Console virtuelle Wii U
  • Japon
Android
  • Sortie internationale
Nintendo Switch
  • Japon 1er juin 2017

Super NES Mini
  • États-Unis Canada Europe
  • Japon

Secret of Mana HD
PlayStation 4, PlayStation Vita, PC (Windows) via Steam
  • Sortie internationale
Franchise Mana
Genre Action-RPG
Mode de jeu Un à trois joueurs en coopération
Plate-forme Super Nintendo, Wii (Console virtuelle), téléphone mobile (iOS, Android), Nintendo Switch, Super NES Mini
Secret of Mana HD :
PlayStation 4, PlayStation Vita, PC (Windows) via Steam
Média Cartouche, téléchargement
Contrôle Manette de jeu, écran tactile

Secret of Mana (Seiken Densetsu 2 au Japon), est un jeu vidéo de type action-RPG développé et édité par Square sur Super Nintendo en 1993 au Japon et en Amérique du Nord, puis en 1994 en Europe. C'est le second opus de la série de jeux vidéo Mana. L'intrigue prends place dans un univers d'heroic fantasy et dévoile l'histoire de trois héros qui tentent d'empêcher un empire de conquérir le monde à l'aide d'une forteresse ancienne volante.

Secret of Mana mêle action-aventure et éléments de jeu vidéo de rôle, comme l'évolution des personnages et la magie. Il intègre également un système de combat en temps réel plutôt que l'habituel tour par tour du genre RPG et un système de menu en anneau typique. Le joueur dirige simultanément un groupe de trois personnages, dont deux sont dirigés par l'intelligence artificielle. Le jeu permet à un deuxième et troisième joueur de rentrer à tout moment dans la partie, permettant ainsi le jeu en multijoueur coopératif. Le jeu est conçu par Kōichi Ishii, Hiromichi Tanaka, produit par ce dernier et réalisé par le premier, et programmé par Nasir Gebelli. La bande-son est composée par Hiroki Kikuta.

Lors de sa sortie, Secret of Mana est un succès commercial avec 1,83 million d’exemplaires vendus à travers le monde, et reçoit des louanges de la part de la presse spécialisée, grâce à ses graphismes aux couleurs vives, à son scénario vaste, au menu en anneau et à son système de combat en temps réel innovant. Les critiques apprécient la bande-son et la possibilité de personnaliser l'IA des alliés. Il est également est considéré comme l’un des plus grands jeux de l’histoire du jeu vidéo. Le jeu est réédité sur la console virtuelle de la Wii en 2008, puis sur téléphone mobile en 2009, sur iOS en 2010, puis sur Android. Il est réédité au Japon sur la console virtuelle de la Wii U. Le jeu est par la suite inclus dans la réédition de la console Super NES Mini. Le 15 février 2018, un remake intitulé Secret of Mana HD incluant des graphismes en trois dimensions, est publié sur PlayStation 4, PlayStation Vita, PC (Windows) via Steam.

Trame[modifier | modifier le code]

Placement dans les franchises[modifier | modifier le code]

Secret of Mana est le deuxième opus de la série Mana, suivant le jeu sorti en 1991 en Europe sous le titre de Mystic Quest. C'est cependant le premier jeu à être commercialisé sous l'appellation Mana, puisqu'au Japon le premier jeu, ses suites et la franchise sont intitulés Seiken Densetsu. En outre, aux États-Unis, ce premier jeu est commercialisé en tant que spin-off dans la franchise Final Fantasy, également détenue par Square, sous le titre Final Fantasy Adventure. En Occident où il sort sous ce titre unique, Secret of Mana s'affranchit donc de la franchise Final Fantasy.

Univers[modifier | modifier le code]

Secret of Mana prend place dans un monde de high fantasy, dans lequel est mise en scène une source d'énergie éthérée appelée Mana.

Personnages[modifier | modifier le code]

Le joueur dirige simultanément un groupe de trois personnages, qui ne portent pas de nom dans les versions occidentales (sauf dans toutes les versions iOS et Android, qui adoptent les noms japonais). Le jeune garçon (Randi au Japon) est le héros. Sa mère est venue au village de Potos et l'a abandonné avant de disparaitre. L'ancien, le chef du village, l'a recueilli et élevé. Il est le descendant du héros légendaire ayant détruit le fort Mana et ramené la paix. La fille (Purim au Japon) est la fille du roi du royaume de Pandore. Elle rejoint le héros car elle pense qu'il peut lui permettre de retrouver Tom, son fiancé parti pour affronter Sorcia, la sorcière.

Jean est un chevalier qui aide le héros dès le début de l'aventure. Lucie, âgée de 200 ans, est la gardienne du palais de l'eau. Elle connaît tout du monde de Mana et aide également le héros.

Contexte[modifier | modifier le code]

Sur cette terre, un peuple vit en paix et en liberté, sans maitre, ni même l'adoration d'un dieu. Ce peuple puise sa force de l'arbre Mana, une source d'énergie puissante et obscure. Le royaume est en paix, mais les sages racontent qu'il y a longtemps, ce ne fut pas toujours le cas. Une vieille légende prétend que les habitants utilisèrent un jour les pouvoirs du Mana pour se révolter contre leurs dieux, la Puissance de l'infini. Ils créèrent l'arme ultime, une forteresse volante, connue sous le nom de fort Mana. Un chevalier, brandissant la légendaire épée Mana, survint alors pour les punir et détruisit le fort et cette civilisation. Il scella les graines de l'arbre Mana dans huit palais différents, pour en faire les sceaux qui préserveraient le Mana du mal. Par la suite, il planta à jamais l'épée Mana dans un rocher, également dans le but d'empêcher de mal de revenir, mais aussi pour permettre de commémorer la profanation de la puissance du Mana.

Scénario[modifier | modifier le code]

Un jour près de la cascade, alors qu'il cherche avec deux camarades quelque chose qu'il pense être un trésor, un jeune garçon tombe dans la rivière. Alors qu'il rentre seul au village, il réussit à retirer l'épée Mana de son socle. L'affaiblissement de la magie Mana lui a permis de décoincer l'épée légendaire du rocher dans lequel elle était coincée. Malheureusement, lorsqu'il est de retour à son village, Potos, tout le monde s'aperçoit que les monstres se mettent à attaquer, ceci en raison du héros. Il est alors banni du village, espérant par cet acte la clémence des monstres, mais Jean, un chevalier, lui conseille d'aller rencontrer Lucie, la gardienne du palais de l'eau. Celle-ci scelle la première graine Mana et l'épée Mana et demande au héros de récupérer les huit autres graines pour restaurer l'épée. En effet, son pouvoir est nécessaire pour vaincre l'Empire, qui veut faire renaitre le fort Mana et dominer le monde. Sur les conseils de Lucie, le héros se rend au sud du royaume de Pandore. Sur son chemin, il rencontre une fille qui se joint à lui, dans l'espoir de retrouver Tom, son fiancé parti défier la sorcière Sorcia. Cette dernière puise l'énergie des gens du royaume et les affaiblit. Le duo part donc pour les ruines au sud de Pandore, où les habitants affaiblit sont attirés par une force obscure, en compagnie de Jean, présent au château du royaume.

Ce jeune héros, la fille et l'elfe récupèrent les huit graines Mana cachées dans les huit palais et restituent la puissance de la magie Mana. Tout au long de leur voyage, le trio est poursuivi par l'Empire. L'empereur et ses subordonnés sont manipulés par Thanatos, un ancien sorcier qui espère créer un nouveau monde pacifique. En raison de la détérioration de son propre corps, Thanatos a besoin d'un corps pour se l'approprier. Après avoir mis tout le royaume de Pandore en état de transe, il enlève deux candidats potentiels, Tom, maintenant esclave, et une jeune fille nommée Phanna. Il choisit finalement de posséder Tom.

Au cours de son voyage, le héros est rejoint par la fille et le sprite.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Secret of Mana est un jeu d'action-RPG mêle action-aventure et éléments de jeu vidéo de rôle, affiché dans une vue de dessus typique de l'ère 16 bits et intègre un système de combat en temps réel. Les graphismes sont donc en deux dimensions et la technique du scrolling est utilisée sur chaque zone. Plusieurs séquences, jouables et non-jouables utilisent la technique du Mode 7 de la Super Nintendo.

Le jeu intègre un système de menu en anneau (appelé aussi en bague) qui permet de sélectionner et configurer de nombreuses fonctionnalités, comme l'équipement, le réglage le l'intelligence artificielle gérant les personnages du groupe. Celui-ci est placé au dessus du personnage joueur et affiche des icônes organisées en cercle qui tournoient dans le vide au-dessus de sa tête, les boutons et la croix directionnelle permettant d'afficher plusieurs autres sous-menus en anneaux donnant accès à toutes les options. Le jeu est suspendu lorsque le joueur active le menu.

Le joueur déplace généralement les personnage de façon classique, à pied sur la carte du monde, alternant aléatoirement des zones de combat comme les donjons ou la campagne et des zones sans combat comme les villes ou certains palais. Des déplacements entre lieux précis peuvent également être effectués par l'intermédiaire du voyage canon. Les personnages montent dans un gros canon les propulsant dans une autre zone de la carte. Par la suite, le joueur dispose de Flammy, un dragon qui permet aux protagonistes de voler sur son dos. Il peut être appelé grâce au Tambour-Flammy (hors des palais). Lors des vols, la carte du monde est affichée en mode 7, donnant l'illusion que la séquence est affichée en trois dimensions. Lors de ces vols, le joueur peut également opter pour un affichage classique représentant la carte en deux dimensions. Certains lieux ne sont accessibles qu'avec Flammy.

Personnages[modifier | modifier le code]

Le joueur dirige simultanément un groupe de trois personnages, dont deux le sont par l'intelligence artificielle. Le joueur peut choisir de contrôler à tout moment n'importe lequel des personnages. Le joueur peut décider du comportement de chaque personnage dirigé par l'IA. Ainsi, chaque personnage peut se tenir automatiquement éloigné des ennemis ou proches d'eux, ou passer à l'attaque directement sinon être attentiste et opter pour la contre-attaque. Le réglage se fait par l'intermédiaire d'un échiquier sur lequel est représenté un personnage qui doit être déplacé. Son placement représente donc ses actions, chaque côté correspondant à un comportement, garder ou attaquer, et approcher ou repousser. Le jeu permet également à un deuxième et troisième joueur de rentrer à tout moment dans la partie, autorisant ainsi le jeu en multijoueur coopératif. Le jeu à trois nécessite un Multitap, afin de permettre le branchement d'une troisième manette de jeu. La version dématérialisée sur console virtuelle prend aussi en charge le jeu à trois grâce à l'usage d'une manette de jeu GameCube ou d'un Contrôleur classique pour Wii.

Chaque personnage possède des attributs propres, et différentes forces et faiblesses individuelles. Le héros ne maitrise pas la magie, mais les armes à un rythme plus rapide. La fille peut guérir les personnages grâce à la magie et lancer des sorts de restauration et de soutien. L'elfe use de magie offensive pour attaquer ou éliminer les ennemis. Les personnages montent en puissance ou résistance en fonction d'un système de niveau progressant grâce à des points d'expérience récoltés lors de chaque combat gagné. Lorsque les personnages montent d'un niveau, toutes les compétences sont améliorées, par exemple, la force ou la capacité d'évasion. Afin de régénérer leur points de vie, le joueur peut reposer le trio dans les villes et plus précisément dans les auberges, acheter des objets qui permettent de retrouver de la vie ou les trouver dans les coffres que laissent aléatoirement les ennemis derrière eux lorsqu'ils sont vaincus.

Combats et objets[modifier | modifier le code]

Les combats se déroulent en temps réel et les ennemis sont visibles et peuvent être facilement évités si besoin. Une barre de puissance pour chaque personnage affichée en permanence en bas de l'écran, détermine la quantité de dégâts infligés à un ennemi en attaquant. Cette jauge se vide automatique à chaque coup porté, puis se remplie au fur et à mesure en quelques seconde. Le pourcentage de remplissage au moment de l'attaque représente alors la puissance du coup.

Secret of Mana propose trois types d'items outre les armes et sphères. Les objets destinés à la guérison ou la restauration d'état, des objets sans limite d'utilisation (Tambour-Flammy, Corde, Marteau) et des équipements de protection pour l'armure des personnages.

Le jeu intègre huit types d'armes différentes (épée, lance, arc, hache, boomerang, gant, fouet et javelot) et chaque personnage peut manier toutes les armes. Chacun d'entre eux dispose également d'un niveau de maîtrise pour chaque arme. À chaque niveau gagné, le personnage pourra charger son arme avec 100% supplémentaire.

Toutes les armes peuvent être améliorées huit fois, et l'utilisation répétée d'une arme augmente son niveau de compétence à un maximum de huit, débloquant une nouvelle attaque spéciale à chaque niveau. Les armes sont améliorées avec des sphères d'armes, qui peuvent être collectées dans les donjons ou gagnées en battant certains boss. Pour chaque arme, il existe neuf sphères dispersées de par le monde. Afin de profiter de son pouvoir, chaque nouvelle sphère oblige le joueur à reforger l'arme grâce à un forgeron, situés dans la plupart des villes. Lorsque les armes sont améliorées avec les sphères, il est possible de dépasser 100 %. Chaque nouveau palier de 100 % est affiché dans une couleur différente dans la barre de puissance. Ceci permet la réalisation d'attaques particulières qui peuvent infliger des dégâts plus important ou à tous les ennemis présents à l'écran. De plus, certaines armes se dotent à un moment donné d'effets spéciaux (possibilité d'endormir l'ennemi, de le rendre confus...).

Certaines armes peuvent être utilisées hors combat. Par exemple, l'épée permet de trancher les buissons ou l'herbe qui bloquent l'avancement, le fouet permet de franchir un gouffre en s'accrochant à un poteau de l'autre côté ou la hache permet de couper des petits arbres et des buissons d'épineux.

Magie[modifier | modifier le code]

La fille et l'elfe maitrise la magie, que le héros ne peut utiliser. La magie se divise en huit éléments (eau, feu, terre, vent, ombre (pour l'elfe uniquement), lumière (pour la fille uniquement), lune et arbre). Afin d'apprendre la magie, les personnages doivent sauver les esprits appelés élémentaires. Les huit élémentaires représentent les différents éléments et chacun fournit au joueur des sorts spécifiques.Chaque élément donne accès à trois sorts (différents entre la fille et l'elfe). Les sortilèges de la fille sont plutôt orientés défensifs, ceux de l'elfe plutôt offensifs.

La magie possède des niveaux de compétence similaires aux armes, mais chaque lancement de sort coûte des points magiques. Le niveau de chaque magie s'améliore petit à petit en lançant des sorts (plus de dommages, plus de soins, effets prolongés). Le niveau maximum qu'une magie peut atteindre est déterminée par le nombre de graines Mana découvertes par le joueur. Les points de magie se récupèrent dans les auberges en se reposant, grâce à la restauration gratuite auprès de certains personnages ou grâce à l'utilisation de noix.

Développement[modifier | modifier le code]

Secret of Mana a été réalisé et supervisé par Kōichi Ishii. Le jeu a été initialement programmé par Nasir Gebelli et produit par le superviseur vétéran de Square, Hiromichi Tanaka. Après la parution de Final Fantasy IV, Tanaka souhaitait créer un jeu avec un système de combat plus interactif qui suivrait le déplacement du champ de l'écran. Cela ne se fit pas avec Final Fantasy IV, il se tourna alors vers Secret Of Mana[1]. Le système de combat en temps réel utilisé dans Secret of Mana est décrit par ses créateurs comme une extension du système de combat utilisé dans les trois premiers opus de la franchise Final Fantasy. Les tables de données pour les points d'expérience et l'augmentation de niveau ont été extraites de Final Fantasy III[2]. Secret of Mana a été originellement développé pour l'add-on CD de la Super Nintendo. Après que le projet a été abandonné, le jeu a été modifié pour tenir dans une cartouche de jeu standard[3].

Traduction[modifier | modifier le code]

La traduction anglaise de Secret of Mana fut achevée en seulement 30 jours, quelques semaines avant la date de sortie japonaise, et fut initialement intitulée Final Fantasy Adventure 2. La rapidité avec laquelle la traduction a été faite fit espérer que le jeu pourrait être publié en Amérique du Nord pour la saison des fêtes 1993. Selon le traducteur Ted Woolsey, une grande partie du texte fut amputée pour la localisation anglaise à cause des limitations d'espace et le manque de texte séquentiel. La traduction anglaise de Secret of Mana utilise une police de largeur fixe sur l'écran de jeu principal. En contrepartie, le choix de cette police limite la quantité d'espace disponible pour afficher le texte, et limite les dialogues au strict nécessaire, laissant de côté une bonne partie du texte originel. En outre, certains passages ont été édulcorés en raison de la censure en vigueur dans les jeux Nintendo de l'époque (notamment toutes les références à la mort et tout ce qui peut évoquer la religion)[4].

La traduction française du jeu a été réalisée par Véronique Chantel, traductrice de Nintendo France ayant déjà travaillé sur les épisodes Super Nintendo et Game Boy de Zelda, avec l'aide de Virginie Tardif, employée de la Hot Line Nintendo, qui s'est occupée de parcourir le jeu pour vérifier la traduction. La traduction du texte depuis l'américain dure 3 semaines et, étant impossible de changer la taille des cadres ou de la police l'écriture, le texte est adapté plutôt que traduit littéralement (un texte français prenant environ 30 % plus de place qu'un texte anglais). Le texte traduit est vérifié par Nintendo, qui interdit les « allusions sexistes, racistes ou de discrimination médicale », et par Squaresoft. Ces derniers intègrent eux-mêmes la traduction dans le jeu et jugent la version française en fonction du public japonais, souhaitant conserver « les sonorités amusantes » des noms japonais. C'est pourquoi Chantel effectue plusieurs voyages au Japon pour discuter directement avec les programmeurs, ainsi que pour l'insertion du texte dans les bulles. L'ensemble du travail de traduction dure deux mois et demi[5],[6].

Musique[modifier | modifier le code]

Hiroki Kikuta compose la musique du jeu (photo de 2008).

La bande son de Secret of Mana a été composée par Hiroki Kikuta, un compositeur de Square.

Un album intitulé Secret of Mana Original Soundtrack (聖剣伝説2 オリジナル・サウンド・ヴァージョン?) sort en 1993, et est réédité en et .

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques de la version originale[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média Super Nintendo
Consoles + (FR) 95 %[7]
Edge (GB) 9/10[8]
EGM (US) 8,75/10[9]
Famitsu (JP) 33/40[10]
GameFan (US) 90,75[11]
GamePro (US) 18/20[12]
Joypad (FR) 92 %[13]
Nintendo Power (US) 3,9/5[14]
Player One (FR) 98 %[15]
Super Play (GB) 94 %[16]
Ultimate Future Games (GB) 91 %[17]
Super Power (FR) 91 %[18]
Nintendo Player (FR) 6/6[19]
Dragon Magazine (US) 5/5[20]
Nintendo Magazine System (GB) 93 %[21]

Réédition[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média Console virtuelle Wii
Official Nintendo Magazine (GB) 92 %[22]
Presse numérique
Média Console virtuelle Wii
Eurogamer (GB) 9/10[23]
IGN (US) 9/10[24]

iOS[25].

Ventes[modifier | modifier le code]

Secret of Mana s’est écoulé à 1,83 million d’exemplaires à travers le monde, dont 1,5 million au Japon[26].

Postérité[modifier | modifier le code]

Adaptation et suites[modifier | modifier le code]

Secret of Mana est porté sur la Console virtuelle de la Wii en 2008, puis sur l'App Store de l'iPhone et l'iPod Touch le et sur le Play Store Android le . Il est également sorti sur Nintendo Switch en 2017 au Japon dans le jeu Seiken Densetsu Collection regroupant les trois premiers épisodes de la série. En août 2017, un remake 3D du jeu est annoncé par Square Enix sur Windows, PlayStation 4 et PlayStation Vita pour le [27].

Seiken Densetsu 3 est la suite de Secret of Mana, sur Super Famicom, mais il n'a pas été commercialisé en Europe. Il existe toutefois une adaptation française non officielle réalisée par des fans. Seiken Densetsu 4 est sorti sur PlayStation fin .

Influence[modifier | modifier le code]

Secret of Mana est considéré comme un classique de la Super Nintendo, et l’un des titres les plus influents de l’histoire du jeu vidéo. Il figure ainsi dans de nombreux classements récents. Le site américain IGN, dans son classement des « 100 meilleurs jeux de tous les temps », lui accorde la 79e place en 2007, la 48e en 2005 et la 78e en 2003[28],[29],[30]. Le jeu se hisse également à la 42e place du classement des « 200 meilleurs jeux Nintendo de tous les temps » du magazine américain Nintendo Power effectué en 2006[31], et est jugé par ce magazine la même année 39e jeu mieux réalisé sur une console Nintendo, sur un classement de 200[32]. Il est également élu 97e meilleur jeu de tous les temps en 2006, sur un classement de cent, par les lecteurs du magazine japonais Famitsu[33]. En septembre 2017, le site français jeuxvideo.com le classe 54e meilleur jeu de tous les temps[34].

Remake[modifier | modifier le code]

Le , le remake du jeu intégrant des graphismes en 3D, dans un style chibi, intitulé Secret of Mana HD est publié sur PlayStation 4, PlayStation Vita, et PC (Windows) via Steam[35].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://g-wie-gorilla.de/index.php?option=com_content&task=view&id=218&Itemid=18
  2. http://www.gamepro.com/article/features/6764/chrono-cross-development-team-interview-and-contest/
  3. Retroinspection: SNES. Retro Gamer n°23 p.45
  4. « Pourquoi Secret of Mana a-t-il été mal traduit en occident ? – Level 1 », Level 1,‎ (lire en ligne)
  5. « Les secrets de Secret of Mana », Joypad (magazine), no 34,‎ , p. 70-71.
  6. « Secret of Mana », Nintendo Player, no 25,‎ , p. 35.
  7. « Secret of Mana », Consoles +, no 27,‎ , p. 122-124 (lire en ligne).
  8. (en) Edge Staff, « Secret of Mana review », Edge UK, no 4,‎ , p. 64-65 (lire en ligne).
  9. (en) « Secret of Mana », Electronic Gaming Monthly, no 53,‎ , p. 70 (lire en ligne).
  10. (ja) « 読者が選ぶ心のベストゲーム100 », Famitsu, no 900,‎ , p. 4.
  11. (en) Dave Halverson, Sgt. Gamer, Kelly Rickards et Andrew Cockburn, « Planet SNES - Secret of Mana », GameFan, vol. 1, no 12,‎ , p. 22 (lire en ligne).
  12. (en) Monty Haul, « Secret of Mana », GamePro, no 53,‎ , p. 256–260 (lire en ligne).
  13. « Secret of Mana », Joypad, no 36,‎ , p. 128-130 (lire en ligne).
  14. (en) « Secret of Mana », Nintendo Power, no 54,‎ , p. 8–17, 105, 107 (lire en ligne).
  15. « Secret of Mana », Player One, no 47,‎ , p. 60-63 (lire en ligne).
  16. (en) « Secret of Mana », Super Play, no 15,‎ , p. 45-47 (lire en ligne).
  17. (en) « Secret of Mana », Ultimate Future Games, no 1,‎ , p. 106 (lire en ligne).
  18. « Secret of Mana », Super Power, no 26,‎ , p. 112-114 (lire en ligne).
  19. « Secret of Mana », Nintendo Player, no 25,‎ , p. 26-35 (lire en ligne).
  20. (en) Sandy Petersen, « Eye of the Monitor: Reviews - Secret of Mana », Dragon Magazine, no 208,‎ , p. 61–66 (lire en ligne).
  21. (en) « Secret of Mana », Nintendo Magazine System, no 16,‎ , p. 46-48 (lire en ligne).
  22. (en) Tom East, « Secret Of Mana Review », sur Official Nintendo Magazine, .
  23. Dan Whitehead, « Virtual Console Roundup Review », sur Eurogamer,
  24. Thomas Lucas M., « Secret of Mana Review », sur IGN,
  25. Julien Chièze, « TEST. Secret Of Mana (iPhone, iPod Touch) », sur Gameblog, .
  26. (en) [PDF] Square Enix, « February 2, 2004 - February 4, 2004 », sur Square-Enix,
  27. [87], « Un remake 3D de Secret of Mana sur les rails », , Jeuxvideo.com.
  28. (en) « Top 100 Games of All Time », sur IGN,
  29. (en) « Top 100 Games of All Time », sur IGN,
  30. (en) « Top 100 Games of All Time », sur IGN,
  31. (en) « NP Top 200 », Nintendo Power,‎ (ISSN 1041-9551)
  32. (en) « NP Top 200 », Nintendo Power,‎ , p. 58-66 (ISSN 1041-9551)
  33. (en) « Japan Votes on All Time Top 100 », sur Edge Online,
  34. « Top 100 des meilleurs jeux de tous les temps », jeuxvideo.com, .
  35. Anagund, « Aperçu du Secret of Mana : Le remake de l'angoisse », sur Jeuxvideo.com, .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) « The Secrets of Mana », Retro Gamer, no 85,‎ , p. 24-31
  • Michaël Guarné, « Secret of Mana : Rencontre avec le compositeur Hiroki Kituka » (Mook), Pix'n Love, Éditions Pix'n Love, no 15,‎ , p. 96-103 (ISBN 9782918272199)

Lien externe[modifier | modifier le code]