Saison 2012-2013 de l'Olympique lyonnais (féminines)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Olympique lyonnais
Saison 2012-2013
Généralités
Stade Plaine des Jeux de Gerland
Président Drapeau : France Jean-Michel Aulas
Entraîneur Drapeau : France Patrice Lair
Résultats
Division 1 1re
88 points (22V-0N-0D)
132 buts pour, 5 contre
2467 spectateurs de moyenne
Coupe de France

Victoire

Bat en finale ST Etienne ( 3-1
Ligue des champions Finaliste
Meilleure buteuse Drapeau : Suède Lotta Schelin (34)
Meilleure passeuse Drapeau : France Sonia Bompastor (16)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Dernière mise à jour : 22 juillet 2013.

Chronologie

La saison 2012-2013 de la section féminine de l'Olympique lyonnais est la trente-cinquième saison consécutive du club rhônalpins en première division du championnat de France depuis 1978.

Patrice Lair est à la tête du staff lyonnais lors de cette nouvelle saison qui fait suite à une saison historique où le club a réalisé le triplé Ligue des champions, championnat et coupe de France. Les objectifs pour cette saison sont donc de continuer sur cette lancée, en défendant au mieux les trois titres acquis la saison passée.

L'Olympique lyonnais va également évoluer au cours de la saison en Ligue des champions, où le club est exempté de premier tour grâce au bon coefficient UEFA de la France et en Coupe de France.

Avant saison[modifier | modifier le code]

Transferts[modifier | modifier le code]

En ce début de saison dans l'élite, le club cherche à se renforcer et enrôle trois nouvelles joueuses, Elise Bussaglia du Paris Saint-Germain, Laura Agard du Rodez AF et Laëtitia Tonazzi du FCF Juvisy[1]. À la trêve hivernale, le club se renforce encore en enrôlant Shinobu Ohno, une attaquante japonaise de l'INAC Kobe Leonessa et championne du monde en 2011[2], ainsi que Megan Rapinoe qui évoluait au Seattle Sounders Women[3].

Le club fait également face à plusieurs départs, puisque Sandrine Dusang rejoint le FCF Juvisy, Sandrine Bretigny tente l'aventure allemande avec le FFC Francfort, Rosana rentre au Brésil à l'AD Centro Olímpico (pt), Shirley Cruz Traña signe au Paris Saint-Germain et Aurélie Kaci quitte le club pour suivre sa partenaire[1].

Été 2012
Nom Nationalité Transfert Provenance/Destination Division
Symbol support vote.png Arrivées
Elise Bussaglia Drapeau de la France France Transfert Paris Saint-Germain Drapeau : France Division 1
Laura Agard Drapeau de la France France Transfert Rodez AF Drapeau : France Division 1
Laëtitia Tonazzi Drapeau de la France France Transfert FCF Juvisy Drapeau : France Division 1
Symbol oppose vote.svg Départs
Sandrine Dusang Drapeau de la France France Transfert FCF Juvisy Drapeau : France Division 1
Sandrine Bretigny Drapeau de la France France Transfert FFC Francfort Drapeau : Allemagne Frauen-Bundesliga
Rosana Drapeau du Brésil Brésil Transfert AD Centro Olímpico (pt) Drapeau : Brésil Campeonato Paulista (pt)
Shirley Cruz Traña Drapeau du Costa Rica Costa Rica Transfert Paris Saint-Germain Drapeau : France Division 1
Aurélie Kaci Drapeau de la France France Fin de contrat Paris Saint-Germain Drapeau : France Division 1
Hiver 2012-2013
Nom Nationalité Transfert Provenance/Destination Division
Symbol support vote.png Arrivées
Shinobu Ohno Drapeau du Japon Japon Transfert INAC Kobe Leonessa Drapeau : Japon Nadeshiko League
Megan Rapinoe Drapeau des États-Unis États-Unis Transfert Seattle Sounders Women Drapeau : États-Unis W-League

Préparation d'avant-saison[modifier | modifier le code]

Avant son premier match officiel de championnat prévu le 9 septembre, l'Olympique lyonnais a programmé quatre matchs amicaux face dont un dont l'adversaire n'est pas encore connu, un face au Standard de Liège et deux lors de leur stage à Tignes. L'équipe participe également au tournoi de Grenoble avec plusieurs équipes des régions avoisinantes[4].

Compétitions[modifier | modifier le code]

Championnat[modifier | modifier le code]

Phase aller - Journée 1 à 11[modifier | modifier le code]

Journées 1 à 11 du championnat
J. Rencontre Place
1 OL 8-0 Rodez AF 1re (+0)
2 FF Yzeure 0-8 OL 1re (+0)
3 OL 7-0 Toulouse FC 1re (+2)
4 OL 13-0 FC Vendenheim 1re (+2)
5 FCF Juvisy 0-4 OL 1re (+2)
6 OL 3-0 EA Guingamp 1re (+2)
7 AS Saint-Étienne 0-3 OL 1re (+2)
8 OL 6-2 Montpellier HSC 1re (+4)
9 Paris SG 0-1 OL 1re (+5)
10 OL 13-1 Arras FCF 1re (+7)
11 FF Issy 0-8 OL 1re (+7)
Légende : ( ) = écart en point sur le premier ou, si l'OL est premier, sur le deuxième.

La saison 2012-2013 de Division 1 est la trente-neuvième édition du championnat de France de football féminin. La division oppose douze clubs en une série de vingt-deux rencontres. Les meilleurs de ce championnat se qualifient pour la Ligue des Champions (les deux premiers). L'Olympique lyonnais participe à cette compétition pour la trente-cinquième fois de son histoire et a déjà été sacré champion à dix reprises.

La compétition débute pour l'Olympique lyonnais, le dimanche 9 septembre 2012 à 15 h, par un match face au Rodez AF. Les Lyonnaises pour leur premier match de la saison, n'ont laissé aucune chance aux Ruthénoises en les battant sur le score de huit buts à zéro avec notamment quatre doublés des joueuses rhodaniennes[M 1]. Lors de la deuxième journée, les filles de Patrice Lair continuent sur leur lancée en écrasant les Auvergnates du FF Yzeure sur le score de huit buts à zéro[M 2], puis elles écrasent de la même manière le Toulouse FC, sept buts à zéro, la semaine suivante[M 3]. Lors de la quatrième journée, les Lyonnaises font une démonstration de puissance face au FC Vendenheim qu'elles écrasent sur le score de treize buts à zéro, avec trois triplés de joueuses lyonnaises[M 4].

Lors du choc de la cinquième journée face au FCF Juvisy, les filles de Patrice Lair s'imposent largement sur le terrain de leur adversaire sur le score de quatre buts à zéro avec notamment un triplé de l'attaquante suédoise, Lotta Schelin[M 5]. Lors de la journée suivante, les Lyonnaises sont moins impressionnantes face à l'EA Guingamp en ne s'imposant que trois buts à zéro après un match dont le résultat aura mis du temps à se décider[M 6], puis en s'imposant de nouveau trois buts à zéro lors du derby face à l'AS Saint-Étienne[M 7].

Lors de la huitième journée, les Lyonnaises sortent vainqueur du choc de la journée face au Montpellier HSC sur le score de six buts à deux, encaissant cependant leurs deux premiers buts de la saison toutes compétitions confondues[M 8], avant de venir à bout du Paris SG lors du choc de la journée suivante sur le score d'un but à zéro, leur permettant ainsi de prendre une bonne marge sur leurs deux principaux adversaires[M 9], puis d'écraser assez largement l'Arras FCF sur le score de treize buts à un avec notamment un quadruplé de Laetitia Tonazzi[M 10]. L'ultime match de la phase aller du club rhodanien se conclu par une nouvelle victoire face au FF Issy, sur le score de huit buts à zéro, permettant aux filles de Patrice Lair de conclure la première moitié de saison avec douze victoires sur douze matchs joués[M 11].

Phase retour - Journée 12 à 22[modifier | modifier le code]

Journées 12 à 22 du championnat
J. Rencontre Place
12 OL 3-0 FF Yzeure 1re (+7)
13 Toulouse FC 1-11 OL 1re (+7)
14 FC Vendenheim 0-7 OL 1re (+7)
15 OL 2-0 FCF Juvisy 1re (+7)
16 EA Guingamp 1-5 OL 1re (+7)
17 OL 5-0 AS Saint-Étienne 1re (+7)
18 Montpellier HSC 0-4 OL 1re (+7)
19 OL 3-0 Paris SG 1re (+10)
20 Arras FCF 0-6 OL 1re (+10)
21 OL 9-0 FF Issy 1re (+10)
22 Rodez AF 0-3 OL 1re (+10)
Légende : ( ) = écart en point sur le premier ou, si l'OL est premier, sur le deuxième.

Pour son premier match retour et le dernier avant la trêve hivernale, les Lyonnaise s'imposent face au FF Yzeure sur le score de trois buts à zéro[M 12]. La reprise du championnat s'effectue le 6 janvier, et les joueuses de Patrice Lair entament cette année 2013 de la meilleure des façons en s'imposant largement sur le terrain du Toulouse FC sur le score de onze buts à un[M 13]. Le match de la 14e journée qui devait les opposer au FC Vendenheim est reporté à une date ultérieure du fait des conditions climatiques sur l'Alsace[5]. Après avoir franchi le premier tour de la Coupe de France assez facilement, les Lyonnaises ont pu affirmer leur suprématie en s'imposant deux buts à zéro face au FCF Juvisy lors du choc de cette 15e journée, sur des réalisations de Camille Abily et de Lotta Schelin[M 14]. Les Filles de Patrice Lair enchainent lors de la journée suivante en écrasant cinq buts à un l'EA Guingamp devant près de 7800 spectateurs, un record pour le club breton[M 15]. Lors du week-end suivant, le club rhodanien avance son match de la 19e journée afin de pouvoir affronter le Paris SG au Stade de Gerland. Les Lyonnaises assurent quasiment un nouveau titre de championne de France en battant trois buts à zéro leurs poursuivantes et principales rivales[M 16] avant de s'imposer successivement contre l'AS Saint-Étienne cinq buts à zéro[M 17] puis contre le Montpellier HSC quatre buts à zéro[M 18]. Le 10 avril 2013, lors de leur match en retard de la 14e journée, les lyonnaises assurent officiellement leur septième titre de championne de France consécutif, en s'imposant septe but à zéro face au FC Vendenheim[M 19].

Lors de cette saison, les Lyonnaises ont battu leur record de buts : 132 buts marqués, pour 5 encaissés.

Coupe de France[modifier | modifier le code]

Rencontres de la Coupe de France
Tour Rencontre Div.
1/32e ASSF Épinal 0-13 OL D2
1/16e FC Woippy 0-16 OL DH
1/8e OL 11-0 ASJ Soyaux D2
1/4e FCF Hénin 0-6 OL D2
1/2e Montpellier HSC 0-4
OL D1
Finale OL 3-1 AS Saint-Étienne D1

La coupe de France 2012-2013 est la 12e édition de la coupe de France, une compétition à élimination directe mettant aux prises les clubs de football à travers la France métropolitaine et les DOM-TOM. Elle est organisée par la FFF et ses ligues régionales.

Marinette Pichon effectue un tirage pittoresque pour les Lyonnaises, puisqu'elles iront venger l'honneur de l'équipe masculine sur le terrain de l'ASSF Épinal, qui évolue en seconde division, et qui a éliminé le club lyonnais au même tour de la compétition chez les hommes[6]. Le dénouement est moins heureux pour les Spinaliennes que pour leurs homologues masculins, puisque les filles de Patrice Lair les écrasent sur le score de treize buts à zéro[M 20]. Lors du tour suivant, les Lyonnaises affrontent un club de Division d'Honneur, le FC Woippy qui va sombrer face à l'hégémonie des Rhodaniennes qui les écrasent seize buts à zéro avec notamment six réalisation de Laetitia Tonazzi[M 21]. La demi-finale est remportée face à Montpellier, après deux matchs successifs, le premier ayant été entaché d'une erreur d'arbitrage sur les tirs au but. Le 8 juin, l'OL gagne la Coupe contre Saint-Étienne.

Ligue des champions[modifier | modifier le code]

La Ligue des champions 2012-2013 est la douzième édition de la Ligue des champions, la plus prestigieuse des compétitions européennes inter-clubs. Elle est divisée en deux phases, une phase de qualification, qui consiste en huit mini-championnats de quatre équipes par groupe, les premiers poursuivant la compétition en seizièmes de finale. Puis une phase finale, décomposée en seizièmes de finale, en huitièmes de finale, quarts de finale, demi-finales et une finale qui se joue sur terrain neutre. En cas d'égalité, lors de la phase finale, la règle des buts marqués à l'extérieur s'applique puis le match retour est augmenté d'une prolongation et d'une séance de tirs au but s'il le faut. Les équipes sont qualifiées en fonction de leurs bons résultats en championnat lors de la saison précédente et le tenant du titre est l'Olympique lyonnais, vainqueur du FFC Francfort lors de l'édition précédente (2-0).

Parcours en Ligue des champions[modifier | modifier le code]

Rencontres de la Ligue des champions
Tour Rencontre Pays
1/16e PK-35 Vantaa 0-7 OL Drapeau : Finlande
1/16e OL 5-0 PK-35 Vantaa Drapeau : Finlande
1/8e FK Zorkiy 0-9 OL Drapeau : Russie
1/8e OL 2-0 FK Zorkiy Drapeau : Russie
1/4 OL 5-0 LBFC Malmö Drapeau : Suède
1/4 LBFC Malmö 0-3 OL Drapeau : Suède
1/2 OL 3-0 FCF Juvisy Drapeau : France
1/2 FCF Juvisy 1-6 OL Drapeau : France
Finale VfL Wolfsbourg 1-0 OL Drapeau : Allemagne

Qualifié directement en seizième de finale comme tête de série grâce à un bon coefficient UEFA, l'Olympique lyonnais étant classé 1er avec 123.400 points, le club évite les grosses équipes lors du tirage au sort des seizième de finale et tombe sur le PK-35 Vantaa, champion de Finlande, passé par le tour préliminaire[7].

Lors du match aller qui a lieu en Finlande, les Lyonnaises ne laissent que peu de chance aux championnes de Finlande du PK-35 Vantaa, les écrasant sept buts à zéro, dont un doublé de Laëtitia Tonazzi, ne concédant que deux tirs au but, contre trente-sept tentatives pour les filles de Patrice Lair[M 22]. Lors du match retour, les Lyonnaises sont encore plus dominatrices, les Finlandaises ne frappant jamais au but, mais le score est néanmoins plus faible, puisqu'elles ne s'imposent que cinq buts à zéro et se qualifient pour les huitièmes de finale où elles affronteront les Russes du FK Zorkiy Krasnogorsk[M 23].

Les Lyonnaises qui sont parmi les favorites du tournoi, ne laissent aucune chance aux vice-championnes de Russie, en les écrasant neuf buts à zéro lors du match aller en Russie, avec un triplé de Louisa Necib[M 24]. Les filles de Patrice Lair font le strict minimum lors du match retour, en s'imposant deux buts à zéro dans un match qu'elles maitrisent de bout en bout[M 25].

Lors du tirage au sort intégral des quarts, demi et finale qui a lieu le 27 novembre 2012, les Lyonnaises tombent sur les suédoises du LBFC Malmö, qu'elles accueilleront lors du match aller avant de se rendre en Suède. En cas de victoire, les Rhodaniennes affronteront les gagnantes du match opposant l'autre équipe française, le FCF Juvisy, et l'autre équipe suédoise, le Kopparbergs/Göteborg FC[8].

Après un match aller dominé de la tête et des épaules par les Lyonnaises qui s'imposent cinq buts à zéro face au LBFC Malmö, avec notamment un doublé de l'attaquante suédoise Lotta Schelin[M 26], les joueuses de Patrice Lair font à nouveau le boulot lors du match retour en Suède en s'imposant trois buts à zéro, ne laissant aucun espoir à leurs adversaires et rejoignant ainsi le FCF Juvisy en demi-finale[M 27].

Lors de la demi-finale aller de la compétition, les Lyonnaises ont une nouvelle fois les honneurs de jouer au stade de Gerland devant plus de 20 000 spectateurs venus assister à la démonstration des championnes de France et d'Europe qui battent trois buts à zéro leurs homologues du FCF Juvisy[M 28].

Pour sa quatrième finale consécutive, l'OL affronte le club allemand de Wolfsburg. Malgré la nette domination des Lionnes, ce sont les Louves qui s'imposent 1 à 0 sur un pénalty de Martina Müller, à la 73e minute, à la suite d'une main de Laura Georges dans la surface de réparation. L'Olympique Lyonnais ne remportera pas 3 titres consécutifs, ce qui n'a toujours pas été réalisé chez les féminines tout comme chez les masculins.

Coefficient UEFA[modifier | modifier le code]

De par ses résultats dans cette Ligue des champions, l'OL acquiert des points pour son coefficient UEFA, utilisé lors des tirages au sort des compétitions de l'UEFA. De par sa qualification directe pour les seizièmes de finales, les lyonnaises ont d'ores et déjà remporté trois points bonus pour tout club atteignant ce niveau[Note 1].

Classement provisoire 2013 des clubs par leur coefficient UEFA[9],[Note 1]
Rang
2013
Rang
2012
Évolution
Club
2008-2009
2009-2010
2010-2011
2011-2012
2012-2013
Total club
33% CN
Coefficient
1 1 = Drapeau : France Olympique lyonnais 13,000 21,000 24,000 24,000 23,000 105,000 27,885 132,885
2 2 = Drapeau : Allemagne FFC Turbine Potsdam 22,000 22,000 19,000 8,000 71,000 27,114 98,114
3 3 = Drapeau : Allemagne FCR Duisbourg 19,000 19,000 19,000 57,000 27,114 84,114
  •      Club encore en lice en Ligue des champions
  •      Indices UEFA pouvant encore évoluer

Matchs officiels de la saison[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous retrace les rencontres officielles jouées par l'Olympique lyonnais durant la saison. Les buteurs sont accompagnés d'une indication sur la minute de jeu où est marqué le but et, pour certaines réalisations, sur sa nature (penalty ou contre son camp).

Bilan des matchs officiels par compétition[10]
Compétition Débute au tour Place ou tour final Matches joués Gagnés Nuls Perdus Buts pour Buts contre Différence
Division 1 - 1re 22 22 0 0 132 5 +127
Coupe de France 1/32 de finale vainqueur 6 6 0 0 53 1 +52
Ligue des champions 1/16 de finale finaliste 9 8 0 1 40 2 +38
Total - - 37 36 0 1 225 8 +217

Joueurs et encadrement technique[modifier | modifier le code]

Encadrement technique[modifier | modifier le code]

L'équipe est entraînée par Patrice Lair. Entraîneur de 51 ans en poste depuis l'été 2010, cet ancien joueur amateur commence sa carrière de technicien dans le club de Villeneuve-Saint-Germain[11], avant que Louis Nicollin, président du Montpellier HSC ne lui propose de prendre en charge l'équipe féminine du club héraultais[12]. Il décroche avec les Pailladines deux victoires en Challenge de France 2006 et en 2007[13].

Après une période de chômage, il rebondit en Afrique, d'abord au Bénin avec l'Espoirs de Savalou[14], puis au Rwanda comme entraîneur de l'équipe du Rwanda des moins de 17 ans puis adjoint du sélectionneur de l'équipe senior[15].

En juin 2010, il est contacté par le directeur administratif de l'Olympique lyonnais pour devenir entraîneur de l'équipe féminine en remplacement de Farid Benstiti[12].

Effectif principal[modifier | modifier le code]

Effectif de l'Olympique lyonnais[16]
Joueuses Encadrement technique
No  P. Nat.[Note 2] Nom Date de naissance Sélection[Note 3] Club précédent
26 G Drapeau de la France Bouhaddi, SarahSarah Bouhaddi 17/10/1986 (26 ans) France FCF Juvisy
1 G Drapeau de la France Deville, CélineCéline Deville 24/01/1982 (31 ans) France Montpellier HSC
16 G Drapeau de la France Peyraud-Magnin, PaulinePauline Peyraud-Magnin 17/03/1992 (20 ans) France -20 ans Formée au club
11 D Drapeau de la France Agard, LauraLaura Agard 26/07/1989 (23 ans)
Rodez AF
18 D Drapeau de la France Bompastor, SoniaSonia Bompastor 08/06/1980 (32 ans) France Washington Freedom
5 D Drapeau de la France Georges, LauraLaura Georges 20/08/1984 (28 ans) France Boston College Eagles
17 D Drapeau de la France Petit-Franco, CorineCorine Petit-Franco 05/10/1983 (29 ans) France ASJ Soyaux
3 D Drapeau de la France Renard, WendieWendie Renard 20/07/1990 (22 ans) France Formée au club
20 D Drapeau de la France Viguier, SabrinaSabrina Viguier 04/01/1981 (32 ans) France Montpellier HSC
23 M Drapeau de la France Abily, CamilleCamille Abily 05/12/1984 (28 ans) France FC Gold Pride
15 M Drapeau de la France Bussaglia, EliseElise Bussaglia 24/09/1985 (27 ans) France Paris Saint-Germain
21 M Drapeau de la Suisse Dickenmann, LaraLara Dickenmann 27/11/1985 (27 ans) Suisse FC Zürich Frauen
6 M Drapeau de la France Henry, AmandineAmandine Henry 28/09/1989 (23 ans) France CNFE Clairefontaine
25 M Drapeau de la Tunisie Majri, AmelAmel Majri 25/01/1993 (20 ans)
Formée au club
10 M Drapeau de la France Necib, LouisaLouisa Necib 23/01/1987 (26 ans) France Montpellier HSC
7 M Drapeau des États-Unis Rapinoe, MeganMegan Rapinoe 05/07/1985 (27 ans) États-Unis Seattle Sounders Women
4 M Drapeau de la France Traoré, Makan MouchouMakan Mouchou Traoré 27/06/1993 (19 ans)
Le Mans FC
9 A Drapeau de la France Le Sommer, EugénieEugénie Le Sommer 18/05/1989 (23 ans) France Stade briochin
29 A Drapeau du Japon Ohno, ShinobuShinobu Ohno 23/01/1984 (29 ans) Japon INAC Kobe Leonessa
22 A Drapeau du Japon Otaki, AmiAmi Otaki 28/07/1989 (23 ans) Japon Université de Waseda
8 A Drapeau de la Suède Schelin, LottaLotta Schelin 27/02/1984 (28 ans) Suède Göteborg FC
12 A Drapeau de la France Thomis, ElodieElodie Thomis 13/08/1986 (26 ans) France Montpellier HSC
24 A Drapeau de la France Tonazzi, LaetitiaLaetitia Tonazzi 31/01/1981 (32 ans) France FCF Juvisy
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
  • Drapeau : France Antonin Da Fonsceca
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : Japon Toru Ota
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : France Yoann Vivier
Médecin(s)
  • Drapeau : France Jean-Jacques Amprino
  • Drapeau : France Yannick Millet

Légende

Mise à jour de l'effectif le 24 février 2013 Consultez la documentation du modèle

Statistiques individuelles[modifier | modifier le code]

Voir l’image vierge
Équipe type de la saison.
D'après les temps de jeu à leur poste.
Classement des buteuses
Joueuse Total
Drapeau : France Laetitia Tonazzi 30
Drapeau : Suède Lotta Schelin 30
Drapeau : France Camille Abily 26
Drapeau : France Eugénie Le Sommer 21
Drapeau : France Elodie Thomis 13
Drapeau : Japon Ami Otaki 12
Drapeau : France Amandine Henry 10
Drapeau : Suisse Lara Dickenmann 7
Drapeau : France Louisa Necib 7
Drapeau : France Wendie Renard 7
Drapeau : France Corine Petit-Franco 5
Drapeau : Tunisie Amel Majri 3
Drapeau : France Elise Bussaglia 3
Drapeau : États-Unis Megan Rapinoe 3
Drapeau : France Laura Georges 2
Drapeau : France Sabrina Viguier 2
Drapeau : France Sonia Bompastor 2
Drapeau : Japon Shinobu Ohno 1
Classement des passeuses
Joueuse Total
Drapeau : France Sonia Bompastor 16
Drapeau : Suisse Lara Dickenmann 14
Drapeau : France Camille Abily 12
Drapeau : France Laetitia Tonazzi 12
Drapeau : Suède Lotta Schelin 9
Drapeau : Tunisie Amel Majri 8
Drapeau : France Elodie Thomis 7
Drapeau : France Eugénie Le Sommer 6
Drapeau : France Louisa Necib 6
Drapeau : Japon Ami Otaki 4
Drapeau : France Sarah Bouhaddi 2
Drapeau : France Amandine Henry 1
Drapeau : France Elise Bussaglia 1

Joueuses en sélection nationale[modifier | modifier le code]

Sur la totalité de l'effectif de l'équipe première, seulement trois joueuses françaises n'ont pas encore été appelées sous les couleurs de l'équipe de France. Si Laura Georges, Louisa Nécib, Élodie Thomis et Camille Abily font partie des cadres de la sélection depuis quelques saisons, de nombreuses autres joueuses ont été appelée avec les bleues au cours de l'année.

Outre ses internationales françaises, Patrice Lair peut également compter sur cinq internationales étrangères, Lara Dickenmann qui compte une soixantaine de sélections avec la Suisse[17], Shinobu Ohno et Ami Ōtaki appelée avec l'équipe du Japon, Lotta Schelin qui compte plus d'une centaine de sélections avec la Suède et Megan Rapinoe, championne olympique avec les États-Unis.

Affluence et télévision[modifier | modifier le code]

Affluence[modifier | modifier le code]

Affluence de l'OL à domicile

Football Club Féminin Juvisy ASJ Soyaux FC Rosengård (football féminin) Football féminin Issy-les-Moulineaux Paris Saint-Germain Football Club (féminines) Association sportive de Saint-Étienne Loire (féminines) Football Club Féminin Juvisy Football féminin Yzeure Allier Auvergne Arras Football Féminin Montpellier Hérault Sport Club (féminines) FK Zorkiy Krasnogorsk En Avant de Guingamp (féminines) Football Club Vendenheim-Alsace PK-35 Vantaa Toulouse Football Club (féminines) Rodez Aveyron Football (féminines)

Retransmission télévisée[modifier | modifier le code]

Profitant de la médiatisation de la Coupe du monde, la FFF avait lancé le lundi 11 juillet 2012 l’appel d’offre pour les droits TV du championnat de France. Ces derniers ont été remportés par France Télévision en duo avec la chaine Eurosport pour un contrat s'élevant à 110 000 euros[18].

Équipe réserve et équipes de jeunes[modifier | modifier le code]

La réserve lyonnaise évolue en Division d’Honneur Rhône-Alpes, soit deux divisions en dessous de l’équipe première[19].

Le club rhônalpin possède également une équipe des moins de 19 ans qui participe au Challenge National Féminin U19[20] et une équipe des moins de 18 ans qui évolue en Championnat Rhône-Alpes Féminin U18[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le coefficient d'un club pour une saison donnée est égal au nombre de points du club acquis sur la saison, auquel on ajoute le tiers du coefficient du championnat auquel il appartient, le tout arrondi au centième inférieur près. Ainsi, le coefficient UEFA total pour un club est l'addition des coefficients de chaque saison sur les cinq dernières années. Pour les détails sur l'attribution des points, voir Calcul du coefficient UEFA des clubs.
  2. Seule la nationalité sportive est indiquée. Une joueuse peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  3. Seule la sélection la plus importante est indiquée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b D1 - TRANSFERTS, sur footofeminin.fr
  2. La Japonaise Shinobu OHNO à l'OL, sur footofeminin.fr
  3. Transferts - Le point final, sur footofeminin.fr
  4. Matchs amicaux (D1, D2) - Programme et résultats, sur footofeminin.fr
  5. Une quatorzième journée à moitié tronquée , sur footofeminin.fr
  6. Le tirage complet des 32èmes, sur fff.fr
  7. Ligue des Champions - FC BARCELONE - ARSENAL en seizième, cap au Nord pour les Françaises, sur footofeminin.fr
  8. Quarts et demi-finales, sur uefa.com
  9. UEFA WOMEN'S CHAMPIONS LEAGUE 2012/13 sur uefa.com. Consulté le 27 juin 2012.
  10. a et b Fiche 2012-2013 de l'Olympique lyonnais, sur statsfootofeminin.fr
  11. « Football : Patrice Lair signe Lyon », sur lunion.presse.fr, L'Union, (consulté le 27 mai 2011)
  12. a et b C. Perrier, « OL Féminin : Patrice Lair ou le guide du routard », sur foot69.fr, (consulté le 27 mai 2011)
  13. « Fiche Staff - Patrice Lair », sur olweb.fr, Olympique lyonnais (consulté le 27 mai 2011)
  14. Xavier Swartvagher, « Patrice Lair sous le soleil africain », sur aisnenouvelle.fr, L'Aisne nouvelle, (consulté le 27 mai 2011)
  15. Laurent Rivier, « Patrice Lair. Un Briochin nommé directeur technique national au Rwanda », sur letelegramme.com, Le Télégramme, (consulté le 27 mai 2011)
  16. Effectif officiel, sur olweb.fr
  17. « Lara Dickenmann : statistiques sélection nationale », sur http://www.football.ch/ (consulté le 14 décembre 2011)
  18. La division 1 Féminine sur France Télévisions et Eurosport, sur sport-tv.org
  19. « Division d’Honneur Rhône-Alpes », rhone-alpes.fff.fr (consulté le 13 septembre 2012)
  20. « Challenge National Féminin U19 », statsfootofeminin.fr (consulté le 13 septembre 2012)
  21. « U18 Féminin Ligue », rhone-alpes.fff.fr (consulté le 13 septembre 2012)

Feuilles et résumés de matchs[modifier | modifier le code]

  1. Lyon - Rodez : 8-0, sur statsfootofeminin.fr
  2. Yzeure - Lyon : 0-8, sur statsfootofeminin.fr
  3. Lyon - Toulouse : 7-0, sur statsfootofeminin.fr
  4. Lyon - Vendenheim : 13-0, sur statsfootofeminin.fr
  5. Juvisy - Lyon : 0-4, sur statsfootofeminin.fr
  6. Lyon - Guingamp : 3-0, sur statsfootofeminin.fr
  7. Saint-Étienne - Lyon : 0-3, sur statsfootofeminin.fr
  8. Lyon - Montpellier : 6-2, sur statsfootofeminin.fr
  9. Paris - Lyon : 0-1, sur statsfootofeminin.fr
  10. Lyon - Arras : 13-1, sur statsfootofeminin.fr
  11. Issy - Lyon : 0-8, sur statsfootofeminin.fr
  12. Lyon - Yzeure : 3-0, sur statsfootofeminin.fr
  13. Toulouse - Lyon : 1-11, sur statsfootofeminin.fr
  14. Lyon - Juvisy : 2-0, sur statsfootofeminin.fr
  15. Guingamp - Lyon : 1-5, sur statsfootofeminin.fr
  16. Lyon - Paris : 3-0, sur statsfootofeminin.fr
  17. Lyon - Saint-Étienne : 5-0, sur statsfootofeminin.fr
  18. Montpellier - Lyon : 0-4, sur statsfootofeminin.fr
  19. Vendenheim - Lyon : 0-7, sur statsfootofeminin.fr
  20. Epinal - Lyon : 0-13, sur footofeminin.fr
  21. Woippy - Lyon : 0-16, sur footofeminin.fr
  22. Vantaa - Lyon : 0-7, sur uefa.com
  23. Lyon - Vantaa : 5-0, sur uefa.com
  24. Krasnogorsk - Lyon : 0-9, sur uefa.com
  25. Lyon - Krasnogorsk : 2-0, sur uefa.com
  26. Lyon - Malmö : 5-0, sur uefa.com
  27. Malmö - Lyon : 0-3, sur uefa.com
  28. Lyon - Juvisy : 3-0, sur uefa.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cette bibliographie présente quelques ouvrages de référence de base. Ceux qui ont été utilisés pour la rédaction de l'article sont indiqués par le symbole Document utilisé pour la rédaction de l’article.

Liens externes[modifier | modifier le code]